Forum RPG futuriste se déroulant dans la ville de Paris.
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Comment faire connaissance en quatre leçons au Napolitain [Andral]

Aller en bas 
AuteurMessage
Rosie Durant
Hybride hotu -- Porte parole du parti écologiste
avatar

Messages : 138
Date d'inscription : 11/09/2010
Age : 26
Localisation : Au milieu de la foule, c'est évident.

Feuille de personnage :
Pouvoirs:
Âge du perso: 27 ans
Relations:

MessageSujet: Comment faire connaissance en quatre leçons au Napolitain [Andral]   Mar 19 Oct 2010 - 0:14

Après avoir pris le métro et marché un peu, Rosie, Sam et Andral, accompagnés du chien Kratos, arrivèrent au Napolitain. La jeune femme était une habituée de ce restaurant, c'est pourquoi elle entra sans prendre gare à la devanture en bois peint, ni aux fenêtres montrant un intérieur chaleureux et moderne, et encore moins aux quelques clients qui attendaient d'être placés. Elle continua d'avancer, salua le barman et quelques serveurs, puis s'assit à une table dans un coin.

Ce choix n'était pas anodin. Les autres tables étaient juste assez éloignées pour avoir de l'intimité sans pour autant donner l'impression d'être coupé du monde. Un serveur se présenta à eux :

" Mademoiselle Durant, c'est un plaisir de vous revoir. Votre garde du corps également. Bienvenu à vous, monsieur. Je mets la table pour trois ?
- Tout à fait, merci. " Acquiesça Rosie.

Le serveur revint aussitôt, des cartes coincées sous le bras, un plateau supportant trois verres et serviettes dans l'autre. Il distribua les cartes. Pendant qu'il installait tout, l'hybride ne pu s'empêcher de remarquer :


" Vous avez beaucoup de monde aujourd'hui.
- En effet mademoiselle. Comme c'est une belle journée, beaucoup de touristes viennent prendre des rafraichissements dans les bars restaurants. Veuillez m'excuser, je vous laisse choisir maintenant."

La jeune femme savait ce qu'elle prendrait. Elle ne prit donc pas la peine d'ouvrir sa carte. Elle interrogea cependant son interlocuteur, qui lui, à contrario, consultait la liste de boissons :


" L'ambiance vous plait-elle ? "

A cette question, le chien, qui s'était allongé sous la table, bougea et s'assit. Il tourna la tête vers Rosie, comme si elle venait de l'appeler. Cela la fit rire, et elle flatta la tête de Kratos.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Andral Sparkler

avatar

Messages : 186
Date d'inscription : 27/05/2010
Age : 26
Localisation : j'en sais rien, cherche?

Feuille de personnage :
Pouvoirs:
Âge du perso: 24
Relations:

MessageSujet: Re: Comment faire connaissance en quatre leçons au Napolitain [Andral]   Mer 20 Oct 2010 - 22:47

Après quelques pas et arrêts de métro, nous étions enfin arrivé au dit Napolitain. Depuis l'extérieur, je pus voir l'ambiance chaleureux du restaurant, mais non moins moderne, et qui devait avoir de la réputation au vu de la queue qui faisait place à l'extérieur. Vu la classe qu'affichait cet endroit, je me sentais un peu gêné: je n'avais pas l'habitude de ce genre d'endroit, et c'est surtout dans ce genre d'endroit qu'on vous rejette un bon coup de pied dans le trin à cause du chien que vous vous trimballez. Je regardais alors Rosie et Sam s'avancer sans même faire la queue, l'air confiant. Lorsque nous sommes entré, je me sentais déjà bien dans l'ambiance de la pièce, agréable à souhait, les gens ne parlant pas trop fort, mais assez qu'on puisse voir qu'ils se sentaient bien confortablement installés pour être a l'aise. De plus, on voyait direct les connaisseurs qui saluaient le barman et autres serveurs, alors que je restais en arrière, cachant un minimum Kratos qui affichait une mine réjouie, et saluant gêné ces mêmes personnes. Je me demandais d'ailleurs comment ils ne pouvaient pas le remarquer, du moins avant que je me rende compte que c'était Rosie qui prenait toute l'attention et les regards dans la salle, soit par sa beauté, soit par sa réputation.

Finalement, nous prîmes place dans un coin tranquille, et un serveur vint rapidement nous voir :


" Mademoiselle Durant, c'est un plaisir de vous revoir. Votre garde du corps également. Bienvenu à vous, monsieur. Je mets la table pour trois ?
- Tout à fait, merci. "


Il revint comme il se doit, préparant la table et nous donnant les menus, pendant que notre chien était sous la table, claquant sa queue remuante sur ma jambe. En regardant les repas proposés qui avaient tous l'air plus succulents les uns que les autres, la jolie rousse aborda le serveur de nouveau:

" Vous avez beaucoup de monde aujourd'hui.
- En effet mademoiselle. Comme c'est une belle journée, beaucoup de touristes viennent prendre des rafraichissements dans les bars restaurants. Veuillez m'excuser, je vous laisse choisir maintenant."


*Tiens, des rafraichissements...Pas une mauvaise idée, ça.*

Je pris la peine de consulter tranquillement la liste des apéritifs, alors que Rosie me demanda, flattant Kratos :


" L'ambiance vous plait-elle ?
- Oh oui ! J'avoue n'aller que très rarement de ce genre d'endroits où je me trouve plutôt impressionné de la classe présentée, mais votre aise quand vous êtes entrée m'a littéralement laissé sans voix: On voit bien que vous êtes une habituée. Cela ne vous dérange pas plus que ça, tous ces regards jetés vers vous comme cela, même dans les endroits les plus calmes et agréables comme celui-ci?»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rosie Durant
Hybride hotu -- Porte parole du parti écologiste
avatar

Messages : 138
Date d'inscription : 11/09/2010
Age : 26
Localisation : Au milieu de la foule, c'est évident.

Feuille de personnage :
Pouvoirs:
Âge du perso: 27 ans
Relations:

MessageSujet: Re: Comment faire connaissance en quatre leçons au Napolitain [Andral]   Sam 23 Oct 2010 - 0:12

"Oh oui ! J'avoue n'aller que très rarement de ce genre d'endroits où je me trouve plutôt impressionné de la classe présentée, mais votre aise quand vous êtes entrée m'a littéralement laissé sans voix: On voit bien que vous êtes une habituée. Cela ne vous dérange pas plus que ça, tous ces regards jetés vers vous comme cela, même dans les endroits les plus calmes et agréables comme celui-ci ?
- Et bien... Je ne sais pas si vous êtes au courant, mais nous autres hybrides avons quelques pouvoirs. Vous en avez été spectateur dans le parc : je peux maîtriser l'eau et attirer l'attention de la foule sur moi. Les hybrides doivent composer avec tout cela dès leur enfance. Je dirais que cela m'a un peu immunisée contre le regard des gens. Et puis c'est un mal contre un bien..."

Sam s'agita un peu, comme s'il voulait dire quelque chose. Rosie eut une moue exaspérée, et fit remarquer à son garde du corps que jamais elle ne l'avait empêcher de prendre la parole. Ce à quoi il répondit qu'il préférait se taire, sachant qu'elle n'aimerait pas ce qu'elle allait entendre, et que cela ne regardait pas Andral. La jeune femme comprit à quoi il faisait allusion, ce qui ternit un peu son sourire. Le serveur revint à ce moment, toujours avec un sourire aimable aux lèvres, une distraction bienvenue.


"Avez-vous choisit ?

- Pour ma part, oui. Comme d'habitude s'il vous plait.
- De même, merci." Répondit à son tour Sam.

Le serveur repartit, laissant la tablée seule. Rosie sentait cependant qu'un petit malaise s'était installé depuis la remarque de son garde du corps.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Andral Sparkler

avatar

Messages : 186
Date d'inscription : 27/05/2010
Age : 26
Localisation : j'en sais rien, cherche?

Feuille de personnage :
Pouvoirs:
Âge du perso: 24
Relations:

MessageSujet: Re: Comment faire connaissance en quatre leçons au Napolitain [Andral]   Sam 23 Oct 2010 - 1:35

«Et bien... Je ne sais pas si vous êtes au courant, mais nous autres hybrides avons quelques pouvoirs. Vous en avez été spectateur dans le parc : je peux maîtriser l'eau et attirer l'attention de la foule sur moi. Les hybrides doivent composer avec tout cela dès leur enfance. Je dirais que cela m'a un peu immunisée contre le regard des gens. Et puis c'est un mal contre un bien...»

Ah, je comprends mieux pourquoi je me sentais tellement obnubilé par cette femme lors de sa démo! Si elle peut attirer l'attention des gens, c'est plutôt un bon point dans son métier, mais connaissant son cas...Elle doit bien le contrôler si elle ne veut pas avoir d'ennuis avec certaines personnes. Comme certains commentaires sur Rosie qui commençaient à vaciller sur les autres tables, et bien que ce ne soient que des murmures, parfois même à des tables carrément à l'autre bout de la pièce, ils étaient parfaitement audible pour moi. J'en devenais triste, exaspéré qu'il y ait encore des personnes de ce genre de parlottes...


«Hey, t'as vu, c'est fish girl ! Pour qui elle se prend encore, celle là...
- Tu parles de l'autre naïve qui pense pouvoir sauver Paris? Moi qui croyais que c'était un restaurant première classe, nous servir ce genre de thon...
- Tu m'étonnes, ça va commencer à puer le poisson pas frais dans les parages, hahaha!»


Au plus j'entendais ces mots qui venaient de partout, au plus je tentais de les oublier en me concentrant sur le serveur qui était arrivé :


"Avez-vous choisit ?
- Pour ma part, oui. Comme d'habitude s'il vous plait.
- De même, merci.
-Et pour moi... Et bien je vais me laisser tenter par votre Martini Dry."


Une fois qu'il s'en était allé, la table fut pas mal silencieuse...Et les voix agaçantes revenaient à moi, critiquant toujours plus, et n'arrêtant pas d'utiliser le terme «Fishgirl»...Finalement, je ne pus me retenir, une légère remarque sortit de ma bouche alors que je regardais une des tables au loin...


«Fishgirl...Quelle grossièreté»


Je me rendis compte un peu tard que je parlais à voix haute, et que Rosie et Sam avaient du entendre ce que j'ai dit. J'avais laissé porte ouverte à une grosse engueulade en cas de malentendu, car c'était évident que ce terme était destiné à la belle rousse. Je devais rectifier ça...Mais comment?


«Enfiiin ce n'était pas contre vous, loin de là, c'est juste que...et bien... Voyez-vous»


J'étais tellement gêné à regarder partout en cherchant mes mots que je me rappelai au final qu'elle m'avait bien parlé de ses pouvoirs, il fallait également que je sois franche avec elle. C'était une fille bien, après tout. Charmante, déterminée, et qui ne se laissait jamais distraire...Et puis Kratos l'aimait bien, en plus. Je repris donc mon air calme, après un soupire, je posai mes coudes sur la table, joignant mes mains devant mon visage en ne laissant d'espace visible que mes yeux jaunes fixant rosie, et lui expliquai alors :


«Vous n'êtes pas la seule à avoir des pouvoirs.»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rosie Durant
Hybride hotu -- Porte parole du parti écologiste
avatar

Messages : 138
Date d'inscription : 11/09/2010
Age : 26
Localisation : Au milieu de la foule, c'est évident.

Feuille de personnage :
Pouvoirs:
Âge du perso: 27 ans
Relations:

MessageSujet: Re: Comment faire connaissance en quatre leçons au Napolitain [Andral]   Sam 23 Oct 2010 - 3:39

"Avez-vous choisit ?
- Pour ma part, oui. Comme d'habitude s'il vous plait.

- De même, merci.
-Et pour moi... Et bien je vais me laisser tenter par votre Martini Dry."

Le silence accompagna le départ du serveur. Chacun semblait plongé dans ses pensées. Sauf Sam, bien évidement, qui lui surveillait la salle. Hésitant à dire quelque chose pour dérider l'ambiance, Rosie observa Andral, espérant qu'une idée de conversation lui vienne à l'esprit. Elle nota que le regard du jeune homme s'attardait sur une table en particulier. Elle n'eut le temps de lui en demander la raison qu'il dit pensivement :


"Fishgirl...Quelle grossièreté."


Celle-là, Rosie ne s'y attendait pas. Ses yeux s'agrandirent de surprise. Pourquoi sortait-il donc son quolibet ? Elle devait avoir l'air choquée. Il le vit bien, et afficha aussitôt son air gêné tout en s'excusant :

"Enfiiin ce n'était pas contre vous, loin de là, c'est juste que...et bien... Voyez-vous..."

Il se calma et laissa échapper un soupir. Andral semblait peser le pour et le contre. Il hésitait clairement à révéler une information importante. La jeune femme supposait que cela le concernait. Il finit par prendre une décision, sa gestuelle le montrait : il avait croisé ses mains devant son visage, masquant ainsi le menton, la bouche et le nez. Il la sondait de ses yeux ocre jaune. Puis il lâcha la phrase qu'il retenait :


"Vous n'êtes pas la seule à avoir des pouvoirs."

Et là, Rosie comprit qu'elle avait un hybride en face d'elle. Un hybride qui l'acceptait apparemment. Rares étaient ceux qui n'enviait pas sa célébrité, ou qui ne la voyaient pas comme une sorte de disciple spirituelle du Maire de Paris qui changea leur vie. Popularité, beauté, charisme. Un trio qui même chez les humains créait la jalousie. Les hybrides amplifiaient le phénomène. Alors qu'un autre hybride lui parle comme quelqu'un de normal... Cela faisait du bien. Et plus elle le regardait, plus elle lui trouvait une certaine classe, positionné ainsi, vêtu de son costard.

Mais il restait à savoir pourquoi il avait évoquer le surnom dont ses opposants l'affublaient. Elle prit le temps de reprendre ses esprits et d'organiser ses pensées avant de reprendre la parole. La jeune femme soutenait le regard de l'homme en face d'elle. Elle se lança :


"Ceci explique cela. Je me doute que vous ne voulez pas tout me dire, mais et si vous me décriviez votre animal et vos pouvoirs ? Je comprendrais mieux votre remarque."

Kratos se fit remarquer en se couchant à leurs pieds.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Andral Sparkler

avatar

Messages : 186
Date d'inscription : 27/05/2010
Age : 26
Localisation : j'en sais rien, cherche?

Feuille de personnage :
Pouvoirs:
Âge du perso: 24
Relations:

MessageSujet: Re: Comment faire connaissance en quatre leçons au Napolitain [Andral]   Sam 23 Oct 2010 - 21:43

Avant de voir afficher l'air surprise et choquée sur le visage de Rosie, elle finit par reprendre son visage naturel après mon explication sur mes pouvoirs, et à soutenir mon regard avant de poser cette question :

"Ceci explique cela. Je me doute que vous ne voulez pas tout me dire, mais et si vous me décriviez votre animal et vos pouvoirs ? Je comprendrais mieux votre remarque."


Mon animal? Elle a directement pensé à une nature hybride? Elle n'a même pas pensé au fait que je pouvais être un chasseur ou quoi? Cela m'étonnerait qu'elle le sache déjà venant de quelqu'un d'autre, car les seules personnes que j'ai pu côtoyer et qui connaissent cette seconde nature n'étaient pas vraiment le genre à parler à Rosie, elle aussi une «envoyée de Satan» comme ils aiment nous appeler ... Cette confiance en moi était le bienvenu, et m'avait donc redonné le grand sourire que je n'avait pas affiché depuis que j'avais entendu ces vacheries des voisins (il faut dire aussi que Kratos y était pour quelque chose, il était trop mimi allongé comme ça). Je baissais la tête pour la cacher derrière mes mains afin de ne pas lui montrer mon sourire, mais ce fut plus fort que moi, je levai la tête d'un seul coup, et dans un petit éclat de rire, je dis:

«Ah, j'en aurais trouvé des bonnes personnes aujourd'hui, ça fait plaisir ! Moi qui croyais que vous alliez me prendre un chasseur, vous venez de me montrer votre confiance en moi, j'en suis très touché. Très bien, alors voici ce que je puis dire: en ce qui concerne mon premier...*Je m'approchais un peu de mes deux interlocuteurs pour leur dire à voix basse*..C'est d'avoir les sens sur développés. Alors en effet, ça me donne pas mal de bonus, même si...*A ce moment, je reposai le regard sur les insulteurs de tout a l'heure* Ça peut parfois être décevant...»

Voilà, je leur avais parlé de mon premier pouvoir. J'espérais qu'ils ne seraient pas trop choqué, après tout c'est un peu comme les sens de n'importe quel animal. À ce moment, je regardais Kratos pour lui caresser le dessus du crâne, puis me relevais un moment afin de reprendre la conversation que j'avais laissé, je refis un léger sourire aux deux, et :

«Quant à mon second...*Je voyais à quel point je parlais tout seul, ne leur laissant pas la moindre parole* Ah, mes excuses, j'étais en train de monopoliser la conversation. Vous avez des questions?»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rosie Durant
Hybride hotu -- Porte parole du parti écologiste
avatar

Messages : 138
Date d'inscription : 11/09/2010
Age : 26
Localisation : Au milieu de la foule, c'est évident.

Feuille de personnage :
Pouvoirs:
Âge du perso: 27 ans
Relations:

MessageSujet: Re: Comment faire connaissance en quatre leçons au Napolitain [Andral]   Lun 25 Oct 2010 - 12:24

Andral eut une réaction étrange à sa question. Il se cacha plus encore le visage dans les mains, puis il releva la tête, affichant un grand sourire. Il éclata de rire, surprenant encore plus Rosie. Mais à quoi pensait donc ce type ? Il s'expliqua :

« Ah, j'en aurais trouvé des bonnes personnes aujourd'hui, ça fait plaisir ! Moi qui croyais que vous alliez me prendre un chasseur, vous venez de me montrer votre confiance en moi, j'en suis très touché. Très bien, alors voici ce que je puis dire: en ce qui concerne mon premier... »

Il s'approcha un peu de nous, et nous donna l'information à voix basse :

« C'est d'avoir les sens sur développés. Alors en effet, ça me donne pas mal de bonus, même si... Ça peut parfois être décevant... » Dit-il en jetant un regard noir vers une table en particulier.

La jeune femme comprit qu'avec ce pouvoir, il devait entendre les conversations des autres clients. Ce ne devait pas être flatteur pour elle. Un coup au cœur. Elle faisait la forte, mais elle ne serait pas humaine si elle n'était pas blessée par les médisances. Enfin, humaine...


« Quant à mon second... »


Andral s'interrompit un court instant, puis reprit :

« Ah, mes excuses, j'étais en train de monopoliser la conversation. Vous avez des questions?
- Et bien pas encore. Vous ne nous avez pas tout dit. Sachez cependant que je comprend désormais vos paroles. Mais... N'est-ce pas gênant d'avoir les sens hypertrophiés ? »

Cela intriguait réellement Rosie. Jamais encore elle n'avait rencontré d'hybrides avec ce genre de pouvoirs. Ses pensées dérivèrent un peu tout en restant attentive à la réponse de son interlocuteur, et elle se rendit compte que pour l'instant, ils n'avaient pas abordés leurs histoires respectives. Cela ne saurait tarder. Le serveur revint à ce moment avec leurs boissons. Il déposa galamment le cocktail de la jeune femme en premier, puis servit Andral et Sam.

« Désirez-vous la carte pour prendre quelque chose avec votre rafraichissement ?

- Je prendrais volontiers un de vos cookies. La démonstration m'a affamé.
- Rien, merci, répondit brièvement le garde du corps.
- Dois-je apporter la carte pour Monsieur ? » demanda aimablement le serveur, conscient que l'autre hybride était un nouveau client.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Andral Sparkler

avatar

Messages : 186
Date d'inscription : 27/05/2010
Age : 26
Localisation : j'en sais rien, cherche?

Feuille de personnage :
Pouvoirs:
Âge du perso: 24
Relations:

MessageSujet: Re: Comment faire connaissance en quatre leçons au Napolitain [Andral]   Lun 25 Oct 2010 - 15:23

«Et bien pas encore. Vous ne nous avez pas tout dit. Sachez cependant que je comprend désormais vos paroles. Mais... N'est-ce pas gênant d'avoir les sens hypertrophiés ? »

Elle suivait totalement ma tirade, moi qui croyais que je commençais à être ennuyeux...Je pouvais voir d'ailleurs dans ses yeux qu'elle était très concentrée dans ce que je disais. Moi qui ai l'habitude de m'embrouiller quand je parle, ou bien de ne jamais savoir quelles expressions utiliser, cela me faisait bien plaisir. Je commençais à apprécier de plus en plus cette femme, qui disait qu'elle me comprenait dans mes paroles. Et lorsque je voulus lui répondre, le serveur revint nous servir les boissons :


« Désirez-vous la carte pour prendre quelque chose avec votre rafraichissement ?

- Je prendrais volontiers un de vos cookies. La démonstration m'a affamé.
- Rien, merci, répondit brièvement le garde du corps.
- Dois-je apporter la carte pour Monsieur ?
-*ils servent aussi des cookies???* Non merci, je prendrais la même chose que la demoiselle.


Après le départ du serveur, et les regards reposés sur moi, je repris donc où je m'étais arrêté:


«Et bien cela peut paraître gênant d'un côté, mais c'est comme tout : ça se contrôle. C'est-à-dire que je peux choisir d'être comme vous, un homme normal de par ses sens, ou bien j'ai la possibilité, si je me concentre assez, de pousser leur capacité à l'extrême, et de pouvoir ressentir même un rien à une très grande distance. D'ailleurs, avec le temps et l'habitude, ce pouvoir s'amplifie et ma maîtrise également, ce qui est bon pour moi. Si, par contre, tout a l'heure, je n'ai pu m'empêcher d'entendre ces murmures voisines, c'est parce que, dans le calme, mes sens ont tendance à se relâcher peu à peu, et je n'ai pas encore appris comment arrêter ça. Dans ces cas là, c'est vrai que ça peut devenir problématique.»

Je m'étonnais moi même d'avoir parlé aussi longtemps, avec mes mains qui bougeaient partout dans mon explication. Elle m'avait posé une question simple, et c'est la première fois que je pris vraiment le temps pour lui répondre avec une clarté extrême afin d'être compris. Je passai par contre à côté de mon excellent bonus contre ceux qui passent leur temps à nous chasser, car je ne voulais remettre cette discussion sur le plateau. J'espérais pouvoir recommencer l'exploit pour ce qui allait suivre :

«Avant d'expliquer mon second, je dois vous présenter mon animal afin que vous puissiez mieux comprendre: Je suis un hybride pygargue à tête blanche, l'animal emblème des USA qui ressemble trait pour trait à un aigle. C'est d'ailleurs de lui que je tiens la couleur de mes yeux et de mes cheveux. Je suis donc un hybride aérien, et mon pouvoir hybride n'est que très similaire au votre : vous pouvez contrôler à votre désir votre élément qui est l'eau, comme moi je puis le faire avec le mien qui est l'air, le vent. Après, la limite de mes capacités résident dans le temps et l'entraînement quotidien que je ne néglige pas, mais cela offre, comme pour l'eau, une infinité de possibilités. Le tout est d'avoir de l'imagination, et je dois avouer qu'à force d'avoir la tête dans les nuages, dans les deux sens du terme, je ne suis pas en manque.»


Sur cette dernière phrase, j'arborai un petit sourire, me moquant de moi même, essayant d'apporter un peu d'humour dans la conversation, car cela risquait bientôt d'être arrêté. En effet, maintenant elle savait presque tout sur moi, à part mon passé et ma forme hybride, qui sont étroitement reliés. Elle n'a pas eu peur de montrer la sienne, alors mon tour ne saurait tarder. J'essayais alors de repasser la balle à Rosie, pour retarder au plus tard l'inéluctable. D'ailleurs, j'étais littéralement en train de parler tout seul, et ça commençait à me faire peur. Je la regardais donc de nouveau dans les yeux, posant ma tête sur mes mains jointes qui prenaient appuie sur les coudes posés sur la table, et dis :


«Et pour vous, cela vous a pris longtemps pour vous rendre compte de ces dons? Que ce soit au niveau de votre véritable nature que de vos pouvoirs supplémentaires?»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rosie Durant
Hybride hotu -- Porte parole du parti écologiste
avatar

Messages : 138
Date d'inscription : 11/09/2010
Age : 26
Localisation : Au milieu de la foule, c'est évident.

Feuille de personnage :
Pouvoirs:
Âge du perso: 27 ans
Relations:

MessageSujet: Re: Comment faire connaissance en quatre leçons au Napolitain [Andral]   Ven 29 Oct 2010 - 0:27

« Désirez-vous la carte pour prendre quelque chose avec votre rafraichissement ?
- Je prendrais volontiers un de vos cookies. La démonstration m'a affamé.
- Rien, merci, répondit brièvement le garde du corps.
- Dois-je apporter la carte pour Monsieur ?
- Non merci, je prendrais la même chose que la demoiselle. »

Une fois la commande finit, le serveur s'en alla. Andral en profita pour répondre à Rosie :

« Et bien cela peut paraître gênant d'un côté, mais c'est comme tout : ça se contrôle. C'est-à-dire que je peux choisir d'être comme vous, un homme normal de par ses sens, ou bien j'ai la possibilité, si je me concentre assez, de pousser leur capacité à l'extrême, et de pouvoir ressentir même un rien à une très grande distance. D'ailleurs, avec le temps et l'habitude, ce pouvoir s'amplifie et ma maîtrise également, ce qui est bon pour moi. Si, par contre, tout a l'heure, je n'ai pu m'empêcher d'entendre ces murmures voisines, c'est parce que, dans le calme, mes sens ont tendance à se relâcher peu à peu, et je n'ai pas encore appris comment arrêter ça. Dans ces cas là, c'est vrai que ça peut devenir problématique. »

Rosie hocha la tête. Le jeune homme en face d'elle semblait avoir oublié sa légère timidité. Il parlait éloquemment, en faisant de grands gestes. Elle posa son menton sur ses mains, écoutant attentivement ce qu'il disait :

« Avant d'expliquer mon second, je dois vous présenter mon animal afin que vous puissiez mieux comprendre: Je suis un hybride pygargue à tête blanche, l'animal emblème des USA qui ressemble trait pour trait à un aigle. C'est d'ailleurs de lui que je tiens la couleur de mes yeux et de mes cheveux. Je suis donc un hybride aérien, et mon pouvoir hybride n'est que très similaire au votre : vous pouvez contrôler à votre désir votre élément qui est l'eau, comme moi je puis le faire avec le mien qui est l'air, le vent. Après, la limite de mes capacités résident dans le temps et l'entraînement quotidien que je ne néglige pas, mais cela offre, comme pour l'eau, une infinité de possibilités. Le tout est d'avoir de l'imagination, et je dois avouer qu'à force d'avoir la tête dans les nuages, dans les deux sens du terme, je ne suis pas en manque. »

La jeune femme sirotait tranquillement son cocktail, absorbant les informations. Alors quelqu'un, d'un autre type, possédait un pouvoir élémentaire similaire au sien...

« Et pour vous, cela vous a pris longtemps pour vous rendre compte de ces dons ? Que ce soit au niveau de votre véritable nature que de vos pouvoirs supplémentaires ? »

Rosie bu lentement une autre gorgée en fermant les yeux. Elle resta un petit moment comme cela. Enfin, elle reposa le verre et croisa les mains au niveau du pied de celui-ci. Son regard se planta dans celui d'Andral, et elle sourit.


« J'ai toujours su ma nature. Mes parents sont hybrides, mes grands-parents aussi. Mes frères et sœurs également. Seule ma grand-mère paternelle était humaine. J'ai donc été poussée à m'entraîner dès mon plus jeune âge. Mon pouvoir de charisme m'a causé quelques problèmes quand mes parents ont tenter de me sociabiliser. Du coup, ils se sont chargés de mon éducation au même titre que ma fratrie. J'ai rapidement maîtrisé correctement ce premier pouvoir. Assez pour ne gêner personne en tous cas. Depuis, je me suis beaucoup améliorée, comme vous avez pu le voir.
Mon pouvoir de contrôle de l'eau à été plus... Compliqué. Il a fallut que mes parents abordent les théories de la matière pour que je le contrôle avec souplesse. Auparavant, je n'étais que bonne à créer des minis tsunamis. Aujourd'hui encore, je m'astreins à un entraînement d'une petite heure chez moi. Et comme vous avez pu le voir, ce n'est pas parfait.
Il est vrai que contrairement à d'autres hybrides, j'ai eu la chance d'être bien entourée et guidée. »


La jeune femme bu une autre gorgée de son cocktail. Le serveur profita de ce moment pour revenir avec les gourmandises. Il distribua les cookies en commençant par elle.

Toujours aussi galant, remarqua Rosie.

Pour finir, il déposa une petite religieuse devant Sam. Son péché mignon, si on pouvait parler de mignon avec lui. Il n'était pas garde du corps pour rien...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Andral Sparkler

avatar

Messages : 186
Date d'inscription : 27/05/2010
Age : 26
Localisation : j'en sais rien, cherche?

Feuille de personnage :
Pouvoirs:
Âge du perso: 24
Relations:

MessageSujet: Re: Comment faire connaissance en quatre leçons au Napolitain [Andral]   Mar 2 Nov 2010 - 16:13

Je la vis boire une gorgée en fermant les yeux. Elle buvait lentement, prenant son temps. J'espérais ne pas l'avoir obligée à se rappeler d'un passé douloureux, car cette question aurait pu poser problème à n'importe qui, moi le premier. Après avoir fini, elle reposa son verre, me regarda dans les yeux, et me répondit en souriant :

« J'ai toujours su ma nature. Mes parents sont hybrides, mes grands-parents aussi. Mes frères et sœurs également. Seule ma grand-mère paternelle était humaine. J'ai donc été poussée à m'entraîner dès mon plus jeune âge. Mon pouvoir de charisme m'a causé quelques problèmes quand mes parents ont tenter de me socialiser. Du coup, ils se sont chargés de mon éducation au même titre que ma fratrie. J'ai rapidement maîtrisé correctement ce premier pouvoir. Assez pour ne gêner personne en tous cas. Depuis, je me suis beaucoup améliorée, comme vous avez pu le voir.
Mon pouvoir de contrôle de l'eau à été plus... Compliqué. Il a fallut que mes parents abordent les théories de la matière pour que je le contrôle avec souplesse. Auparavant, je n'étais que bonne à créer des minis tsunamis. Aujourd'hui encore, je m'astreins à un entraînement d'une petite heure chez moi. Et comme vous avez pu le voir, ce n'est pas parfait.
Il est vrai que contrairement à d'autres hybrides, j'ai eu la chance d'être bien entourée et guidée. »


La voir parler comme ça, j'étais content pour elle, et en même temps je l'enviais. Je la voyais siroter son verre, en me demandant à quoi pouvait ressembler sa famille, à quoi ressemblait sa vie. Elle a du en baver pour arriver à ce niveau. Le serveur arriva pendant ce petit laps de temps pour nous servir, Rosie en première :


«Toujours aussi galant.»


Moi ensuite :

«Merci bien.»

Et enfin Sam, qui reçu une religieuse. Je pensais qu'il n'avait rien demandé, mais il n'avait pas l'air très mécontent de son cadeau. Je nous voyais tous les 3 avec quelque chose à béqueter, et je pensais à celui qui n'a rien eu, et qui attendait patiemment sous la table : Kratos. Je savais que des gâteaux étaient mauvais pour la santé des chiens, mais j'avais pitié de lui en nous voyant déguster tranquillement nos petits encas. Je me décidais donc à prendre un tiers de mon cookie pour lui donner discrètement sous la table :


*Désolé, vieux. Mais tu devras patienter avec ça dans le bide en attendant qu'on rentre et que je te donne une food plus adaptée.*

Pendant ce temps, l'air de rien, je repris la discussion avec la charmante demoiselle, me rappelant des derniers mots prononcés par celle-ci:

«Oh non non, vous maîtrisez vraiment! J'avais beau me dire que la gêne occasionnée d'être devant tout ce monde aurait pu être un handicape pour vous, je restais scotché devant votre habilité, votre adresse m'a laissée sans voix. Comprenant que cet art n'est pas facile, je voyais bien qu'il vous a fallu un entraînement rigoureux pour en arriver à ce niveau d'expérience, et malgré cela, si j'étais comme une quelconque autre personne vous regardant, j'aurais pu me dire que vous aviez eu cet agilité de naissance tellement vous étiez brillante!»

Je sentais en même temps que le toutou était content de sa friandise, je lui flattais donc la tête gentiment, puis repris ma part de cookie et en dégustant :


«Mais cette éducation n'a-t-elle pas été trop rude? Je veux dire avoir du apprendre cette maîtrise par la science, cela me paraît compliqué...En tout cas, je suis impressionné devant l'intelligence dont a du faire preuve votre famille comme vous le faîtes à présent, car vu votre niveau aujourd'hui...»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rosie Durant
Hybride hotu -- Porte parole du parti écologiste
avatar

Messages : 138
Date d'inscription : 11/09/2010
Age : 26
Localisation : Au milieu de la foule, c'est évident.

Feuille de personnage :
Pouvoirs:
Âge du perso: 27 ans
Relations:

MessageSujet: Re: Comment faire connaissance en quatre leçons au Napolitain [Andral]   Sam 6 Nov 2010 - 3:18

Rosie profita de la pause accordée par le serveur pour boire un peu de son cocktail et entamer son cookie. Andral en fit de même, puis reprit la conversation là où elle s'en était arrêtée :

« Oh non non, vous maîtrisez vraiment! J'avais beau me dire que la gêne occasionnée d'être devant tout ce monde aurait pu être un handicape pour vous, je restais scotché devant votre habilité, votre adresse m'a laissée sans voix. Comprenant que cet art n'est pas facile, je voyais bien qu'il vous a fallu un entraînement rigoureux pour en arriver à ce niveau d'expérience, et malgré cela, si j'étais comme une quelconque autre personne vous regardant, j'aurais pu me dire que vous aviez eu cet agilité de naissance tellement vous étiez brillante! Mais cette éducation n'a-t-elle pas été trop rude? Je veux dire avoir du apprendre cette maîtrise par la science, cela me paraît compliqué...En tout cas, je suis impressionné devant l'intelligence dont a du faire preuve votre famille comme vous le faîtes à présent, car vu votre niveau aujourd'hui...

- Oh vous savez, je pense que c'est comme tout. Il me semble que mon éducation en vaut une autre. Mais je vous avoue que je suis heureuse d'avoir eut des facilité à comprendre et appréhender les sciences. Sans cela, jamais je n'aurais atteint mon niveau actuel. Et si vous voulez savoir, ma maîtrise de l'eau est bien jeune, comparé à mon grand-père. Le voir faire est un retour aux sources. J'espère finir par avoir une compréhension de mon pouvoir comparable à la sienne. »

Rosie se stoppa. Elle revoyait les ballets aquatiques que son grand-père animait pour les amuser, ses frères et sœurs et elle. Une loutre devenait dauphin, qui devenait espadon et s'envolait sous forme de colombe... Souvenirs chers à son cœur. Mais elle n'était pas seule aujourd'hui. C'est pourquoi elle continua la conversation :

« Maîtriser une force de la nature n'est pas une gageure, vous devez en savoir quelque chose. Si je puis me permettre, vous m'aviez dit être un ancien sportif, au parc. Vous êtes jeune, j'imagine que vous avez commencé tôt. Vous arriviez à conjuguer cette vie avec votre nature ? Pardonnez-moi d'être aussi indiscrète. Comme je n'ai jamais vraiment connu ces problèmes, je suis toujours curieuse. »

La porte parole finit son cookie, attendant la réponse de son interlocuteur. Sam ne parlait pas, cela faisait un petit moment qu'il aurait terminé sa religieuse s'il ne prenait tout son temps et ne devait veiller sur son employeuse...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Andral Sparkler

avatar

Messages : 186
Date d'inscription : 27/05/2010
Age : 26
Localisation : j'en sais rien, cherche?

Feuille de personnage :
Pouvoirs:
Âge du perso: 24
Relations:

MessageSujet: Re: Comment faire connaissance en quatre leçons au Napolitain [Andral]   Lun 8 Nov 2010 - 21:18

«Oh vous savez, je pense que c'est comme tout. Il me semble que mon éducation en vaut une autre. Mais je vous avoue que je suis heureuse d'avoir eut des facilité à comprendre et appréhender les sciences. Sans cela, jamais je n'aurais atteint mon niveau actuel. Et si vous voulez savoir, ma maîtrise de l'eau est bien jeune, comparé à mon grand-père. Le voir faire est un retour aux sources. J'espère finir par avoir une compréhension de mon pouvoir comparable à la sienne. »


Cette dernière phrase me fit faire un grand sourire de nostalgie. Entraînée par son grand-père, hein? Des points communs pareils, c'est rare. J'en dégustais mon cookie tranquillement, attendant qu'elle finisse, et puis elle avait l'air heureuse d'en parler, et moi je trouvais du plaisir à l'écouter.


« Maîtriser une force de la nature n'est pas une gageure, vous devez en savoir quelque chose. Si je puis me permettre, vous m'aviez dit être un ancien sportif, au parc. Vous êtes jeune, j'imagine que vous avez commencé tôt. Vous arriviez à conjuguer cette vie avec votre nature ? Pardonnez-moi d'être aussi indiscrète. Comme je n'ai jamais vraiment connu ces problèmes, je suis toujours curieuse.
-Ah, ma carrière sportive, je l'avais presque oubliée sur le moment...Et bien pour cela, il faudrait que je vous parle un peu de ma famille, et plus particulièrement de mon père, qui était une véritable légende dans ce sport. Au-delà du simple sportif, il s'élevait au dessus de tous par ses talents. C'est d'ailleurs de lui que vient mon côté «american eagle», et j'ai toujours voulu devenir, à mon tour, une légende. Pouvoir dépasser mon paternel était devenu mon objectif ultime, mon rêve. Depuis tout petit, il m'a enseigné la pratique de ce sport, et ce fut presque à mon insu lors d'un jeu que je découvris ma véritable nature, ainsi que mon premier pouvoir.»



Je pris le temps de terminer mon cookie en une dernière bouchée, en repensant à ce que j'ai pu vivre à cette époque, repensant à ce qu'était mon père, cette figure... Puis après avoir avalé, je repris:



«Alors bien sûr, j'aurais pu profiter des avantages de ces dons en jouant, mais c'est mon père qui m'a toujours appris à ne jamais tricher, et ce dans quelque forme que ce soit. Il détestait user de ses pouvoirs en jouant, ce qu'il jugeait être non sportif. Haha, c'était assez marrant qu'il me dise ça, parce qu'on aurait eu du mal à le croire en le voyant jouer. Il usait véritablement de toutes ses capacités, et ce en tant qu'humain,et c'était déjà incroyable. Je suivis alors le même chemin que lui, ne négligeant pas mon pouvoir pour autant. En grandissant, je marchais petit à petit sur les pas de mon père, jusqu'à ma majorité ou j'ai vraiment pu me faire un nom sur le grand terrain.»


Je me mis à sourire en fermant les yeux, levant légèrement la tête, baigné dans mes souvenirs. Je ne prêtais même plus attention à ce qui se passait autour de moi, ni même si Rosie m'écoutait toujours:


«C'était la belle vie, j'étais libre, j'avais une famille, j'étais heureux...»


Puis d'un seul coup, je revoyais les images de mes parents, ou du moins de leurs cadavres, ainsi que ceux de leurs agresseurs, et mes mains pleines de leur sang...Je fronçais les sourcils, perdant mon sourire, et rabaissais ma tête en ouvrant tout doucement les yeux pour regarder la fille assise en face de moi. Cette fois, un regard à glacer le sang, empli de colère, aspirait mon regard doré...


«...Jusqu'au jour où...»


Et là, stop. Les yeux ouverts, regardant la belle rousse à qui je parlais, mon regard plongé dans le sien, j'en perdis de suite mes yeux effrayants, me rendant compte que j'étais littéralement perdu dans mon monde, racontant ma vie à tout va. Je n'avais même pas remarqué que j'allais dépasser les limites. Je secouai alors ma tête, pensant *bon sang, mais qu'est-ce qui t'a pris? Reprends toi, t'es pas tout seul ce soir mec!* , tirai mes cheveux blancs en arrière, et pris cette fois un sourire de «plus gêné, tu meurs», tout rouge, en m'adressant à Rosie et Sam.

«Euh, je vous demande pardon, j'étais perdu dans mes pensées, et je ne me rendais pas compte que je parlais tout seul, une nouvelle fois. C'est la première fois que ça m'arrive, j'ai l'impression d'avoir beaucoup plus de facilité à vous parler qu'à n'importe qui d'autre.»


Sur cette phrase, je fis comme à mon habitude quand je touche le fond : je baissai ma tête, abattu et misérable, et continuai dans ma lancée :


«J'ai été très égoïste sur ce coup là, et je ne sais même pas si j'ai pu répondre à votre question...»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rosie Durant
Hybride hotu -- Porte parole du parti écologiste
avatar

Messages : 138
Date d'inscription : 11/09/2010
Age : 26
Localisation : Au milieu de la foule, c'est évident.

Feuille de personnage :
Pouvoirs:
Âge du perso: 27 ans
Relations:

MessageSujet: Re: Comment faire connaissance en quatre leçons au Napolitain [Andral]   Mar 9 Nov 2010 - 0:22

« Ah, ma carrière sportive, je l'avais presque oubliée sur le moment...Et bien pour cela, il faudrait que je vous parle un peu de ma famille, et plus particulièrement de mon père, qui était une véritable légende dans ce sport. Au-delà du simple sportif, il s'élevait au dessus de tous par ses talents. C'est d'ailleurs de lui que vient mon côté «american eagle», et j'ai toujours voulu devenir, à mon tour, une légende. Pouvoir dépasser mon paternel était devenu mon objectif ultime, mon rêve. Depuis tout petit, il m'a enseigné la pratique de ce sport, et ce fut presque à mon insu lors d'un jeu que je découvris ma véritable nature, ainsi que mon premier pouvoir.»

Rosie hocha la tête. Elle comprenais. Ses différentes forment ne lui étaient venue a elle aussi que tardivement. Elle avait cependant entendu parler d'hybrides qui à peine nés prenaient leur forme animale. C'était rare, mais cela arrivait. Ceux-là avaient une meilleur communion avec leur animal que les autres. Andral fit une pause, en finissant son cookie. Puis il reprit, d'une voix rêveuse. Rosie comprit qu'il se plongeait progressivement dans ses souvenirs, comme elle précédemment :

«Alors bien sûr, j'aurais pu profiter des avantages de ces dons en jouant, mais c'est mon père qui m'a toujours appris à ne jamais tricher, et ce dans quelque forme que ce soit. Il détestait user de ses pouvoirs en jouant, ce qu'il jugeait être non sportif. Haha, c'était assez marrant qu'il me dise ça, parce qu'on aurait eu du mal à le croire en le voyant jouer. Il usait véritablement de toutes ses capacités, et ce en tant qu'humain,et c'était déjà incroyable. Je suivis alors le même chemin que lui, ne négligeant pas mon pouvoir pour autant. En grandissant, je marchais petit à petit sur les pas de mon père, jusqu'à ma majorité ou j'ai vraiment pu me faire un nom sur le grand terrain.»

Il sourit du sourire de ceux qui ont connu le bonheur. Rosie suivit le mouvement. Mais il ferma les yeux, et continua de parler :

«C'était la belle vie, j'étais libre, j'avais une famille, j'étais heureux...»

"Étais". Ce mot glaça la jeune femme. Les mains d'Andral, posées sagement sur la table jusqu'à présent, se crispèrent. Sa tête, qui démontrait son bonheur passé, se baissa, et il ouvrit doucement les yeux.

Un tel regard... Meurtrier. Désespéré, aussi.

Puis choqué. De lui même. Andral secoua sa tête. Comme pour se réveiller du mauvais rêve qu'il venait de revivre. Il tira ses cheveux en arrière. Rosie reprit conscience du monde extérieur. Sam avait réagit à ce regard qui avait pétrifié la porte-parole. Ses mains quittèrent l'arme qu'il portait cachée à l'intérieur de sa veste. La scène s'était passée si vite que personne ne s'en rendit compte, excepté le chien, qui lui aussi s'était agité. Heureusement, il n'avait pas aboyé.

L'hybride aérien s'empourpra. Il afficha un sourire tremblant, tellement bancal que la gène de l'homme qui le portait crevait les yeux. Rosie ne dit rien, et d'un geste passant inaperçu aux yeux de tous, empêcha Sam de parler. C'était à Andral de décider s'il devait s'expliquer ou non. Ce que ce dernier fit :


«Euh, je vous demande pardon, j'étais perdu dans mes pensées, et je ne me rendais pas compte que je parlais tout seul, une nouvelle fois. C'est la première fois que ça m'arrive, j'ai l'impression d'avoir beaucoup plus de facilité à vous parler qu'à n'importe qui d'autre. J'ai été très égoïste sur ce coup là, et je ne sais même pas si j'ai pu répondre à votre question...»

Il avait baissé la tête, comme écrasé par la honte. La jeune femme ne pu s'empêcher de penser que ce n'était pas la position que devait prendre le visage d'un homme comme lui. Ceci dicta sa conduite : elle tendit le bras, posa sa main sous la mâchoire d'Andral, et d'une pression encourageante, l'incita à relever le menton. En le fixant droit dans les yeux, elle déclara :

« Jamais un oiseau ne devrait contempler la terre d'une telle façon. »

Elle retira sa main. Puis elle réalisa que c'était la première fois depuis Lui qu'elle touchait un homme presque inconnu de façon aussi familière. Elle afficha un sourire mélancolique, et s'empressa de rassurer son interlocuteur :

« La facilité est partagée. Nous tous avons vécu des événements qui nous ont détruit. Comme quoi nos natures animales ne nous protègent pas des blessures psychiques... "Même triples, nous n'avons qu'un seul cœur." C'est ce que disait l'une de mes arrières grands-mères. Cette devise, selon elle, lui vient de sa propre grand-mère, et traverse les âges sans perdre en intensité. Je ne connais vos tourments, mais si vous êtes ici, devant moi, et non au États-Unis, à jouer, c'est que vous avez vos raisons. »

Rosie ferma les yeux. La tourmente d'Andral faisait écho à la sienne, et la ravivait. C'est pourquoi elle décida de lui conter les grandes lignes de Lui. Pour qu'ils soient à égalité.

« Votre réponse m'éclaire, croyez-moi. Elle m'apprend que le bonheur ne vous dévie pas de vos objectifs. Ce fut un peu le contraire pour moi. J'ai rencontré un homme, il y a quelques années. Un humain. Étrangement, il m'acceptait. J'ai vécu durant trois années avec lui. Ce furent trois années déterminantes pour ma vie professionnelle. Je devins porte-parole du parti écologiste, et révéla ma vraie nature au public. Mais ce furent aussi trois années où je cessais d'être totalement moi. Je me restreignait au maximum... Bien sûr, cela finit par dégénérer. Je lui en voulais d'être l'une des raisons pour lesquelles je me bridais. Et lui en voulait toujours plus de moi... Notre histoire a mal finit. »

La jeune femme se stoppa. La blessure au cœur, à son grand étonnement, restait la même... Cela la fit rire d'un rire triste, léger, aux tonalités assourdies. Un rire inspiré par le passé.

« Voyez, vous n'êtes pas le seul à vous laissez entraîner. C'est la première fois que je raconte cette histoire à un inconnu. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Andral Sparkler

avatar

Messages : 186
Date d'inscription : 27/05/2010
Age : 26
Localisation : j'en sais rien, cherche?

Feuille de personnage :
Pouvoirs:
Âge du perso: 24
Relations:

MessageSujet: Re: Comment faire connaissance en quatre leçons au Napolitain [Andral]   Lun 15 Nov 2010 - 0:56

Dans ma honte, je ne pouvais m'attendre qu'à une seule réaction venant d'elle et de son gardien : se lever de table et s'en aller, me laissant seul sur table. J'avais vraiment cru ça lorsque je l'entendis bouger sa main...Mais elle en fit tout autrement: Elle posa sa douce mimine sous mon menton, puis releva ma tête pour que je la regarde dans les yeux :

« Jamais un oiseau ne devrait contempler la terre d'une telle façon. »


Lorsqu'elle retira sa main, mon coeur ne pouvait s'empêcher de faire un bond. Cette femme ne pouvait s'empêcher de m'aider, de me soutenir, et avec cette phrase qui faisait écho dans ma tête, j'étais comme hypnotisé par sa voix. C'était la première fois qu'on me parlait ainsi depuis bien longtemps, et sur le coup mes joues commencèrent à retrouver leur rougeur de tout à l'heure. En quantité moindre, certes, mais bien présente. A ce moment, le visage de cette femme devant moi était illuminé, à se demander si elle n'utilisait pas de nouveau son pouvoir...Jusqu'à ce qu'elle me montre son sourire amer:

« La facilité est partagée. Nous tous avons vécu des événements qui nous ont détruit. Comme quoi nos natures animales ne nous protègent pas des blessures psychiques... "Même triples, nous n'avons qu'un seul cœur." C'est ce que disait l'une de mes arrières grands-mères. Cette devise, selon elle, lui vient de sa propre grand-mère, et traverse les âges sans perdre en intensité. Je ne connais vos tourments, mais si vous êtes ici, devant moi, et non au États-Unis, à jouer, c'est que vous avez vos raisons. »


En effet, et elle ne pouvait se douter à quel point. Je n'ai pas seulement été détruit par ces évènements...J'en ai aussi rendu. En tant qu'hybride, elle a pu aussi en connaître des vertes et des pas mûres, et elle avait beau ne pas connaître mon vécu, mais se mit tout de même à partager le sien, histoire de me rassurer à nouveau :


« Votre réponse m'éclaire, croyez-moi. Elle m'apprend que le bonheur ne vous dévie pas de vos objectifs. Ce fut un peu le contraire pour moi. J'ai rencontré un homme, il y a quelques années. Un humain. Étrangement, il m'acceptait. J'ai vécu durant trois années avec lui. Ce furent trois années déterminantes pour ma vie professionnelle. Je devins porte-parole du parti écologiste, et révéla ma vraie nature au public. Mais ce furent aussi trois années où je cessais d'être totalement moi. Je me restreignait au maximum... Bien sûr, cela finit par dégénérer. Je lui en voulais d'être l'une des raisons pour lesquelles je me bridais. Et lui en voulait toujours plus de moi... Notre histoire a mal finit. »


Elle a eu du mal à me raconter cela, et ça se voyait. Pas étonnant, un homme qui vous change autant, c'était un peu mal venu. Si elle en était là aujourd'hui, c'était grâce à cet homme, mais maintenant elle avait lâché ce qui faisait d'elle ce qu'elle était avant... Et j'avais beau me sentir concerné par ce qu'elle disait, étant hybride aussi, j'avais toujours un pincement au coeur. Quelque chose lui manquait clairement, quelque chose que je me devais de lui dire. Je savais très bien ce que c'était, et au plus elle me parlait, au plus je me devais d'être franc avec elle.

« Voyez, vous n'êtes pas le seul à vous laissez entraîner. C'est la première fois que je raconte cette histoire à un inconnu. »


Cette phrase a fait un tilt en moi. Elle m'a raconté son histoire, et moi je déviais toujours sur quelque chose d'autre, lui cachant la vérité. Je souffrais de plus en plus de cela, toujours ce doute en moi de devoir partager ce moment ou pas. Tout se cognait dans ma tête, ces souvenirs me hantant, ce visage auquel je ne pouvais mentir, et cette voix me disant de lui dire, de ne pas lui dire, de lui dire, de ne pas lui dire... J'avais les mains sur la tête, en fermant les yeux, la tête crispée comme si un marteau me frappait le crâne. Kratos le sentait, et en baissant les yeux pour le regarder, je voyais son museau dépasser de la nappe, me regardant avec un air triste, lui qui m'avait toujours montré de la joie et de l'amusement. Je reçu cela comme un message : cela ne pouvait plus durer. Je posais alors mes mains sur table, pris une grande inspiration, et toujours la tête baissée, je dis :

«...Écoutez Rosie, je... vous ne savez pas tout. J'ai jusque là toujours tenté de dévier le sujet, de passer à autre chose, ou bien de ne pas répondre du tout, mais je ne peux vous cacher cela plus longtemps. Vous avez toujours été franche avec moi. Peut-être parce que j'étais un camarade hybride, et qu'il fallait tisser des liens de confiance, mais vous étiez... En vous écoutant, en vous regardant, je me sentais bien. Je n'ai jamais ressenti cela auparavant, et je ne pourrais donc pas vous décrire mon ressenti, mais en cela je vous en suis énormément reconnaissant. C'est pour cela que je ne puis mentir plus à une femme aussi remarquable...»

Après cette introduction, je ne pouvais plus faire marche arrière. C'était maintenant qu'il fallait ne pas flancher, ne pas fuir. Cette femme m'a donné le courage de me vider, je ne peux pas la décevoir. Je levais la tête en lançant un léger regard à Sam, puis repris celui de Rosie, un air triste dans le regard, et avec une voix presque tremblante et les mains liés qui se serraient de plus en plus, je commençais :

«...Il y a 5 ans, en rentrant chez moi d'un match, Il y eut quelque chose... Ce soir là, 6 voitures attendaient devant la maison, et ce n'était pas pour me proposer un contrat comme à mon habitude. J'avais un mauvais pressentiment sur ce qu'il se passait, surtout quand j'entendis les cris de ma mère à l'intérieur, les coups de feu qui résonnaient, et mon père se battant. J'étais caché dans un buisson de mon jardin, et voyais une horrible scène: une dizaine d'hommes armés tenant mes parents, prêts à les abattre. C'étaient des chasseurs embauchés par des équipes rivales ayant entendu parler de l'hybridité de notre famille...»


Je repris une grande bouffée d'air, toujours en tremblotant, pour reprendre de plus belle :


«...Ils se sont fait tuer. D'abord ma mère qui s'est fait assassiner par ces monstres devant mes yeux. Je voyais son sang couler jusqu'à mes genoux, les larmes sur mes joues, la tristesse qui grandissait en moi...Pour ensuite laisser place à la colère, la rage en voyant ces hommes qui ont ruiné ma vie... Juste avant de tuer mon père qui me regardait en souriant, l'un d'entre eux a dit avant de lui tirer une dernière balle entre les yeux : 'Un monstre de Lucifer comme toi n'a pas sa place dans cette communauté'.»

Après cette révélation, je me doutais que Rosie allait être choquée et revenir pour vouloir me soutenir et m'aider à digérer tout cela...Mais l'histoire ne s'arrêtait pas là, je ne pouvais la laisser faire :

«Après cela, je n'ai plus grand souvenir de ce qui s'est passé, mais la soirée n'a fait qu'empirer encore et encore: J'ai poussé un cri de désespoir en me lançant vers ces personnes, et... A partir de ce moment, j'ai un trou noir dans ma tête, mais je ne veux surtout pas m'en rappeler ayant vu ce que j'ai fait juste après. A mon réveil, j'étais essoufflé, à genoux...Je n'arrivais pas à croire que j'étais toujours en vie, jusqu'à ce que j'ouvre les yeux, regardant mon corps sous forme hybride, couvert de sang de la tête aux pieds...J'étais déjà apeuré de mon immonde nouvelle forme, mais encore plus terrifié quand je sus que...»

A partir de ce moment, J'avais les mains ouvertes devant mon visage, qui tremblaient de plus en plus quand je les voyais, dans mes souvenirs, en serres pleines de sang... Puis je repris, avec une voix encore plus abattue, j'avais peur de comment les personnes à qui je m'adressais allaient réagir en apprenant la suite :


«...Ce sang n'était pas le mien. Je n'avais absolument rien, aucune blessure...Mais autour de moi été né un véritable carnage: des cadavres dans tous les coins, ou du moins ce qu'il en restait. J'étais l'auteur de ce massacre, l'ouvrier de cette tuerie, et je ne pouvais plus revenir en arrière...»


C'était dit. Ils savaient maintenant ce qu'ils avaient devant eux, et je sais que maintenant l'image qu'ils avaient de moi il y a encore 2 minutes n'est plus. Tout ce que je pouvais faire maintenant, c'était continuer sur ma lancée, mettant mes mains sur le visage en cachant mes yeux:


«J'ai fui. J'ai fui jusqu'à chez mon grand-père, dans un ghetto paumé de Boston, où la loi de la jungle régnait. Pendant les années qui suivirent, j'appris à maîtriser mon second pouvoir auprès de mon grand-père, qui nécessitait une grande paix intérieure, ainsi qu'une envie de liberté totale, de faire qu'un avec la nature. J'étais dans un enseignement quasi «moine bouddhiste» alors qu'à l'extérieur grouillaient des criminels de toutes catégories, mais cela me permettait de retrouver cette paix en moi, et de me contrôler... Hélas, j'étais dès à présent un tueur, et comme vous pouvez le constater aujourd'hui, je m'en veux encore et encore d'avoir passé ce stade me ramenant à l'état sauvage: Je suis devenu un animal qui a faim de combats, et qui a peur de tuer de nouveau en tombant dans la haine.»


Je relevai alors la tête, regardant Rosie dans les yeux. Je n'étais pas soulagé de ce que j'avais dit, au contraire je m'en voulais encore et encore, mais je savais que cela m'aurait rongé encore plus de ne pas avoir dit la vérité :

«Et vous avez à présent devant vous, à Paris, un meurtrier qui ne cherche qu'à expier ses péchés aux côtés de ses semblables, cherchant à vivre une vie normale, et surtout à m'amuser et vivre heureux comme avant.»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rosie Durant
Hybride hotu -- Porte parole du parti écologiste
avatar

Messages : 138
Date d'inscription : 11/09/2010
Age : 26
Localisation : Au milieu de la foule, c'est évident.

Feuille de personnage :
Pouvoirs:
Âge du perso: 27 ans
Relations:

MessageSujet: Re: Comment faire connaissance en quatre leçons au Napolitain [Andral]   Dim 21 Nov 2010 - 16:48

Les mots de Rosie n’eurent pas l’effet escompté. Au lieu de redonner le moral à son interlocuteur, ce dernier eut l’air encore plus perdu. Quelque chose semblait se briser en lui alors qu’il baissait la tête, et la tenait entre ses deux mains. Ses doigts se crispèrent sur son crâne. Il hésitait. La jeune femme ne savait comment réagir, cette fois. Elle ignorait le conflit intérieur d’Andral. Il posa ses mains sur la table. Enfin, ce dernier prit la parole, d’une voix tremblante :

«...Écoutez Rosie, je... vous ne savez pas tout. J'ai jusque là toujours tenté de dévier le sujet, de passer à autre chose, ou bien de ne pas répondre du tout, mais je ne peux vous cacher cela plus longtemps. Vous avez toujours été franche avec moi. Peut-être parce que j'étais un camarade hybride, et qu'il fallait tisser des liens de confiance, mais vous étiez... En vous écoutant, en vous regardant, je me sentais bien. Je n'ai jamais ressenti cela auparavant, et je ne pourrais donc pas vous décrire mon ressenti, mais en cela je vous en suis énormément reconnaissant. C'est pour cela que je ne puis mentir plus à une femme aussi remarquable...»

Cette entrée en matière inquiéta Rosie. Qu’allait-il lui révéler ? Instinctivement, elle posa sa main sur l’avant bras de Sam, et se mit à serrer. Signe qu’elle commençait à angoisser. L’hybride en face d’elle leva le regard, fixa Sam, puis elle. La jeune femme eut comme un coup au cœur. Il semblait si… Désespéré… Comme s’il allait lui annoncer une horreur. Andral continua, toujours de sa voix légèrement tremblante :

«...Il y a 5 ans, en rentrant chez moi d'un match, Il y eut quelque chose... Ce soir là, 6 voitures attendaient devant la maison, et ce n'était pas pour me proposer un contrat comme à mon habitude. J'avais un mauvais pressentiment sur ce qu'il se passait, surtout quand j'entendis les cris de ma mère à l'intérieur, les coups de feu qui résonnaient, et mon père se battant. J'étais caché dans un buisson de mon jardin, et voyais une horrible scène: une dizaine d'hommes armés tenant mes parents, prêts à les abattre. C'étaient des chasseurs embauchés par des équipes rivales ayant entendu parler de l'hybridité de notre famille... Ils se sont fait tuer. D'abord ma mère qui s'est fait assassiner par ces monstres devant mes yeux. Je voyais son sang couler jusqu'à mes genoux, les larmes sur mes joues, la tristesse qui grandissait en moi...Pour ensuite laisser place à la colère, la rage en voyant ces hommes qui ont ruiné ma vie... Juste avant de tuer mon père qui me regardait en souriant, l'un d'entre eux a dit avant de lui tirer une dernière balle entre les yeux : 'Un monstre de Lucifer comme toi n'a pas sa place dans cette communauté'.»

Rosie connaissait cette histoire. Elle était celle de nombreux hybrides. Pourtant, elle faisait toujours aussi mal. Et réveillait les craintes de la porte parole. Et s’ils atteignaient ma famille ? Et s’ils se décidaient à vouloir définitivement me tuer ? Pour l’instant, Sam dissuadait la plupart des chasseurs et autres extrémistes. Il n’empêchait que la crainte serait éternellement présente.
La jeune femme, le cœur douloureux, s’apprêtait à faire quelque chose – elle ne savait quoi, mais quelque chose – pour réconforter l’homme brisé en face d’elle, mais ce dernier continua l’histoire :


«Après cela, je n'ai plus grand souvenir de ce qui s'est passé, mais la soirée n'a fait qu'empirer encore et encore: J'ai poussé un cri de désespoir en me lançant vers ces personnes, et... A partir de ce moment, j'ai un trou noir dans ma tête, mais je ne veux surtout pas m'en rappeler ayant vu ce que j'ai fait juste après. A mon réveil, j'étais essoufflé, à genoux...Je n'arrivais pas à croire que j'étais toujours en vie, jusqu'à ce que j'ouvre les yeux, regardant mon corps sous forme hybride, couvert de sang de la tête aux pieds...J'étais déjà apeuré de mon immonde nouvelle forme, mais encore plus terrifié quand je sus que...»


L’hybride hotu craignait la suite. Elle serrait de plus en plus fort l’avant-bras de Sam. Andral, lui, avait ouvert les mains, et en contemplait la paume avec dégout. Rosie était certaine qu’elle détesterait ce qu’elle allait entendre. Elle aurait aimé lui dire de se taire. Cependant, il continua :

«...Ce sang n'était pas le mien. Je n'avais absolument rien, aucune blessure...Mais autour de moi été né un véritable carnage: des cadavres dans tous les coins, ou du moins ce qu'il en restait. J'étais l'auteur de ce massacre, l'ouvrier de cette tuerie, et je ne pouvais plus revenir en arrière...»

Rosie ferma les yeux sous le choc. Elle s’y attendait. La tournure de l’histoire, le comportement de… du meurtrier, tout indiquait qu’il arriverait à cette conclusion. Il avait tué. Prit des vies. Comme ces chasseurs. Tout cela rendait la jeune femme malade. Andral se cacha le visage de ses mains. Sam était le seul à avoir réellement réagit à cette déclaration. Désormais, ses doigts frôlaient la crosse de son arme.

«J'ai fui. J'ai fui jusqu'à chez mon grand-père, dans un ghetto paumé de Boston, où la loi de la jungle régnait. Pendant les années qui suivirent, j'appris à maîtriser mon second pouvoir auprès de mon grand-père, qui nécessitait une grande paix intérieure, ainsi qu'une envie de liberté totale, de faire qu'un avec la nature. J'étais dans un enseignement quasi «moine bouddhiste» alors qu'à l'extérieur grouillaient des criminels de toutes catégories, mais cela me permettait de retrouver cette paix en moi, et de me contrôler... Hélas, j'étais dès à présent un tueur, et comme vous pouvez le constater aujourd'hui, je m'en veux encore et encore d'avoir passé ce stade me ramenant à l'état sauvage: Je suis devenu un animal qui a faim de combats, et qui a peur de tuer de nouveau en tombant dans la haine. Et vous avez à présent devant vous, à Paris, un meurtrier qui ne cherche qu'à expier ses péchés aux côtés de ses semblables, cherchant à vivre une vie normale, et surtout à m'amuser et vivre heureux comme avant.»


Andral la regardait, droit dans les yeux. Il semblait sincère… Mais il avait tué. Rosie était perdue. Elle avait mal pour lui. Cette douleur empathique faisait écho à toutes les autres, mais aussi à la sienne. Elle avait peur, aussi. Il disait regretter, vouloir oublier… Tout s’embrouillait…

Remarquant cela, Sam prit les choses en main. D’un regard menaçant, il dissuada l’hybride aérien de protester. Le garde du corps appela un serveur, puis demanda l’addition. Il était clair qu’il souhaitait quitter au plus vite le restaurant, et surtout, mettre à l’abri sa protégée… En attendant le serveur, il secoua légèrement la jeune femme. Cela lui fit reprendre ces esprits. En partie du moins.

Bien sûr, elle ne savait que faire. L’américain était sympathique, charmant, et gentil. Ou du moins, il le semblait. Mais il avait dépassé la limite… Elle déposa sa tête entre ses mains, fixant la table. Ses doigts s’emmêlaient dans ses cheveux. Les mots restaient bloqués dans sa gorge.

Le serveur revint avec l’addition. Rosie releva la tête. Il fallait qu’elle parte. Qu’elle s’éloigne. Au moins un peu pour réfléchir. Elle prit la parole tout en fouillant dans son sac à main :


« Je… Je ne sais même pas comment prendre ce que vous venez de me dire. Pardon. Il faut que je m’en aille. »

Elle venait de trouver son porte-monnaie. Rapidement elle déposa la somme requise, avec un petit pourboire. Puis elle se leva, et parti. Sam la suivait comme son ombre. Arrivée à la porte, elle se retourna et jeta un regard fuyant à Andral. Sam posa sa main sur son épaule, la poussa un peu. Ils sortirent.

Alors qu’ils marchaient dans la rue, Rosie eut les larmes aux yeux.

Elle venait de fuir. Une fois encore…

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Andral Sparkler

avatar

Messages : 186
Date d'inscription : 27/05/2010
Age : 26
Localisation : j'en sais rien, cherche?

Feuille de personnage :
Pouvoirs:
Âge du perso: 24
Relations:

MessageSujet: Re: Comment faire connaissance en quatre leçons au Napolitain [Andral]   Sam 27 Nov 2010 - 22:54

Je ne pouvais qu'attendre. A cet instant, ou tout était mélangé dans sa tête, où le doute s'était installé en son esprit, je ne pouvais que patienter, savoir ce qu'elle allait faire. Je ne pouvais lui en vouloir, plutôt je m'y attendais : elle avait devant elle un homme tout ce qu'il y a de plus normal, et d'un seul coup toute la vision s'effondre. Elle pouvait avoir peur, regretter de m'avoir rencontré, comprendre ma douleur et m'accepter, ou encore fuir de table, cela m'était égal, j'étais à présent honnête et clair avec elle. Je voyais bien qu'elle était perdue, et je n'espérais qu'à l'aider, mais nous n'étions pas tous seuls à table : Je voyais Sam me regarder d'un air des plus menaçant, comme s'il allait pointer son arme sur moi (dont il tenait la crosse) si j'ouvrais la bouche ne serait-ce que de quelques centimètres. Il appela le serveur pour l'addition, ne voulant faire perdre plus de temps Rosie ici, et surtout pour la protéger de moi. Il secoua légèrement la jeune femme pour lui remettre les idées en place, mais je pense que c'eut l'effet inverse : elle baissa sa tête et la posa entre ses mains, abattue. Elle ne dit pas un mot, ce qui m'inquiétais de plus en plus. Je ne savais plus où regarder, la voir comme ça me faisait mal. Une fois le serveur arrivé avec l'addition, Rosie releva la tête, et alors que je cherchais dans la poche de ma veste pour sortir de quoi payer, elle cherchait également dans son sac à main, et se mit enfin à me parler :

« Je… Je ne sais même pas comment prendre ce que vous venez de me dire. Pardon. Il faut que je m’en aille. »

Et alors qu'elle prenait son porte-monnaie, j'étais comme qui dirait figé. La seule personne ici connaissant mon secret allait à présent s'en aller, et ce message était suffisamment clair pour que j'affiche une mine désolée : je n'allais probablement plus jamais la revoir.


«...Rosie, je...»


Je ne pouvais dire un mot. J'étais bloqué non seulement par le regard de son gardien, mais aussi parce que je ne savais plus quoi dire. Je ne pouvais décemment pas lui demander de rester après ce qu'elle sait à présent. J'étais à mon tour confus, totalement impuissant de ce qui allait suivre : Après avoir posé la somme requise et plus sur la table, je la vis se lever et partir, suivie par son garde du corps. Alors qu'elle posa un dernier regard fuyant vers moi, Sam la poussa à la sortie... J'étais effondré, mon coeur et mon âme étaient en mille morceaux, totalement désespéré, affichant ma mine misérable à tous les autres clients du restaurant, ne quittant plus la sortie des yeux, espérant qu'elle revienne...Mais après quelques secondes, voyant que c'était vain, ma tête tomba sur mes bras croisés sur la table. J'étais sur le point d'abandonner...Mais une petite voix dans ma tête en disait autrement :

*Mais qu'est-ce tu fabriques? La seule personne à t'avoir assez fait chavirer le coeur a tel point que tu sois totalement honnête avec vient de s'en aller, et te devrais la laisser faire? Sale perdant! Bouge tes grosses fesses de cette chaise et cours lui après !! RATTRAPE LA !*

Aussitôt, je m'exécutais : je levais les yeux, et déterminé, je bondis hors de ma chaise vers la sortie, passai la porte, tournai ma tête à la recherche de Rosie, et quand je pus voir le dos de son grand garde, je me mis à sprinter vers lui, suivit par Kratos, et au fur et à mesure que je m'approchais, je m'adressais à la belle:


«Rosie, attendez ! Je sais que c'est vraiment trop demandé à ce stade, mais je suis un homme plein d'espoir et j'ai pour habitude de ne pas abandonner, je me jette donc à l'eau : est-ce encore possible que l'on puisse se re...»



Dernière édition par Andral Sparkler le Dim 28 Nov 2010 - 0:11, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rosie Durant
Hybride hotu -- Porte parole du parti écologiste
avatar

Messages : 138
Date d'inscription : 11/09/2010
Age : 26
Localisation : Au milieu de la foule, c'est évident.

Feuille de personnage :
Pouvoirs:
Âge du perso: 27 ans
Relations:

MessageSujet: Re: Comment faire connaissance en quatre leçons au Napolitain [Andral]   Sam 27 Nov 2010 - 23:59

Sam posa une main sur l'épaule de Rosie pour la réconforter. Mais les larmes continuaient de couler, au grand dam de cette dernière. Ils s'éloignaient du restaurant quand elle entendit une voix familière l'interpeler :

« Rosie, attendez ! Je sais que c'est vraiment trop demandé à ce stade, mais je suis un homme plein d'espoir et j'ai pour habitude de ne pas abandonner, je me jette donc à l'eau : est-ce encore possible que l'on puisse se re... »


Andral les avait suivit. La jeune femme se figea en pleine rue, alors que Sam s'interposa entre eux deux. L'hybride aérien s'était stoppé à cette vue. Rosie serra une main contre son cœur, et baissa la tête. Elle devait être pitoyable à voir. Le jour de son triomphe se transformait en un rêve aigre doux. Plutôt doux et ensuite aigre...

Tout était toujours recouvert d'un épais brouillard dans sa tête. Elle ne savait comment réagir. Que lui répondre ? Elle avait à la fois envie de le revoir et désirait s'éloigner le plus possible, se cacher sous terre, rejoindre les profondeurs si accueillantes des lacs... Elle voulait le serrer dans ses bras et pourtant tout son être la poussait à le repousser. Compatir tout en ignorant.

« Mlle, je vous déconseille...
- Je sais ce que je veux, Sam. Du moins en général... »

L'intervention du garde du corps, comme de coutume, l'avait tiré de ses pensées. Elle se retourna, et fixa Andral de ses yeux embués de larmes. D'une voix tremblotante, elle lui confia :


« J'ai besoin de temps. Tout s'embrouille, vous savez ? Jamais je n'ai eu autant d'émotions contradictoires. Nous nous reverrons si le destin le veut bien... »

Elle se retourna aussi vite, et se mit à courir. Fuir, encore et toujours. Elle était belle, la battante, l'utopiste. Oh oui, elle l'était, la fuyarde...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Andral Sparkler

avatar

Messages : 186
Date d'inscription : 27/05/2010
Age : 26
Localisation : j'en sais rien, cherche?

Feuille de personnage :
Pouvoirs:
Âge du perso: 24
Relations:

MessageSujet: Re: Comment faire connaissance en quatre leçons au Napolitain [Andral]   Jeu 2 Déc 2010 - 22:50

Une fois arrivé, j'avais Sam qui m'empêchait d'aller plus loin, mettant son corps entre nous deux et serrant ses poings pour m'en dissuader, mais j'étais assez près pour pouvoir regarder Rosie et lui parler, cela me suffisait amplement. Je la vis baisser la tête et poser une main sur le coeur après s'être arrêtée dans sa marche, elle prit tout de même le temps de m'écouter, et j'espérais de tout coeur ce que je pensais à ce moment :

*dis oui dis oui dis oui dis oui dis oui...*


Je m'empêchais de sourire après ce que j'ai pu lui raconter, mais j'étais tout de même content qu'elle prenne la peine de réfléchir à mon offre. Kratos, quant à lui, attendait derrière bien sagement.


« Mlle, je vous déconseille...
- Je sais ce que je veux, Sam. Du moins en général... »


Je sentis quelque chose dans sa voix, comme un tremblement, puis quand je la vis se retourner pour me voir, j'en eus le coeur brisé : je vis la belle créature qui auparavant illuminait le monde par son sourire, avoir les yeux en larmes. A cette vue, je n'en étais que plus détruit, je désirais alors plus que tout la prendre dans mes bras pour la consoler, et ce n'était pas encore fini car elle me dit dans le même ton que tout a l'heure :

« J'ai besoin de temps. Tout s'embrouille, vous savez ? Jamais je n'ai eu autant d'émotions contradictoires. Nous nous reverrons si le destin le veut bien... »


Après cette révélation, elle ne me laissa pas le temps de lui répondre, elle se retourna de nouveau dans la direction de sa marche, mais cette fois-ci se mit à courir, à fuir...


«Rosie, atten...»

J'allais me mettre à sa poursuite, je voulais la rattraper pour l'empêcher de faire couler ces larmes, mais je fus stoppé par le poing de Sam, dirigé sur mon visage depuis un angle mort. Si je n'avais pas Rosie en tête et que j'étais concentré, j'aurais peut-être pu l'éviter... Mais le coup m'envoya au sol, et du sang se mit à jaillir de mon nez. Je fus mis à terre par un Sam fou de rage d'avoir vu Rosie dans cet état, et alors que je le voyais depuis le sol me regardant avec son regard haineux, je ne pouvais décemment pas me relever et lui rendre la pareille, car si j'étais à sa place j'aurais sûrement fait de même. Kratos se mit à aboyer après ce spectacle, et voulu charger vers le garde, mais je le retins par la peau du cou, ne voulant pas plus de mal ce soir. Il se contenta alors de grogner et d'aboyer encore plus fort en sa direction, il lui en voulait vraiment de m'avoir frappé. Mais malgré le son des aboiements, je pus entendre l'homme me regardant de haut me dire ceci :

«Je fus bien sage toute la journée avec toi car elle le voulait, mais maintenant c'est terminé. Tu l'as fait pleurer, et ça je ne pourrais te le pardonner. Je ne veux plus te revoir dans les parages, sinon attend toi à beaucoup plus que ce que tu viens de prendre. J'espère avoir été compris...»

Il se mit tout de suite après à la poursuite de la belle, nous laissant, Kratos et moi, par terre sur le trottoir. C'est là que je pris le temps de réfléchir à ce que m'a dit Rosie. Je m'essuyais le nez avec un mouchoir, puis me relevais après avoir lâché Kratos qui s'était calmé, me disant que si ce «destin» nous a bien fait rencontrer ce jour-là, je ne pourrais que la rencontrer à nouveau. Et puis, elle est quand même la leader du groupe écologique, je ne pourrais que trouver d'autres occasions de la revoir et de m'excuser pour ce que je lui ai fait subir... Mais c'est aussi ce même «destin» qui m'a donné l'histoire dont je me suis senti obligé de lui raconter, entraînant ainsi cette suite malvenue. Je relevais la tête vers les cieux, dont l'obscurité commençait à croître, pris une profonde inspiration, puis me retournai dans la direction opposée de celle prise par mes connaissances du jour, la tête baissée soupirant ce que j'avais auparavant inspiré, et les mains dans les poches, commençais ma marche, toujours suivi par Kratos. Alors que d'habitude, je gardais toujours la tête haute, souriant a tout ce qui m'entourait, heureux de la vie, là je n'étais plus que l'ombre de moi-même. Je m'en voulais terriblement de lui avoir fait ça, et plus que tout je fus abattu par ces «émotions contradictoires» que je lui ai fait ressentir. Moi qui, normalement, essayerais toujours de voir d'abord le bon côté des choses, de penser que je lui aurais probablement fait penser du bien de moi, je ne pouvais que revoir encore et encore ce visage noyé par les larmes qui se montrait à moi, me laissant croire à un «adieu». Malgré toutes ces pensées négatives, j'espérais de tout coeur que ce ne fut qu'un «au revoir». Puis ayant assez baigné mon esprit dans le désespoir, je repris une inspiration, puis regardais Kratos avec un grand sourire:


«Finalement, il ne m'a pas frappé si fort, ce Sam. Je savais que c'était un bon gaillard.»


[désolé pour l'attente, mais au final on a presque FINI \o/ (ou bien fini carrément, tout dépend de si tu veux encore répondre?)]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
The God Zilla
Admin radioactif
avatar

Messages : 798
Date d'inscription : 02/09/2010
Age : 27

Feuille de personnage :
Pouvoirs:
Âge du perso: La radioactivité conserve bien c'est tout ce que je peux dire
Relations:

MessageSujet: Re: Comment faire connaissance en quatre leçons au Napolitain [Andral]   Jeu 9 Fév 2012 - 10:52

UP !
Merci de préciser si ce sujet doit être considéré comme clos/Abandonné et donc être verrouillé.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Comment faire connaissance en quatre leçons au Napolitain [Andral]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Comment faire connaissance en quatre leçons au Napolitain [Andral]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Comment faire une bonne vidéo !
» comment faire pour pouvoir écouter RTL sur mon Jojo
» Comment faire de la rouille
» comment faire le profil d'un 2e lapin sur un meme ordinateur
» Comment faire l'archivage

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hybrid Parisiorum - ou quand le mythe devient réalité... :: Le Jeu : Paris :: Paris Sud :: Odéon-
Sauter vers: