Forum RPG futuriste se déroulant dans la ville de Paris.
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Premier avertissement [Nathan]

Aller en bas 
AuteurMessage
Tiphanie Daussure

avatar

Messages : 133
Date d'inscription : 20/05/2011
Localisation : Quelque part, vous êtes trop curieux.

Feuille de personnage :
Pouvoirs:
Âge du perso: 25 ans
Relations:

MessageSujet: Premier avertissement [Nathan]   Mar 24 Jan 2012 - 1:44

« Bonjour M.Balmer, Romane Maurell, journaliste du Parisiorum Magazine. Je vous appel pour vous rappeler notre rendez-vous de quatorze heure au salon- du livre près du stand du journal. »

    Règle numéro 1 : toujours s’assuré que la cible viendra.

    Règle numéro 2 : Tout faire pour que la cible ne se doute pas qu’elle est destinée à tomber dans un piège.


L’alibi du jour était une revue à grand tirage à mi-chemin entre un torchon people et un journal sérieux. Le Parisiorum Magazine avait pour habitude de traiter les sujets du moment prêtant à controverse, mais dans une approche moins … académique qu’un journal spécialisé.
Ces derniers temps ils avaient plutôt tendance à être pro-hybride, plus un effet de mode qu’un réel engagement racial.
Ce genre de tirage me paraissait un appât idéal pour un jeune auteur pseudo-engagé. Lequel d’entre eux aurait refusé la large diffusion de leurs idées qu’offrait ce genre de média ? Du moins, si l’on pouvait encore appeler ce genre de publication ainsi.
De plus ce style de magazine embauchait régulièrement de nouvelle tête pour garder une approche « jeune » des sujets traités. Cela était plus ou moins de notoriété publique, il y aurait donc peu de question sur le fait que le nom de Romane Maurell n’apparaisse nul-part dans les récents numéros de la revue. Sans oublier que la chasseresse que j’avais choisi pour m’accompagner, et surtout pour l’envoyer récupéré Balmer parmi le foule avait l’air à peine plus âgée que moi, elle n’aurait donc pas de mal à se faire passer pour la nouvelle recrue.

Le lieu de rendez –vous était un salon du livre. S’était la pleine saison, septembre se prêtait bien à ce genre d’événements. Placer le point de rencontre dans un lieu publique, quoi de moins suspect ?
J’avais tout prévu, même le lieu plus clame requis pour ce genre de mission. Réservé une salle dans un bâtiment qui accueillait un salon s’était toujours possible, surtout quand on y mettait les moyens financiers.

J’avais un message à faire passer, il aurait été fâcheux qu’il ne l’entende pas correctement, faute de clame.

    Règle numéro 3 : savoir manager ses effets.


Quatorze heures venait de passer sur ma montre.
Quelque part, dans le hall bondé, près du stand d’un revue plus ou moins minable, le blondinet Balmer devait rencontrer la charmante mais fictive Romane Maurell.
Dans quelques instants la porte allait s’ouvrir découvrant la silhouette de ce prétentieux.
Il n’avait pas froid aux yeux pour oser affirmer que les humains n’étaient qu’un sous-produit des hybrides, une simple tare qui s’était généralisée.
Au-delà de l’affront fait à Dieu et a son œuvre, s’était risquer de laisser de telles idéologies se rependre plus longtemps, le communs des humains avait souvent tendance à croire voir gober tout ce qu’on leur racontait, surtout si cela était en faveur des hybrides ou que l’information venait directement de ses être impures entre bêtes et hommes.
Depuis la révélation aux grands jours de l’existence de cette « race », tout avait été fait pour les intégré quitte a constamment leur donner le bon rôle pour les rendre soit disant plus sympathique aux yeux de la majeur partie de la population.
A force de les montré sous un jour aussi radieux les gens avaient tendance à croire aveuglément qu’il était les martyr de l’histoire et a éprouver de la sympathie pour eux. Simple erreur d’ignorant. Ils n’avaient simplement jamais vu le vrai visage, les vrais vices, les vraies tares de ces animaux déguisés en hommes.
Nous ne pouvions pas rester dans rien faire.

Derrière le bureau ça s’agitait, on entendait le bruit aiguë des menottes tapant contre le métal de la chaise. Un simple geste, un ordre sans un mot, et une bulle de silence venait faire cesser ce brouhaha gênant.

La porte s’ouvrit puis se referma directement derrière les deux personnes qui venaient de la passer.
Alors que la jeune femme resta juste derrière la porte, notre « invité » fut incité à descendre par une pression ver l’avant sur sa veste.
La salle réservée était une sorte d’amphithéâtre, quelques marches assez peu nombreuse réparaient les accès de l’estrade centrale ou j’avais décidé de prendre place. Se donner tant de mal pour une mise en scène, ne serait à rien si soit même on ne se mettait pas un peu au même niveau. Tout en noir vêtue, avec pantalon de cuir plutôt ajusté, généralement ça faisait son petit effet sur les hommes, débardeur noir, veste noire. Pour parfaire le tout, j’avais du remiser mon camé sur une longue chaîne histoire qu’il se perde dans mon décolleté, et que seule une croix en argent monté sur une ras de cou noir attire les yeux de mon interlocuteur.


« Kalimera »

Bonjour en grec.
Monsieur aimait se donner l’air plus sage qu’il ne l’était du fait de son hybridité avec la chevêche d’Athéna. Je tenais cette information de l’homme assis derrière le bureau, avant que je ne le menotte j’avais réussi à lui arracher quelque informations en échange d’un beau sourire et de quelque mots un peu mielleux.

    Règle numéro 4 : Savoir montré que l’on domine la situation.


« Asseyez-vous je vous prie, de toute façon vous ne sortirez pas avant que je ne l’ai décidé, toutes les issue son sont bloquée et surveillées.
Si il vous prend l’idée de vous insurgé, mes collègues présents dans la pièce se ferons un plaisir de vous montrer que cela est vain et donc parfaitement inutile… Comme il n’est pas la peine de hurler, l’endroit a été insonorisé grâce à une bulle de silence. »


Descendre du bureau où j’étais assise accompagner par le léger crissement du cuir qui travail. Faire quelques pas dans le seul bruit des talons haut sur le sol. S’arrêter devant lui dans le tintement de la croix de métal qui a tapé contre la chaine.

« Laissez-moi me présenter, Theophania, envoyée des chasseurs, nous avons un message pour vous. »

En parlant j’avais ôté le ruban adhésif de la bouche de mon autre « invité » grâce à mon don. Cet autre personne n’était autre que le directeur de thèse de Balmer.

« Si monsieur voulait bien se donner la peine de lui expliquer, je suis certaine que cela aura plus d’impact venant de la bouche d’un homme qui a crue en lui, en sa théorie, qui l’ai aidé à la développer. »


Le professeur ne pouvait pas me refuser cette faveur, il était complétement plié à ma volonté, sous l’emprise d’une toxine qui lui donnait une fièvre de cheval.

« Ton livre, ton idée, tout… tout est une aberration Nathan… »


C’était tout juste audible, mais au moins le message était passé.


Dernière édition par Tiphanie Daussure le Mar 24 Jan 2012 - 21:26, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nathan Balmer
Hybride Chevêche d'Athéna - Ecrivain
avatar

Messages : 16
Date d'inscription : 01/01/2012

Feuille de personnage :
Pouvoirs:
Âge du perso: 26
Relations:

MessageSujet: Re: Premier avertissement [Nathan]   Mar 24 Jan 2012 - 15:43

Une journaliste avait invité Nathan pour une interview sur son mémoire. Il voyait en cette occasion une chance unique de faire connaitre son point de vue sur la préhistoire et l’antiquité.
Une chance de montrer au grand public ces preuves qui tendent à montrer que l’homme descend de l’hybride.
Il se présenta alors au lieu de rendez-vous dans sa tenue classique : costume cravate. Classe. Propre. Efficace.

La femme qui l’avait contacté l’emmena alors dans une salle ou ils seraient plus a-même de discuter.
Dès que Nathan la vit, il comprit que ce n’était pas une journaliste. Elle avait quelque chose qui n’allais pas dans ses mouvements : son rythme cardiaque trop maitrisé, ses mouvement fluide, agressif…

Parfait. Cette femme, bien que totalement vide de tout intérêt scénaristique, inspirait à Nathan un sentiment d’attirance. Cette femme vomissait le danger par tous les ports de sa peau. Et le danger, c’était l’outil de travail de Nathan. Il le maniait, le modelait, et le contrôlait dans ses romans. Le danger était le gagne pain de l’écrivain. Cette rencontre, ce piège, était une aubaine pour lui. Totalement aveuglé par cette perspective, Nathan suivit la tueuse, se rapprochant du loup, s’apprêtant à pénétrer dans sa gueule.

L’auteur passa la porte. L’odeur était fétide. Un mélange de confiance mal placé et de peur. Un cocktail intéressant… Et il la vit. La louve. Tout de noir vêtu, provocatrice, elle murmura un mot.

Le temps que le son quitte la douce et attirante chaleur de sa gorge pour atteindre les oreilles de Nathan, il su.

Cette femme et lui aurait une histoire forte. Elle serait violente, passionné, puissante. L’écrivain en tremblait presque d’excitation. La louve le regardait droit dans les yeux. Pénétrant son âme au plus profond.

Après ce qui lui sembla une éternité, le son murmuré par la louve atteint ses oreilles : « Kalimera »
La prononciation était incorrecte. La louve essayait de rugir mais ne parvenais qu’a miauler. Petit à petit, le personnage prenait forme.
Une femme forte, qui se bat pour paraitre encore plus forte encore pour cacher ses faiblesses.

Elle lui crachat quelques menaces au visage. Effort totalement inutile car Nathan était la de sa propre volonté et n’aurais voulu quitter la pièce pour rien au monde.

La louve prononça son nom : Theophania, elle était chasseuse. Parfait pour une louve, même si l’écrivain ne comprenait pas le sens exact de ce mot.

Puis elle arracha quelque chose sur le visage d’un homme qui venait d’apparaitre à coté d’elle : son directeur de thèse.
La situation avait changé. D’une rencontre entre une proie et sa louve et en un instant, la présence de l’homme avait troublée la surface de l’eau.


« Ton livre, ton idée, tout… tout est une aberration Nathan… »

*pfffffffff*

Nathan n’avait que faire de ces enfantillages. Il était en colère. La Chienne l’avait déçu. Il était temps pour lui d’ouvrir la bouche.

«Relâche-le ! Ces pitoyables efforts pour me retenir ici sont inutiles. Je suis ici par ma propre volonté. »

Poussant un léger soupire de frustration, il enchaina :

« Ne gâche pas tout ma douce, tu a tellement de potentiel en toi. »

Puis il la fixa avec un regard dur :

« Ne me déçoit pas ! »

L’écrivain s’assis alors en croisant les jambes.

« J’attends. »


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tiphanie Daussure

avatar

Messages : 133
Date d'inscription : 20/05/2011
Localisation : Quelque part, vous êtes trop curieux.

Feuille de personnage :
Pouvoirs:
Âge du perso: 25 ans
Relations:

MessageSujet: Re: Premier avertissement [Nathan]   Mer 25 Jan 2012 - 0:59

    Règle numéro 5 : savoir retourner sa veste.


La disgracieuse boule de plume n’avait pas marché, soit. Ça ne m’étonnais même pas, le côté solitaire, animal, devait le pousser à n’en avoir plus ou moins rien à faire de ses semblables.
Une petite invectivassions télépathique à mes acolytes du jour pour leur dire de ne rien faire. L’information nécessitait souvent de la patience, beaucoup de patiente, et beaucoup de maîtrise en soit. Ce n’était pas une petite chouette arrogante qui allait me déstabilisé.
Si le message ne passait pas par cette voix, il allait bien passer par une autre, plus détournée.

Eclater d’un rire haut, clair, franc.


« Vous avez raison, s’était parfaitement ridicule. Il ne faut parfois pas avoir peur du ridicule pour suivre les ordres. »

Se détourner de lui toujours dans le claquement des talons pour aller se mettre a côté du bureau ou le professeur était en train de plus ou moins agoniser en gémissant des mots incompréhensibles. La fièvre devait le faire déliré.
Sans prévenir aller récupéré une arme sur un de mes complice, et tiré sur l’intoxiqué en pleine hallucination.

Au moins comme cela il allait n’allais plus polluer l’atmosphère de ses plaintes lascives.


« Par contre vous avez tord sur deux points. Premièrement, nous n’avons pas gardé les monstres ensembles, je ne vous autorise pas à me tutoyer, et deuxièmes je ne suis pas une louve, je ne pense pas, et est même certaine de ne pas avoir une quelconque ressemblance avec ces animaux habillés d’une peau d’homme que vous et les « vôtres » êtes. »

Sans avoir à le dire, un des chasseurs présent dans la pièce avait évacué le corps du défunt directeur de thèse. Un cadavre dans la salle ça faisait un peu désordre tout de même.
Nous avions prévu le coup, un accès vers une camionnette réfrigéré avait été laissé libre et à l’ abri des regards indiscrets.

Ça n’allait d’attiser sa curiosité malsaine de savoir que je pouvais lire dans les pensées. Il voulait que je m’énerve, que je laisse libre court a ma colère. Mais elle était loin et elle n’allait pas bouger pour un fouille merde comme lui.

Poser l’arme sur le bureau et aller donner un coup de pied dans la chaise aidé d’un peu de télékinésie pour le faire voler plus loin en laissant celui qui était dessus sur place.

Se détourner encore une fois pour aller s’installer plus loin.


« Comment vous vivez le fait de taité tout les humain de tare génétique ?
Vous n’avez pas encore reçu trop de lettres de menaces ?

Beati pauperes spiritu »


Je ne peu retenir un rire à l’idée que peu de personne avait compris la théorie de cette anomalie de la nature sous cet angle. Dénigré la majorité n’était peu être pas la meilleurs idée, surtout lors se que cette majorité se targuait d’être l’évolution suprême de la vie.


[Hrp : bienheureux les pauvres en esprit.]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nathan Balmer
Hybride Chevêche d'Athéna - Ecrivain
avatar

Messages : 16
Date d'inscription : 01/01/2012

Feuille de personnage :
Pouvoirs:
Âge du perso: 26
Relations:

MessageSujet: Re: Premier avertissement [Nathan]   Dim 5 Fév 2012 - 18:52

Nathan était contrarié. La chienne avait perdu de l’intérêt à ses yeux … Elle était fade, vide et par-dessus tout, stupide. Rien de plus qu’un enfant roi qui n’a pas eu le cadeau qu’elle désirait à noël.
Puis quelque chose de totalement imprévisible pour l’écrivain arriva : Elle éclata de rire et abattu le professeur de sang-froid.

*Non … c’est imposs… c’est … *





Nathan était en état de choc. Tiraillé entre deux états antinomiques. Puis devant le surréalisme de la scène, devant l’urgence de sauver son esprit de cette situation, devant le changement monumentale de la louve, la décision fut prise.




*Elle est parfaite !*


« Par contre vous avez tort sur deux points. Premièrement, nous n’avons pas gardé les monstres ensembles, je ne vous autorise pas à me tutoyer. »


*Je me fiche bien de ce que tu m’autorise ou non, tu es à moi maintenant, tu es ma chose, ma muse. Tu es parfaite et notre alliance ne fait que commencer.*

« Et deuxièmes je ne suis pas une louve, je ne pense pas, et est même certaine de ne pas avoir une quelconque ressemblance avec ces animaux habillés d’une peau d’homme que vous et les « vôtres » êtes. »

Le fait qu’elle lise les pensées de l’écrivain ne l’étonna même pas. En fait, elle aurait pu se transformer en ange vengeur devant ses yeux que cela ne l’aurais pas plus étonné.

*Tu es parfaite !*

Perdu dans ses pensées, Nathan ne senti pas sa chaise valdinguer à l’autre bout de la pièce. Il se ramassa lamentablement sur le sol, son visage accueilli avec plaisir le froid du lino, mais rien n’aurait pu le faire sortir de sa rêverie.
Lorsque l’acouphène disparu enfin, il entendit Sa muse rire de moquerie, surement envers Nathan, mais il n’en avait que faire : elle n’était plus elle, elle était lui.

*Nous sommes parfait*

Il se releva d’un bond et s’avança vers elle d’un air déterminé, il éclata d’un rire tonitruant, presque fou. Les larmes lui montaient aux yeux et ces derniers prirent une tinte or puissante.
Sa moitié semblait surprise par son comportement, mais cela importait peu, nous nous comprendrions bientôt à la perfection, unis dans la même chair, et à jamais.

Il s’approcha, lui caressa lentement la joue et déposa un doux baisé sur la pointe des lèvres. Elle ne réagit pas. Pétrifié par sa nouvelle condition.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tiphanie Daussure

avatar

Messages : 133
Date d'inscription : 20/05/2011
Localisation : Quelque part, vous êtes trop curieux.

Feuille de personnage :
Pouvoirs:
Âge du perso: 25 ans
Relations:

MessageSujet: Re: Premier avertissement [Nathan]   Mar 7 Fév 2012 - 18:38

Être lui… Nous…

Je n’avais pas trimé des années pour obtenir ces donts du divin pour me fondre dans une erreur aussi grossière que ce rebut d’humain, ce déchet d’animal, cet aberrant « chaînon manquant » comme auraient pu le qualifier quelques savants fous avides de gloires éphémères.
Il avait bougé, sortant d’une certaine torpeur, incapable de gérer plusieurs informations à la fois ?

Même pas la moitié d’un homme, seulement un animal raté…

La colère montait en moi, doucement, sûrement, encore contrôlable, mais pour combien de temps ?
Face à quelqu’un comme lui il aurait fallu un autre chasseur, quelqu’un se sûrement plus calme, peu être de plus manipulateur. Finalement s’était une mauvaise idée, il aurait été capable de retourné n’importe quel argument contre celui qui le proférait. Pour lui, il aurait fallu quelqu’un de plus brutal, pourquoi pas Nathaël, il aurait été parfait. Mais c’était devenu ma mission, et il fallait l’honorer.

La difformité de Dame Nature s’était approchée.
Ne pas bouger, ne pas reculer, il n’était rien, seulement un élément défectueux de l’œuvre de Dieu dont la fierté lui refusait de se l’avouer.
Que voulait cette chose ? M’impressionner ? Me faire comprendre qu’il n’avait pas peur de moi ? Cela je l’avais déjà compris. Il en avait après moi et uniquement après moi… Etait-ce la punition pour ne pas avoir sauvé Marc ?


Un instant ! Que venait-il de faire ?!!!!
Sa main avait touché ma joue avant que ses lèvres aillent sur les miennes.

S’en était trop.

A peine le temps de réfléchir.
Mon équipière qui était allé chercher l’hybride a l’égo démesuré avait un long foulard au cou, il n’était même pas noué, juste enrouler. Facile de la récupéré avec un dont tel que le mien, au moins aussi aisé que de l’enrouler fermement autour du cou du sans-gène et tiré en arrière sans le toucher un seul instant.


« Coucher. »

Le faire asseoir, pesant de toute la pression qu’il m’était possible d’exercer sur ses vêtements. Il avait porté ses mains à sa gorge comme tout Homme qu’on étranglait.
Son visage pris une teinte rouge presque pourpre avant de viré sur un violet bleuté, tandis que ses hoquets étouffés sonnaient admirablement bien à mes oreilles.

Le laisser mourir tout de suite était trop facile, je devais laver l’affront qu’il m’avait fait, et cela commençait par desserrer l’écharpe juste avant qu’il ne s’évanouisse.
Entendre l’air sifflé en entrant à nouveau dans ses poumons et le voir souffler comme un bœuf qu’on aurait tué à la tâche m’arrachèrent un imperceptible sourire en coin.

Qu’il ai peur de moi ou pas, qu’il entende ce que je devais lui dire ou non, désormais cela importait peu, ce qu’il comptait s’était qu’il paye, de préférence par la douleur.

Passer derrière lui pour lui attacher les mains avec un nœud bien serré quitte à ralentir la circulation du sang. Enfin …. S’installer sur ces genoux…

J’étais toujours en rage, mais j’avais repris un peu de contenance.
Par télépathie j’avais demandé à ce que l’on m’apporte une trousse à dissection et une pince, le genre grande qui peut tout couper. Une idée venait de s’imposer dans mon esprit.

L’avantage avec ce genre de mission, longue à préparée, étaient qu’elles permettaient d’envisager toute sorte de cas, de possibilités, et d’avoir pas mal de matériel à disposition.

Que les choses sérieuses commencent…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nathan Balmer
Hybride Chevêche d'Athéna - Ecrivain
avatar

Messages : 16
Date d'inscription : 01/01/2012

Feuille de personnage :
Pouvoirs:
Âge du perso: 26
Relations:

MessageSujet: Re: Premier avertissement [Nathan]   Mar 24 Avr 2012 - 10:51

La louve lui attacha les mains avec son écharpe. Elle ne semblait pas contenir sa force.

*Tant mieux !*

Elle s’installait sur ses genoux et lui posa une main sur le visage, tendre et forte à la fois. Elle semblait vouloir quelque chose, désirer plus que tout ce que Nathan pouvait lui apporter.

Une femme arriva, posant une mallette a côté de Nathan, et tout devint flou.

La louve posa ses mains froides sur son torse, brulantes et humides à la fois, son amour lui coulait le long de son estomac mais le plaisir était tellement intense qu’il ne pouvait sentir autre chose que la chaleur des pattes de la louve caressant son être au plus profond. Tel le chat qui attrape sa proie et plonge ses griffe dans le petit animal maintenant sans défenses.

Nathan soupira de délice, elle lui donnait ce qu’il voulait ! Ce qu’elle voulait ! De l’amour, du sang, et à présent, ils ne faisaient plus qu’un, uni dans le même corps.

*Ma louve tu es maintenant moi*


Transformant ses mains discrètement pour se défaire de ses liens inutiles, Nathan prit Sa Louve dans ses bras, enfonçant un peu plus son être en lui, acceptant sa douleur, tout en lâchant un hoquet de surprise quand à la générosité de cette dernière.

Utilisant ses sens au-delà de la compréhension de l’homme, Nathan explora cette douleur, la faisant sienne, comme Sa Louve était sienne à présent. Il devenait plus, tout simplement.
Sentant son dernier souffle arriver, Nathan approcha sa bouche de l’oreille de Sa Louve et lui murmura avec tendresse :

"J’ai gagné, tu es maintenant à moi, et ce, pour l’éternité. Profite en bien, Ma petite Louve..."

Laissant un dernier soupir de plaisir et de contentement s’échapper de sa bouche, Nathan s’abandonna à son sommeil éternel. Mais cela n’avait plus aucune espèce d’importance. Il avait vécu, il ne lui restait plus qu’à renaitre. Plante ou animal ? Cela importait peu…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Premier avertissement [Nathan]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Premier avertissement [Nathan]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» MTGO Sealed Premier event.
» Le premier jour du reste de leur vie.
» Mon premier Nabaztag:tag
» [Blog] Coup de coeur : Nathan Sawaya
» Justice : Mon premier procès (Conseil, et discussion)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hybrid Parisiorum - ou quand le mythe devient réalité... :: Le Jeu : Paris :: Paris Ouest-
Sauter vers: