Forum RPG futuriste se déroulant dans la ville de Paris.
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Vérité folle ou lubie véridique ? [Allen]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Isis
Hybride scorpion -- Ancienne du clan Terrestre -- Présidente de la GRAC
avatar

Messages : 106
Date d'inscription : 02/11/2010
Age : 26

Feuille de personnage :
Pouvoirs:
Âge du perso: 1000 ans
Relations:

MessageSujet: Vérité folle ou lubie véridique ? [Allen]   Jeu 15 Sep - 21:10

    ‹‹ Tu es sûre de vouloir faire ça ? Parfois, il vaut mieux ne jamais découvrir la vérité... ››

    - Il est impératif qu'il l'apprenne. Je lui dois au moins ça.

    ‹‹ Mais il ne te connaît même pas ! ››

    - Francky, tu n'as été et ne sera jamais, je l'espère pour toi, dans ma position. Je n'ai pas besoin de me justifier. C'est une affaire privée que je me dois de régler.


    C'est sur ces mots qu'elle avait franchi les portes secrètes du quartier général du G.R.A.C.
    Le rendez-vous était fixé non loin de là, mais dans un endroit terriblement public, afin qu'ils évitent tout débordement de situation, à la terrasse d'un café à l'intérieur du parc Montsouris. Elle avait convoqué Allen en le prévenant qu'elle serait à quinze heures au lieu indiqué, tel jour. Elle n'était pas certaine qu'il viendrait, mais peu importe, elle attendrait.

    Quatorze heures quarante-sept. Elle était assise à la terrasse en question et regardait simplement les passants qui déambulaient et s'agitaient çà-et-là. Pas d'Allen à l'horizon pour le moment. Pour l'occasion, elle s'était vêtue en parfaite touriste. Avec son teint mât, on la catégorisait souvent d'étrangère. Elle avait marqué le coup en se munissant d'un appareil photo autour du cou, et d'un sac à dos de randonneur. Ainsi, elle était à peu près sûre de passer inaperçue dans la foule, et de ne pas attirer l'attention.

    Elle s'accouda à la table. Comment allait-elle pouvoir se sortir de cette histoire ? Comment lui dire tout ce qu'elle avait sur le coeur... Est-ce qu'au moins il la croirait ? Et quelle serait sa réaction ? L'anxiosité commençait à monter, et les traits de son visage s'étaient crispés. Peu importe l'issus, il fallait qu'elle lui dise. Il fallait qu'elle chasse le ciel laiteux qui devait ombrager ses souvenirs.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Allen Whistler
Hybride Ligre/ Béhémoth/ Boxeur, homme de main
avatar

Messages : 213
Date d'inscription : 27/05/2010
Age : 27
Localisation : Dans le coin rouge...Sang

Feuille de personnage :
Pouvoirs:
Âge du perso: 27 ans
Relations:

MessageSujet: Re: Vérité folle ou lubie véridique ? [Allen]   Ven 16 Sep - 1:07

Il avait reçu une lettre, quelques temps après la réunion des hybrides. Une lettre on ne pouvait plus simple avec une juste un endroit, une date et une heure. Il n'était pas vraiment friand de ce genre de plan, il ne savait pas ou il allait et surtout elle aurait pu prendre bon nombre de dispositions que lui ne pourrait jamais prendre pour assurer sa sécurité. Néanmoins il ne pouvait pas se permettre de refuser. Il était encore totalement obnubilé parce qui c'était passé l'autre soir. Il c'était transformé, il était passé dans cet état que nul ne pouvait renverser et que seul sa mère pouvait contenir. Et elle...Ses paroles avaient transpercé les méandres ténébreuses qu'imposait sa forme hybride a Allen pour directement le faire revenir à lui. Jamais personne avant n'avait eu un tel ascendant sur lui, et surtout il y avait cette odeur.

Il avait longtemps pesé le pour et le contre, évidemment il était évident que le plus sage aurait été de refuser ou tout du moins d'insister pour choisir le lieu. Mais c'était un lieu public, donc même si elle était venu avec ses portes flingues faire quelque chose en public ca n'était pas malin. Finalement il se décida d'y aller une arme, et ses gants trafiqués sur lui. Il espérait du fin fond de son cœur ne pas avoir à les utiliser, car devant capable de mettre à genou le béhémoth en lui il ne voyait pas vraiment ce qu'il avait à donner en échange. Il troqua son habituel costume italien pour quelque chose de plus...Du costume il ne garda que la veste noir, pour le reste tee-shirt et jean. Il calcula avec exactitude son timing, un gentleman arrive toujours à l'heure et pour Allen c'était presque devenu comme une sorte de petit jeu.

Il arriva avec un peu d'avance, mais uniquement pour faire le tour du dit café voir s'il pouvait trouver quelques types bizarres en poste observant la belle hybride avec qu'il avait rendez vous. Car même si elle avait fait l'effort de se déguiser en touriste ce qui était parfaitement réussi, une femme d'une telle beauté pouvait en un clin d’œil se détacher de toute une foule de personne. Il ne vit personne, peut être n'avait il pas l'oeil assez entraîné, peut être se trouvaient ils entourés de mec bien meilleurs que lui, ou alors...Peut être c'était il fait du mouron pour rien. Un dernier coup d’œil à sa montre il est temps d'y aller, son cœur se crispe une boule se forme dans son ventre. Que pouvait elle bien lui vouloir, comment pouvait elle avoir un tel "contrôle" sur lui ? Pourquoi son odeur ne voulait elle pas le laisser en paix. Il s'approcha de manière très décontracté alors que chaque pas lui semblait de plus difficile a réaliser. Enfin il tira la chaise pour se mettre a coté d'elle, il la regarda avec un grand sourire histoire de jeter un peu de poudre aux yeux de tout ses curieux venu regarder qui était l'homme qui venait de prendre la belle étrangère. Le sourire s’évanouit presque aussitôt le regard des gens retournés sur leur café.


-Bonjour...

Il se rendit compte qu'il n'avait pas grand chose a dire, à vrai dire il était venu ici écouter surtout les réponses à ses questions. Mais il ne pouvait évidemment pas commencer par la. La gène de ne pouvoir rien lui dire commence à lui empourprer les joues légèrement alors qu'il détourne le regard. Finalement il replanta ses émeraudes sur cette femme dont il ne savait rien.

-J'ai longtemps hésité...Mais je pense qu'il est des choses qui doivent être éclaircie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Isis
Hybride scorpion -- Ancienne du clan Terrestre -- Présidente de la GRAC
avatar

Messages : 106
Date d'inscription : 02/11/2010
Age : 26

Feuille de personnage :
Pouvoirs:
Âge du perso: 1000 ans
Relations:

MessageSujet: Re: Vérité folle ou lubie véridique ? [Allen]   Ven 16 Sep - 16:46

    Son regard saphir se posa sur la silhouette familière qui s'avançait vers elle. Durant son ascencion, jusqu'à ce qu'il s'assied, elle ne le quitta pas des yeux. Elle observa un instant le grand sourire qu'il lui adressa, jetant un coup d'oeil aux regards. Elle ne put s'empêcher d'esquisser un sourire amusé, qui disparut bien vite cependant.

    - Bonjour, Allen.

    ‹‹ J'ai longtemps hésité... Mais je pense qu'il est des choses qui doivent d'être éclaircies. ››

    Elle acquiesça d'un hochement de tête.

    - Laisse-moi d'abord me présenter. On me surnomme Isis, mais tu peux m'appeler Meera.

    Un silence. Elle fit signe au serveur de les rejoindre, et une fois à leur hauteur, elle hésita un instant, avant de lui dire :

    - Un diabolo menthe et un thé noir, s'il-vous-plaît.

    Le serveur nota la commande et disparut dans le café. Isis reporta son regard sur Allen.

    - Ca te va ? Tu voulais peut-être autre chose ? demanda-t-elle.

    Elle savait de source sûre que c'était la boisson non alcoolisée qu'il adorait, mais peut-être aurait-il envie d'autre chose, qui savait. Elle guetta sa réaction avec attention, avant de reprendre la parole.

    - Je suis contente que tu sois venu. Il y a beaucoup de choses dont je dois te parler.

    Elle sembla prendre une inspiration pour se concentrer sur ce qu'elle allait lui annoncer. Elle y avait beaucoup réfléchi, car ce ne serait pas un moment facile. Il faudrait prendre les choses dans l'ordre, et surtout, ne pas lui balancer tout dans la figure en quelques phrases. Il ne comprendrait pas. Il la prendrait pour une allumée. Elle laissa planer un silence alors que le serveur leur apportait les boissons. Elle remercia, et se mua de nouveau dans le silence jusqu'à ce qu'il aille s'occuper d'autres clients.

    - Par où commencer...

    Visiblement, même après y avoir réfléchi pendant des heures, ce ne serait pas aussi simple. Comment l'amener à comprendre la vérité sur elle ? Sur lui. Sur eux.
    Elle posa les mains sur sa tasse, regarda vaguement le contenu sombre qu'était le thé, et soupira avant de relever son visage vers lui.

    - Mon visage ne doit certainement rien te dire, pourtant nous nous sommes connus. J'ai connu ton père, il y a de nombreuses années, en Egypte. J'ai également connu Cleïa.

    Elle s'arrêta un instant, jaugeant ce que ce premier aveu provoquait en lui.

    - Ton père travaillait à mes côtés dans la lutte contre les chasseurs.

    Elle marqua de nouveau un temps d'arrêt, pour voir s'il avait déjà des questions à lui poser, ou si elle pouvait continuer. Elle but une gorgée de son thé.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Allen Whistler
Hybride Ligre/ Béhémoth/ Boxeur, homme de main
avatar

Messages : 213
Date d'inscription : 27/05/2010
Age : 27
Localisation : Dans le coin rouge...Sang

Feuille de personnage :
Pouvoirs:
Âge du perso: 27 ans
Relations:

MessageSujet: Re: Vérité folle ou lubie véridique ? [Allen]   Sam 17 Sep - 16:33

Elle avait des yeux vraiment magnifiques semblable à l'océan par leurs couleurs et leurs profondeurs. Un tel regard braqué sur lui l'aurait en situation normale mit dans tout ses états, mais la il n'en était rien. Il était bien trop sur la défensive pour se laisser impressionner, ou pour se laisser emporter par les détails. Il voulait se montrer bien assuré et droit, alors qu'il ne savait toujours pas dans quoi il venait de mettre les pieds et que cela l'angoissé au plus haut point.

-Bonjour, Allen.

Il ne se rappelait pas lui avoir communiqué son prénom à aucun moment la première fois. Il en eut un malaise cependant très court. Il ne perdait jamais de l'esprit qu'il avait été une "célébrité" mondiale il fut un temps, et que son visage était facilement identifiable. Mais en temps normal les gens se contentaient d'un "Mr Whistler" s'entendre appelé par son prénom d'une parfaite inconnu laissé sous entendre qu'elle pouvait bien le connaître. Il avait été bien plus abrupte qu'elle, mais le peu de chose qu'il savait d'elle ne lui avait pas laissé d'autres choix. Elle accepte de faire la lumière sur ce qui c'est passé la fois dernière, il fit son possible pour resté concentrer et ne pas céder aux émotions violentes qui tentaient de percer en lui.


-Laisse-moi d'abord me présenter. On me surnomme Isis, mais tu peux m'appeler Meera.


Isis, ce nom ne lui était pas inconnu dans le sens ou elle faisait partie du panthéon égyptien. Il lui fallut remonter très très loin dans sa mémoire, à l'époque ou sa mère pour l'endormir le soir lui raconter de vieilles légendes sur le monde hybride. Il n'aurait, aujourd'hui, plus su raconter ce que disait l'histoire en question, mais il lui semblait avoir un jour entendu parler d'une certaine Isis. Sa mère ne lui avait jamais raconté beaucoup d'histoires sur elle, pourtant elle avait toujours véhiculé des valeurs et des idées qui avaient plu à Allen.

-...La reine scorpion...

Il avait à peine chuchoté cela pour lui même, elle était venue répondre à des questions mais rien qu'en se présentant elle venait d'en soulever des dizaines d'autres. Avait elle autant vécu que dans les contes ? Avait elle était à l'origine de tout ses exploits que sa mère lui avait toujours raconter timidement. Il chassa toutes ses pensées de sa tête, il n'était pas venu pour la harceler de questions sur elle, il ne se contenterait juste des questions sur lui. Un serveur arrive pour permettre définitivement à Allen de chasser ses pensées parasites, il allait ouvrir la bouche pour dire qu'il ne voulait rien quand elle lui coupa l'herbe sous le pied.

-Un diabolo menthe et un thé noir, s'il-vous-plaît.

La s'en était presque effrayant. Le choix des boissons n'avait pas été fait au hasard enfin en ce qui le concernait. Trop de choix sur la carte ou dans les boissons en général pour qu'elle tombe pile sur sa boisson préférée. Cette fois si il en eu le sifflet coupé, oubliant même qu'il avait voulu ne rien commander. Le serveur n'eut pas le temps de partir qu'Allen avait replanté ses yeux avec encore plus d'insistance dans les yeux de son interlocutrice. Qui en plus avait le toupet de lui demander si cela lui allait. Question rhétorique ? Véritable interrogation ? Il mit encore cela sur le compte d'une possible interview dans une revue sportive, même s'il ne se rappelait pas avoir un jour détaillé sa vie privée ou ses gouts. Elle était déjà en train de le tutoyer, elle donnait vraiment l'air de le connaître alors que lui n'avait pas le moindre souvenir d'elle.

-Je suis contente que tu sois venu. Il y a beaucoup de choses dont je dois te parler.

Il trahit son mal être en se passant une main dans les cheveux comme pour les mettre en arrière, alors que ses derniers n'écoutant qu'eux même reprirent exactement leur place. Il devait apprendre plus tard que son père faisait de même.

-Plus ca va et plus je commence à en être convaincu moi aussi.

-Par où commencer...

Visiblement ca n'était pas si facile que ça à énoncer. Devait elle le mettre au courant d'une série d'événements avant de lui parler du sujet, et elle ne savait pas par quoi commencer ? Ou alors était ce juste que le sujet en lui même était assez délicat pour que chaque mots soient savamment réfléchis.

-Mon visage ne doit certainement rien te dire, pourtant nous nous sommes connus. J'ai connu ton père, il y a de nombreuses années, en Egypte. J'ai également connu Cleïa.

Il avait levé son verre pour boire, mais sa main redescendit toute seule. Si elle était une ancienne l'apparence qu'elle lui montrait à cet instant n'était en rien significative de son âge, surtout si les histoires de sa mère était vraie. Et en parlant de sa mère jamais elle ne lui avait parlé de l'Egypte, elle avait toujours émit beaucoup de réserve sur le continent Africain. Pour elle ce continent était toujours resté celui qui lui avait retiré son homme. Elle était donc une amie de ses parents ? Ça ne collait pas on lui aurait parlé d'elle dans ce cas.

-Ton père travaillait à mes côtés dans la lutte contre les chasseurs.


Son père était militaire, se pouvait il qu'il est participé à une chasse "aux chasseurs" en Afrique ? Sa dernière guerre en quelques sortes, mais si elle avait connu son père en Afrique alors elle n'avait pas pu connaître sa mère puisqu'il était parti lâchement sans eux.

-Mon père était militaire...Et il est parti à ma naissance pour des raisons qui ne regardent que lui. Si vous l'avez connu la bas, vous n'avez pas pu connaître ma mère restée au pays avec moi.

Pas question de la tutoyer aussi, pour commencer son éducation le lui interdisait et ensuite il ne voulait qu'elle pense qu'il marchait. Sa voix c'était nettement refroidie, son père était toujours une plaie non refermée. Sa fuite avait toujours fait de lui le principal accusé dans tout les problèmes d'hybridisme d'Allen.

-Et puisque que vous parlez de ma mère...Elle n'a par contre jamais parlez de vous, mon père et mort en faisant la guerre dans je ne sais plus quel pays d'Afrique noire.


Il pouvait sentir son sang bouillir, mais paradoxalement son autre moitié était tranquille. C'était peut être ce qui rendait Allen doublement sur les nerfs. Comme si l'horrible monstre en lui acceptait tout cela tranquillement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Isis
Hybride scorpion -- Ancienne du clan Terrestre -- Présidente de la GRAC
avatar

Messages : 106
Date d'inscription : 02/11/2010
Age : 26

Feuille de personnage :
Pouvoirs:
Âge du perso: 1000 ans
Relations:

MessageSujet: Re: Vérité folle ou lubie véridique ? [Allen]   Dim 18 Sep - 0:17

    ‹‹ Mon père était militaire... Et il est parti à ma naissance pour des raisons qui ne regardent que lui. Si vous l'avez connu là-bas, vous n'avez pas pu connaître ma mère restée au pays avec moi. ››

    Effectivement. Si les choses avaient été ainsi, elle n'aurait pas pu connaître sa mère. Du moins, elle ne l'aurait pas connue en sachant qui elle était pour le père d'Allen. Mais la véritable histoire était toute autre. Vraiment différente de ce qu'il imaginait savoir. A vrai dire, au final, il ne savait rien du tout.

    ‹‹ Et puisque vous parlez de ma mère... Elle n'a pas contre jamais parlé de vous, mon père est mort en faisant la guerre dans je ne sais plus quel pays d'Afrique noire. ››

    Elle le regarda, reposant sa tasse tranquillement. La sérénité dont elle faisait preuve extérieurement, trahissait avec l'ouragan intérieur qui s'était emparé d'elle.

    - Oui, c'est ce qu'on a dû te dire, laissa-t-elle échapper.

    Elle se cala dans le dossier de la chaise sur laquelle elle était assise, et après avoir dévié le regard, elle reporta son attention sur lui.

    - Les choses sont plus... compliquées que cela.

    Nouvel arrêt. Elle sonda son regard.

    - En réalité, tu ne sais presque rien de tes origines, Allen. Ton père était bien militaire, mais il n'est pas mort en Afrique. Cleïa est bien ta mère, parce que c'est elle qui t'a élevé, mais...

    Elle baissa les yeux pour reprendre sa respiration, et sortit de derrière son haut un médaillon qui pendait à son cou, qu'elle caressa du pouce.

    - Il y a trente ans, j'ai fait la rencontre de ton père en Egypte, alors qu'il était venu pour l'une de ses missions. Depuis plusieurs années déjà, j'oeuvrais pour la sûreté des miens, à la tête de toute une armée d'hybrides luttant contre les chasseurs. Il a rejoint le mouvement et est resté durant trois ans auprès de moi. Nous... avons eu une aventure. J'avais pourtant débarrassé mes contrées des chasseurs, mais une nouvelle vague a débarqué, et mes terres n'étaient plus aussi sûres qu'elles l'étaient dix ans auparavant. Il y a presque vingt-sept ans, nous sommes allés en Angleterre, rendre visite à Cleïa, puis il a disparu, et je suis rentrée...

    Elle guettait de nouveau sa réaction. Cette fois-ci, sa vigilance était telle qu'elle illuminait ses traits de nervosité et d'anxiété. Elle détacha le médaillon de son cou, et l'ouvrit. Elle le déposa au milieu de la table, dévoilant la photographie d'une homme, d'elle, et d'un nourrisson qu'ils tenaient dans leurs bras emmêlés. Allen pouvait le regarder de plus près, ou ne pas y toucher, mais elle l'avait mis en évidence.

    - Ce que j'essaye de te dire n'aurait pas dû avoir le besoin d'être démenti par une autre histoire, mais la situation était trop compliquée...

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Allen Whistler
Hybride Ligre/ Béhémoth/ Boxeur, homme de main
avatar

Messages : 213
Date d'inscription : 27/05/2010
Age : 27
Localisation : Dans le coin rouge...Sang

Feuille de personnage :
Pouvoirs:
Âge du perso: 27 ans
Relations:

MessageSujet: Re: Vérité folle ou lubie véridique ? [Allen]   Lun 19 Sep - 1:03

-Oui, c'est ce qu'on a dû te dire, les choses sont plus... compliquées que cela.

Comment les choses pouvaient être plus compliquées que ça, comment 27 ans de vie pouvaient elles se révéler plus compliquées que ce qu'il avait toujours su et vécu. Son poing se ferma tout seul alors qu'il se trouvait obligé de poser son verre au risque de voir ce dernier exploser comme s'il était fait de papier.

-En réalité, tu ne sais presque rien de tes origines, Allen. Ton père était bien militaire, mais il n'est pas mort en Afrique. Cleïa est bien ta mère, parce que c'est elle qui t'a élevé, mais...

Il en desserra le poing tellement ce qu'elle était en train d'insinuer était énorme, plus encore que le simple fait de vouloir lui révéler quelque chose sur lui elle était en train de dire qu'elle était en train de le révéler lui. Comment ça Cleïa n'était rien d'autre que celle qui l'avait élevé, ca n'est pas possible elle porte le même nom que son père...Il a vu toutes ses photos d'eux deux. Qu'est ce que c'était que ce rendez vous délirant. Il sentit que quelque chose était en train de s’effriter en lui, sa patience ? Sa raison ? Sa confiance ? Il se projeta violemment contre le dossier de sa chaise.

-C'est quoi ce délire...Tout ceci n'a pas de sens.


-Il y a trente ans, j'ai fait la rencontre de ton père en Egypte, alors qu'il était venu pour l'une de ses missions. Depuis plusieurs années déjà, j'oeuvrais pour la sûreté des miens, à la tête de toute une armée d'hybrides luttant contre les chasseurs. Il a rejoint le mouvement et est resté durant trois ans auprès de moi. Nous... avons eu une aventure. J'avais pourtant débarrassé mes contrées des chasseurs, mais une nouvelle vague a débarqué, et mes terres n'étaient plus aussi sûres qu'elles l'étaient dix ans auparavant. Il y a presque vingt-sept ans, nous sommes allés en Angleterre, rendre visite à Cleïa, puis il a disparu, et je suis rentrée...

Elle n'en démordait pas, et poursuivait avec une explication encore plus délirante que la raison de cet entretient. Une histoire tellement incroyable qu'Allen ne pouvait s’empêcher de penser que si elle avait voulu se jouer de lui ,elle l'aurait sûrement fait en inventant une histoire bien plus crédible. Sa mâchoire était crispée et serrée au possible, tout une partie de lui avait envie de lui crier d'aller ce faire foutre avec sa petite histoire. Si tout ceci était vrai pourquoi revenir tout lui dire maintenant ? Pouvez t-elle penser sincèrement qu'il lui suffisait de se pointer avec un petit conte pour qu'il gobe quelque chose d'aussi gros sans lui exploser à la tête. Elle ouvrit le petit médaillon qu'elle révélant ainsi la seule preuve de ce qu'elle avançait, une petite photo avec un homme qui sans la moindre erreur possible était son père...Elle...Et un nourrisson qu'il connaissait assez bien puisqu'il s'agissait de lui. Il eut dans un premier temps envie de dire que cette photo ne prouvait que le fait qu'elle avait connu sa famille. Mais en y regardant de plus près cette photo était encore bien plus que ca. Elle venait tout droit d'une maternité ou d'un hôpital, il portait encore son bracelet...Et elle aussi en plus de la chemise des patients. Il tendit une main tremblante pour attraper le pendentif, c'était impossible il ne voulait pas y croire, sa mère ne lui aurait jamais menti ainsi.

Pourtant, elle ne lui avait jamais parlé d'un quelconque voyage en famille en Afrique. Jamais elle ne lui avait dit qu'ils avaient connu une ancienne aussi illustre. Et alors qu'il voulait faire son possible pour refuser en bloc cette histoire son esprit travaillait d’arrache pied à tout mettre dans l'ordre. Etait ce pour ça que sa mère n'avait jamais voulu lui raconter avec autant de ferveur les histoires de la reine scorpion, était ce pour ça qu'elle avait toujours été évasive sur l'Afrique en général. Il reposa le médaillon après l'avoir refermé, et le repoussa le plus loin possible de lui comme si la vérité qu'il portait en lui le brûlait. Ses yeux s'embuèrent sans qu'il ne puisse rien faire contre ça, tout le monde était contre lui, même lui même. Ses yeux s'embuèrent alors que tout ses efforts pour se raccrocher à une vérité qui partait en lambeaux ne servaient a rien. Il retomba à nouveau contre le dossier de la chaise la tête tournée vers le ciel


-C'est totalement insensé...Et admettons que tout ceci soit vrai, je dis bien admettons...Pourquoi maintenant ? Qu'est ce que vous attendez de moi ?


C'était peut être encore le seul point noir si on mettait de coté le fait que ses parents l'avaient visiblement abandonné dès sa naissance, pour faire de sa vie un immense mensonge.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Isis
Hybride scorpion -- Ancienne du clan Terrestre -- Présidente de la GRAC
avatar

Messages : 106
Date d'inscription : 02/11/2010
Age : 26

Feuille de personnage :
Pouvoirs:
Âge du perso: 1000 ans
Relations:

MessageSujet: Re: Vérité folle ou lubie véridique ? [Allen]   Mar 20 Sep - 14:23

    Elle guettait avec attention le moindre de ses gestes. Elle avait choisi un endroit public où le tourisme allait bon train afin qu'il ne s'emporte pas. Car oui, la colère qu'il devait éprouver à cette révélation devait bien être présente. Elle attrapa le médaillon qu'il relança comme pour l'écarter de lui, comme si c'était un objet maudit qui lui ferait plus de mal qu'autre chose. Ce n'était pas la douleur qu'elle était venue lui apporter, mais des réponses, et surtout, la vérité. Seulement voilà, parfois la vérité d'une vie peut faire mal, très mal, surtout lorsqu'on a toujours cru être basé sur des faits catégoriquement véridiques et impossible à contredire.

    La culpabilité pouvait se lire sur le visage de Meera, même si elle essayait tant bien que mal de rien laisser transparaître. Elle ne pouvait pas faire semblant de ne rien ressentir face à son fils, celui qu'elle avait mis au monde vingt-sept ans plus tôt. L'enfant qu'elle avait dû laisser aux mains d'une personne respectable afin qu'il puisse grandir sans soucis.
    Elle le regarda se rejeter contre le dossier de la chaise, et lever les yeux vers le ciel.

    ‹‹ C'est totalement insensé... Et admettons que tout ceci soit vrai, je dis bien admettons... Pourquoi maintenant ? Qu'est-ce que vous attendez de moi ? ››

    Elle pesa ses mots, baissant d'abord le regard, caressa le médaillon de l'index, un sourire doux sur les lèvres, mais un sourire également plein de mélancolie.

    - Tu aurais fini par l'apprendre un jour ou l'autre, il était de mon devoir de te dire la vérité moi-même. Quand j'ai appris que tu étais à Paris, j'ai quitté l'Egypte sur-le-champs. Il fallait que je te retrouve.

    Elle tourna à son tour les yeux vers le ciel, soupirant lourdement, comme pour contenir ses émotions bien trop grandes. Puis elle posa son regard sur lui.

    - Je ne suis pas là pour te demander quoi que ce soit. Je ne pense pas être en droit d'attendre quelque chose de toi. Mais alors que je te croyais en sécurité pour longtemps, tu as quitté l'Angleterre, pour venir ici, alors que les hybrides sont traqués comme des bêtes sauvages. Et aujourd'hui, tu sais aussi bien que moi que tu ne pourras pas être en paix tant que tu n'auras pas résolu ce problème d'hybridisme. Staroxia ne pourra rien faire pour toi non plus. La rage et la colère que tu éprouves sous forme hybride viennent d'un point inconscient de ton esprit.

    Elle marqua un temps d'arrêt, termina la tasse de thé noir posée devant elle, elle avait la gorge vraiment sèche.

    - Alors si j'avais simplement une chose à te demander, ce ne serait pas celle de m'accepter en tant que ce que je suis vraiment pour toi, parce qu'actuellement, je ne suis rien après tout. Ce n'est pas moi qui t'ai élevé comme je l'aurais dû...

    Son visage s'était de nouveau baissé au fil des mots qu'elle prononçait.

    - Mais... Je te demanderai de me laisser t'aider à te contrôler. Il n'y a que comme ça que tu pourras retrouver une vie sans peur de te laisser aller à des excès de rage. Tu pourras recommencer à pratiquer ce pour quoi tu es devenu le héros d'Angleterre. Tu pourras recommencer, ici ou ailleurs...

    Elle laissa échapper un nouveau soupir, comme si ce qu'elle allait dire par la suite lui déchirait le coeur au point de lui ôter la vie.

    - Tu pourras continuer de vivre comme si je n'avais jamais existé...

    Evidemment, elle était consciente qu'il ne pourrait pas oublier cet entretien. Mais ce qu'elle voulait dire par là, c'est qu'elle ne lui imposerait pas sa présence. Elle continuerait de veiller sur lui, de loin, par ces contacts, par sa faculté à se transformer en n'importe qui. Elle ferait comme elle avait toujours fait depuis vingt-sept ans, elle le protègerait avec toute la discrétion possible, incognito.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Allen Whistler
Hybride Ligre/ Béhémoth/ Boxeur, homme de main
avatar

Messages : 213
Date d'inscription : 27/05/2010
Age : 27
Localisation : Dans le coin rouge...Sang

Feuille de personnage :
Pouvoirs:
Âge du perso: 27 ans
Relations:

MessageSujet: Re: Vérité folle ou lubie véridique ? [Allen]   Lun 26 Sep - 23:55

-Tu aurais fini par l'apprendre un jour ou l'autre, il était de mon devoir de te dire la vérité moi-même. Quand j'ai appris que tu étais à Paris, j'ai quitté l'Egypte sur-le-champs. Il fallait que je te retrouve.

Bizarrement Allen ne l'entendait pas vraiment de la même manière, il avait plutot en tête que s'il n'avait pas été au rassemblement des hybrides comme il avait voulu premièrement le faire il serait encore un ignorant. Un ignorant de ce qu'il était vraiment, de qui il était vraiment deux choses que personne ne devrait ignorer. Et cette simple pensée ne faisait qu’attiser le feu qui brûlait maintenant en lui, rien qu'a l'idée que son passé tout entier ne soit rien de plus qu'un ignoble mensonge. Ca n'était pas vrai qu'il aurait fini par l'apprendre, le secret était trop bien huilé seul la chance, si on pouvait le dire ainsi, était a l'origine de la révélation. Elle en Égypte, lui en Angleterre mise à part une quelconque faiblesse de Cleïa jamais la vérité n'aurait éclaté. Comme il ne pouvait pas croire qu'après toutes ses années a faire tant et tant pour lui Cleïa ne fusse pas sa mère.

-Je ne suis pas là pour te demander quoi que ce soit. Je ne pense pas être en droit d'attendre quelque chose de toi. Mais alors que je te croyais en sécurité pour longtemps, tu as quitté l'Angleterre, pour venir ici, alors que les hybrides sont traqués comme des bêtes sauvages. Et aujourd'hui, tu sais aussi bien que moi que tu ne pourras pas être en paix tant que tu n'auras pas résolu ce problème d'hybridisme. Staroxia ne pourra rien faire pour toi non plus. La rage et la colère que tu éprouves sous forme hybride viennent d'un point inconscient de ton esprit.

Elle marqua une petite pause mais il devait attendre qu'elle finisse pour commencer.

- Alors si j'avais simplement une chose à te demander, ce ne serait pas celle de m'accepter en tant que ce que je suis vraiment pour toi, parce qu'actuellement, je ne suis rien après tout. Ce n'est pas moi qui t'ai élevé comme je l'aurais dû...

Il frappa du poing la table qui trembla dangereusement sans pour autant céder. Il sentait sa patience être mise a rude épreuve, et ne pouvait que remercier tout ceux qui avaient contribuer a le rendre aussi flegmatique. Comment pouvait elle invoquer un tel raisonnement ? Pour parler de Staroxia il avait bien vu qu'elle ne pouvait pas grand chose pour lui. Elle avait tout de suite pensé un problème génétique, mais lui avait toujours pensé que c'était mental. Comme si il voulait se faire passer un message à lui même, sans jamais réussir à se comprendre. Et petit a petit à force de s'ignorer alors le message avait pourri, c'était noirci pour devenir simplement ceci.

-En sécurité !? Si vous vous étiez un poil plus occupé de moi vous auriez vu que je n'étais pas plus en sécurité nul part que les autres ne l'étaient avec moi ! Toujours obligé de rester à l'écart des autres de peur que le jeu prenant des proportions regrettable, qu'un accident qui le serait encore plus n'arrive. Si vivre en sécurité signifie vivre caché des autres en se reniant soit même. Car voyez vous ce problème de mon "inconscient" à une manière très réel de s'exprimer...Alors j'aurai préféré vivre dangereusement. Avoir peur de soit même chaque jour que Dieu fait, ressentir devant et pour chaque personne une haine incompréhensible, ne pas arriver à se sentir proche de personne et maudire une moitié entière de soit même en permanence....C'est ca la vie de sécurité que tu voulais pour moi ?


Et il ne lui parlait pas de ce que ce mode de vie avait brisé en lui, qu'il lui avait volé son enfance et l’empêche de vivre pleinement son âge de raison. Qu'il n'avait jamais embrassé qui que ce soit, et ne c'était même jamais autorisé a ressentir quoi que ce soit pour une autre personne, autre que sa "mère". Qu'il avait certes réussi socialement à une époque, mais qu'il n'était pas sur de pouvoir s'ouvrir a qui que ce soit un jour. Sa voix s'étrangla par l'émotion bien qu'il aurait tout donné à cet instant précis pour rester aussi froid qu'un glaçon. Comme pour lui faire croire que tout ceci ne le touchait pas.

-Je ne sais pas...Et ne saurait sûrement jamais quelle genre de vie j'aurai du mené si j'avais vécu à ma place.

Il fut obligé de s'arréter pour reprendre une grande inspiration, sa gorge était nouée et ses yeux menaçaient a tout moment de laisser couler une amertume salée le long de ses joues.


-Je...Je peux te pardonner d'avoir fait passer ton devoir avant moi, et d'avoir sacrifié notre temps pour celui de la multitude. Mais ne me demande pas de passer l'éponge aussi facilement sur tout ce que j'ai enduré en étant mis à l'écart de cette manière.

Il s'en mordait les lèvres pour ne plus les faire trembler, son cœur battait si vite. Et à peine avait il fait cessé le tremblement de ses lèvres que c'était tout le reste de son cœur qui prenait la relève. Il avait envie de pleurer, de pleurer jusqu'à ce que la dernière goutte d'eau de son corps s'en fut allé. Envie de crier jusqu'à s'en rompre les cordes vocales, envie de lancer ou briser tout ce qui pouvait lui passer par les mains. Mais parce qu'il pouvait faire tout ça ici et maintenant il ne le ferait. Le laisser aller était quelque chose qu'il avait oublié, il se contenta juste de fermer les poings aussi fort que possible et de baisser la tête pour les regarder. Encore une fois la vérité était amère, il avait trouvé la solution à son problème visiblement mais pour cela il avait du sacrifié sa vie.

T'accepter pour ce que tu es...Comme si ca pouvait être aussi facile que ça.

Les tremblements avait repris de plus belle, si bien qu'il devait se tenir lui même comme s'il avait froid. Ses yeux c'étaient mis un peu a gonfler à cause des larmes, mais paradoxalement il avait le sourire aux lèvres, un sourire torve.

-Tu n’essaies même pas de me convaincre. Cela t'importes-t-il même ce que j'peux bien répondre maintenant ? Tu dis que la vérité aurait fini par me rattraper...Mais c'est faux. Sans cette réunion des hybrides ont aurait continué enfin tu aurais continué à vivre sans moi et moi a vivre dans l’ignorance. Si bien qu'aujourd'hui je me demande bien si tu exécutes un devoirs de conscience de plus de 27 ans...Ou si tu es vraiment sincère et cherche une quelconque réparation...En fonction de ce que tu vas dire...Il se pourrait bien qu'on ne se recroise plus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Isis
Hybride scorpion -- Ancienne du clan Terrestre -- Présidente de la GRAC
avatar

Messages : 106
Date d'inscription : 02/11/2010
Age : 26

Feuille de personnage :
Pouvoirs:
Âge du perso: 1000 ans
Relations:

MessageSujet: Re: Vérité folle ou lubie véridique ? [Allen]   Ven 30 Sep - 0:07

Elle ne broncha pas au poing qui frappa la table. Sa colère était légitime, elle ne pouvait pas redire quelque chose là-dessus. Son ignorance l'était également. Comment pouvait-il savoir qu'il était sa seule faiblesse ? Pouvait-il seulement imaginer que le moyen le plus efficace d'atteindre Isis était de l'atteindre lui ? On aurait pu trouver un argument déshonorant cette réalité, comme par exemple celui de la force qu'elle avait. Il aurait tout à fait pu lui demander pourquoi elle n'aurait pas pu le protéger. Elle aurait répondu que cette vie aurait été pire que ce qu'il avait vécu jusqu'à présent.

Elle le laissa finir à son tour, jusqu'à ce dernières paroles :

‹‹ En fonction de ce que tu vas dire... Il se pourrait bien qu'on ne se recroise plus. ››

Reprendre les choses dans l'ordre d'apparition.

- En sécurité, tu l'étais. Je ne pouvais pas prévoir ce qui suivrait. Tout ce que je savais, c'est que c'était la meilleure solution possible. Tu penses peut-être que ce choix a été facile à assumer ? Ca a été l'épreuve la plus dure que j'ai dû affronter en mille ans d'existence ! Si tu étais resté à mes côtés, ton enfance aurait été bien moins supportable que ce que tu as vécu. Là aussi tu aurais vécu caché, seul, tu aurais dû supporter les absences répétitives de ta mère. Tu n'aurais pas eu l'affection maternelle qui se doit d'être donnée à un enfant. Je te passe tous les mauvais présages occasionnés. Mais pour couronner le tout, tu ne serais sûrement plus là à l'heure qu'il est.

Cette prise de conscience déjà présente dans son esprit provoqua en elle de nouvelles émotions.

- Et avant que tu me dises que j'aurais pu te protéger, je dois t'avouer que non. Parce que la seule façon de m'atteindre était de s'attaquer à toi. Le secret de ta naissance n'aurait pas été gardé bien longtemps, et très vite tout se serait compliqué. Et avant que tu ne crois que je l'ai fait pour moi, sache que c'est tout le contraire.

Isis autant que Meera n'était pas réputée pour laisser transparaître ses émotions. Elle était connue comme une femme impitoyable, qu'on qualifiait souvent de sans coeur. Mais là, elle ne pouvait plus contrôler la tempête émotionnelle qui secouait ses entrailles.

- Tu es ma seule faiblesse, Allen, échappa-t-elle dans un sanglot à moitié refoulé. Prendre ta vie, c'est prendre la mienne...

Elle ne savait pas s'il comprendrait exactement ce que cela signifiait pour elle. Mais elle devait se l'avouer, et même, elle le savait. Le tuer, c'était venir à bout d'une Ancienne, parce qu'elle n'aurait jamais supporté de continuer à vivre sans la chair de sa chair. Il serait mort à cause d'elle...

- Le pire dans tout ça, c'est que je ne peux même pas regretter de ne pas avoir été une simple hybride pour pouvoir te garder auprès de moi. Parce que si ça avait été le cas, tu ne serais jamais venu au monde, et je ne serais plus là depuis des siècles.

Heureusement pour eux, la table qu'elle avait choisie était un peu à l'écart des autres. Ainsi, même si leurs regards étaient attirés par les gestes réactionnels qu'ils pouvaient avoir, ils n'entendaient rien de ce qu'ils se disaient.

Elle s'aventura à chercher sa main de la sienne, comme pour combler le manque indécent qu'elle avait dû subir depuis un tiers d'existence humaine. Elle reprit le contrôle de ses émotions comme elle put, et reprit la parole.

- Je suis venue au rassemblement par hasard, je n'étais pas certaine de t'y trouver. Crois-tu vraiment que j'aurais laissé un continent entier sans ma surveillance simplement pour venir en aide aux Anciens de Paris ? Si je suis revenue c'est pour être certaine que tu allais bien. Je t'aurais retrouvé, quelques soient les moyens dont j'aurais dû faire usage pour y arriver.

Son autre main voulut saisir mieux la sienne, comme pour se rattacher à un dernier espoir.

- Evidemment que j'aimerais construire la relation que nous n'avons jamais pu avoir ensemble avec toi. Je voudrais partager ces moments autrement que comme je me les suis toujours imaginés. J'aimerais te connaître autrement que par tout ce qu'a pu me dire Cleïa sur toi... Mais ce choix n'appartient qu'à toi. Et si tu choisis de ne plus jamais me revoir, je tâcherai de me faire invisible pour continuer à veiller sur toi...

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Allen Whistler
Hybride Ligre/ Béhémoth/ Boxeur, homme de main
avatar

Messages : 213
Date d'inscription : 27/05/2010
Age : 27
Localisation : Dans le coin rouge...Sang

Feuille de personnage :
Pouvoirs:
Âge du perso: 27 ans
Relations:

MessageSujet: Re: Vérité folle ou lubie véridique ? [Allen]   Ven 30 Sep - 1:47

-En sécurité, tu l'étais. Je ne pouvais pas prévoir ce qui suivrait. Tout ce que je savais, c'est que c'était la meilleure solution possible. Tu penses peut-être que ce choix a été facile à assumer ? Ca a été l'épreuve la plus dure que j'ai dû affronter en mille ans d'existence ! Si tu étais resté à mes côtés, ton enfance aurait été bien moins supportable que ce que tu as vécu. Là aussi tu aurais vécu caché, seul, tu aurais dû supporter les absences répétitives de ta mère. Tu n'aurais pas eu l'affection maternelle qui se doit d'être donnée à un enfant. Je te passe tous les mauvais présages occasionnés. Mais pour couronner le tout, tu ne serais sûrement plus là à l'heure qu'il est.

Elle ne perdit pas beaucoup de temps à ressortir le prétexte de la sécurité. Et bien entendu ca n'était pas un mauvais prétexte, loin de la il n'est pas un parents qui ne fassent les choses autrement que pour le bien de son enfant. Mais même s'il était évident qu'il aurait été une cible facile en Égypte, la réciproque était totalement vrai en Angleterre. En Egypte sa relation avec Isis lui aurait apporté nombre d'ennemis potentiels, mais en Angleterre c'était sa transformation belliqueuse qui lui en assuré tout autant. Il avait toujours pensé qu'en se transformant par accident dehors il aurait fini abattu sur le trottoir avant de faire trop de morts. Pour ce défendre de lui n'importe qui aurait pu avoir la légitime envie de le refroidir. Quoi qu'elle eut pu lui offrir comme solution aucune ne garantissait la sécurité. Mais, il était vrai qu'avec le choix qu'ils avaient fait pour lui il n'avait pas manqué "d'amour". Car à cet instant précis il se demanda même si Cleïa ne lui avait pas menti la dessus. Alors la question était de savoir ou était le mieux entre une vie dangereuse et peut être courte mais sa propre vie, ou une vie basé sur un mensonge tout aussi dangereuse mais plus longue et heureuse. C'était un peu trop compliqué pour lui et la colère ne l'aidait pas à réfléchir posément comme on le lui avait appris.


-Et avant que tu me dises que j'aurais pu te protéger, je dois t'avouer que non. Parce que la seule façon de m'atteindre était de s'attaquer à toi. Le secret de ta naissance n'aurait pas été gardé bien longtemps, et très vite tout se serait compliqué. Et avant que tu ne crois que je l'ai fait pour moi, sache que c'est tout le contraire.

Il lui adressa un regard furibond. Jamais de sa vie il n'avait demandé la défense de personne, et encore moins ne l'avait il demandé. C'était cette même fierté qui l'avait emmené aussi loin dans son sport que dans la vie. Il n'avait jamais demandé d'aide a quelqu'un pour la simple raison que ce genre de chose tisse des liens qu'il ne pouvait pas se permettre d'avoir. Entrer dans son intimité c'est entrer dans l'intimité d'un monstre instable. Elle appuya sur le fait qu'il était sa faiblesse et que le seul coup fatal qu'on pouvait lui porter à elle c'était un coup qu'on lui donnerait a lui. Il sentit bouillonner quelque chose en lui d'aussi furieux que noir, comme l'envie de lui crier que ca ne servait a rien d'enfanter dans ce genre de conditions. Colère, tristesse, incompréhension était en train de former en lui cocktail explosif. Qu'avait elle bien pu retirer de positif de sa naissance si immédiatement elle c'était coupé de lui, pour étouffer la brèche qu'elle avait ouverte dans sa défense.

Si sa mère était une sans cœur impassible, alors il avait du hérité du caractère passionnel de son père. Car la seule chose qui l’empêcher de laisser libre court à ses sentiments c'était la promesse de sa forme hybride de faire couler le sang jusqu'à plus soif. Il prit une grande inspiration et dans ce même travail que sa mère adoptive lui avait appris, il finit par contenir le flot continue de colère qui coulait en lui. Et il put ainsi se rendre compte qu'Isis était maintenant le cœur à fleur de peau, comme lui. Hors si elle c'était foutue de la réponse qu'il pouvait lui donner elle ne se serait pas mise dans un tel état. Il ne lui demandait pas de regretter ce qu'elle était, comme il ne lui demandait pas non plus de changer quoi que ce soit à sa vie pour lui. C'était peut être trop tard on lui avait appris que les anciens était des personnes dont l'importance méritait un respect proche de l'adoration. Comment devait il la voir, comme une mère, une ancienne, une mère et ancienne, ou une ancienne puis une mère. Il vit la main d'Isis s'approcher de l'une des siennes bien avant qu'elle ne la trouve, il ne fit rien pour s'en dégager à vrai dire lui même avait besoin de se contact. Il s'attendait presque que juste le contact de sa peau sur la sienne suffirait à lui rendre les premiers instant de sa vie, lui sonnerait comme une preuve. Mais tout ce qu'il entendit ce fut un puissant rugissement dans le fond de sa tête et de son âme. Plus de colère cette fois, il était difficile de savoir ce qu'il voulait dire.


-Je suis venue au rassemblement par hasard, je n'étais pas certaine de t'y trouver. Crois-tu vraiment que j'aurais laissé un continent entier sans ma surveillance simplement pour venir en aide aux Anciens de Paris ? Si je suis revenue c'est pour être certaine que tu allais bien. Je t'aurais retrouvé, quelques soient les moyens dont j'aurais dû faire usage pour y arriver.

Encore une fois et le son glacé de sa voix dans sa propre tête le fit frissonner, alors que dans le brouahaha intérieur que faisait sa partie animal il se prit a penser qu'il avait aussi du mal à penser qu'elle avait fait ca pour lui. Brisé vingt sept années de silence et de mensonge juste pour savoir si l'allait bien ? Fallait il en déduire que cela ne l'avait pas préoccupé avant, ou qu'il lui avait fallu vingt sept avant pour que l'absence e son fils lui devienne insupportable ? Il aurait pu lui dire qu'il n'allait pas bien, que ses problèmes le rongeaient à un point qu'elle ne pouvait pas imaginer. Mais il n'en fit rien pour ca il allait falloir encore attendre un peu. Elle referme une deuxième main sur la sienne, il constate avec surprise leurs douceurs et leur petitesses. Il fallait dire qu'il n'avait guère serrer d'autre main que celle d'homme bien bâti. Mais elles étaient chaude et bien plus douce qu'il ne l'aurait imaginé. Loin de l'idée de fermeté qu'il avait toujours eu.

-Evidemment que j'aimerais construire la relation que nous n'avons jamais pu avoir ensemble avec toi. Je voudrais partager ces moments autrement que comme je me les suis toujours imaginés. J'aimerais te connaître autrement que par tout ce qu'a pu me dire Cleïa sur toi... Mais ce choix n'appartient qu'à toi. Et si tu choisis de ne plus jamais me revoir, je tâcherai de me faire invisible pour continuer à veiller sur toi...

Il eut un instant de réflexion. Il fallait faire un choix, et il n'avait pas toujours été très avisé pour ce genre de chose. Certes il pouvait apparaître comme quelqu'un de posé et de très réfléchi, mais sous son flegme se cachait une nature impulsive. Il était une machine qui dans les instants les plus critiques se retrouvait mué par l'instinct. Mais pouvait on prendre une telle décision par instinct ? Il se retira aussi profondément à l'intérieur de lui même qu'il lui était possible de sombrer, et à l'intérieur de la forteresse mental qu'il avait érigé contre lui même il trouva le calme qu'il lui fallait. Il avait déjà 27 ans, et il avait failli perdre pied de colère car sa vie n'était qu'un mensonge. Mais si dans sa colère il lui disait de disparaître à tout jamais, alors de mensonge il passerait à ignorance ce qui n'était guère plus acceptable. Pouvait il se payer le luxe de nourrir vers elle à partir de cet instant une rancune tenace pour un geste de protection d'une mère envers son fils ? Devait-il juger comme une mauvaise solution ce qu'elle avait il y a 27 ans, alors que sur le coup il ne devait guère y avoir plus de solutions pour elle. Elle avait passé mille ans selon ses dires à vivre plus pour son peuple que pour elle, pouvait il de son coté lui infligé une décision égoïste de gamin pas content ? Que gagnerait-il à ne plus la revoir ? Aurait-il hérité de la même longévité qu'elle il se serait sûrement permis de l'embêter un peu. Mais dans l'état actuel des choses il se privait autant qu'elle de quelque chose qui leur était peut être vital.

Il fini par quitter sa forteresse de solitude intérieure pour poser une main au dessus de celles d'Isis. Ses yeux qui c'étaient fait distant et lointain le temps de sa réflexion reprirent leur éclat, il avait toujours le même visage sérieux et impassible. Et alors qu'il s’apprêtait à parler quelque chose lui apparu comme une évidence. L'éducation que Cleïa lui avait donné, et même la boxe tout ceci l'avait préparé à cet instant. Pour le conditionner à penser de cette manière. Finalement il même si elle n'était pas mère Cleïa l'avait préparé à affronter une vérité qui même si elle ne devait peut être pas arriver, avait été senti par la tigresse.


-La vie est courte...Bien trop courte pour la passer à bâtir des rancunes telles des remparts la ou il ne devrait pas y avoir. T'en vouloir ou ne pas t'en vouloir ne changera en rien ce que tu as fait ce jour la, encore moins ce qui en découlé pour moi ensuite. Je ne me raccrocherai pas à l'idée que ma vie au près de toi aurait pu être meilleure, car je sais qu'autant sur certains points si...Qu'autant sur d'autres points non. Mais je sais aujourd'hui que je ne suis plus un enfant, et que la faiblesse que tu as caché n'a plus besoin d'être protégée. Je ne pourrai jamais marché à coté de toi en tenant la main pour découvrir le monde. Mais si tu veux vraiment rattraper le temps laisser derrière nous, alors laisse moi marcher à coté de toi ou derrière toi en tant qu'homme.

Ca ne servait a rien de venir lui dire tout ca si c'était pour ensuite le remettre de coté pour sa sécurité. Aujourd'hui sa sécurité il pouvait se l'assurer lui même et ce plus que jamais. Il avait déjà eux le droit a des altercations avec des chasseurs, ca n'était pas ca qui faisait régner la peur en son cœur. Il voulait juste ne plus a avoir peur de lui, et de pouvoir assumer pleinement son identité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Isis
Hybride scorpion -- Ancienne du clan Terrestre -- Présidente de la GRAC
avatar

Messages : 106
Date d'inscription : 02/11/2010
Age : 26

Feuille de personnage :
Pouvoirs:
Âge du perso: 1000 ans
Relations:

MessageSujet: Re: Vérité folle ou lubie véridique ? [Allen]   Sam 26 Nov - 2:01

    Une fois qu'elle eut fini de parler, elle retint son souffle sans ne plus pouvoir respirer davantage, comme si sa survie dépendait de sa sentence. Elle était suspendue à ses lèvres, qui refusaient pour l'instant de s'ouvrir pour formuler le moindre mot. Lorsqu'il rabattit sa main sur les siennes, elle constata avec surprise qu'elle était plus imposante qu'une des siennes. Cette image lui arracha un remord dissimulé, celui de ne pas l'avoir vu grandir. La simple vision de son fils devenu adulte aurait dû lui suffire, mais par ce simple contact, tout se renforçait. Aussi bien le regret de ne pas avoir pu être là pour lui, que le manque semblable au gouffre qui lui avait empli le coeur pendant ces vingt-sept années.

    ‹‹ La vie est trop courte... Bien trop courte pour la passer à bâtir des rancunes telles des remparts là où il ne devrait pas y en avoir. T'en vouloir ou ne pas t'en vouloir ne changera en rien ce que tu as fait ce jour-là, encore moins ce qui en a découlé pour moi ensuite. Je ne me raccrocherai pas à l'idée que ma vie auprès de toi aurait pu être meilleure, car je sais qu'autant sur certains points si... Qu'autant sur d'autres points non. Mais je sais aujourd'hui que je ne suis plus un enfant, et que la faiblesse que tu as cachée n'a plus besoin d'être protégée. Je ne pourrai jamais marcher à côté de toi en te tenant la main pour découvrir le monde. Mais si tu veux vraiment rattraper le temps laissé derrière nous, alors laisse-moi marcher à côté de toi ou derrière toi en tant qu'homme. ››

    Ses mains s'étaient inconsciemment crispées en attendant le verdict, et semblèrent se détendre en un instant après ce qu'il venait de dire. D'abord émue de ne pas se voir rejetée, et surtout rassurée de ne pas le perdre encore une fois trop tôt, elle sentit une nouvelle vague d'émotion naître aux bords de son coeur de mère meurtrie. Prenant ce qu'il lui fallait de temps pour contenir les perles de joie qui embuaient sa vue, elle esquissa ensuite un sourire attendri et plein de gratitude.

    - Loin de moi l'idée de te laisser dans l'ombre encore une fois. Maintenant que tu as grandi, et bien que je sois consciente du danger qui court, je sais que tu seras à même de te défendre, et je serai là pour veiller à ce que tout aille pour le mieux...

    Bien sûr elle était réticente à l'idée de le faire combattre pour sa cause, et surtout à l'idée de devoir le confronter aux chasseurs qui n'aspiraient qu'à la mort des hybrides, mais le mettre à l'écart encore une fois, c'était risquer de le perdre à nouveau. Et quand bien même elle lui aurait dit non, quelque chose lui disait qu'il se serait débrouillé par ses propres moyens pour entrer dans la cadence. S'il évoluait à ses côtés, elle avait la possibilité de garder un oeil constant sur lui, et d'écarter le danger lorsque celui-ci deviendrait trop grand.

    - Mais... reprit-elle en enlevant doucement ses mains de la sienne pour retrouver cette posture de dirigeante qui était devenue presque naturelle au fil des années, je tiens d'abord à ce que tu sois prêt. Je ne pourrai pas t'écarter indéfiniment du conflit qui nous lie tous les uns aux autres, et t'avoir dans mes rangs serait une force et me permettrait de mieux agir en cas de besoin.

    Elle marqua un temps, avant de reprendre :

    - Je ne doute pas que tu aies sûrement dû déjà te confronter au camp ennemi, mais je ne pense pas que ce soit de ta propre volonté. Si tu décides de marcher à mes côtés Allen, tu vas au-devant de plus de difficultés. C'est pour ça que je te demanderai une seule faveur... Laisse-moi t'apprendre à contrôler ton côté animal.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Allen Whistler
Hybride Ligre/ Béhémoth/ Boxeur, homme de main
avatar

Messages : 213
Date d'inscription : 27/05/2010
Age : 27
Localisation : Dans le coin rouge...Sang

Feuille de personnage :
Pouvoirs:
Âge du perso: 27 ans
Relations:

MessageSujet: Re: Vérité folle ou lubie véridique ? [Allen]   Jeu 1 Déc - 20:31

Il avait ressenti la même chose, qu'il est drôle de prendre les mains de sa mère pour la première fois et de constater qu'elles sont si fines et petites. La figure maternelle est toujours une figure protectrice et à coté de Cleïa il c'était toujours senti protégé et en sécurité, et malgré tout le pouvoir qu'Isis semblait possédait pourrait il construire au dessus d'elle cette image. Pourrait il dupliquer à défaut de la déplacer le statut de protectrice de l'une a l'autre. Pour l'instant il ne voulait pas y penser, cette question ne pouvait avoir de réponse dans l'absolue. Et il avait 27 ans, il n'était plus question pour lui de courir dans les bras de sa mère en cas de pépin alors qu'importe si ses mains n'étaient pas capable de le soulever s'il chutait.

-Loin de moi l'idée de te laisser dans l'ombre encore une fois. Maintenant que tu as grandi, et bien que je sois consciente du danger qui court, je sais que tu seras à même de te défendre, et je serai là pour veiller à ce que tout aille pour le mieux...

Pouvait-il vraiment croire cela aussi, même s'il trouvait honteux de penser toujours à ça jamais elle n'avait pris contact avec lui en 27 ans. Et la rencontre qui avait mené à ce rendez vous avait été plus que fortuite. Quelque part quelque chose en lui qu'il aurait bien faire taire si cela avait été possible lui soufflait que sans ca il vivrait peut être encore dans l'ignorante sécurité, dans ce petit mensonge fait pour l'enfermé loin du danger. Et d'un autre coté il ne pouvait pas nier la force de providence qui les avait réuni même si elle ne l'avait pas désiré. Non pas que tout ce qu'il avait fait de sa vie l'avait préparé à aujourd'hui, mais il était difficile de ne pas voir comment les derniers événements de ses derniers mois l'y avait conduit. Et encore une fois penser ainsi ne lui apporterait rien il valait mieux laisser couler maintenant et laissé faire. Il ne voulait pas croire qu'elle puisse l'abandonner une seconde fois.

"Mais". Il se prit à sourire, seul les parents trouvent le moyen de mettre des "mais" à chaque fois qu'ils lâchent un peu de mou dans la corde. Mais parlait il encore à son parent, elle se redressa bien droite et impérieuse comme si cette séquence émotion un peu "laissé aller" venait de prendre fin. A qui s'adressait-il maintenant à Isis, ou avait il toujours cette conversation "privilégiée" avec Meera. Devrait-il toujours jongler entre les deux ? Avoir une mère ancienne voulait sûrement dire que l'étiquette du devoir devait passer devant tout. Il pouvait se féliciter d'avoir l'âge pour comprendre cela.


-je tiens d'abord à ce que tu sois prêt. Je ne pourrai pas t'écarter indéfiniment du conflit qui nous lie tous les uns aux autres, et t'avoir dans mes rangs serait une force et me permettrait de mieux agir en cas de besoin.

Pas l'écarter indéfiniment ? Rien que sa présence dans la ville de Paris n'était elle pas suffisant comme implication. Et il ne parlait pas encore de sa "relation" avec Raven. Des gens lui en voulait ca ne faisait pas l'ombre d'un doute et s'il se trouvait à coté d'elle pour la protéger alors évidemment il serait impliqué. A ce qu'il soit prêt, comment entendait-elle la chose ? Préparer à quelque chose, préparer a faire quelque chose ? Ca encore il ne serait fixé qu'une fois qu'elle lui en ferait part. Mais il n'était pas question pour lui de se récrier en invoquant son âge. Il se savait encore parfaitement perfectible.

-Je ne doute pas que tu aies sûrement dû déjà te confronter au camp ennemi, mais je ne pense pas que ce soit de ta propre volonté. Si tu décides de marcher à mes côtés Allen, tu vas au-devant de plus de difficultés. C'est pour ça que je te demanderai une seule faveur... Laisse-moi t'apprendre à contrôler ton côté animal.

Elle se trompait, il avait déjà combattu de son propre chef le camp ennemi et ceux dès ses premiers jours. Il n'avait su qu'après qui il avait combattu mais il l'aurait sûrement fait quoi qu'il fut arrivé. Et même s'il ne voulait pas l'admettre, il l'aurait refait si jamais l'occasion c'était présentée a lui. Jamais il n'avait vécu un combat aussi tendu et fantastique. Il avait combattu de nombreuse fois contre des humains, et sans retirer quoi que ce soit de leur valeur, et jamais il n'avait connu pareil excitation qu'avec ses chasseurs. Pour une fois la victoire n'était pas nécessairement acquise d'office, il n'avait pas eu à se retenir, pas eu à faire durer le plaisir. Pour une fois il c'était donné entièrement pour connaître et ressentir ce que tout les autres boxeurs ressentaient durant leur plus beaux combats. Sa vie n'était peut être pas sur un ring peut être. Sa vie était sûrement sur le front comme carburant pour un conflit qui visiblement durait depuis une petite éternité.

Non ce qui l’embêtait plus que de mettre sa vie en jeu pour ce conflit, c'était qu'elle accède a ce qu'il était venu chercher ici. Rien que de penser à son coté animal il acheva le mouvement de recul qu'elle avait eu en se redressant, il se redressa à son tour mais plutot que de rester droit il se laissa tomber contre le dossier de sa chaise comme affligé d'un poids. En venant ici chercher un ancien il n'avait pas véritablement pensé aux conséquences d'un tel apprentissage. Il avait évidemment pensé qu'il devait confronter ses autres formes à l'ancien, et la peur qu'il ne passe quelque chose de fâcheux ne l'avait pas effleuré. Parce qu'elle était sa mère alors la peur de la blesser aussi fantasque fusse-t-elle pouvait trouver assez de résonance pour s'exprimer. Mais il ne pouvait décemment pas rester ainsi, au risque d'être potentiellement dangereux pour tout ceux qui l'entoure.


-Ca ne me plaît pas beaucoup...J'aurai préféré t'épargner ça. Mais tu es peut être la seule à pouvoir te faire entendre de lui...Moi...Nous.


C'était peut être la première fois que qu'il osait parler de ses autres formes comme d'une extension de lui même. Il fallait croire que cette conversation lui avait donné espoir. Finalement il se pouvait que ses petites mains soient assez forte pour le relever en cas de chute.

-Je te fais confiance pour ça.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Isis
Hybride scorpion -- Ancienne du clan Terrestre -- Présidente de la GRAC
avatar

Messages : 106
Date d'inscription : 02/11/2010
Age : 26

Feuille de personnage :
Pouvoirs:
Âge du perso: 1000 ans
Relations:

MessageSujet: Re: Vérité folle ou lubie véridique ? [Allen]   Mar 27 Déc - 12:37

    ‹‹ Ca ne me plaît pas beaucoup... J'aurais préféré t'épargner ça. Mais tu es peut-être la seule à pouvoir te faire entendre de lui...Moi...Nous.
    Je te fais confiance pour ça. ››

    Elle n'avait pas assez d'orgueil pour dire qu'elle était responsable de ce manque de contrôle de son côté animal, mais elle savait par expérience que l'enfance vécue autrement qu'elle aurait dû être vécue pouvait occasionner des troubles du comportement.
    S'il y avait la moindre possibilité qu'elle en soit la responsable première, elle lui devait bien ça. Mais autre fait bien plus important, il était son fils, et elle avait perçu cette rage qu'il dégageait lors du rassemblement. Il était de son devoir de l'aider à canaliser la bête qui sommeillait en lui. En tant qu'Ancienne, mais avant tout en tant que mère. Et si elle était supposément la seule qui puisse l'aider, alors peut-être gagnerait-elle le droit de le voir davantage s'épanouir comme tout rêve d'une génitrice.

    - Merci.

    Elle sortit alors un petit plan de son sac, le déplia, et imposa une petite croix à un endroit bien précis. Elle le lui montra :

    - C'est ici que je suis le plus souvent. Et je considère cet endroit comme l'un des plus sécurisés et à même de disposer d'un coin " d'entraînement ". Lorsque tu te sentiras prêt, tu n'auras qu'à t'y rendre, je serai là.

    Comment être persuadé qu'elle y serait ? Tout simplement parce qu'elle préviendrait l'un de ses hommes de mains. Les caméras à l'entrée du G.R.A.C. qui était surveillée en permanence étaient reliées directement à Isis. Ainsi, elle n'avait qu'à solliciter ses membres qui l'informeraient si une personne non habituée se rendait à son repère. De plus, depuis qu'elle était à Paris, Isis passait beaucoup de temps à son Q.G., car de là, elle pouvait oeuvrer au bon déroulement des opérations qui se lançaient dans Paris.
    Elle l'attendrait.

    - Si... tu as des questions à me poser, je t'écoute.

    Ses obligations pouvaient se permettre d'attendre encore. Aujourd'hui, elle se serait mise en grève si elle avait pu. Elle avait demandé à n'être dérangée qu'en cas d'urgence.



[ HRP : Désolée, c'est pas très long, mais je ne voyais pas quoi mettre de plus pour le moment. ]

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Vérité folle ou lubie véridique ? [Allen]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Vérité folle ou lubie véridique ? [Allen]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» A la recherche de la vérité ! [PV : Trok Zaz']
» [Règle] Rebond et dextérité
» Parole du prophète de la Vérité
» Du pur ZELIG de Woody Allen cette photo du Général !!
» manque de dextérité et modelisme

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hybrid Parisiorum - ou quand le mythe devient réalité... :: Le Jeu : Paris :: Paris Sud :: Parc Montsouris-
Sauter vers: