Forum RPG futuriste se déroulant dans la ville de Paris.
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Vaïl Atanassov

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Vaïl Atanassov   Sam 14 Jan 2012 - 2:53

Votre personnage

I . D . E . N . T . I . T . E



    NOM :
    Atanassov

    PRÉNOM :
    Ivaïlo

    SURNOM :
    Vaïl, Valian

    AGE :
    21 ans

    ORIGINE :
    Né à Haskovo, en Bulgarie

    RACE :
    Hybride buse à épaulettes

    POUVOIRS :
    Imitation audio
    Vol

    MÉTIER :
    Étudiant, Vendeur à mi-temps dans une supérette


A . P . P . A . R . E . N . C . E


    HUMAINE:
    La première chose qui doit choquer chez Vaïl, ce doit être son sourire. Lumineux, innocent, contagieux. Mettez ça sur un visage angélique respirant de bonne humeur, des yeux marron clairs et des cheveux châtains en bataille, et vous avez la base du personnage. Une chose à savoir est que malgré ses 21 ans et sa taille plus que respectable, , le visage de Vaïl lui donne toujours l’air d’un lycéen, ce qui lui cause parfois problème pour acheter de l’alcool, entrer dans des boîtes de nuit ou autres boîtes pour adulte. D’ailleurs, c’est ce qui lui a permis de toujours prendre l’habitude d’avoir ses papiers sur lui.
    S’il n’est pas complexé, Vaïl n’est pas réellement satisfait de son corps. Il aimerait des tablettes de chocolat bien visibles au lieu du peu d’abdominaux qu’il a, ainsi que des biceps gonflés. Mais trop peu sérieux pour faire des exercices de musculation réguliers, il se contente de rêver son corps d’athlète.

    TRANSFORMÉE:
    Sous forme hybride, il possède de grands yeux aux iris bruns, et ses cheveux comme ses sourcils prennent eux aussi une couleur brunâtre. Du duvet rougeâtre part de ses épaules pour recouvrir son dos et terminer aux cuisses. Sur le dos, ce duvet se recouvre de plumes sombres tachetées de blanc, d’où poussent deux grandes ailes, ainsi qu’une queue ornée de fines lignes blanches au bas du dos. Ses avant-bras et ses jambes se transforment en serres jaunâtres. Sous cette forme, il perd facilement deux têtes.

    ANIMALE:
    Sous forme animale, Vaïl est une buse à épaulettes de 57 cm, avec une envergure de 104 cm, et pesant 643 g exactement. Sa tête est brunâtre, sa poitrine roussâtre, et son ventre est pâle avec des rayures rouges. Sa queue est ornée de fines barres blanches. Ses épaules sont rouges, et son plumage est sombre, agrémenté de petites taches blanches. Ses iris sont bruns. Ses pattes sont jaunâtres, et son bec est ma foi tout ce qu’il y a de plus normal.

    ÉQUIPEMENT PARTICULIER :
    Casque, toujours autour de son cou ou sur ses oreilles. Lunettes qu'il ne met que pour étudier. Bien qu’ayant son permis, il ne peut pas encore s’acheter de voiture, alors il se déplace grâce à une trottinette électrique ou bien en volant. Il possède aussi une guitare ayant une très grande valeur sentimentale pour lui.

H . I . S . T . O . I . R . E



    SON HISTOIRE :
    L’histoire d’Ivaïlo a commencé malgré lui, il y a une vingtaine d’années de ça. Aussi étrange que ça puisse paraître, à cette époque, il était un bébé paresseux, qu’une césarienne dut déloger du confort maternel. C’était imprévu, et quelque peu gênant, mais que pouvait-il faire, à ce moment-là ? Il ne lui restait qu’une seule option : vivre.
    Et quelle vie ! Certes, il n’était pas le plus riche, le plus gâté, mais il était heureux, aimé, entouré. Bien que fils unique, avec tous les oncles, tantes, famille par alliance, il n’avait pas assez de doigts sur une main pour compter ses grands et petits cousins, presque tous aussi unis que des frères. Tous ceux en âge de travailler le faisaient, et pas vraiment un travail facile, mais peu importait. Ce qui comptait c’était de se rassembler souvent autour d’une grande table, de préférence à la montagne en intérieur à côté d’un feu en cas de grand froid, ou bien dehors, et de faire la fête. Qu’importe la saison, tous les prétextes étaient bons pour se retrouver et s’amuser. C’est dans ce climat qu’Ivaïlo grandit, c’est ce qui forgea son caractère rieur et optimiste.

    Et puis, le petit grandit. Arrivé à un âge où il voulait tout de même se démarquer un petit peu, il décida de se faire appeler non-plus Ivaïlo, mais Vaïl. Bien sûr, il restait administrativement Ivaïlo Atanassov, mais tout le monde commença petit à petit à l’appeler Vaïl. Son oncle, Nikolaï, lui apprit à jouer de la guitare, et il s’avéra un très bon chanteur, capable de prouesses remarquables avec sa voix.
    Seulement, vint un moment où ses parents décidèrent qu’ils ne pouvaient plus vivre ainsi, qu’ils devaient aller habiter ailleurs. Le choix se porta sur la France, et au bout de quelques mois, elle n’attendait plus qu’eux. Ce fut un des moments les plus difficiles de l’existence du jeune homme d’être arraché à sa ville et sa grande famille pour partir vers l’inconnu. Plus difficile encore, les voir tous réunis autour de la voiture de Nikolaï pour leur dire au revoir. Jamais il n’avait autant pleuré, jamais il ne pleura autant depuis.
    Le trajet, normalement long, passa bien trop vite à son goût, aidé par le sommeil traître qui le prit alors qu’il était confortablement installé contre sa mère, alors que son père et son oncle qui les accompagnait parlaient à l’avant. Et puis ils arrivèrent à l’aéroport, et aux adieux avec son oncle adoré, qui, pour le consoler, avait amené sa guitare, en joua un petit morceau, et la lui offrit « pour que tu penses à nous quand tu y joueras ». Un sourire, des larmes, une étreinte trop brève, et ils étaient déjà dans l’avion.

    La vie à la campagne, si l’adaptation avait été très dure, ne s’avérait finalement pas si terrible. Vaïl s’était bien intégré, avait appris relativement facilement le français, et avait même réussi à être l’un des meilleurs de sa classe en cours. La plupart de ses amis l’appelaient Valian, d’abord à cause de difficultés à prononcer son vrai nom, et puis finalement c’était resté dans son cercle d’amis proches.
    On peut dire que sa jeunesse se déroula plutôt bien. Il était plus gâté qu’avant, et à chaque fois qu’un membre de sa famille le pouvait, il passait en France, amenant avec lui un peu de gaité et de fête de là-bas. Pour le reste, la technologie se chargeait de ne pas trop les éloigner, tout comme la guitare de son oncle.

    Un matin, toutefois, son père le réveilla aux aurores, lui demandant de le suivre. Sans réellement poser de question, Vaïl s’exécuta. Là, son père lui parla des hybrides et des chasseurs, même si Vaïl ne comprit d’abord pas pourquoi, étant donné qu’il était déjà au courant de leur existence. Et puis, il lui dit qu’il était lui-même un hybride, avant de se transformer en buse. Le jeune homme était émerveillé, et il le fit savoir quand, après quelques battements d’ailes, son père revint se poser et reprit sa forme humaine. Le fait était qu’ils se trouvaient en hauteur, en haut d’une falaise, et que Vaïl n’avait pas prévu que son père l’y pousserait. Son cœur battait à cent à l’heure alors qu’il voyait le sol et sa fin s’approcher à toute vitesse. Ses yeux se fermèrent malgré lui. Non, ça ne pouvait pas se terminer comme ça, ça ne devait pas se terminer comme ça !
    Un cri, mêlant rage de vivre et douleur retentit alors qu’il sentait quelque chose de bizarre traverser ses corps, quelque chose lui pousser dans le dos. Et puis, par instinct, il essaya de se servir de cette chose, et entendit un battement d’ailes alors qu’il tentait. Alors il recommença, encore et encore, jusqu’à ouvrir les yeux pour constater que le sol s’éloignait à présent. Cela lui fit l’effet d’une bombe lorsqu’il laissa éclater sa joie en sentant le vent dans ses cheveux tandis son père prenait place à ses côtés, contemplant avec satisfaction le sourire enfantin de son fils.

    « Et si ça n’était pas arrivé ?
    - Hmm ?
    - Et si je n’avais pas eu d’ailes ? Si je n’avais pas été comme toi ? »

    Asen lui ébouriffa les cheveux comme à son habitude, avec cet air sûr de lui.

    « Il n’y avait pas de raison pour que tu ne le sois pas. Et quand bien même ce fut le cas, je t’aurais rattrapé.
    - Pourquoi tu ne m’as pas prévenu ? J’ai eu si peur…
    - Si tu avais su que rien ne te serait arrivé, aurais-tu tout fait pour t’en sortir, quitte à faire appel à une capacité qui t’étais encore inconnue ? »

    Un moment de réflexion très bref, suivi d’un petit sourire, répondirent à la question. Asen avait vraiment une logique implacable.

    Le temps passa, et vint la fin de sa scolarité, le bac, et les choix d’avenir. Ses parents insistèrent pour qu’il aille à Paris dans une grande école quand lui voulait rester à proximité d’eux. Mais pour eux, il le fit. Il se trouva un colocataire avec qui il louait un appartement trois pièces juste assez grand pour eux deux, un petit boulot, et fit son petit bonhomme de chemin dans ses études. Mais encore aujourd’hui, un simple accord de guitare suffit à lui ramener des souvenirs de fêtes.

    OBJECTIFS :
    Être heureux, cela me semble un objectif tout à fait acceptable

C . A . R . A . C . T . E . R . E



    MENTALITÉ :
    « T’es vraiment trop naïf… »
    Oui, naïf il l’est. Il n’est pas que ça, d’ailleurs. Vaïl est un grand rêveur plein d’espoir pour l’avenir, pour les relations entre les personnes, la paix dans le monde, toussa toussa. En fait, la seule chose qui l’empêche d’être réellement altruiste, c’est son amour pour la vie. Cependant, il est prêt à presque tout pour aider une personne, quelle qu’elle soit. Pour lui, un sourire vaudra toujours plus qu’un salaire mensuel, et une présence vaudra bien tous les cadeaux du monde.
    « J'écris surtout pour transmettre, parce que je crois encore au partage,
    A l'échange des émotions, un sourire sur un visage.
    Alors non, on ne changera pas le monde, on est juste des chroniqueurs
    D'un quotidien en noir et blanc qu'on essaye de mettre en couleurs.
    Mais si on ne change pas le monde, le monde ne nous changera pas non plus
    On a du cœur dans nos stylos et la sincérité comme vertu. »


    CE QU’IL AIME :
    Sourire, faire sourire, aider, partager, voler, chanter en jouant de la guitare, la musique, le dessin, écrire, le sorbet à la framboise, la cuisine bulgare, et encore tout plein d’autres choses trop longues à lister.

    CE QU’IL N’AIME PAS :
    Voir la tristesse des gens, être impuissant face à cette tristesse, les personnes insensibles et méprisantes, le fromage de chèvre.

Vous

    Votre pseudo habituel :
    Moi j'aurais pas fait comme ça. Devine !

    Voulez vous avoir un parrain ou une marraine sur le forum ?
    Je saurai m’en passer

    Votre date de naissance :
    Schlaguevuk !

    Comment avez-vous connu ce forum :
    Toujours par la même.

    Que pensez-vous du forum, en quelques mots :
    Un an et quelques de fidélité.

    Pourquoi avoir choisi ces pouvoirs :
    OK par Gabriel


Dernière édition par Vaïl Atanassov le Dim 15 Jan 2012 - 13:33, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Vaïl Atanassov   Sam 14 Jan 2012 - 23:17

Fiche terminée. Désolé, on ne voit pas très bien le dialogue dans l'histoire, mais c'est la couleur que j'utiliserai pour RP, je me vois pas la changer.
Revenir en haut Aller en bas
The God Zilla
Admin radioactif
avatar

Messages : 798
Date d'inscription : 02/09/2010
Age : 27

Feuille de personnage :
Pouvoirs:
Âge du perso: La radioactivité conserve bien c'est tout ce que je peux dire
Relations:

MessageSujet: Re: Vaïl Atanassov   Dim 15 Jan 2012 - 19:01

Après un an de fidélité, on ne s'attendait pas à voir une faute dans ta présentation.
Tu es donc validé sans surprise. Smile

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Vaïl Atanassov   

Revenir en haut Aller en bas
 
Vaïl Atanassov
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hybrid Parisiorum - ou quand le mythe devient réalité... :: Hors Jeu :: Archives :: Fiches de présentation-
Sauter vers: