Forum RPG futuriste se déroulant dans la ville de Paris.
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Entre deux poubelles [Le bouffon noir]

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Nelïya Fox

avatar

Messages : 788
Date d'inscription : 08/03/2009
Age : 27
Localisation : Dans tes rêves beau gosse ...

Feuille de personnage :
Pouvoirs:
Âge du perso: 18 ans physiquement
Relations:

MessageSujet: Entre deux poubelles [Le bouffon noir]   Jeu 26 Jan 2012 - 0:37

    Elle referma sa main sur son bras. Il faisait froid. Elle avait froid. Plus de fourrure pour lui tenir chaud. Où était passé sa fourrure ? Sa belle peau de louve ? Ses grands crocs ? Et sa silhouette agile ?
    Pourquoi se retrouvait-elle là piégée dans cette enveloppe de bipède ?

    Elle avait la peau si fine à présent… Obligée d’être protégé par ces couches de tissus qui n’avaient plus leurs formes d’origine. Ses pieds étaient nus, son haut avait perdu sa couleur, et l’une de ses manches manquait. Quand à son pantalon, deux gros trous s’ouvraient sur ses genoux.

    Elle grelottait. Elle ferma les yeux, cherchant à rétablir ses souvenirs. Ils ne venaient pas. Juste des images vagues. Adhémar… Adhémar le chef de la meute. Pourquoi n’était elle pas avec lui ce soir ?
    A oui … Elle était partie chercher quelque chose. Quelque chose a elle, qu’il lui avait conseillé de retrouver. Elle était partie chercher cette chose en ville. Elle avait le corps courbaturé parce qu’elle avait cherché pendant plusieurs jours. Se dissimulant le jour, cherchant la nuit.
    Cela lui revenait.

    Elle s’adossa contre le mur. Il faisait toujours nuit. Elle regarda son bras. Une largue morsure se dessinait sur son avant bras. Ca faisait mal. Qui l’avait mordu ?
    L’un des siens surement. Un combat de rue, pour un territoire. C’est alors qu’elle réalisa que la notion de « sien » n’avait plus de valeur. Elle n’était pas louve ni canin puisqu’elle était là dans un corps d’humain. Mais cela voulait-il dire qu’elle était humaine aussi ? Non puisque elle était sûre de ne pas avoir imaginé son corps lupin…

    Si elle n’était ni louve, ni humaine, peut être était-elle un mélange des deux ?

    Ce corps lui semblait si familier … Et pourtant, elle se refusait à s’y abandonner. Elle avait peur … Peur de quelque chose… Quelque chose que seuls les humains peuvent ressentir. Quelque chose pour qui seuls les humains son prêts à souffrir.

    Qu’allait dire Adhémar ?

    La question fit naitre un effroi glacé en elle. Et si il ne voulait plus d’elle ?
    Elle leva les yeux. Le matin pointait à peine. Et déjà au loin elle entendait les premiers humains utiliser leurs voitures. Bientôt ils sortiraient, ils envahiraient les rues… Elle s’enfonça un peu plus, il fallait qu’elle se cache. Qu’elle lèche sa plaie. Ne pas que les humains la trouvent, lui fassent du mal… Ils faisaient toujours du mal.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lorenzo Luciano
Peintre -- Barman au Midnight Le Bouffon noir
avatar

Messages : 339
Date d'inscription : 01/11/2008
Age : 30

Feuille de personnage :
Pouvoirs:
Âge du perso: 121 ans
Relations:

MessageSujet: Re: Entre deux poubelles [Le bouffon noir]   Jeu 26 Jan 2012 - 3:06

Le jour commençait tout juste à songer à pointer son nez, le ciel prenait des teintes bleutées, et Lorenzo finissait sa journée. Il avait toujours vécu un peu en décalé, se sentait plus à l'aise dans les ténèbres que sous le soleil, mais depuis qu'il travaillait au Midnight le phénomène s'était accentué.
Oh il aimait son travail. Il avait toujours apprécié le job de barman, il pouvait s'y éclater avec son numéro de cocktail et faire la causette avec des dizaines de personnes de toute sorte. Et même si le Midnight offrait une ambiance moins "fun" que son ancien établissement, il pouvait y côtoyer des gens "comme lui" et faire un peu mieux connaissance avec ce monde surnaturel... Il n'était plus obligé de revêtir des vêtements classiques et corrects et pouvait arborer à plein temps ses tenus gothiques. Et, petit cadeau bonus, il était sous la protection de Raphaël.
Cela-dit, il n'avait pas vu le vieux vampire depuis deux nuits, il devait être sacrément occupé. Ça le perturbait un peu de voir le vieux bouger autant, alors qu'il se montrait tellement sédentaire auparavant, comme s'il avait fusionné avec son bar. Mais à présent on ne l'y voyait presque plus, et il faisait suffisamment confiance à son équipe pour s'occuper du lieu.

Lorenzo consulta son portable. Presque sept heures du matin. Le bar fermait à six heures, et le temps de mettre dehors les derniers clients, de faire tout le ménage et de sortir les poubelles... Il devrait pouvoir être rentré chez lui avant que le soleil se soit complètement levé.
En sifflotant une petite mélodie d'un bon vieux hard-rock, il sortait les dernières poubelles dans la rue devant le Midnight. C'était une petite ruelle piétonne, pavée, de facto toujours calme. Cependant, par acquis de conscience, il se devait de vérifier rapidement que personne n'était resté devant le bar à attendre un éventuel ennemi.

Une poubelle... une autre poubelle... une jeune femme... et encore une poubelle.
Bon. Rien d'anormal. Lorenzo sortit les clés du porche pour aller fermer l'établissement, quand, attendez ? Une jeune femme ? Que faisait-elle au milieu des poubelles ? Ce n'était certainement pas sa place !
Lorenzo fit demi-tour et s'approcha prudemment. Il songeait à deux théories : une clocharde qui profiterait du calme de la ruelle pour un petit somme malodorant, ou une chasseuse tapie dans l'ombre qui attendait qu'il sorte pour lui bondir dessus. Oui, depuis quelques temps le vampire était un brin paranoïaque.
Il farfouilla dans les grandes poches intérieures de son long manteau de cuir et en sortit une petite bombe lacrymogène qu'il gardait à présent toujours avec lui. Il prit aussi son téléphone pour faire un peu de lumière, et pointa les deux objets sur la forme féminine tapie entre les poubelles.


Hey ! Sortez de là ou vous allez finir dans un camion-benne !

Il avait tenté de se donner une voix autoritaire, mais il n'était tout de même pas rassuré.
Il avait tenté une menace qui, une fois formulée à voix haute, lui avait paru sacrément ridicule.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nelïya Fox

avatar

Messages : 788
Date d'inscription : 08/03/2009
Age : 27
Localisation : Dans tes rêves beau gosse ...

Feuille de personnage :
Pouvoirs:
Âge du perso: 18 ans physiquement
Relations:

MessageSujet: Re: Entre deux poubelles [Le bouffon noir]   Ven 27 Jan 2012 - 23:10

    De l’ombre. Il fallait fuir le soleil pointant. Surtout ne pas le laisser trop la toucher. Elle se dissimula donc dans l’ombre. Accroupie. Près du sol elle se sentait mieux. Elle ramena son bras meurtrit contre sa poitrine, cherchant à apaiser l’angoisse qui lui enserrait le cœur.

    Mais alors qu’elle crue avoir prit le dessus sur ses craintes, un bruit de porte la fit sursauter. Son cœur cogna, elle ne bougea pas. Elle de tapit un peu plus, imitant une attitude canine dont elle n’arrivait pas à se défaire.

    Elle cru avoir échappé à la vigilance de l’humain quand elle le vit faire demi tour. Son cœur se relâcha, pour mieux bondir dans sa poitrine lorsqu’il s’avança vers elle pour l’interpeller.
    L’effroi fit obéir son pouvoir de métamorphose, elle sentit tout son corps secoué par le changement, et la sécurité de son enveloppe canine se rependre sur ses membres.
    Lorsqu’une lumière lui passa sur les yeux, elle ne prit pas le temps de réfléchir, et bondit gueule ouverte. Mais son pouvoir se déroba au moment même où ses membres canins auraient dut la projeter dans un bond spectaculaire. Son élan coupé, elle se réceptionna sur ses mains redevenues humaines. La peau fine de ses paumes s’écorcha sur le sol.
    Elle laissa filer un cri de douleur quand son bras meurtrit du supporter son poids et qu’il céda avant qu’elle n’est les quatre membres au sol. Elle retomba brutalement dans une roulade non maitrisée pour se retrouver, le souffle coupé, le dos contre le bitume et les quatre fers en l’air.
    Etourdi de cet échec, furieuse contre ce maudit corps qui venait de la ridiculiser, apeuré de l’homme qu’il l’a dominait.

    Ignorant la douleur qui la meurtrissait, elle recula précipitamment, ses yeux trahissant sa peur, mais les lèvres retroussés sur ses dents vampiriques, comme si elle eut encore était louve elle laissa un grondement lui monter dans la gorge pour dissuader l’autre de l’attaquer pendant cet instant de faiblesse.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lorenzo Luciano
Peintre -- Barman au Midnight Le Bouffon noir
avatar

Messages : 339
Date d'inscription : 01/11/2008
Age : 30

Feuille de personnage :
Pouvoirs:
Âge du perso: 121 ans
Relations:

MessageSujet: Re: Entre deux poubelles [Le bouffon noir]   Mar 31 Jan 2012 - 4:34

A peine avait-il eu le temps de songer que sa menace était ridicule qu'il se faisait surprendre par une forme poilue qui lui bondissait dessus.

* Un loup !! *

Lorenzo avait plusieurs talents dont il était fier. Il était doué dans les relations sociales. Il était un bon peintre. Il était un bon barman. Mais il n'était certainement pas un bon guerrier.
Au lieu d'utiliser sa bombe lacrymogène pour neutraliser l'animal, il la lâcha en faisant un bond en arrière, agrémenté d'un bel hurlement suraigu.

Heureusement pour lui, l'attaque du loup échoua autant que sa technique de défense. L'animal se ratatina en beauté sur le sol, sous une forme humaine.
La femme -car c'en était une, bien qu'elle ne soit pas vraiment mise en valeur par son haut en pièces et son pantalon troué- recula précipitamment en grognant et en montrant les crocs.
Lorenzo, face à ce manège, secoua la tête de droite et de gauche, les yeux hagards, et commenta :


Non mais vous allez pas bien...

L'air d'avoir du mal à croire ce qu'il voyait, et de penser qu'il était tombé sur une fille complètement cinglée.
C'est sûr qu'on pouvait croiser toutes sortes d'énergumènes dans les rues de Paris, surtout au sein des vampires, mais celle-là était quand même sérieusement atteinte. Vu son allure et son comportement, elle devait sans doute s'être échappée d'un asile, ou quelque chose du genre.
Il pointa à nouveau son téléphone sur elle pour observer un peu mieux ses traits... et reçut comme un choc électrique.


Hey ! Mais je vous connais ! Vous êtes la demoiselle au loup !

Le souvenir de la jeune femme lui revenait clairement en mémoire, lorsqu'il l'avait rencontrée un peu par hasard quelques mois plus tôt, tandis qu'il peignait dans le métro. Elle avait à l'époque une tenue tout à fait correcte, et de belles mèches blanches sur le devant. Et même si elle ne lui avait déjà pas paru très sociable à l'époque, sa situation avait sacrément dégénéré.
Lorenzo prit le risque de s'accroupir pour être à sa hauteur, en gardant toutefois une petite distance de sécurité, et lui dit d'une voix douce :


Vous avez légèrement changé depuis la dernière fois non ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nelïya Fox

avatar

Messages : 788
Date d'inscription : 08/03/2009
Age : 27
Localisation : Dans tes rêves beau gosse ...

Feuille de personnage :
Pouvoirs:
Âge du perso: 18 ans physiquement
Relations:

MessageSujet: Re: Entre deux poubelles [Le bouffon noir]   Mer 1 Fév 2012 - 22:58

    Son cœur battait à tout rompre dans sa poitrine. A une cadence telle, qu’elle en devenait douloureuse. Le grondement qui lui jaillissait de la gorge lui semblait si ridicule… Mais qu’avait-elle d’autre pour l’impressionner ?

    Une nouvelle fois il lui envoya la lumière en plein visage, et malgré sa faible lueur, elle dut plisser les yeux pour continuer à le distinguer. C’est alors qu’elle l’entendit proclamer qu’elle était la demoiselle au loup. L’appellation la fit ouvrir les yeux. Oui … Oui il y avait eu … Une fresque ? Une histoire de ville … De loup aussi … Cela lui semblait si loin, si incertain … Pourtant ce souvenir résidait bien quelque par dans sa tête.

    Son grognement s’arrêta alors qu’il s’accroupissait pour lui parler d’un ton amical.


    « Vous avez légèrement changé depuis la dernière fois non ? »

    La question lui importait peu, elle avait tournée la tête, froncé les sourcils en le dévisageant ouvertement. La courbure de ces pommettes, et la noirceur de sa chevelure lui rappelait indéniablement un visage déjà vu. Elle retint son souffle. Le souvenir s’éveillait doucement. Elle l’étudia avec réserver, le retourna mentalement dans tout les sens, mais il n’avait rien de mauvais … Il n’était pas douloureux.
    Le soulagement qu’elle en ressentit la fit décontracter les épaules, et lentement elle se mit à croupie face à lui, s’avançant pour l’étudier d’encore plus prêt. Leurs visages furent un instant si proche que ça en frôlait l’indécence, puis elle se rejeta en arrière pour le juger des pieds à la tête.
    Enfin un sourire s’étala sur son visage .


    -Oui … Oui je vous connais !

    Elle bondit sur le côté dans une attitude mi canine mi humaine qui n’était pas sans rappeler les manières de Tarzan, continuant à le couver du regard comme s’il avait la peau de diamant.
    Il y avait autre chose… Autre chose qui l’avait mise en garde la première fois mais qui éveillait une apaisante pensée à présent…
    Un nouvelle fois elle fronça les sourcils cherchant à rattraper des brides incertaines… Son visage s’éclaira et elle s’exclama :


    -Vous êtes un homme loup aussi ! On est de la même meute !

    Son cœur cognait à présent non de peur mais d’excitation. Elle en avait oublié la douleur de sa blessure et de ses paumes écorchées. Elle avait trouvé ce qu’elle cherchait. Des gens comme elle. Plus humains, mais pas animaux non plus. Des enfant de la lune aux crocs d’ivoire …
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lorenzo Luciano
Peintre -- Barman au Midnight Le Bouffon noir
avatar

Messages : 339
Date d'inscription : 01/11/2008
Age : 30

Feuille de personnage :
Pouvoirs:
Âge du perso: 121 ans
Relations:

MessageSujet: Re: Entre deux poubelles [Le bouffon noir]   Ven 3 Fév 2012 - 1:40

Bon point, elle n'avait pas tenté de l'attaquer à nouveau.
Deuxième bon point, elle avait arrêté de grogner bêtement.
Par contre, elle avait une attitude très étrange... pour rester poli et objectif. Elle se mit accroupie face à lui et l'observa, bon, jusque là rien de vraiment anormal. Mais sa façon de le regarder, puis de s'approcher si près de lui qu'il eut l'impression qu'un simple coup de vent lui aurait permis de lui rouler un patin... cela le mettait mal à l'aise, mais il préféra ne pas bouger. Il ne fallait pas la perturber, elle semblait l'être déjà suffisamment.

Enfin elle lui sourit, et s'exclama que oui, elle le connaissait. Un instant, il fut presque surpris qu'elle s'adresse à lui avec des mots. Pourtant, c'était normal qu'une femme parle à un homme avec des mots ! Pourquoi s'était-il attendu à des grognements ou autres borborygmes animaux ?

Hum... Cela dit, ce n'était pas si illogique. Surtout vu la manière dont elle bondit sur le côté tout en continuant à le dévisager de façon presque indécente. Il eut soudain en tête un vieux flash de film avec une enfant sauvage, qui avait grandi parmi les loups, et qui avait le même genre d'attitude.
Bon sang, est-ce que c'était vraiment cette femme-là qu'il avait rencontré en avril ? Elle était tellement... tellement... animale... Son visage était très expressif, et il n'avait même pas vraiment besoin de sonder ses sentiments pour voir qu'elle était finalement contente de le voir. Même si elle l'exprimait toujours aussi bizarrement.


La même m... ouais, on va dire ça ouais !

Il avait l'impression de parler comme un psychiatre aux patients d'un asile, de cet espèce de ton compatissant et faux qui voulait faire croire qu'il était d'accord avec son délire, sans pour autant piper ce qu'elle disait.
Cela dit, il était loin d'être idiot. Il savait que certains vampires pouvaient se changer en loup -ne serait-ce que pour avoir vu Raphaël le faire, et aussi parce qu'elle avait tenté de le faire quelques instants plus tôt. Il en déduisit donc qu'elle devait avoir un problème avec son pouvoir -peut-être l'avait-elle eu récemment ?- et qu'en tout cas elle devait avoir du mal à le contrôler. Ce qui expliquait qu'elle se conduisait plus comme un animal que comme un être humain.

Quelle que soit l'explication exacte, le fait était là, et il ne pouvait décemment pas la laisser dans la rue dans cet état, surtout au lever du jour quand les rues n'allaient pas tarder à être fréquentées.
La question majeure à présent était : comment persuader une femme-loup de le suivre ?
Il se releva doucement, et lui tendit la main dans un geste pacifique, avant de dire :


Tu as peut-être faim ? Ca te dit de venir avec moi à l'intérieur pour manger un morceau ?

Sur le coup, c'est tout ce qu'il avait trouvé. Il crut tout de même bon d'ajouter :

Je ne vais pas te faire de mal, tu n'as rien à craindre. Je peux t'emmener en sécurité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nelïya Fox

avatar

Messages : 788
Date d'inscription : 08/03/2009
Age : 27
Localisation : Dans tes rêves beau gosse ...

Feuille de personnage :
Pouvoirs:
Âge du perso: 18 ans physiquement
Relations:

MessageSujet: Re: Entre deux poubelles [Le bouffon noir]   Dim 5 Fév 2012 - 0:13

    Nelïya se passa la langue sur les lèvres dans un tic d’excitation. Elle avait pensé que retrouver ce qu’elle avait perdu serait douloureux. Et pour cause, chaque fois qu’elle avait cru sentir remonter en elle un sentiment humain, son cœur s’était serré comme un fruit trop mur.

    Mais là, tout de suite, maintenant elle regarder cet homme et était … Contente. Elle se souvenait vaguement que, lors de la première rencontre elle avait dressé beaucoup de barrière entre eux. Mais entre temps il s’était passé quelque chose … Quelque chose qui l’avait rapproché des « siens ». Elle en avait moins peur.

    Il lui tendu la main et l’invita d’une voix douce. Elle le regarda, sembla réfléchir, mais ne prit pas trop son temps. Elle ne se sentait pas en sécurité dans cette rue, dans ce corps.
    La promesse d’un repas n’était pas à négliger non plus ! Son bras était certes la partie de son corps la plus douloureuse, mais son ventre souffrait de crampes non négligeables !


    -D’accord je viens ! Merci, je n’aime pas ici ! C’est trop dangereux. Lança-t-elle sans masquer le moins du monde son sentiment de soulagement à l’écoute de sa généreuse proposition. D’une démarche encore étrangement peu humaine elle s’avança et attrapa la main de celui qu’elle avait reconnu comme le bouffon noir.

    Elle continuait à le regarder ouvertement, sans cette distance qu'elle avait mit entre eux la première fois. Au contraire, elle semblait même prête à le suivre jusqu'au bout du monde.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lorenzo Luciano
Peintre -- Barman au Midnight Le Bouffon noir
avatar

Messages : 339
Date d'inscription : 01/11/2008
Age : 30

Feuille de personnage :
Pouvoirs:
Âge du perso: 121 ans
Relations:

MessageSujet: Re: Entre deux poubelles [Le bouffon noir]   Lun 6 Fév 2012 - 2:17

Elle lui attrapa la main et accepta de venir avec lui. Le remercia même. Il s'était attendu à ce que ce soit plus compliqué. Elle lui avait paru tellement froide et réservée lors de leur première rencontre... peut-être que son côté bestial faisait ressortir une part plus amicale ? En tout cas, elle avait une façon de le regarder qui le mettait un peu mal à l'aise.

* Et ben c'est pas gagné cette histoire... *

Il l'emmena à l'intérieur du Midnight, et lui lâcha la main pour aller derrière le bar. Il l'invita à s'asseoir sur le tabouret en face de lui, ce qui offrirait aussi l'avantage de placer le comptoir entre eux. Il ne tenait pas vraiment à ce qu'elle lui refasse le coup des visages presque collés.
A présent qu'ils étaient en sécurité à l'intérieur, il regrettait un peu d'avoir avancé l'argument de la nourriture... y'avait rien à manger dans ce bar ! Même pas une simple machine à gaufres, ou des glaces, rien.
Avec un soupir à peine dissimulé, il farfouilla dans sa sacoche personnelle pour en sortir un sandwich. Son sandwich, qui devait lui faire office de petit-déjeuner... Il le tendit à la femme-loup, en lui disant :


Tiens, ça va te faire du bien.

Immédiatement après avoir dit ça, il songea que c'était bien nul comme phrase. S'il voulait essayer de la faire redevenir normale, il fallait qu'il arrête de lui parler comme à une gamine. Pour se donner du courage, il prit l'un des verres propres qui égouttaient dans l'évier et le remplit de sirop de cassis et de bière. Ça risquait d'être un peu long, alors autant en profiter.

* Si Raphaël rentre avant qu'on soit repartis, il va me tuer... *

Essayant de ne pas trop y penser, il entra dans le vif du sujet.


Bon alors, qu'est-ce qui t'est arrivé ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nelïya Fox

avatar

Messages : 788
Date d'inscription : 08/03/2009
Age : 27
Localisation : Dans tes rêves beau gosse ...

Feuille de personnage :
Pouvoirs:
Âge du perso: 18 ans physiquement
Relations:

MessageSujet: Re: Entre deux poubelles [Le bouffon noir]   Ven 10 Fév 2012 - 23:28

    Dévorée par la curiosité la fille louve suivit le bouffon noir sans appréhension. Il la mena à l’intérieur. Des prunelles d’or[elle est toujours en forme vampire] caressèrent la pièce avec intérêt. A croire que c’était la première fois qu’elle voyait un bar.

    Il lui montra un tabouret. Elle le fixa un instant avant de s’y avancer avec précautions. Tenir assise sans que ses jambes ne touchent le sol lui semblait une position peu stable. Pourtant elle du reconnaître que le meuble la soutenait efficacement. Le temps qu’elle étudie l’assise, le vampire avait sorti la nourriture. Il lui tendit, et elle l’attrapa avec suspicion. Avec une moue hésitante elle porta le sandwich a son nez, mais se rappela presque tout de suite que son odorat n’était plus aussi fin, cela la contraria. Puisque son nez ne pouvait pas lui dire plus sur cette nourriture, elle décida de goûter.
    Elle mâcha lentement sa première bouchée, les sourcils froncés. Mais bientôt son facies se décrispa. Certes ce n’était pas de la viande crue mais c’était très bon aussi !
    Elle avala le reste aussi que l’aurait fait un glouton, et c’est les joues rebondis de nourriture qu’elle relava la tête vers Renzo lorsqu’il lui demanda ce qu’elle avait fait.

    Une nouvelle fois, elle fronça les sourcils, comme si elle cherchait la signification de la question -Entre temps elle avait aussi avalé tout rond la fin de son « plat »- puis il s’éclaira :


    -Je me suis battue et je me suis fait mordre, mais j’ai quand même gagné. On me chassera plus d’un territoire de sitôt !
    Dit-elle en désigna son bras, et sans comprendre qu’il parlait de l’avant de cet avant, et ce non sans une certaine pointe de fierté.

    Elle bonda le torse avec fierté et lui demanda comme pour qu’ils comparent leurs aptitudes :

    -Et toi tu as fait quoi ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lorenzo Luciano
Peintre -- Barman au Midnight Le Bouffon noir
avatar

Messages : 339
Date d'inscription : 01/11/2008
Age : 30

Feuille de personnage :
Pouvoirs:
Âge du perso: 121 ans
Relations:

MessageSujet: Re: Entre deux poubelles [Le bouffon noir]   Ven 10 Fév 2012 - 23:53

Après avoir hésité, reniflé le sandwich et l'inspecté sous toutes ses coutures, elle l'engloutit à toute allure. Bon, elle lui faisait confiance apparemment, c'était déjà ça. Mais elle était toujours bloquée dans cette attitude à moitié bestiale, ce qui n'aidait pas à faire avancer le dialogue.
Elle lui expliqua qu'elle s'était battue et qu'elle s'était fait mordre, puis parla de territoire. Elle lui montra alors son bras, et ce fut seulement à ce moment-là qu'il réalisa qu'elle était blessée. Dans la pénombre de la ruelle, il ne s'en était pas rendu compte...


Oh...

Il regarda autour de lui, cherchant des yeux une trousse de secours. Ce qui était bien évidemment introuvable dans un établissement dont le patron n'avait jamais besoin de médicaments.
D'un air gêné, il répondit :


Je suis désolé, je n'ai rien pour soigner ta blessure...

Il s'apprêtait à lui demander qui lui avait fait ça, mais elle lui posa une question qui le fit buguer quelques instants. Ce que lui avait fait ? Qu'est-ce qu'elle voulait dire ? Quel genre de réponse pouvait-elle attendre ? Il essaya d'imaginer ce qu'un loup pouvait vouloir savoir en posant ce type de question, et ne vit pas grand chose à répondre à part :

Moi ? Moi je ne me bats pas, je n'aime pas ça... Mais j'ai quelqu'un qui me protège quand je suis en danger.

Cette réponse risquait de la décevoir, mais il préférait être honnête. Dans une meute de loups, il aurait certainement fait partie des dominés. Et cela ne l'aurait pas vraiment dérangé, tant qu'on le laissait tranquille et qu'il pouvait se contenter de vivre sa petite vie loin de tout danger...

Bon ! Et sinon raconte-moi : contre qui tu t'es battue ? Et, surtout, pourquoi ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nelïya Fox

avatar

Messages : 788
Date d'inscription : 08/03/2009
Age : 27
Localisation : Dans tes rêves beau gosse ...

Feuille de personnage :
Pouvoirs:
Âge du perso: 18 ans physiquement
Relations:

MessageSujet: Re: Entre deux poubelles [Le bouffon noir]   Mar 14 Fév 2012 - 22:42

    Le bouffon noir s’excusa de n’avoir rien pour la soigner. La femme louve haussa les épaules. Elle ne lui avait pas demandé une telle chose. La blessure n’était si douloureuse. Il suffirait qu’une fois sa forme animale reprise elle la lèche abondamment, et l’affaire serait sûrement résolut. Elle ne s’en souciait pas plus pour le moment.

    Il lui parla du fait que lui ne se battait pas. Elle haussa les sourcils surprise, mais comprit mieux à la suite, il avait un protecteur.
    Un maitre sûrement, elle imaginait un peu ça comme … Une sorte d’alpha. Oui c’était évident !
    Elle hocha la tête pour dire qu’elle comprenait.


    -C’est bien aussi ça. Moi aussi j’ai …

    Et brusquement elle se tût. Son expression joviale se dissipa pour quelque chose qui ressemblait plus à une mine perplexe. Ses sourcils se froncèrent comme si elle était brusquement en proie à un doute.
    Et pour cause. Elle venait de penser à Adhémar. Elle venait de penser qu’il l’avait prit pour une louve parce que elle s’était prit pour une louve. Il l’avait « protégé » en lui offrant un toit. Mais, il y avait autre chose. Elle s’était prouvé ce soir que tout cela n’était qu’une « farce ». Elle était autre chose qu’une louve. Elle pouvait être humaine, comme lui.

    Inconsciemment, elle se redressa sur son tabouret, prenant une pose moins animal. Son regard fixait un point au dessus de l’épaule de Lorenzo dans une expression de profonde réflexion qui ne pouvait être qu’humaine.


    -Je … Je me suis battue oui …

    Cette fois elle répondait avec un certain égarement.

    -Je crois que c’était juste une histoire de … De territoire.

    Elle avait prononcé le mot « territoire » avec une grimace septique, comme si elle se rendait compte que ce motif sonnait étrangement pour une bagarre d’humain. Pour son côté louve cela semblait tout à fait normal. Mais ses facultés de raisonnement humaines revenant, elle réalisait que cela n’avait rien de « normal » de se battre pour un « territoire ».

    Elle laissa filer un silence, des choses lui revenaient, et cela la terrifiait autant que cela l’intriguait. Son regard n’avait pas lâché le point imaginaire, et pourtant elle ne le voyait pas.


    -Qui sommes nous ? Murmura-t-elle pour elle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lorenzo Luciano
Peintre -- Barman au Midnight Le Bouffon noir
avatar

Messages : 339
Date d'inscription : 01/11/2008
Age : 30

Feuille de personnage :
Pouvoirs:
Âge du perso: 121 ans
Relations:

MessageSujet: Re: Entre deux poubelles [Le bouffon noir]   Mar 14 Fév 2012 - 23:40

Finalement elle ne semblait pas déçue qu'il ne se batte pas lui-même. Elle hocha même la tête et lui répondit que c'était bien, qu'elle aussi avait... avait quoi ? Un protecteur ? Ce n'était pas évident, à l'heure actuelle. Elle se mit à réfléchir. Intensément, vu la tête qu'elle faisait. Elle était incapable de cacher ses émotions et les affichait comme les enfants, de façon presque exagérée, touchante en tout cas. Elle ne regardait plus Lorenzo, elle regardait... une bouteille sur l'étagère.

Le barman termina sa bière et s'en resservit une, toujours avec du sirop, la laissant dans ses pensées. Elle s'était redressée, et avec sa mine songeuse elle faisait moins bestiale. Elle commença à lui expliquer qu'elle s'était battue pour une histoire de territoire. Oui, ça elle lui avait déjà dit, mais concrètement ça ne voulait pas dire grand chose. D'un point de vue de loup oui, cela avait du sens, les animaux conservent des territoires, mais d'un point de vue humain... Soit elle avait été attaquée par un autre loup - en plein Paris ?!- soit elle faisait des métaphores en transposant les faits dans son univers lupin.

M'enfin Lorenzo avait du mal à comprendre de toute façon. Il tenta de percevoir ses sentiments, et remarqua qu'elle était emplie de doutes, de questions et de peurs. Qu'elle était bien paumée. Quelle surprise ! Dans le genre "utilisation de pouvoir qui sert à rien", il venait de s'illustrer. Il aurait mieux fait d'apprendre à lire les pensées plutôt que les sentiments.
Elle ne bougeait plus ni ne parlait plus, son regard était toujours aussi fixe, elle aurait presque pu être morte sur son siège vu son manque soudain de réaction. Jusqu'à ce qu'elle laisse échapper une question dans un murmure.
Lorenzo se pencha sur le comptoir pour claquer des doigts devant son visage et lui dire doucement :


Hey, hey !
On n'est pas des loups. Tu n'es pas une louve. Tu n'es pas un animal. Tu es... tu es une vampire. Et tu as été humaine, fut un temps, et là ce serait pas mal que tu t'en souviennes.


Il avait dit ça d'une voix douce, sans animosité. Il ne voulait pas la brusquer, même s'il craignait le faire tout de même en lui disant cela. Il se souvenait que lors de leur première rencontre, elle avait avoué avoir du mal à accepter sa condition vampirique. Mais mieux valait se comporter en vampire, c'est à dire en presque humain, plutôt qu'en animal, non ?
Il fallait qu'elle se réveille un peu...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nelïya Fox

avatar

Messages : 788
Date d'inscription : 08/03/2009
Age : 27
Localisation : Dans tes rêves beau gosse ...

Feuille de personnage :
Pouvoirs:
Âge du perso: 18 ans physiquement
Relations:

MessageSujet: Re: Entre deux poubelles [Le bouffon noir]   Mer 15 Fév 2012 - 23:04

    Vampire. Le mot la fit frissonner. Pourtant il n’y en avait pas de mieux pour la décrire. Elle sentit sa gorge se serrer. Elle craignait ce mot. Elle craignait ce qu’elle était. Mais elle n’y pouvait rien. Le temps ne se remonte pas. Elle devait prendre cette information, s’y confronter et l’accepter. Aussi terrifiante fut-elle, elle n’avait qu’un chemin à suivre, et il allait forcement de l’avant.

    Une longue respiration souleva sa poitrine et ses yeux retrouvèrent ceux de Lorenzo.


    - Dis-moi … Comment étais-je la première fois ? Qu’ai-je dis lorsque l’on c’est vu dans le métro ?

    La demande était surprenante. Peut être qu’il la prendrait pour une folle. Mais elle avait une piste, un semblant de trace, et il fallait qu’elle la remonte. Au bout de cette route ce trouvait les réponses.
    Elle essaya de se justifier, fronçant les sourcils pour se souvenir de ce qui lui revenait.

    -Tu avais … Fait une fresque, n’est pas ? Une avec toutes les races de Paris… Il y avait même un chasseur… C’est le petit garçon qui a trouvé…

    L’effort lui semblait sur humain. Ces propres souvenirs persistaient à vouloir se cacher, comme si son esprit lui-même ne voulait plus rien entendre de la vérité. Comme si il voulait effacer.

    -Il c’est passé quelque chose après n’est ce pas ?

    Demanda-t-elle timidement. Il fallait qu’il comprenne. Elle avait besoin de ces réponses. Elle avait une piste, un semblant de trace, et il fallait qu’elle la remonte. Au bout de cette route ce trouvait celle qu’elle avait été, et le pourquoi elle avait disparut.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lorenzo Luciano
Peintre -- Barman au Midnight Le Bouffon noir
avatar

Messages : 339
Date d'inscription : 01/11/2008
Age : 30

Feuille de personnage :
Pouvoirs:
Âge du perso: 121 ans
Relations:

MessageSujet: Re: Entre deux poubelles [Le bouffon noir]   Jeu 16 Fév 2012 - 5:09

Elle s'était réveillée. Enfin. Elle le regarda, et lui demanda ce qu'il s'était passé dans le métro. Ce qu'elle avait dit. Et comment elle était.
Drôles de questions... mais elle était tellement paumée qu'il ne semblait pas improbable à Lorenzo qu'elle ait des pertes de mémoire. Elle devait avoir subi une sorte de traumatisme qui l'avait bloquée dans son corps et son esprit de loup. En ce cas, il était bien content de ne pas avoir ce pouvoir... Il s'imagina un instant coincé dans une autre apparence et une autre mentalité, maîtrisant mal son propre don, mais chassa rapidement l'image. Ce n'était pas le moment de laisser son esprit divaguer.

Elle lui rappela quelques souvenirs. La fresque, le petit garçon, le dessin du chasseur. Elle avait tout de même des souvenirs, mais ne se souvenait que des choses futiles. Elle oubliait le plus important. Quand elle demanda s'il s'était passé quelque chose après, Lorenzo acquiesça silencieusement, cherchant lui-même à s'en rappeler le plus précisément possible. Plus de quatre mois s'étaient écoulés depuis, et même si cette rencontre l'avait marqué, de l'eau avait coulé sous les ponts.


Tu m'avais proposé de mettre un loup sur la fresque, au début j'avais refusé... Ca t'avait vexé je crois, et tu étais partie. Mais tu étais revenue durant la nuit, tandis que je dormais sur un banc devant ma fresque achevée. Tu avais alors vu que j'avais finalement peint le loup, et tu m'avais posé des questions sur mon identité...
Au fil de la discussion, nous nous étions chacun dévoilé à l'autre, au niveau de notre... nature vampirique.


Il hésita à ce point du récit. Il se souvenait parfaitement de la réaction de la miss quand il lui avait dit être vampire, et de son dégoût pour ce qu'elle était elle-même. Elle avait parlé de mourir vieille, de rejet de Dieu, ce genre de choses. Il ressentit une certaine similitude avec la situation actuelle. Elle ne semblait toujours pas en mesure de s'accepter. Que lui était-il arrivé pour qu'elle se sente à ce point mal dans sa peau ? Elle lui faisait de la peine, et il décida donc de continuer à relater les évènements. Peut-être qu'après tout, cela pourrait l'aider à se confesser.

Je me souviens que tu n'appréciais pas ta condition. Et j'ai pas l'impression que tu arrives mieux à l'accepter aujourd'hui.
Je vais donc renouveler la proposition que je t'ai faite il y a quatre mois : est-ce que tu veux en parler ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nelïya Fox

avatar

Messages : 788
Date d'inscription : 08/03/2009
Age : 27
Localisation : Dans tes rêves beau gosse ...

Feuille de personnage :
Pouvoirs:
Âge du perso: 18 ans physiquement
Relations:

MessageSujet: Re: Entre deux poubelles [Le bouffon noir]   Jeu 16 Fév 2012 - 22:04

Elle l’écouta relater leur histoire alors que les images se redessinaient doucement dans sa tête. Cette rencontre l’avait marqué. Le souvenir avait été si curieux que souvent elle avait hésité à revenir voir la fresque, espérant y voir ce bouffon noir. Mais elle ne l’avait pas fait. Il s’était passé quelque chose entre temps… Un quelque chose qui avait tout changé.
Elle ne se sentait pas encore prête à l’affronter. Encaisser ce vieux souvenir était assez éprouvant et elle désirait s’en tenir là.

Comme la première fois sa proposition d’aide la laissa méfiante. Elle le regarda. S’agita sur sa chaise jeta un coup d’œil vers la sortie et se mordit la lèvre.

Allait-elle fuir encore ?

Elle baissa les yeux. Plonger dans ses plus vieux souvenirs la terrorisait plus que de faire face à Satan lui-même… Elle réprima un frisson.

-Lorenzo c’est ça ?

Son regard croisa celui du vampire.

-Comment … Comment tu es devenu vampire toi … Raconte moi s’il te plaît…


Lui confier ce qu’elle gardait pour elle depuis si longtemps, elle ne pouvait s’y résoudre. Pas encore, pas tout de suite. Il lui fallait en savoir plus sur lui. Le fait qu’il soit un inconnu la dérangeait. Elle avait besoin d’en apprendre plus sur lui, s’assurer qu’il ne mentait pas, lui aussi … Comme les autres. Le visage de James resurgit comme un requin affamé et elle repoussa le souvenir avec effroi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lorenzo Luciano
Peintre -- Barman au Midnight Le Bouffon noir
avatar

Messages : 339
Date d'inscription : 01/11/2008
Age : 30

Feuille de personnage :
Pouvoirs:
Âge du perso: 121 ans
Relations:

MessageSujet: Re: Entre deux poubelles [Le bouffon noir]   Ven 17 Fév 2012 - 1:59

[ hrp : un grand merci à toi de me permettre de dévoiler un peu le passé de Renzo. Je te préviens, j'ai tout déballé (et encore, je t'épargne la fin et beaucoup de détails. Si tu estimes que c'est trop, dis-le moi, et je m’interromprais au milieu. ]


Il remarqua sa gêne, son regard vers la porte. Craignit qu'elle fuit de nouveau. Mais finalement elle sembla décider de rester, sans se confier cependant. Elle se souvenait de son prénom, il n'aurait pas pensé ! Dire que lui n'avait aucune idée de comment elle s'appelait...
Elle lui posa une question qui le laissa coi quelques instants. Comment lui était devenu vampire ? On ne lui avait jamais posé la question... Enfin si, une fois, mais c'était Raphaël, donc c'était différent... Il se rendait compte qu'en fait, il n'avait jamais parlé sérieusement de lui à qui que ce soit, en dehors de son mentor.


Comment moi je suis devenu vampire ?
C'est une histoire que je n'ai quasiment jamais racontée... C'est une vieille histoire...


Il hésitait, sérieusement. Il se cachait beaucoup derrière ses allures de pitre, et replonger dans son passé allait faire remonter des souvenirs, beaucoup de souvenirs, trop sérieux. Trop intimes, en un sens.
Mais après tout, pouvait-il vraiment lui demander de se confier, et refuser de le faire lui-même ? Que risquait-il ? Son histoire n'était pas vraiment exceptionnelle, il ne cachait pas de lourd secret, même s'il allait dévoiler en quelque sorte une partie de son histoire et de sa personnalité qu'il n'aimait pas aborder. Qu'il n'abordait jamais.


Ça remonte à la guerre... La seconde guerre mondiale. Et oui, j'ai... un siècle de vie vampirique derrière moi. C'est assez dingue quand on y pense !

Il eut un petit rire, clairement nerveux. Il poussa un profond soupir, et se lança sérieusement dans le récit.

Je vivais à Florence à l'époque, ma ville natale. Quand la guerre est arrivée en Italie, elle nous a un peu tous pris de court. Ils se sont mis à enrôler de force tous les jeunes hommes en âge de se battre. J'avais été élevé dans une famille d'artiste, je passais mon temps avec des pinceaux dans les mains, je n'avais jamais utilisé un fusil autrement que comme modèle de peinture.
Dans les tranchées, j'ai vécu un enfer que peu de gens peuvent encore imaginer. J'étais jeune, plein d'innocence et de vie, et j'avais peur... une trouille comme on ne peut concevoir en ressentir. Les balles qui sifflent, les éclairs des bombes, les hurlements de tous ces jeunes qui mourraient sur le champ de bataille... Et l'odeur... La sueur, la boue, le brûlé, le sang... Les anciens combattants évoquent souvent cette odeur indescriptible et insoutenable, mais ceux qui n'ont pas vécu ça ne peuvent pas comprendre...
Et la peur, constante... On s'observait les uns les autres, sachant pertinemment que l'instant d'après, ce type sympa qui venait de t'offrir une clope allait soudainement mourir, pouf, plus personne...


Il s'arrêta un instant, se replongeant dans des souvenirs particulièrement désagréables. Jamais il n'avait parlé de la guerre. Quand il évoquait son passé italien, il ne parlait que de paix, d'art et de bonheur.
Il termina sa deuxième bière, secoua la tête et poursuivit :


Bref, je vais te passer les détails, au final ce n'est pas ce qui compte.
Sur le front, j'ai rencontré un homme, un soldat expérimenté. Il s'appelait Roberto Zaccaron, mais tout le monde le surnommait Zac. On a vécu... quelque chose de très fort, ensemble. La guerre, toutes ces horreurs, ça forge des liens impressionnants.


Et hop, une autre révélation, sans la faire vraiment. Le fait de repenser à Zac était assez dur pour Lorenzo, et ça devait se lire sur son visage. Aussi ne détailla-t-il pas ce qu'ils avaient vécu ensemble, et passa-t-il directement au moment qui intéressait la demoiselle.

Puis est arrivée cette fameuse nuit... On était partis avec un petit groupe pour une mission de reconnaissance. On était tous repliés dans un vieux bâtiment à moitié en ruines, et je montais la garde pendant qu'une partie de l'équipe se reposait, et que l'autre était partie voir les environs. Zac est revenu, tout seul. Il était paniqué, et très mal en point. Son uniforme était en lambeaux, sa peau était partiellement brûlée, il saignait...
Je t'épargne les détails.


En fait, c'était surtout à lui-même qu'il se les épargnait. Il faisait volontairement l'impasse sur les scènes les plus personnelles, les plus émouvantes. Faire remonter tous ces souvenirs de manière objective était déjà très dur, il voulait s'épargner l'émotion de faire remonter tous les sentiments qui allaient avec.

Cette nuit-là je l'ai sauvé, mais plus ou moins contre mon gré. Il m'a mordu. Il a bu une partie de mon sang. Ça a permis de le guérir. Je précise qu'à l'époque, l'existence des vampires et autres n'était absolument pas connue, je te laisse donc imaginer le choc... Mais il m'a tout raconté. Ce qu'il était, depuis combien de temps il l'était, qui l'avait rendu comme ça. Tout. Il a eu peur que je réagisse mal, que je ne veuille plus de lui. C'était tout le contraire. Cette nuit-là il m'a transformé...

Il s'interrompit et resta songeur un long moment. Quand il recommença à parler, il avait les yeux brillants, les larmes prêtes à sortir, et sa voix était cassée, il avait du mal à parler.

La suite est... trop douloureuse pour que je puisse la raconter.
Mais je pense qu'à présent, tu en sais suffisamment. Tu en sais même beaucoup plus que tout le monde sur cette terre. En cent-vingt ans de vie, je n'ai raconté cette histoire que deux fois.


Il soupira de nouveau, de ce genre de soupir bref que l'on pousse pour s'empêcher de pleurer, et adressa à la demoiselle un sourire difficile à afficher.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nelïya Fox

avatar

Messages : 788
Date d'inscription : 08/03/2009
Age : 27
Localisation : Dans tes rêves beau gosse ...

Feuille de personnage :
Pouvoirs:
Âge du perso: 18 ans physiquement
Relations:

MessageSujet: Re: Entre deux poubelles [Le bouffon noir]   Sam 18 Fév 2012 - 19:47

    L’indécision passa dans le regard de son interlocuteur. Il allait peut être tout bonnement lui dire que ces choses là étaient privées. Il aurait eu raison.
    Pourtant après un silence, il commença à raconter son histoire. Surprise, elle releva la tête et accrocha toute son attention à ses lèvres.
    Mise à part James, elle n’avait jamais rencontré de vampire assez proche pour qu’il lui raconte sa « transformation ». Il s’agissait d’une première… Et cela la rendait un peu nerveuse, allez savoir pourquoi …

    L’histoire commença et le monde extérieur disparut. Il n’y avait qu’elle, lui, et sa voix qui rythmait le silence.
    Pas une seul fois elle ne fit mine de l’interrompre. Mais elle ne resta pas stoïque pour autant… Lorsqu’il évoqua la guerre, elle frissonna avec horreur, et sûrement s’en rendu-t-il compte car il ne finit pas lui éluder les détails les plus sanglants. Il continua la plongeant dans une autre époque, un autre lieu, là où il avait d’autres rencontres. « Zac », elle mémorisa le prénom dès qu’il arriva dans le récit, convaincu qu’il aurait son importance, et de fait, elle avait raison. Il était bien le « père » de Lorenzo.

    Lorsqu’il acheva abruptement le récit, elle resta d’abord silencieuse, « digérant » ce monologue et laissant à Lorenzo le temps de se remettre.
    Il avait éveillé sa curiosité, et elle aurait voulut en savoir plus ! Que c’était-il passé après ? Ou était Zac ? Elle aurait aussi voulut savoir si il l’avait aimé, ce Zac. Elle trouvait sa façon d’en parler romantiquement nostalgique. Mais la lueur humide qui brillait dans le regard du vampire l’imita au silence.

    C’est étrange comme l’émotion qu’il affichait la rassurait… « Le malheur des uns fait le bonheur des autres » songea-t-elle non sans une pointe de dégoût envers elle-même. Pourtant cela était vrai. Elle était soulagée de constater qu’il y avait aussi des histoires pleine d’émotion et tachée de sang dans le passé des « siens », soulagé de le voir face à elle, ému mais debout. Il en avait traversé au moins autant qu’elle, mais il avait toujours la force de sourire.
    « Notre plus grande gloire n'est pas de ne jamais tomber mais de se relever après chaque chutes »
    Un élan d’affection à l’encontre du bouffon noir la traversa. Il ignorait sûrement le véritable impact que son histoire avait eu sur elle, mais elle savait qu’elle venait de décider qu’elle ferait de lui un ami, faisant de lui le premier vampire pour lequel elle s’autorisait de l’affection sincère.
    Il y avait White Mist aussi, évidemment, mais c’était différent. Le voleur fantôme était son idole, pas son ami.
    Elle ne trahirait pas la confiance qu’il venait de montrer à son encontre.


    -Je sais garder un secret. Murmura-t-elle avec un sourire amical.

    -Merci. Ajouta-t-elle simplement, mais sincèrement.

    -Les autres vampires que j’ai croisés n’étaient pas aussi sincères que toi… Ca me touche que tu me fasses confiance… Je garderais cette histoire pour moi. Croix de bois, crois de fer, si je mens tu pourras me passer les fers.

    Elle ponctua cette déclaration d’un nouveau sourire, tout en se traçant une croix sur la poitrine d’un geste franc.

    Nelïya savait qu’à présent elle devait remplir sa part du contrat… Prenant une inspiration pour se donner du courage elle commença ;

    -J’ai rencontré James l’année de mes 16 ans…


hrp : je me suis arrêtée là sinon mon post va faire 12 kilomètres xD
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lorenzo Luciano
Peintre -- Barman au Midnight Le Bouffon noir
avatar

Messages : 339
Date d'inscription : 01/11/2008
Age : 30

Feuille de personnage :
Pouvoirs:
Âge du perso: 121 ans
Relations:

MessageSujet: Re: Entre deux poubelles [Le bouffon noir]   Lun 20 Fév 2012 - 3:32

[ hrp : je fais court hein, mais j'ai pas grand chose à dire pour le moment, et puis j'ai déjà assez causé comme ça, à ton tour ! =P ]


Lorenzo, plongé dans son récit et ses propres émotions, n'avait pas vraiment pu se focaliser sur les réactions de la demoiselle au loup. Cependant, une fois qu'il eut fini, il y eut un silence suffisamment long pour qu'il puisse sonder ses sentiments. Il sentit que sa méfiance à son égard était en train de s'envoler. Il perçut un fort sentiment de soulagement, qu'il avait du mal à comprendre. Peut-être était-elle heureuse de voir que, malgré sa condition vampirique, il était un homme comme les autres ? Pour savoir pourquoi cette histoire l'avait mise en confiance, il aurait fallu qu'il en sache plus sur elle... il ne connaissait même pas son prénom !

Elle le remercia d'avoir raconté son histoire. Lui annonça qu'elle savait garder un secret. Avoua être touchée par la confiance qu'il lui avait accordé. Son utilisation détournée du célèbre serment enfantin le fit sourire. Le pire était passé, l'histoire avait été dite, et en fait il se rendait compte qu'à lui aussi, ça lui avait fait du bien.


Oh tu sais, c'est pas un secret d'état non plus. Simplement... une partie de moi...

Puis elle commença son propre récit. Ainsi donc, il allait enfin pouvoir la connaître mieux. Elle évoqua une rencontre avec un certain James, lorsqu'elle avait seize ans. Contrairement à lui, elle entrait directement dans le vif du sujet. Mais peut-être que son histoire à elle n'avait un contexte aussi particulier que la sienne.
Tout comme elle, il décida de ne pas l'interrompre, en revanche il prépara rapidement deux nouvelles bières au sirop de cassis et en posa une devant elle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nelïya Fox

avatar

Messages : 788
Date d'inscription : 08/03/2009
Age : 27
Localisation : Dans tes rêves beau gosse ...

Feuille de personnage :
Pouvoirs:
Âge du perso: 18 ans physiquement
Relations:

MessageSujet: Re: Entre deux poubelles [Le bouffon noir]   Lun 20 Fév 2012 - 23:29

    -J’ai rencontré James l’année de mes 16 ans… Il m’avait aidé à aller au lycée un mauvais jour de grève. Je pensais qu’on ne se reverrait plu après ça. Mais les jours suivants, on c’est croisé, re croisé, et à chaque fois, on trouvait du temps pour parler. Je n’aimais pas les garçons de mon âge. Il était tous idiots, ou accro aux jeux vidéo. James lui était … Plus âgé, plus mature … Plus … Comment dire, c’était sa façon d’observer les choses de loin sans qu’elles ne le touchent, sa façon d’être posé et distant… Il avait d’avoir… vécu. Et moi … Moi j’avais trop de question, et pas assez de personnes à qui les poser. Je réfléchissais à tout… A la vie, à la mort, aux choses auxquels on devait vraiment attention, au sens des événements, au pourquoi et au comment. J’avais déjà éprouvé que la vie ce n’était pas le paradis, je voulais plus être prise au dépourvu… Alors je réfléchissais, tout le temps, et je méprisais tout ceux qui brûlaient leurs années sans les savourer. Bref, j’étais en pleine crise d’identité, et James avait la patience, le savoir et le temps pour m’éclairer.
    J’étais tellement… Flattée qu’un garçon aussi brillant s’intéresse à moi. Je n’étais pas habituée à ce genre d’attention. Ma mère prenait toujours soin de ne pas me regarder, mon père était trop occupé a faire attention qu’elle ne s’ouvre pas les veines… Encore. Et moi il ne me restait que mon frère. Il n’avait qu’un an de plus que moi, et il subissait les mêmes tourments familiaux que moi…
    James, c’était un regard sage et extérieur. Un regard sincère. Et quand il me demandais « comment ça va » , je n’avais même pas à lui mentir, je pouvais dire « mal », et il comprenait. Il comprenait parce que je lui avait tout dit. Tout confié.


    Elle marqua une pause dans son récit. Ses yeux fixaient de nouveau le point invisible.

    -J’étais heureuse. Heureuse de l’avoir. Il était le point le plus stable que j’avais rencontré depuis mon arrivé en France, et il rendait le séjour plus agréable. On a continué à se voir régulièrement, pendant 2 ans à peu près. Et à côté de lui, je grandissais. Je savais pourtant qu’il ne me disait pas tout. Qu’il avait des secrets, mais je m’en fichais. C’était mon ami. Mon meilleur ami. Il aurait pu venir me dire qu’il était un assassin je l’aurais protégé. Alors … Alors quand il m’a avoué ce qu’il était … Un vampire, je ne me suis pas détournée… Je lui ai laissé tout m’apprendre sur les gens comme lui. Pour moi c’était tellement nouveau. Bien sûr je connaissais leur existence, mais comme une légende lointaine. Des créatures d’ailleurs… Mais non. Il était l’une d’elle, et je trouvais ça juste « plus chouette encore ». Chouette qu’il me fasse assez confiance pour me le dire. Chouette que « mon best soit un vampire ». Ca faisait synopsis de film. Ca rendait ma vie… intéressante.

    Une nouvelle pause. Si Lorenzo avait compté son histoire avec émotion, la voix de Nelïya n’exprimait rien. Elle ne voulait pas se souvenir… Ne pas se souvenir de ces moments, des sentiments qu’elle avait éprouvés quand elle les avait vécus.

    -Et puis tout a basculé. Un soir il m’a proposé une cérémonie. Il disait que c’était un rituel « de chez lui » pour lier des amis pour toujours…. Moi, je me suis pas méfiée. C’était mon meilleur ami après tout… Je trouvais ça un peu flippant quand même. Mais c’était excitant aussi, alors j’ai accepté.
    Et … Quand on a échangé nos sangs, quand tout a été finit, là j’ai … sentit. J’ai comprit ce qu’il venait de faire. Je me suis dis que c’était que des idées en l’air. Mais là. Là James à commencé à tenir un discours étrange… Il disait, il disait que j’étais sortit de mon état larvaire, que maintenant je pouvais m’épanouir. Il disait qu’il allait m’apprendre à vivre vraiment, entourés de gens qui mériteraient ma présence, qui m’aimeraient. Il disait « je vais t’offrir une vraie famille, tu vas pouvoir être heureuse ».
    J’étais pétrifiée. Pétrifiée par son ton et son regard… Il ne cessait de se montrer méprisant envers les humains. Il disait que je n’avais jamais eu ma place avec eux, qu’une reine ne doit pas pourrir chez les cafards…

    Et là, j’ai eu la preuve de ce qu’il venait de faire, j’ai eu peur, mais surtout j’étais en colère… Mais lui, il avait toujours ce regard de dément… Et il répétait « mais je t’aime Nelïya, et je vais te rendre heureuse ». C’était à me glacer le sang… La dispute c’est prolongée jusqu’à ce que je tourne les talons.
    Au début je me suis dis qu’il me suffirait de la cacher. On grandit peut en début de vie adulte… James avait bien réussit à me dissimuler alors qu’on passait tout notre temps à deux… Mais il m’a suffit d’un pas chez moi pour comprendre que je ne pouvais pas…
    Il y avait des crucifix partout, et on allait à l’église tous les dimanches.
    J’ai comprit pourquoi James me demandait qu’on aille chez lui. Une fois j’ai essayé de retirer celui qui trônait au dessus de mon lit, je m’y suis brûlée… Et en plus, il fallait que je guère mes pouvoirs… C’était intenable. Et je ne pouvais rien dire à mes parents. Ma mère me voyait déjà comme une malédiction, il n’était pas nécessaire que je lui donne raison. Mon père… Mon père n’aurait aimé malgré tout, je le sais. Mais il était devenu trop effacé. Et il n’aurait jamais eu la force de protéger sa fille démon contre les préjugé de sa mère dépressive… J’ai fait ce qu’il me resté à faire. J’ai tout dit à Zack, mon frère, et il m’a dit ce que savais déjà. Que je devais partir.
    J’ai monté un bobare à ma mère. Je lui ai dit que j’allais m’installer avec James, loin de chez nous parce que j’en pouvais plus. Elle n’a pas essayé de me retenir. Elle m’a jeté dehors, en me traitant de trainée ingrate, et le noël d’après, toutes les photos de moi étaient brûlées… En y pensant .. ; je me demande quel aurait été mon sort si je lui avait dit la vérité.

    Je me suis retrouvée à la rue. James sur mes traces… Alors j’ai fuis. Fuis, encore et toujours. J’ai enchainé les fausses identités, terrorisée par cet amour qu’il me portait. Hanté par la vie imparfaite à laquelle il m’avait arraché sans me demander mon avis…
    C’était il y a 12 ans…


    Sa voix mourut. Elle était restée parfaitement stoïque. A fixé son point d’un air absent.
    Pourtant elle ne pouvais s’empêcher de se sentir plus légère…


    -Et c’est la première fois que je raconte cette histoire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lorenzo Luciano
Peintre -- Barman au Midnight Le Bouffon noir
avatar

Messages : 339
Date d'inscription : 01/11/2008
Age : 30

Feuille de personnage :
Pouvoirs:
Âge du perso: 121 ans
Relations:

MessageSujet: Re: Entre deux poubelles [Le bouffon noir]   Mar 21 Fév 2012 - 1:56

Lorenzo l'écouta avec autant d'attention qu'elle en avait porté à sa propre histoire. Il nota dans sa tête de nombreux éléments au cours de son récit. Pour commencer, qu'elle était particulièrement jeune quand tout cela était arrivé. D'après les éléments qu'elle donnait -le lycée, le fait que les vampires étaient déjà connus quand James lui en avait parlé- il nota qu'elle ne devait pas être bien vieille. Une cinquante d'année au grand maximum. Il nota aussi qu'elle n'était pas française d'origine, mais elle n'annonça pas son pays d'origine. Il apprit également son prénom au cours du récit, un prénom peu commun : Nelïya...

Il commença à se renfrogner quand elle parla du rituel. Ainsi donc, il l'avait piégée. Elle était devenue vampire sans le vouloir, sans même le savoir. Le point de vue du-dit James sur les humains l'écoeura. Ce genre de type, c'était justement ce contre quoi il luttait toujours. Il s'était toujours efforcé de faire comprendre aux humains que les vampires n'étaient pas des monstres, qu'ils restaient en grande partie comme des humains, mais comment leur faire croire cela quand ils étaient confrontés à des imbéciles comme le sire de Nelïya ?

Il ne put retenir un frisson quand elle parla de son frère. Zack... Comme son Zac. Une coïncidence qui aurait pu être amusante si les deux homonymes n'étaient pas associés à des histoires aussi tristes.
Ainsi donc, elle avait bien malgré elle perdu tout ce qu'elle avait. Sa famille, ses amis, sa vie... Elle n'avait jamais pu régler ses affaires avant de partir. Elle n'avait pas eu le choix. Pas étonnant qu'elle n'aime pas les vampires.

Il eut enfin confirmation de sa jeunesse. Douze ans... c'est peu, surtout vu ses conditions de "naissance". Elle n'avait pas encore eu le temps, l'occasion de s'accepter complètement. Et elle lui annonça que c'était la première fois qu'elle racontait cette histoire. Lorenzo ne pouvait s'empêcher de la regarder avec pitié. Elle devait avoir eu une vie vampirique bien solitaire...


J'ai eu la chance que tu n'as jamais eue. Nous avons un parcours bien différent toi et moi. Et pourtant, je peux te dire deux ou trois choses.
Zac... n'avait pas eu le choix lui non plus. Celui qui l'avait créé, à l'époque, était une sorte de monstre qui s'amusait avec les humains, il les saignait à blanc avant de leur proposer, à l'instant de leur mort, une nouvelle renaissance. Il torturait ses victimes durant de longs mois, pour les "forger", disait-il.
Pour Zac, ça a été très dur. Mais le temps a passé, et les choses se sont arrangées, au fur et à mesure des années. Il a fini par pouvoir accepter sa condition, et en voir les bons côtés. Mais cela a pris du temps. Beaucoup, beaucoup de temps.


Il attaqua sa troisième bière, remarquant que Nelïya n'avait pas touché à celle qu'il avait posé devant elle. Tant pis, il boirait seul. Présentement, il en avait besoin.

Pour ma part, je n'ai jamais pu dire adieu à mes parents. Ils ont dû penser que j'étais mort à la guerre. Pourtant, j'aimais ma famille. Mais je n'ai pas pu y retourner. J'ai... fui en Amérique, la terre de tous les possibles. Zac m'avait transmis une passion de la vie qui ne m'a jamais quittée depuis.

Il n'était pas sûr que ces anecdotes allaient beaucoup l'aider, mais au moins il essayait. Il voulait lui montrer, par ces exemples, qu'une vie vampirique faite de souffrance n'était pas nécessairement une fatalité, et que l'on pouvait finir par s'y faire, par y prendre goût même.

Nous ne sommes pas tous des monstres destinés à vivre dans la douleur. Tu as rencontré le mauvais gars, au mauvais moment. Mais tout ça, c'est du passé maintenant. Et même si ça fait partie de toi, il te reste beaucoup à apprendre, beaucoup à vivre, et tu peux... tu peux évoluer, apprendre à apprécier ce que tu es.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nelïya Fox

avatar

Messages : 788
Date d'inscription : 08/03/2009
Age : 27
Localisation : Dans tes rêves beau gosse ...

Feuille de personnage :
Pouvoirs:
Âge du perso: 18 ans physiquement
Relations:

MessageSujet: Re: Entre deux poubelles [Le bouffon noir]   Mar 21 Fév 2012 - 23:06

    Nelïya écouta avec attention les paroles de Lorenzo. Elle n’était pas de ceux qui pensaient que vivre des expériences désastreuses vous donne le droit d’en savoir plus sur la vie. La vérité, en ce qui la concernait, c’était qu’elle n’avait pas encore trouvé la solution à ses problèmes. Elle avait besoin de quelqu’un qui lui parle, qui la rassure, qui la guide.

    Ainsi donc elle écouta, et les paroles de Lorenzo furent comme un baume. Ce n’était pas grand-chose pourtant. Juste… Une lueur d’espoir. Mais elle n’en demandait pas plus.
    Un silence tomba, leur laissant à chacun un temps de réflexion. Nelïya remarqua alors qu’elle avait la gorge sèche. Son regard avisa la bière mais elle n'en fit rien.
    C’était stupide, elle le savait, mais le fait de boire de la bière dans l’état dans lequel elle était lui rappelait une attitude d’alcoolique. Lui rappelait sa mère dans ses plus mauvais jours. Et si il y avait bien une chose qu’elle ne voulait pas c’était finir comme sa mère.

    Elle releva la tête et poursuivit ;

    -Tout ce que tu dis est vrai … Je crois que je l’ai toujours su d’ailleurs… Qu’il fallait laisser faire le temps… Mais il n’y a pas que ça… J’ai… J’ai peur de James. J’ai peur de l’amour qu’il me porte, et qui ne tarit pas. Je pensais que le repousser suffirait, mais non. Ou que j’aille il était toujours là, par souvenir bien souvent, mais parfois aussi il me retrouve physiquement. Son discours n’a pas changé. Il est persuadé que je finirais par comprendre qu’un vampire ne peut pas vivre avec les humains. Douze ans, c’est beaucoup pour moi, mais pour lui, ce n’est rien… Il attend. Encore et toujours. Il sait qu’un jour j’aurais perdu ceux à qui je tiens, et il sera là pour me « ramasser ». Je le sais. Et j’ai peur de ne pas avoir la force de lui résister… Et si j’y arrive que ce passera-t-il ? Il m’a arraché ma vie en voulant me rendre heureuse, que ce passera-t-il lorsqu’il décidera de ce venger du cœur que je lui ai brisé ?

    Elle laissa planer un silence lugubre qui ne faisait qu’illustrer la terreur qu’elle éprouvait à cette idée.

    -Je croyais le connaître … Mais maintenant… Maintenant je ne sais plus ce qu’il est capable de faire ou non… Alors que lui sait tout. Tout de moi. S’il veut me briser, il sait comment s’y prendre. Il pourrait tout m'arracher, encore une fois sans que je n'y puise rien... Il a le dessus, sur tous les plans. J’ai l’impression d’être une souris toujours épiée par son prédateur. D’être un jouet dans la main d’un démon qui à 10 longueur d’avance sur moi.

    Car oui c’était toujours pareil. Les joutes verbales c’était elle qui les commençait. Elle lui crachait tout ce qu’elle avait de plus mauvais et méchant, mais James ne l’avait jamais quitté autrement que la tête haute et l’ombre de d’un sourire aux lèvres, alors qu’elle peinait à rester debout. Elle soupira. Regarda son verre et finit par demander sur un ton gêné :

    -Excuse moi, tu n’aurais pas autre chose à boire ? Je ne bois pas d’alcool.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lorenzo Luciano
Peintre -- Barman au Midnight Le Bouffon noir
avatar

Messages : 339
Date d'inscription : 01/11/2008
Age : 30

Feuille de personnage :
Pouvoirs:
Âge du perso: 121 ans
Relations:

MessageSujet: Re: Entre deux poubelles [Le bouffon noir]   Mer 22 Fév 2012 - 1:15

Finalement, ce n'était peut-être pas tant du passé que ça... Non content d'avoir voulu faire d'elle un monstre, il semblait que ce James continuait à la poursuivre et à la persécuter. A vouloir l'éloigner de son humanité, coûte que coûte.
Ce type, que pourtant il ne connaissait pas, le mettait tellement hors de lui qu'il s'exclama avec vigueur :


Les vampires peuvent vivre avec les humains ! Comment tu crois qu'on fait, depuis tout ce temps ? On vit pas toujours en clan dans des cryptes à saigner à blanc des jolies blondes, faut arrêter les conneries !

Il se rendit compte qu'il s'était emporté, alors qu'elle n'y pouvait rien, et ajouta d'une voix plus douce, un peu honteuse :

Excuse-moi... c'est pas contre toi... mais ce genre de mec, ça me... bref !

Il préférait ne pas terminer sa phrase, parce qu'après tout, même si elle avait peur de ce James, il restait son "père", et vu que personnellement il aurait détesté qu'on dise du mal du sien, il n'allait pas le faire pour celui de Nelïya. Enfin, pas trop.
Histoire de dédramatiser un peu -décidemment, il avait été trop sérieux durant une trop longue durée- il lui adressa un sourire et lui dit en plaisantant, repensant au tout début de leur discussion :


Si tu veux, je peux demander à mon protecteur d'aller lui casser la gueule ! ^^

Ce n'était pas une proposition sérieuse bien sûr, mais en même temps il était sûr que s'il présentait la chose à Raphaël, il serait capable de le convaincre de l'aider. Exterminer une petite vermine nuisible à la race de temps en temps, ça ne pouvait pas faire de mal. Mais cette décision ne lui revenait pas.
Elle lui demanda une boisson sans alcool. Il se redressa d'un bond sur son tabouret : là il était dans son élément ! Il s'exclama alors, tout joyeux :


Si ! Je te prépare ça tout de suite !

Il se leva et se tourna vers l'étagère de boisson en sifflotant. Il lui prépara un petit cocktail entièrement sans alcool mais qu'il jugeait très bon (c'était en tout cas celui que Raphaël prenait toujours, et dont il était friand). Il était constitué de jus de poire, jus de mangue, un peu de sirop de cassis et un peu de citron, ce qui rendait le tout à la fois doux, sucré et légèrement acide, et composé de jolies couleurs. Il mit dans le verre une touillette rose et une paille noire, puis le posa devant Nelïya.

Cadeau de la maison ! Mais seulement si tu essaies de deviner ce qu'il y a dedans...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nelïya Fox

avatar

Messages : 788
Date d'inscription : 08/03/2009
Age : 27
Localisation : Dans tes rêves beau gosse ...

Feuille de personnage :
Pouvoirs:
Âge du perso: 18 ans physiquement
Relations:

MessageSujet: Re: Entre deux poubelles [Le bouffon noir]   Mer 22 Fév 2012 - 1:40

    En le voyant s'exclamer la surprise fut telle qu'elle manqua presque de chuter de son tabouret. La faute à un sursaut mémorable.
    Et pourtant, il y avait quelque chose de réconfortant de voir un vampire s’injurier de l'attitude de James. Décidément, elle avait vraiment mal jugé ce Lorenzo la première fois !

    Il s'excusa, elle aurait voulut lui dire que ce n'était pas la peine, mais elle cherchait encore à rattraper son coeur envolé dans les tours.

    Il recouvra une attitude plus détendue qui n'était pas la mal venue. Tout ces mauvais souvenirs, ça flottait dans l’ambiance comme une enclume. Un peu de légèreté n'était pas à rejeter.
    Il lui proposa non sans une trace de malice de faire appel à son protecteur pour la débarrasser de James. Elle se demanda si il parlait de Zac...


    -L'idée m'a déjà traversé l'esprit, mais ... Si c'est pour me retrouver avec son clan sur le dos, je suis pas sûre d'y être gagnante...

    Une légère grimace la transfigura. le souvenir était flou, pourtant elle se rappelait qu'elle les avait vu. Le clans des Hopkins, dans leur manoir. C'était il n'y avait pas si longtemps que ça... Ça lui fit froncer les sourcils. Que c'était il passé pour qu'elle se retrouve là bas, à être présenté à quatre autres vampires ? Sa mémoire lui faisait défaut...

    Un bruit de verre que l'on dépose la fit sortir de sa réflexion. Le barman ne s'était pas offusqué de sa commande, et lui proposait même de deviner ce qu'il y avait dedans. Jeu intéressant surtout si ça pouvait rendre la consommation gratuite. Elle réalisa alors que ...

    -Et bien j'ai intérêt à ne pas me planter, parce que de toute façon j'ai plus un centime...

    Elle laissa filer un sourire et attrapa le verre. Il y avait un légère couleur rougeoyante. Elle espérait que ça ne soit pas du sang.

    -Alors ... Les vampires sont pas tous comme James ? A penser que les humains sont des cafards ?


    Demanda-t-elle timidement.

    -Je veux dire ... C'est pas choquant qu'un vampire soit ami, voir très ami avec un humain ?

    Elle regarda le verre d'un peu plus près, et annonça sans attendre qu'il ait répondu à ses autres questions

    -Au flaire je dirais que y'a du citron ... J'ai le droit de goûter pour deviner, ou c'est de la triche ?


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lorenzo Luciano
Peintre -- Barman au Midnight Le Bouffon noir
avatar

Messages : 339
Date d'inscription : 01/11/2008
Age : 30

Feuille de personnage :
Pouvoirs:
Âge du perso: 121 ans
Relations:

MessageSujet: Re: Entre deux poubelles [Le bouffon noir]   Mer 22 Fév 2012 - 20:06

Son emportement surprit la jeune femme au point qu'elle manqua de tomber de son tabouret, mais au moins elle n'en fut pas vexée. Au contraire, il lui sembla percevoir comme un nouveau soulagement. De son côté, Lorenzo était content de pouvoir enfin faire la vraie connaissance d'une congénère à peu près dans les mêmes âges que lui - même si elle était beaucoup plus jeune, au moins ça lui changeait de Raphaël...
Elle parla du clan de James. Il était donc vraiment le genre de vampire à vivre avec sa "famille" et à prôner la domination sur les humains. Pff ! Pauvre type ! Et il restait poli.

Il fut heureux de voir qu'elle se prenait au jeu. Elle annonça qu'elle n'avait pas un centime en poche. Il se demanda où elle pouvait bien vivre, et ce qu'elle faisait dans la vie, à part fuir son passé et se balader en louve. Il aurait bien l'occasion de lui demander plus tard. De toute façon, ils ne pourraient pas passer la journée ici. Raphaël finirait bien par revenir, et n'apprécierait sans doute pas de les trouver sur son "territoire" en dehors des heures d'ouverture. Et puis, il faudrait bien qu'il aille dormir aussi, à un moment ! Même si pour le moment, il ne se sentait pas vraiment fatigué.
Citron.


Oui ! Bien vu ! Enfin, bien senti ! Bien sûr, tu peux goûter. C'est fait pour.

Il avait partiellement retrouvé le sourire. Mais la façon dont elle parlait des vampires ne lui plaisait vraiment pas. N'avait-elle côtoyé que ce James ? Qu'avait-elle vécu, durant ces douze ans, pour se demander si les vampires pouvaient fréquenter des humains ?

Non, c'est pas choquant du tout. On peut pas vivre qu'entre nous, en marge totale de la société. Ce serait débile, on aurait pas de vie, on finirait pas devenir complètement cinglés !
Alors bien sûr y'a ce petit problème d'immortalité, tout ça... Mais on va pas s'empêcher de vivre pour ça hein ?
Bon, moi actuellement j'suis pas le meilleur exemple, parce que je bosse au Midnight, lieu réservé aux êtres surnaturels, machin... Mais avant j'étais barman dans un bar normal et je fréquentais des tas et des tas d'humains ! La grande majorité n'a jamais su que j'étais un vampire, et c'était pas forcément un mal ! Même si c'est pas une honte en soi... J'suis peut-être pas très clair, hein ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nelïya Fox

avatar

Messages : 788
Date d'inscription : 08/03/2009
Age : 27
Localisation : Dans tes rêves beau gosse ...

Feuille de personnage :
Pouvoirs:
Âge du perso: 18 ans physiquement
Relations:

MessageSujet: Re: Entre deux poubelles [Le bouffon noir]   Jeu 23 Fév 2012 - 21:30

    Être vampire n’empêchait pas d’être ami avec les humains. Être vampire ne nous rendait pas mieux que les humains. Être vampire ne voulait pas dire vivre en clan. Être vampire, ce n’était pas abandonner sa liberté.
    Pendant 12 années, elle avait tenue bon face aux arguments insidieux de James. Ceux qui lui disaient qu’elle deviendrait folle de perdre tous ces mortels à qui elle s’était liée. Elle s’était entêté à lui prouver qu’il avait tord, qu’elle pouvait être, ce qu’elle voulait, et qu’elle n’avait pas besoin de lui pour cela, alors entendre de la bouche d’un autre vampire ce qu’elle ce pour quoi elle s’était toujours battu lui donnait le cœur léger. Elle n’était plus seule face au monde qui voulait la broyer !

    Un sourire illumina son visage, puis haussa les sourcils surprise lorsqu’elle l’entendit parler du bar réservé au non humain.


    -Sérieux ? Y' a des bars comme ça dans Paris ?
    Demanda-t-elle. Elle n’avait jamais vraiment trainé dans ce genre d’endroit ; les bars, ce qui expliquait qu’elle en sache si peu.

    Elle observa la salle vide avec plus d’intérêt, et se demanda brusquement :


    -En fait… On est où ? Dans Paris je veux dire… J’ai marché au hasard, résultat, je ne sais même pas comment je suis arrivée là !

    Bien qu’elle soit en effet perdue, elle affichait un sourire, comme si, le fait qu’elle n’ai plus de toit soit anodin. De fait ce n’était pas faux. James avait tord. C’était la seule chose qui comptait, et cela lui donnait bonne humeur.

    Sa main alla chercher le verre et elle porta le nectar à ses lèvres. Pas le moindre petit goût ferreux. Juste, un subtil alliage entre acide et sucré qui éveilla ses papilles.


    -Hum ! Mais c’est délicieux !!

    S’exclama-t-elle en gratifiant Lorenzo d’un air ébahit. Elle ignorait qu’on pouvait boire quelque chose avec autant de goût !

    -T’es un véritable artiste dis moi !


    Le complimenta-t-elle avec malice, mais non sans une pointe de respect.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Entre deux poubelles [Le bouffon noir]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Entre deux poubelles [Le bouffon noir]
Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» [Biblio] Histoire de l'entre deux guerres
» Spartakistes
» Passation de pouvoir
» ☆La culture des noeuds☆
» Avoir plusieurs Nabaztag v2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hybrid Parisiorum - ou quand le mythe devient réalité... :: Le Jeu : Paris :: Le Midnight-
Sauter vers: