Forum RPG futuriste se déroulant dans la ville de Paris.
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Un écureuil blanc perdue dans Paris [ Libre ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Catherine Crawfield

avatar

Messages : 13
Date d'inscription : 25/02/2012
Age : 29

Feuille de personnage :
Pouvoirs:
Âge du perso: 26 ans
Relations:

MessageSujet: Un écureuil blanc perdue dans Paris [ Libre ]   Mer 29 Fév - 23:20

Sans logement, sans emploi, seule et traquée, j’erre dans cette ville que je ne connais pas.
J’ai faim, j’ai soif, mais par chance grâce aux origines de ma mère je ne crains pas le froid.
Je n’ai pas encore croisé âmes qui vivent dans ces rues inconnues, mon pays et mon frère me manquent, mais au fond de moi je sais que j’ai fais le bon choix.

Soudain j’entends un bruit, vite je me cache derrière une poubelle, surtout ne pas faire de bruit, ‘‘cling’’ zut je me suis cognée à la poubelle. Je retiens ma respiration. En temps normal j’aurais immédiatement repris ma forme animale mais là j’ai bien trop peur qu’on ne me voie et que je doive de nouveau fuir.

Alors j’attends, ais-je rêver ? Ou y a t’il vraiment eu un bruit ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Breton Neva
Ladybrid ~ Indic
avatar

Messages : 108
Date d'inscription : 19/10/2010
Localisation : Là où tu ne voudrais pas que je sois

Feuille de personnage :
Pouvoirs:
Âge du perso: 25 ans
Relations:

MessageSujet: Re: Un écureuil blanc perdue dans Paris [ Libre ]   Jeu 1 Mar - 17:42

*Bon dieu de [ù%$@&] de Rat ! La prochaine fois que cet [&ç@%$£] me pose un lapin je lui broie les couilles !*

Et c'était peu dire des envies qui traversaient mon corps et crispaient fébrilement mes muscles. Si le Rat n'était pas venu, c'est qu'il n'avait rien, je le savais. Au moins il n'avait pas tenté de me duper contrairement à la dernière fois. Il faudra que je donne une nouvelle leçon à ce clochard à notre prochaine rencontre : être plus efficace et assumer ses échecs. Je ne supportais pas avoir été obligée de me déplacer pour rien. J'inspirai bruyamment et expirai tout aussi fort pour expulser la colère en moi. Je chassai violemment les images de mon poing fracassant son nez aquilin, placé entre ses deux yeux luisants. A la place, je shootai dans l'un des nombreux déchets recouvrant le bitume parisien. La canette en aluminium s'envola, rencontra violemment le mur d'un immeuble et ricocha. Le tintamarre qui résonna à mes oreilles eu un double effet : déclencher une vague de satisfaction et d'irritation. Nerveusement, je palpai la poche intérieure de mon manteau rouge. Pas une seule clope n'y traînait. Je regrettai momentanément la décision il y a quelques années de ne plus en avoir sur moi.

Aucune voiture non électrique ne circulait actuellement. C'était à la fois rare et habituel. Paris, ville historique à la pointe de la technologie. J'eu un sourire cynique à ce calme pour mon ouïe trop fine. Bruit d'une poubelle cognée une rue plus loin. Mes sens m'exaspéraient. Je n'avais pas besoin de savoir qu'un chat de plus errait. Par réflexe ma concentration se focalisa tout de même dessus, fruit de l'entrainement que m'infligeait Jehan. Bien m'en prit. Ce bruit avait été provoqué par quelqu'un de paniqué. Un Rat peut-être ? Je m'y dirigeai.

Je débarquai dans la rue, sans rien voir d'anormal. Sauf que quelqu'un était là, je le sentais. Alors j'avançai lentement, discrètement malgré les épais talons de mes bottines, aux aguets. Il ne fallait pas que je loupe cet [&~#($ù*]. Là, derrière une poubelle. C'est avec désapprobation que je découvrais une tête blonde, féminine de surcoit. Pas du tout le clochard qui m'intéressait. Je la jaugeai quelques secondes, puis agacée, je me détournai et lâchai :


" S'tu tiens tant à pas avoir d'emmerdes, te caches pas et va dans les grandes artères. "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Catherine Crawfield

avatar

Messages : 13
Date d'inscription : 25/02/2012
Age : 29

Feuille de personnage :
Pouvoirs:
Âge du perso: 26 ans
Relations:

MessageSujet: Re: Un écureuil blanc perdue dans Paris [ Libre ]   Jeu 1 Mar - 18:32

L’attente me parue interminable. Tout à coup alors que je me disais que j’avais du rêver, une jeune femme se tenais devant moi. Je ne l’avais pas entendue approcher. Elle avait été tellement silencieuse que j’en eu le souffle coupé.

Elle me dévisagea puis se détourna et me lâcha un

Si tu tiens a pas avoir d’emmerdes, te cache pas et va dans les grandes artères
Ou l’agacement se faisait sentir.

Comprenant qu’elle serait surement ma seule chance de me repérer et de trouver de quoi survivre, je me redressai d’un bon et hésitante lui adressa la parole en bégayant légèrement au début.

- Je… Je voudrais bien mais je suis perdue, je… je viens d’arriver et je ne connais rien par ici…

J’ai a peine eu le temps de finir ma phrase que mon estomac se fit entendre dans un grondement sourd, gênée je rougis aussi tôt.

- S’il te plait veux-tu bien m’indiquer par où je dois aller ????

Demander de l’aide n’étais pas dans mon caractère, ce qui me fis rougir encore plus, mais je savais que si je voulais m’en sortir je n’avais pas le choix je devais mettre mon orgueil et ma fierté de coter.

Je n’avais plus qu’a espérer qu’elle ne faisait pas partie de ceux qui me pourchassaient même si je ne les connaissais pas. Et qu'elle accepterait de m'aider même si vu son agacement a mon égard cela paraissait mal parti.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Breton Neva
Ladybrid ~ Indic
avatar

Messages : 108
Date d'inscription : 19/10/2010
Localisation : Là où tu ne voudrais pas que je sois

Feuille de personnage :
Pouvoirs:
Âge du perso: 25 ans
Relations:

MessageSujet: Re: Un écureuil blanc perdue dans Paris [ Libre ]   Ven 2 Mar - 23:04

A peine j'eu fait un pas pour me barrer de ce coin que j'entendis la fille se relever brusquement. Vivement, je me retournais, prête à parer un éventuel coup. Rien. A la place elle bégaya.

" Je… Je voudrais bien mais je suis perdue, je… je viens d’arriver et je ne connais rien par ici… S’il te plait veux-tu bien m’indiquer par où je dois aller ????
- J'ai l'air d'une nounou ? " rétorquais-je, mauvaise.

Je l'observais une nouvelle fois. Elle avait l'air vraiment paumée comme nana. Effrayée, épuisée, et pas capable pour un sou de trouver où aller. Un peu comme moi quand j'avais débarqué à Paris. A la différence que j'étais assez débrouillarde pour m'être saoulée dans un bar et m'être trouvée une employeuse. Penser à Phyl fit resurgir l'inquiétude que j'avais pour elle depuis qu'elle avait disparu de la circulation. Là n'était pas le sujet. L'aiderais-je ou non ? Je n'avais rien à faire pour l'instant puisque cet imbécile de Rat n'avait pas daigné montrer le bout poilu de son museau. Mais cela signifiait aussi que je devais rattraper la perte d'infos. Cette perspective ne m'enchantait guère. Ce n'était pas pour rien que j'avais délégué.

La bouille timide me donna presque envie de lui foutre une tarte, envie que je convertis en BA. Qu'on ne dise pas de moi que j'étais une acariâtre non plus. Je n'avais déjà pas bonne réputation pour mon caractère... Mais avant, il me fallait lever un doute.


" T'es pas venue ici par la voie officielle, hein ? J'connais peu de nanas capables de se paumer à 10 pâtés de maisons d'la gare. "

[HRP : comme tu n'as pas précisé le lieu exact, j'improvise :p ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Catherine Crawfield

avatar

Messages : 13
Date d'inscription : 25/02/2012
Age : 29

Feuille de personnage :
Pouvoirs:
Âge du perso: 26 ans
Relations:

MessageSujet: Re: Un écureuil blanc perdue dans Paris [ Libre ]   Lun 5 Mar - 1:53

La voie légale ?
Que voulait elle dire par la ? Si elle insinuait que je m’étais glissée en douce dans le pays en me cachant dans un camion effectivement je n’étais pas venue par la voie légale. Mais bon ne sachant toujours pas qui me pourchassais, je préférais garder ça pour moi. Je me contentais donc de hocher de la tête de façon négative.

Dix pâtés de maison de la gare ?
C’était possible mais même a mon arrivée je ne l’avais pas vue.
Ne savant quoi faire je me contenais de répondre


- Non tu n’as pas l’air d’une nounou et je peut très bien comprendre que tu ai autre chose à faire que de t’occuper d’une pauvre file paumée qui vient de débarquer dans cette ville, et je dois dire que si cela ne tenais qu’à moi je n’aurais rien demandé mais voila. Je dois survivre je n’ai pas le choix, si je veux retrouver ceux a cause des quels je suis ici et leur faire payé.

Mince je m’étais emportée, voila ce qui arrive quand je suis à bout. Ma bonne résolution de mettre mon orgueil et ma fierté de coter n’avais pas fait long feu. Je n’avais plus qu’as espérer ne pas l »avoir froissé sinon je n’aurais plus qu’à espérer croiser quelqu’un d’autre, mais vue comme c’étais parti les chances étaient quasi nul. En attendant sa réponse dans cette ruelle mal éclairée, à peine une lampe au milieu de la rue et une qui s’allumait par intermittence au bout de la rue ? Tous mes sens étaient en éveil.

J’entendis un chaton au loin, il appelait sa mère … inconsciemment mes me montèrent aux yeux, vite je les ravalais. Il était hors de question de penser à elle maintenant ce ni le lieu ni le moment. Encore un bruit, cette fois-ci il s’agissait d’un rat qui trouvait la saine qu’on lui offrait intéressante, il en avait même l’air amusé.


-Cela n’a rien de drôle, tu aurais pu venir m’aider plus tôt au lieu de ricaner dans ton coin.

Chuchotais-je à l’intention de ce rat de pacotille, j’espérais qu’elle ne m’avait pas entendue….

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Breton Neva
Ladybrid ~ Indic
avatar

Messages : 108
Date d'inscription : 19/10/2010
Localisation : Là où tu ne voudrais pas que je sois

Feuille de personnage :
Pouvoirs:
Âge du perso: 25 ans
Relations:

MessageSujet: Re: Un écureuil blanc perdue dans Paris [ Libre ]   Ven 16 Mar - 17:01

La fille était vraiment paumée et a bout. Elle éluda ma question sur la voie légale, ce qui confirma mes soupçons. Si elle avait été en règle, elle se serait récriée.

" Non tu n’as pas l’air d’une nounou et je peut très bien comprendre que tu ai autre chose à faire que de t’occuper d’une pauvre file paumée qui vient de débarquer dans cette ville, et je dois dire que si cela ne tenais qu’à moi je n’aurais rien demandé mais voila. Je dois survivre je n’ai pas le choix, si je veux retrouver ceux a cause des quels je suis ici et leur faire payé. "

Moi qui n'y comprenais que dalle aux émotions pouvait ressentir le désespoir et la haine mélangés dans sa voix. Elle n'était pas là pour rien la gamine. Nous étions certes du même âge à peu près, mais sa situation et son état psychique actuel entretenaient une relation de dépendance que je ne pouvais ignorer. Je ne savais pourquoi autant d'élans maternels me traversaient en ce moment, mais ils étaient là. Je m'occuperai d'elle, bon gré mal gré. De toute façon je n'avais rien à y perdre tant que je ne lui montrais pas mon dos. La blonde avait des ennemis, elle me conduirait au coeur de l'action si je m'y prenais bien. Cette réflexion me perturba un peu. Depuis quand étais-je aussi calculatrice ? Je perdais petit à petit ma fougue et mon impulsion première et me transformai en une opportuniste. Côtoyer Phyl puis Jehan me transformai plus que je ne l'avais prévu. Comme quoi ces pathétiques immortels gardaient leur rôle de modèles malgré leur éloignement avec les créatures omnipotentes, détachées du monde que l'on s'imaginait.

" Au moins t'as la patate. J'aime ça, commençais-je lentement. J'vais t'aider. Mais avant ça, va falloir qu'tu m'fasses confiance et m'dises c'qu'est nécessaire pour que tu t'démerdes à Paris. "

Un chat miaula, dérangeant mes oreilles. Je fronçai les sourcils alors que les larmes lui montaient aux yeux. Peu l'auraient vu, mais toute modestie à part, cette nana n'avait pas n'importe qui devant elle. Ce qui m'étonnait c'était qu'elle se mette à chialer maintenant. Elle était désespérée ça c'était sûr, mais je ne pensais pas au point qu'elle se lâche au moment une solution se profile. Heureusement pour moi, elle ravala aussi sec ses larmes en murmurant à un rat :

" Cela n’a rien de drôle, tu aurais pu venir m’aider plus tôt au lieu de ricaner dans ton coin. "

... Un rat ? Vive comme l'éclair, je lui chopai la peau du coup et le tint à hauteur de mes yeux. Bonne pioche, c'était lui. Petit connard, il se foutait allègrement de ma gueule, ses babines en tremblaient. Je le fusillai du regard en retour, promesse de représailles s'il continuait. Ce qu'il fit. Il était temps de tester la fille à mes côtés, de savoir de quel côté elle était. Le Rat allait en essuyer les pots cassés si nous manquions de chance. Cela lui apprendra. Je commençai par le menacer d'une voix froide :

" Aller le Rat, reprend ta forme ou crois-moi j't'enferme dans une cage avec pour seule nourriture un bout de gruyère sur une tapette. T'as une info pour moi, et tu vas gentiment me la filer au lieu de me poser des lapins et te fendre la poire. "

Brusquement, je senti le poids suspendu à mes doigts augmenter. Je les gardai cependant bien serrés au cas où il tente de me rouler. Ce ne fut que quand il atteint le stade d'homme nain que je le lâchai. Là il pu terminer sa transformation sans entrave. Plus grand que moi, maigre et au teint maladif, le Rat se tenait désormais entre la blonde et moi. Un parfait bouclier. Devant mon air furibond, le quadragénaire se recroquevilla un peu, laissant ses cheveux couleur poussière coupés au bol cacher ses yeux bleus luisants. L'envie d'écraser son nez aquilin de mon poing me repris. Je l'évacuai en me concentrant sur la réaction de la nana, en ajoutant un petit mot cependant.

" Navrée pour ce contre-temps. Je règle vite fait cette affaire et je suis à toi. "

M'exécutant, je tendis la main en direction du clochard hybride rat, attendant l'antique clef usb sur laquelle il était sensé avoir récupéré et stocké les infos que j'attendais. Je m'efforçai de donner l'impression de ne me focaliser que sur le Rat alors que ce qui m'intéressai là était le comportement qu'allait adopter la donzelle...

" C'est bon c'est bon ! J'les ai tes infos, calmos Lady' ! T'es juste mignonne à croquer quand t'aide les minettes perdues, tu l'sais ? "

... Pourquoi je gardai cet abruti comme informateur ? A oui. Il était le seul à être juste assez fouineur pour avoir ce que je voulais sans se faire choper.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Catherine Crawfield

avatar

Messages : 13
Date d'inscription : 25/02/2012
Age : 29

Feuille de personnage :
Pouvoirs:
Âge du perso: 26 ans
Relations:

MessageSujet: Re: Un écureuil blanc perdue dans Paris [ Libre ]   Lun 19 Mar - 23:55

" Au moins t'as la patate. J'aime ça, commençais-je lentement. J'vais t'aider. Mais avant ça, va falloir qu'tu m'fasses confiance et m'dises c'qu'est nécessaire pour que tu t'démerdes à Paris. "

Après avoir parlé au stupide rat qui ricanait dans son coin balbutiant quelques mots que je n’avais pas envie de comprendre. J’allais lui répondre quand vive comme l’éclair elle l’attrapa par la peau du cou et le tin à hauteur de ses yeux. J’entendis le rat jurer lors ce qu’elle le menaça :

" Aller le Rat, reprend ta forme ou crois-moi j't'enferme dans une cage avec pour seule nourriture un bout de gruyère sur une tapette. T'as une info pour moi, et tu vas gentiment me la filer au lieu de me poser des lapins et te fendre la poire. "


Juste avant de s’exécuter il ne pu s’empêcher de sortir un ‘‘Quelle vieille harpie celle la’’ puis il se décida à se transformer comme elle lui avait intimé l’ordre.

Même si ce n’étais pas la première fois que je voyais un hybrid se transformer. Je ne pu m’empêcher d’avoir un petit hoquet de stupeur. Elle m’avait demandé de lui faire confiance mais était elle aussi une hybrid ou bien un chasseur qui tenait l’un des nôtres sous sa coupe ?
Dans le doute je commençai par me concentrer sur ce qu’avais dit le rat en ricanant il fallait que je trouve un indice dans ce qu’il avait dit pour savoir si je pouvais lui faire confiance ou non. Quand les paroles du rat me revinrent en mémoire je fus immédiatement soulagée.


‘‘Même avec ses pouvoirs cette fois si cet insecte de malheur ne me trouvera pas je n’ai pas envie de lui donner les infos aujourd’hui elle attendra na’’

Voilà ce qu’il me fallait pour me décider avec ce qu’il avait dit je pouvais être certaine qu’elle n’était pas chasseur, puis aussi le fait qu’elle m’entende et sa vitesse de réaction non rien à faire elle ne pouvait être qu’hybrid. Aussi quand il lui dit sur un ton mielleux :

" C'est bon c'est bon ! J'les ai tes infos, calmos Lady' ! T'es juste mignonne à croquer quand t'aide les minettes perdues, tu l'sais ? "

Je ne pu m’empêcher de m’emmêler :

‘‘Ce n’est pas ce que tu disais il y a 5 minutes quand elle t’a attrapé, tu la traitais plutôt de vieille harpie il me semble...’’

Il se retourna autant que la prise qu’elle avait sur lui le lui permettait et me fusilla du regard, il pouvait bien faire ce qu’il voulait ça m’étais bien égal. A nouveau le chat miaula mais cette fois-ci bien plus près j’en profitai et cette fois-ci je parlais bien haut et fort pour être certaine qu’on m’entende.

‘‘Tu as faim petit chat ?

- Maw maw maw
Spoiler:
 


- Viens donc par ici j’ai un bon gros rat pour toi

- Maw maw
Spoiler:
 


Le chat se rapprocha à pas feutrer

- Graw fit il frustrer maw maw maw maw
Spoiler:
 


- Non je t’assure c’est bien un rat. Il te suffit d’attendre un peu et de le suivre et tu verra il se transformera en un bon gros rat comme je te l’ai dit

- Maaaaw maw maw
Spoiler:
 

- Très bien’’

Le chat s’assit près de moi sans quitter le rat des yeux se léchant de temps à autre les babines. Avec un sourire satisfait je décidai de m’adresser à la jeune femme qui le tenait toujours par la peau du coup.

‘‘J’ai décidé de te faire confiance à toi maintenant, je ne sais pas quels sont vos relations à tout les deux mais il est fourbe, devant toi il est mielleux mais la vérité est toute autre. Je ne sais pas jusqu'à quel point tu lui fais confiance à lui mais à moi il ne me semble pas fiable. Je suis persuadée que dès qu’il le pourra il te poignardera dans le dos.’’

Voilà j’avais dit ce que je pensais de lui, et si elle ne me croyait pas tant pis ! Mais face à ce rat jamais je ne baisserai les yeux, que ce soit devant lui ou n’importe quel autre. Je ne succomberais pas à ces hommes qui ne fonctionnent que par l’intimidation pour se faire respecter des autres. J’attrapai le collier que mon frère m’avait offert à mon départ. C’était pour lui que je me battais, pour le revoir un jour. Je savais que mon regard c’était durci mais il était hors de question de le radoucir comme j’avais l’habitude de le faire quand je vivais encore à Bruxelles, la gentille petite Cat c’était définitivement fini.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Breton Neva
Ladybrid ~ Indic
avatar

Messages : 108
Date d'inscription : 19/10/2010
Localisation : Là où tu ne voudrais pas que je sois

Feuille de personnage :
Pouvoirs:
Âge du perso: 25 ans
Relations:

MessageSujet: Re: Un écureuil blanc perdue dans Paris [ Libre ]   Mar 3 Avr - 22:30

Soutenant le regard mouillé du Rat, la main toujours tendue et les autres sens focalisés sur la blondinette, je prenais mon mal en patience. Le SDF fouillait dans la poche de son anorak kaki miteux en grommelant jusqu'à ce qu'elle lui envoie une pique assassine :

‘‘ Ce n’est pas ce que tu disais il y a 5 minutes quand elle t’a attrapé, tu la traitais plutôt de vieille harpie il me semble... ’’

Elle comprenait ce qu'il avait dit sa forme animale ? Un sourire presque casanier que seul le Rat vit déforma mes traits. J'avais ferré un bon poisson, et mieux valait pour moi de le garder vivant : la fille était hybride. Elle le confirma en entamant une discussion avec le chat. Rassurée sur sa nature, j'écoutai d'une oreille plus distraite que le clochard. En même temps, ce n'était pas moi qui me faisait menacer sur plusieurs côtés. Je n'avais pas dit un mot et étais restée à peu près neutre mais il sentait qu'au moindre faux pas je ne le louperai pas. Il se mit à fouiller plus frénétiquement dans sa poche à mesure que la discussion dont nous ne comprenions que la moitié avançait. Implacable, je restai campée sur mes jambes, prête à bondir au moindre bruit suspect dans les environs. Maintenant ce n'était plus ma sécurité seule à laquelle je devais penser, il me fallait redoubler de vigilance. Enfin, d'un geste brusque, je reçut la clef que j'attendais.

‘‘ J’ai décidé de te faire confiance à toi maintenant, je ne sais pas quels sont vos relations à tout les deux mais il est fourbe, devant toi il est mielleux mais la vérité est toute autre. Je ne sais pas jusqu'à quel point tu lui fais confiance à lui mais à moi il ne me semble pas fiable. Je suis persuadée que dès qu’il le pourra il te poignardera dans le dos.
- Tu m'en vois ravie, assénais-je impitoyablement, trop consciente du danger que représentait l'hybride pour avoir besoin de sa mise en garde. J'suis sûre qu'ses organes me rapporteront une belle cagnotte au marché noir.
- Houlla attend attend Ladybird ! T'es pas sérieuse quand même, j't'ai filé la clef là, t'l'as dans la main ! bredouillait le Rat qui commençait à suer à grosses gouttes.
- C'est ce qu'il t'arrivera si tu me vends. Maint'nant dégage. ’’

Sur ces mots secs je le relâchai, essuyant sur mon si caractéristique manteau rouge ma main poisseuse de la sueur de l'hybride. De l'autre je mettais l'antique clef usb dans ma poche et en sortais une liasse de billets de 5 euros. Le Rat s'en saisit avant de partir précipitamment. Je notais avec amusement qu'il prenait bien soin de contourner le chat. Seule avec la blonde, je la détaillai attentivement pour la première fois. Maintenant que je m'étais engagée à l'aider, autant que je puisse la reconnaître à la moindre information la concernant.

" On va bouger d'ici nous aussi. J'connais un café discret dans l'coin, on pourra y causer tranquille. "

Sans l'attendre, je tournai les talons et m'engageai dans le dédale de rues de la capitale française. Mes talons claquaient comme à leur habitude tandis que mon manteau ouvert voletait sous l'effet d'une douce brise de fin d'été. Qu'elle me suive ou non était désormais son choix. Elle disait me faire confiance mais les mots étaient une chose, et j'étais du genre obtue. Il me faudrait cette preuve-ci pour que je lui accorde mon aide. Pi je n'avais strictement rien contre un verre de brûle-gorge. Cela chasserai l'immonde odeur de crasse, de peur et de fourberie du Rat.

Une dizaine de minute sans mot dire durent nécessaires pour arriver au café. Il ne payait pas de mine, et quand j'entrais, je retrouvai l'ambiance habituelle : des touristes paumés, un ou deux poivrots et la barman dans un décors singeant les grands hôtels romantiques parisiens. Rien d'original là-dedans, rien que du vu et revu dans les brochures touristiques. Je m'installai à une table à l'écart des autres clients et attendit que la serveuse arrive.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Catherine Crawfield

avatar

Messages : 13
Date d'inscription : 25/02/2012
Age : 29

Feuille de personnage :
Pouvoirs:
Âge du perso: 26 ans
Relations:

MessageSujet: Re: Un écureuil blanc perdue dans Paris [ Libre ]   Dim 8 Avr - 23:06

Le Rat s'enfuit prenant bien garde de nous contourner. Apparemment elle avait eu ce qu'elle voulait ce qui au fond ne m'arrangeait pas. Après tout c'était le diner de mon ami le chat qui s'enfuyait. Une fois qu'il fut parti elle prit la parole.

« On va bouger d'ici nous aussi. J'connais un café discret dans l'coin, on pourra y causer tranquille »

Puis sans un mot de plus elle tourna les talons et s'en alla. J'allai lui emboiter le pas quand un coup de griffe dans ma jambe m'arrêta. Le chat me regardait avec ses grands yeux et pas besoin de parler pour comprendre, je savais exactement ce qu'il voulait. Je lui répondis donc à la hâte.

« T'en fais pas je ne t'ai pas oublié suis nous je trouverai quelque chose à manger c'est promis »

Il me fit un signe de tête et nous pressâmes le pas pour la suivre. De dos avec ses talons qui frappaient le sol et son manteau qui volait au vent. On aurait pu croire qu'elle allait s'envoler. Quant à moi j'étais bien contente que le jour où ils étaient venus me traquer à mon zoo j'étais occupée à soigner des animaux, ça m'évitait de courir avec talons et ma jupe. Non vraiment j'étais bien en jeans basket.
Après 10minutes de marches en silence, elle entra dans un bar qui de l'extérieur ne ressemblais pas à grand-chose. Je baisais la tête le chat était toujours là.


« Attend moi là, tu ne peux pas rentrer ici »

Et sans lui laisser le temps de rouspéter j'entrai dans le bar. L'odeur, le bruit et la fumée m'aveuglait d'abord puis ayant repris mes esprits je la cherchais du regard, elle était assise à une table à l'écart quand j'arrivais à table la serveuse repartait déjà. Je m'assois en face d'elle et ne sachant pas vraiment pourquoi, surement le ras-le-bol, je décidai d'enfin faire un semblant de présentation.

« Bon avant de commencer à parler du pourquoi et du comment de mon arrivée ici, on va faire une chose ! »

Je laissai ma phrase en suspends quelques instants, histoire de me calmer, car j'avais commencé à élever la voix. Après avoir pris deux bonnes inspirations je repris ma phrase là où je l'avais arrêté.

« Bonjour, je m'appelle Catherine, mais en général on m'appelle et toi c'est quoi ton nom ? »

Mais avant qu'elle ai pu répondre je vis quelque chose luire dans la pénombre, on aurait dit des yeux, me concentrant j'écoutais si c'était un animal je le saurais bien assez vite. Il s'agissait de mon ami le chat. Je le fusillai du regard.
«- Mais que fais-tu ici ?

- Maw maw maw
Spoiler:
 

- Quoi ce n'est pas possible ils n'ont pas pu me retrouver si vite... Viens ici sous la table et ne bouge plus »

Je me refrognai sur ma chaise.

« - Miaouw maw maaaw maaaouw
Spoiler:
 

- D'accord j'espère que tu as raison et qu'il ne rentreront pas »

Et voilà il ne manquait plus que ça. Il fallait vraiment que je pense à changer de tête, car la j'étais trop visible avec mes cheveux blonds.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Un écureuil blanc perdue dans Paris [ Libre ]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Un écureuil blanc perdue dans Paris [ Libre ]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [QUETE PERDUE] Des monstres bien genant !
» Boutiques de figurines dans Paris
» Les muses de la nuit [a effacer s'il vous plait ]
» Création d’un club de Ouargème dans Paris intra muros
» Le Lapin dans Paris-Normandie

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hybrid Parisiorum - ou quand le mythe devient réalité... :: Le Jeu : Paris :: Paris Nord-
Sauter vers: