Forum RPG futuriste se déroulant dans la ville de Paris.
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Il nuvola e la ballerina [Angeline]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Alexandre Lepreux
Voleur professionnel
avatar

Messages : 172
Date d'inscription : 08/09/2010
Age : 27

Feuille de personnage :
Pouvoirs:
Âge du perso: 20...Depuis 30 ans. En gros 50 ans
Relations:

MessageSujet: Il nuvola e la ballerina [Angeline]   Lun 22 Aoû - 15:41

Y'a des soirées qui commencent très bien, à l'image d'un clic sur un ordi pour aller consulter un compte en banque suisse. Et des soirées qui débutent encore mieux quand ce dernier est plein à craquer au point même ou cela en devenait indécent. Je venais de recevoir mon dernier salaire...Ou plutôt ma dernière prime et mon compte en banque déjà grassouillet virait à l'obèse. Cette vision me réchauffa le coeur un moment, je savais que c'était l'éternité qui me guettait et je comptais bien la passer en me la coulant douce. Mais pour ca il me fallait travailler dur pour en arrivait au point ou le fric s'entretient de lui même et ou les rentrées deviennent d'elles même plus grandes que les sorties. C'était un bon "jour" aussi n'avais je, comme pour changer, personne pour le fêter. Certes j'avais encore l'une de ses conquêtes d'un soir qui je le pense se serait damnée pour recevoir de mes nouvelles, mais a quoi bon fêter quoi que ce soit avec elle si je ne peux pas lui expliquer ce que l'on fête.

Encore une fois donc j'étais coincé et seul, et cette perspective ce soir ne me plaisait même pas un tout petit peu. J'allais donc faire ce que je faisais depuis que bientôt quelques années trainer dans ses petits cabarets, ou pour un peu d'argent de magnifiques demoiselles iraient fêter avec moi à peu près n'importe quoi sans même poser la question. Il ne fallait pas y voir de ma part un quelconque esprit de manipulation ou autre. A vrai dire j'aime beaucoup ses dames, et avec le temps elles avaient fini par me le rendre. J'étais presque plus l'ami que le client, et je racontais à certaines d'entre elles bien plus que je ne l'aurais fait avec personne d'autre. Certaines me cajolaient un peu trop surement devaient elles penser que j'étais vraiment un gamin de 20 ans, mais la plus part avaient vu avec le temps que c'était plus complexe. Pour en arriver la bien entendu il m'avait fallu mettre en place des habitudes et mon choix c'était posé sur un lieu...Le Pussycat Star, le nom en lui même avait quelque chose de réjouissant rien qu'a être prononcé. Cela faisait des années que je l'écumais pour mon plaisir personnel, quand à ma condition de vampire j'avais acheté l'amitié du gérant en échange de quelques services. Tout à un prix à Paris.

Cette fois ci pas question de prendre la voiture la dernière fois, sans dessus dessous comme je l'étais bien souvent en sortant, j'avais eu un sale accident. Elles allaient surement se moquer de moi mais pour une fois j'allais simplement prendre le métro comme tout le monde. Pigalle à toujours était mon quartier préféré dans Paris surement car à une époque il était et de loin le plus vivant. Le théatre d'affrontement entre force de l'ordre et truands avec au milieu de tout ca nombre d'endroit ou la vertu bourgeoise se serait retrouvé mise à mal. Aujourd'hui il reste encore certains de ses endroits dont un toujours célèbre dans le monde entier. Le regard des gens était dur à mon égard, j'avais physiquement 20 ans, des lunettes de soleil le jour tombé ou presque, un look peut être trop noir sans oublier les oreilles percées, les cheveux blancs et je m'arrête la sinon j'ai pas fini. En entrant dans le Pussycat Star, je fus comme à l'accoutumée immédiatement touché par l'ambiance. De l'excès à droite, de l'excès à gauche sans jamais que ce soit trop méchant...Juste ce qu'il fallait pour permettre à ses hommes, et ses quelques femmes de passer une nuit loin des soucis. Toutes les filles du cabaret que je croisais me souriaient, j'avais aussi le droit à des clins d'œil à vous donner chaud partout surtout en bas. J'aurai bien commencé la soirée avec un petit remontant, mais la patron devait avoir un sixième sens avec les gros portefeuilles car à chaque fois il me tombait dessus.


-Alexandre !!! Quelle bonne surprise cela faisait un petit moment qu'on ne t'avait pas vu.

Poignet de main rapide, l'homme que j'avais devant les yeux était pour moi l'image même d'un vrai papy, souriant et un avec visage serein les cheveux en moins bien sur.

-Les affaires, les affaires...Même à moi il arrive de ne pas avoir le temps d'avoir du bon temps. Enfin peut importe maintenant je suis la...Comment vont les filles ? D'ailleurs t'as mis un peu de sang neuf non ?

Du sang neuf j'en eu un sourire tellement le jeu de mot raisonné pauvrement à mes oreilles. Enfin au sourire de mon interlocuteur j'avais visé juste.

-Ca pour du sang neuf. Une italienne ! Ca ne fait que quelques mois qu'elle est là, et elle a déjà son propre surnom des clients.

Ca faisait vraiment longtemps alors que je n'étais pas venu si j'avais pu rater ca. Enfin au moins elle serait déjà bien à l'aise le jour de notre première rencontre.


-Regarde vers le bar, tu la trouveras sans hésitation.

Ca voulait surement dire que j'avais le feu vert pour aller tester la petite nouvelle. Mes lèvres s'étirèrent en un sourire alors que je quittais le patron pour faire le tour du bar. Effectivement il ne me fallut pas longtemps pour trouver la bella, et aussi tout son fan club. Je resta un moment à l'extérieur regarder tout ses minets lui tourner autour, en cherchant un moyen pas trop fâcheux de leur ravir leur proie. Finalement il réutilisa une vieille ruse, il demanda au serveur lui aussi un ami de lui servir la boisson préférée de la danseuse. Et il s'avança ensuite en traversant la foule de type en chaleur le ton léger.

-Excusez moi...Pardon...Pardon excusez vous. J'ai un verre pour la ballerina.

Evidemment ils me lancèrent des regards assassins, auquel je fis mon possible pour ne pas rire. Aussi une fois devant elle en posant le verre près d'elle. Je lui glissais à l'oreille.

-C'est Monsieur...Luxus qui m'envoie.


J'avais toujours trouvé le surnom totalement dénué d'imagination...Mais je n'allais pas juger avec White Mist de mon coté.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Angeline Rossi
Strip-teaseuse
avatar

Messages : 136
Date d'inscription : 28/06/2011
Age : 26

Feuille de personnage :
Pouvoirs:
Âge du perso: 23 ans depuis 20 ans.
Relations:

MessageSujet: Re: Il nuvola e la ballerina [Angeline]   Lun 22 Aoû - 20:13

Une nouvelle soirée débutait au Pussycat Star. C'était une de ces fois où Angie ouvrait le bal du club pour finir son service plus tôt. Non pas qu'elle était contrainte de faire les horaires les plus tard dans la nuit, de ce côté là, elle n'avait pas vraiment de limite imposée puisque le vieux gérant l'adorait, mais elle en appréciait davantage ces instants lorsqu'elle décidait de faire l'ouverture. Pas grand chose à faire en début de soirée, mais ils étaient privilégiés car les discussions et les rencontres étaient à l'honneur.
A chaque ouverture, il était de coutume de laisser défiler les danseuses comme bon leur semblait, la musique de fond déroulant des morceaux de plusieurs styles. Ainsi, elles allaient et venaient, parfois entre elles, parfois négociant des verres avec les barmans, ou encore, comme dans le cas d'Angeline, elles partageaient un premier verre en compagnie de certains clients. Ce dernier cas était le plus souvent une invitation à poursuivre la soirée dans une des salles privées du club, mais pour elle, c'était toute autre chose.

- Vraiment, je vous assure Messieurs, même les femmes se prennent du bon temps lorsque vous avez le dos tourné. Vous avez vos petits secrets, elles ont les leurs.

- Mais alors, ça veut dire que ma femme se paye des gigolos pour se détendre ? lança l'un des clients inquiet.

- Mais non, Eric, rétorqua Angie, je ne te parle pas forcément de ça, disons plutôt que lorsqu'elles vous disent qu'elles vont régler certaines affaires à la mairie ou qu'elles ont un rendez-vous quelque part, elles se ruent faire du shopping, par exemple. Moi c'est ce que je ferai.

Plusieurs tons de rires s'élevèrent. C'était comme ça, quand Angeline s'installait au bar avec des clients, ce n'était pas dans le but de leur faire dépenser leur argent, mais plutôt pour discuter de tout et de rien, et de calmer parfois leurs inquiétudes, de rigoler, ou même simplement les écouter. Selon son éthique, cela faisait partie intégrante de son devoir ici. Elle était certainement la seule, et elle ne doutait pas que ses chères collègues trouvaient ça ridicule, mais c'était sûrement ce qui faisait qu'on l'appréciait et qu'on la respectait plus que la moyenne des filles ici.

‹‹ Excusez-moi... Pardon... Pardon excusez-vous. J'ai un verre pour la ballerina. ››

Son regard se porta sur l'auteur de la voix, qui venait de se positionner juste devant elle, posant un verre à son attention. Elle jeta un coup d'oeil sur la couleur de la boisson, translucide, quand il vint lui informer au creux de l'oreille :

‹‹ C'est Monsieur... Luxus qui m'envoie. ››

Sur le coup, elle hésita sur l'interprêtation de cette phrase. C'était le patron en question qui " l'envoyait ". Beaucoup auraient pu sous-entendre de nombreux sens. Mais, si c'était effectivement Luxus, ça n'avait rien d'affligeant. Du moins, c'est ce qu'elle pensait, car malgré le caractère de débauche de l'établissement, quand Luxus tenait à présenter un client à l'une des filles dans le but d'en retirer des bénéfices, il le faisait lui-même, et ne conviait pas le client en question à aller trouver lui-même la fille.
Quoiqu'il en soit, elle ne toucha pas au verre, mais lança tout de même un regard au barman, devinant qu'il s'agissait d'un martini blanc, et que c'était sans conteste lui qui avait informé l'inconnu sur sa boisson la plus appréciée.

- Ah, Luxus en personne ? Eh bien, asseyez-vous, je vous en prie.

Un sourire amusé naquit sur la comissure de ses lèvres. Elle adressa quelques regards désolés aux autres, qui s'éloignèrent peu à peu, en la saluant de quelques : " A la prochaine fois, la belle. ".

- Et pourrais-je savoir à qui ai-je l'honneur ? Il ne me semble pas vous connaître, ni vous avoir déjà vu ici. Vous devez pourtant être assez proche du patron pour que lui-même vous indique où je suis. déclara-t-elle d'un sourire.

Elle fit ensuite signe au barman.

- Sers-lui la même chose, s'il-te-plaît, qu'il sache au moins quel goût a ce que je bois.

Puis se retournant vers le " lui " en question.

- Vous n'allez pas me laisser boire toute seule, tout de même ? ajouta-t-elle d'un nouveau sourire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexandre Lepreux
Voleur professionnel
avatar

Messages : 172
Date d'inscription : 08/09/2010
Age : 27

Feuille de personnage :
Pouvoirs:
Âge du perso: 20...Depuis 30 ans. En gros 50 ans
Relations:

MessageSujet: Re: Il nuvola e la ballerina [Angeline]   Mar 23 Aoû - 2:12

La phrase que j'avais employé l'avait déstabilisé, et je pouvais aisément le concevoir. En général quand on dit venir de la part du patron c'est souvent que ce dernier à quelque chose à vous dire, ou qu'il vous demande de venir. Mais aussi c'était qu'on avait un quelconque lien avec le patron. Et ça...Ça n'était pas rien, tout les p'tits minets l'avaient surement saisi y'avaient les habitués et les préférés. Et malheureusement je n'avais que peu de pitié quand je voulais quelque chose, et j'étais aussi du genre à mettre toutes les chances de mon coté. Je n'adressa pas le moindre regard à mes "rivaux" dans ma tête ils n'avaient jamais été la. Ce qui m'importait c'était de savoir comment elle allait prendre le fait que ce soit son patron qui m'envoie.

Ah, Luxus en personne ? Eh bien, asseyez-vous, je vous en prie.


Immédiatement je levais les mains comme pour signaler qu'elle devait arreter tout de suite. A vrai dire il fallait absolument que je rectifie quelque chose.

Pas de vouvoiement s'il te plait. D'ailleurs est ce que ca te dérange si je te tutoies tout de suite ?

Je pris place quand même elle ne pouvait pas le voir, mais mes yeux ne perdait rien de ce qu'elle avait à leur offrir. S'il y avait bien une chose que l'age n'avait pas enlevé a ce cher Luxus c'était son oeil et sa reconnaissance pour les belles choses.

Et pourrais-je savoir à qui ai-je l'honneur ? Il ne me semble pas vous connaître, ni vous avoir déjà vu ici. Vous devez pourtant être assez proche du patron pour que lui-même vous indique où je suis.


La question me tira de ma contemplation, je me mis à me maudire de n'être pas passé ici ses derniers mois. Finalement le sérieux et le travail régulier ne me réussissait pas. Je me passa une main dans les cheveux toujours ce même petit sourire sur les lèvres.

Désolé je ne me suis pas présenté. Appels moi Alexandre, voir Alex, ou même Lex si c'est trop long. De toute manière elles ont toutes un petit surnom pour moi ici. Je suis un habitué qui a du faire quelques infidélités à ses habitudes, a cause du boulot. Pour finir je ne peux pas prétendre être "proche" de ce cher Luxus. Mais je lui ais rendu un ou deux services dans le temps, et disons que depuis je paie un peu moins cher la boisson.

Ce que je rattrapais avec ce que je donnais aux filles. J'avais toujours apprécié ce bon vieux Luxus qui jamais n'avait posé de question sur le pourquoi de ce que je faisais, et encore moins le comment. Son cabaret était devenu mon refuge de paix ou je pouvais être juste "un client".

Vous n'allez pas me laisser boire toute seule, tout de même ?


D'un petit geste je faisais remonter mes lunettes sur mon nez, je pus aussi sentir mon sourire s'élargir. J'aimais déjà cette fille, m'inviter en me commandant un verre je trouvais son entrée en matière parfaite.

Bien sur que non il n'y a rien de plus triste que de boire tout seul. Surtout dans un endroit comme celui ci !

Je fais une petite pause le temps de regarder le verre qui m'était destiné se remplir.

Luxus m'a un peu parlé de toi, a vrai dire il ne m'a dit que le minimum syndical à savoir que tu étais Italienne et assez belle pour que je te trouve sans en savoir plus. Ah! Si je sais aussi que malgré ton arrivée récente les clients t'ont déjà donné un petit surnom. C'est rare qu'il fasse autant de mystère et me laisse trouver seul la personne en question...Alors j'suis tout de suite venu te chercher...Et une dernière chose...Si je suis trop directe n'hésite surtout pas à m'arrêter.

Je n'avais plus l'habitude de prendre des gants avec les gens ici, et plus personne n'en prenait avec moi. Le barman connaissait mes habitudes de mes consommations, le videur ne prenait presque même plus la peine de me regarder. Alors j'avais l'impression d'être chez moi...Presque comme dans une petite famille très très éloignée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Angeline Rossi
Strip-teaseuse
avatar

Messages : 136
Date d'inscription : 28/06/2011
Age : 26

Feuille de personnage :
Pouvoirs:
Âge du perso: 23 ans depuis 20 ans.
Relations:

MessageSujet: Re: Il nuvola e la ballerina [Angeline]   Mar 30 Aoû - 2:39

‹‹ Pas de vouvoiement s'il-te-plaît. D'ailleurs est-ce que ça te dérange si je te tutoie tout de suite ? ››

Angie ne désapprouva pas cette option. De toute façon, ici, tout le monde avait tendance à se tutoyer, du moins pour ceux qui venaient souvent. Ce n'était qu'une formalité. Une formalité qui pouvait se dispenser d'être appliquée en ces lieux.

Il se présenta sous le nom d'Alexandre, proposant des alternatives de surnoms, mentionnant également qu'elles avaient toutes un petit surnom pour lui. " Elles ", autrement dit, chaque fille bossant au Pussycat Star. Bien qu'elle ne fit aucun commentaire sur le coup, notamment parce qu'elle n'en eut pas l'occasion, Angie n'en pensa pas moins : bavard et vantard. Hum...
Mais il était une règle qu'elle avait toujours respectée, ne pas juger les autres avant de les connaître. Alors elle l'écouta simplement continuer de parler au lieu de détourner les talons et d'aller se frotter à d'autres clients plus... ou moins... enfin, reprendre ses discussions de début de soirée quoi.

Le fait qu'Alex connaisse assez bien Luxus expliquait un bon nombre de choses. Déjà, cela justifiait qu'il prenne autant d'aise et qu'il manie le culot avec autant de finesse qu'un éléphant qui court dans un magasin de porcelaines. De deux, ça expliquait qu'il soit venu à sa rencontre s'il était si habitué des lieux que cela. " Zapper " une nouvelle venue, ça avait de quoi faire regretter à certaines personnes de ne pas avoir mis les pieds dans un lieu habituel pendant trop longtemps.

‹‹ [...] Si je suis trop direct n'hésite surtout pas à m'arrêter. ››

- Vraiment ? lâcha-t-elle inconsciemment.

Deux secondes de silence et d'inactivité. C'est tout ce qu'il lui fallut pour jauger le pour et le contre de cette rencontre. Elle leva son verre pour aller le cogner contre le sien :

- Eh bien, Alexandre, et non pas Alex, Lex, ou tout autre surnom que pourrait te donner l'une de mes collègues, puisqu'après tout, je ne suis pas du genre à suivre le mouvement commun, tu peux bien m'appeler comme tu veux, je suppose que tu as toi aussi un petit surnom pour chacune des filles ici, enchaîna-t-elle d'un clin d'oeil moqueur, mais si l'envie t'en prend, tu peux m'appeler Angeline.

Après avoir trinqué, elle se délecta de quelques gorgées de sa boisson. Puis reposant le verre sur la table :

- Alors. Qu'est-ce qu'un jeune homme de ton âge peut bien faire ici ? Ce n'est pas ce qui manque dans les rues pourtant. A moins que tu ne sois vieux avant l'heure.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexandre Lepreux
Voleur professionnel
avatar

Messages : 172
Date d'inscription : 08/09/2010
Age : 27

Feuille de personnage :
Pouvoirs:
Âge du perso: 20...Depuis 30 ans. En gros 50 ans
Relations:

MessageSujet: Re: Il nuvola e la ballerina [Angeline]   Mar 30 Aoû - 3:55

[...] Si je suis trop direct n'hésite surtout pas à m'arrêter.

Visiblement la proposition la soulagea car sans attendre ni plus ni moins elle s'exécuta. Pas de manière impolie, sans tomber non plus dans l'excès de courtoisie. Non j'aurai plutot dit "Le cris du cœur".


Vraiment ?

Avais-je déjà fait une boulette, j'en étais presque aussi amusé que désolé. Mon style était sans détour, ni pincettes. J'avais pour habitude de toujours dire ce que j'ai à dire sans jamais enjoliver plus que ce qu'il me semblait juste de faire. Ca pouvait fonctionner dans ce genre d'endroit ou tout n'est qu'illusions voir plutôt spectacle éphémère. Mais je n'oubliais pas pour autant que parfois cela pouvait se terminer sur un "pauvre type" ou un "nan mais tu t'es regardé à te donner un genre ! Gamin !" A tel point que l'envie m'en était définitivement passé de vouloir rétorquer que le "gamin" en question avait l'âge d'être ton père. Parfois j'en venais à penser qu'avec le temps j'allais finir tellement blasé que plus rien n'aurait d'importance a mes yeux. Bien triste fin.

Eh bien, Alexandre, et non pas Alex, Lex, ou tout autre surnom que pourrait te donner l'une de mes collègues, puisqu'après tout, je ne suis pas du genre à suivre le mouvement commun, tu peux bien m'appeler comme tu veux, je suppose que tu as toi aussi un petit surnom pour chacune des filles ici,

Décidément elle a du punch m'aurait elle tenu ce discours il fut vingt ans que mes joues seraient devenue de la même couleur que mes yeux. Bien qu'il fallait être honnête, il y a vingt ans jamais personne ne m'aurait vu trainer ici, ou nul part ailleurs de ressemblant. Donc visiblement elle avait des griffes et elle n'avait pas peur elle aussi d'afficher la couleur immédiatement. Tant mieux je n'aimais pas plus qu'on tourne autour du pot que de tourner moi même au tour de ce dernier.

mais si l'envie t'en prend, tu peux m'appeler Angeline.

Magnifique prénom, avec un petit brun d'exotisme à l'italienne. Elle ne lui avait pas fait part d'un pseudo ou nom de scène comme certaines aimaient le dire. Difficile de savoir si je préférai ou si cela me déstabilisait un peu. Avec un surnom ou un pseudo il y a toujours cette distance on peut toujours se raccrocher derrière l'idée que la personne en face joue son rôle. Bien que je n'aurai pas non plus mis ma main a coupé qu'elle ne fusse pas en train de jouer son rôle.

Oké Angeline faisons ainsi.

Je pris un ton plus calme et pris soin de poser ma voix. Plus la peine de faire le surexcité parlant a 200km/h histoire de pouvoir en dire le plus possible avant de se faire remballer. Si elle avait voulu partir elle l'aurait surement déjà fait.

Ca va peut être te surprendre...Mais si je n'accorde pas beaucoup d'importance à comment les gens ici m'appelle, tant que j'arrive a me reconnaître, j'accorde beaucoup d'importance à comment je vais les appeler. Et la dessus je ne prend pas de liberté autre que celle qu'on me donne. Alors je n'ai pas vraiment de petit nom pour tout le monde ici. Sauf à part peut être pour l'alcoolique notoire qui vient une fois par mois ici et qui se fait toujours virer par les videur.

Je pris une petite gorgée en même temps qu'elle, tout en ne sachant pas du tout ce que j'allais boire. Encore plus excitant que jamais comme si les réponses à mes questions ce soir pouvaient arriver sans que j'ai à les poser. Une gorgée, puis une deuxième, un petit regard dans le verre pour être bien sur. Il me semblait avoir reconnu un martini blanc. Pas le temps de lui faire part de ma découverte et la félicité sur son bon goût en matière d'alcool, qu'elle enchainait surement avec la pire question qu'elle pouvait me poser d'entrée de jeu.

Alors. Qu'est-ce qu'un jeune homme de ton âge peut bien faire ici ? Ce n'est pas ce qui manque dans les rues pourtant. A moins que tu ne sois vieux avant l'heure.

Qu'étais je censé répondre à ca ? "Jeune homme de mon âge ? Pour commencer tu ne le connais pas et ensuite je pourrai être ton père", "Je n'ai pas le moindre ami avec qui passer la soirée alors je viens ici pour passer la soirée avec ce qui s'en rapproche le plus", "J'ai du fric à dépenser et je j'ai pas vraiment envie de casser des voitures ou échanger des seringues dehors avec d'autres jeunes ?". Toutes ses pensées étaient acides et me renvoyaient à ma solitude, me renvoyait au fait que ma vie n'avait rien de ce que quelqu'un de mon âge physique pouvait prétendre avoir. Je vivais bien au en dessous de mes moyens malgré tout mes excès...Mais je n'avais personne avec qui flamber mon temps.


Ca c'est la question à un million. Trainer dans la rue...C'est pas vraiment mon truc. Et je parais bien plus jeune que ce que je suis réellement tu sais. Ensuite j'aime bien ce lieu, il est vivant, la musique et les boissons sont bonnes. Le patrons, son personnels et ses filles sont sympa avec moi...

Je laissa échappé un petit éclat de rire, je ne me leurrais pas quand au fait qu'elles aimaient passer leurs soirées en ma compagnie. Il m'arrivait parfois de lacher en une soirée ce qui pouvait être gagné une semaine.

Finalement je ne répondrai pas à cette question plus explicitement. Avec un peu de chance tu finiras par deviner la réponse seule.

Elle avait réussi l'exploit de me faire taire, je remis mes lunettes correctement sur mon nez dans un geste plus nerveux que réellement utile. Je n'avais pas honte de ma condition de vampire, c'était juste que la cacher me rendait parfois nerveux, et qu'avouer qu'on est seul au monde n'est pas toujours facile.

Mais je pourrai te retourner la question...Tu ne me sembles pas plus âgée que moi et tu es la à partager ma compagnie pour ce soir. Ne devrais tu pas être dehors avec les autres de notre âge ?

Mon sourire venait de renaitre de ses cendres, j'avais dis ca avec un ton très léger. Juste pour lui dire qu'elle n'était et pour rien au monde obligé de répondre à cette question.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Angeline Rossi
Strip-teaseuse
avatar

Messages : 136
Date d'inscription : 28/06/2011
Age : 26

Feuille de personnage :
Pouvoirs:
Âge du perso: 23 ans depuis 20 ans.
Relations:

MessageSujet: Re: Il nuvola e la ballerina [Angeline]   Mar 30 Aoû - 14:19

‹‹ Ca va peut-être te surprendre... Mais si je n'accorde pas beaucoup d'importance à comment les gens ici m'appellent, tant que j'arrive à me reconnaître, j'accorde beaucoup d'importance à comment je vais les appeler. Et là-dessus je ne prends pas de liberté autre que celle qu'on me donne. Alors je n'ai pas vraiment de petit nom pour tout le monde ici. Sauf à part peut-être pour l'alcoolique notoire qui vient une fois par mois ici et qui se fait toujours virer par les videurs. ››

Un sourire fugace traversa le visage d'Angeline. Généralement, quand un client recevait des surnoms nombreux de la part des filles, il leur en accolait un lui aussi à chacune. Comme si c'était de coutume pour les habitués. Elle songea qu'au moins Alex se démarquait, à sa façon. A vrai dire il se démarquait de plusieurs façons, comme ces lunettes sombres qu'il gardait sur le nez d'ailleurs.

‹‹ Ca c'est la question à un million. Trainer dans la rue... c'est pas vraiment mon truc. Et je parais bien plus jeune que ce que je suis réellement tu sais. Ensuite j'aime bien ce lieu, il est vivant, la musique et les boissons sont bonnes. Le patron, son personnel et ses filles sont sympas avec moi. Finalement je ne répondrai pas à cette question plus explicitement. Avec un peu de chance tu finiras par deviner la réponse seule. ››

Elle laissa un instant son regard d'émeraude s'attarder sur son visage, pour y lire une quelconque expression qu'il l'informerait plus " explicitement " justement. A la façon dont il en parlait, on avait l'impression que le Pussycat Star était un peu devenu comme un lieu de refuge contre la solitude pour lui. Elle n'aurait pas été dire qu'il était jusqu'à une seconde famille, parce qu'elle doutait franchement de la fidélité de ses collègues féminines, à vrai dire, elle les pensait plutôt vénales, prêtes à tout pour gagner le maximum de pognon.

‹‹ Mais je pourrais te retourner la question... Tu ne me sembles pas plus âgée que moi et tu es là à partager ma compagnie pour ce soir. Ne devrais-tu pas être dehors avec les autres de notre âge ? ››

Le ton qu'il avait employé laissait entendre qu'elle n'était pas obligée de répondre à la question. Elle avait viré son regard sur son verre, auquel elle faisait doucement faire des quarts de tours dans un mouvement de main frénétique.

- C'est compliqué. Et je parais bien plus jeune que ce que je suis réellement tu sais. dit-elle en un sourire en relevant ses yeux vers lui.

Elle avala de nouveau une gorgée avant de reprendre.

- Et puis, je te rappelle que je travaille ici. Ca me laisse une excuse valable.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexandre Lepreux
Voleur professionnel
avatar

Messages : 172
Date d'inscription : 08/09/2010
Age : 27

Feuille de personnage :
Pouvoirs:
Âge du perso: 20...Depuis 30 ans. En gros 50 ans
Relations:

MessageSujet: Re: Il nuvola e la ballerina [Angeline]   Sam 3 Sep - 1:12

Et ouai ne rien faire comme les autres c'était ma marque de fabrique depuis toujours. Bien avant que je ne devienne un vampire, et aussi loin que je me souvienne il fallait toujours que je me démarque des autres pour être le centre d'attention. Il me fallait toujours explorer les horizons et les sentiers que personne ne voulait prendre, et cela m'avait surement valu plus de désagréments que de bonne surprises. Mais ca m'avait aussi dans une certaine mesure attiré la sympathie des gens, j'avais toujours amusé mes professeurs en grande majorité. Ses derniers s'amusaient de savoir comment durant chaque devoir je m'arrangeais pour, tout en collant aux règles, faire quelque chose de différent des autres. Même si des fois cela ne se limitait qu'a un détail près, c'était un détail inédit. On aurait aussi pu croire que ma condition allait mettre un frein à tout ceci, mais à vrai dire il n'en était rien. J'aurai été le seul vampire au monde alors je n'aurai plus eu besoin de faire d'efforts, mais tant qu'il restait des gens à qui l'on pouvait m'associer...Alors j'irai toujours dans le sens inverse du courant.

-C'est compliqué. Et je parais bien plus jeune que ce que je suis réellement tu sais.

Elle me ressert ma propre soupe en souriant, une pointe d'humour mais ses yeux indiquent qu'elle ne ment pas. Je ne pouvais pas savoir si sa "fausse jeunesse" était aussi forte que la mienne, mais il se pouvait bien qu'elle fasse deux ou trois ans de moins que ce qu'elle avait véritablement. Quoi qu'il en soit je ne lui donnais pas plus de 25 ans, à moins qu'elle fusse aussi humaine que moi.

-Alors on serait tout les deux des faux jeunes...Ou tout du moins tout les deux des "pas si jeunes que ca".

Le plus grand cadeau et fardeau que m'a offert ma mère vampirique. Moi qui avait la hantise de vieillir et de perdre de ma superbe, maintenant je n'avais plus que pour hantise de vivre assez longtemps pour que mon ancienne peur me revienne sous la forme d'un désir. Je fis passer cette désagréable idée d'une grosse gorgée.

-Et puis, je te rappelle que je travaille ici. Ca me laisse une excuse valable.

Elle avait beau dire ca, rien que cette affirmation posait d'autres questions. Car si la présence d'une jeune personne dans ce genre d'endroit attise la curiosité, sa présence pour y travailler encore plus. J'eus à nouveau un petit sourire ni plus ni moins que ce qu'il fallait pour être charmant.

-Effectivement...Mais cette affirmation soulève aussi d'autres questions. Comme par exemple est ce que tu travailles ici car tu veux en faire ton métier...Ou c'est pour financer quelque chose ?


Me retenant de devenir tout de suite trop indiscret, je pris soin de rectifier ma question par une précision.


-Et si c'est pour financer quelque chose de je ne sais pas genre "secret défense", je n'insiste pas plus qu'il ne le faut pour être mis dans la confidence. Mais ca pourrait être pour des études.

J'en avais vu passer plusieurs ici assez jeunes, bossant la nuit pour payer les cours qu'elles prenaient le jour avec un courage exemplaire. La vie n'était pas facile, et Paris n'était pas forcément un havre de paix pour tout le monde. Les classes moyennes et aisées pouvaient trouver leur avantages à vivre dans la capitale, pour les moins chanceux la ville pouvait se montrer hargneuse voir cruelle.

-Tant que je suis dans les questions, désolé tu vas peut être croire que je m'arrete jamais...Et entre nous tu n'aurais peut être pas tord *rire* toutes les filles ne font pas forcément les mêmes chosent ici. Entre les escort-girls, les danseuses et celles qui font les deux qu'est ce que tu peux offrir à tes clients ?

J'avais toujours un ton léger tellement éloigné du ton que j'emploie en général avec d'autres femmes ailleurs qu'ici. A vrai dire je ne me rappel plus la dernière fois que j'ai essayé de faire du charme à l'une d'entre elles. C'était un peu comme draguer des soeurs...Des soeurs j'exagérais peut être, mais disons que je les voyais plutot comme ce qui se rapproche de la meilleure amie. Celle qui pourrait être la plus belle femme au monde mais qu'on ne pourra jamais désirer, car on ne la verra jamais autrement que comme la bonne amie. Bien entendu Angeline était encore trop jeune arrivée pour entrer dans ce schéma...Mais ca finirai forcément ainsi...Ou pas bien. Donc on pouvait dire que pour une fois je parlais sans arrières pensées, ce qui en aurait vexée plus d'une ici qui se croyaient tout bonnement irrésistibles.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Angeline Rossi
Strip-teaseuse
avatar

Messages : 136
Date d'inscription : 28/06/2011
Age : 26

Feuille de personnage :
Pouvoirs:
Âge du perso: 23 ans depuis 20 ans.
Relations:

MessageSujet: Re: Il nuvola e la ballerina [Angeline]   Mar 6 Sep - 13:48

‹‹ Effectivement... Mais cette affirmation soulève aussi d'autres questions. Comme par exemple est-ce que tu travailles ici parce que tu veux en faire ton métier... Ou c'est pour financer quelque chose ? ››

La fameuse question du pourquoi. Etonnemment, personne ne la lui avait déjà posée. Du moins pas ici. Il arrivait certaines fois qu'en dehors du club elle rencontre des gens, avec qui elle discutait. Mais quand ils lui demandaient ce qu'elle faisait, elle répondait simplement qu'elle travaillait de nuit, dans un club. Ils cherchaient ensuite à savoir où exactement, elle parlait du quartier de Pigalle. Les boites de nuit sont nombreuses dans ce coin, et réputées pour passer tous les genres de musique, ainsi ça en faisait un quartier branché. Ils ne s'attardaient pas plus, ils préféraient parler d'eux, ou Angie se débrouillait toujours pour se défiler minutieusement. Elle ne les revoyait jamais.
Là, c'était plus complexe. Ils étaient sur son lieu de travail, donc pas moyen de lui desservir son discours habituel.

Alexandre enchaîna en disant que ce pourrait être pour financer les études, puis il demanda ce qu'elle pouvait offrir à ses clients. Angeline se délecta d'une nouvelle gorgée, avant de répondre.

- Luxus est le premier à m'avoir tendu les bras quand je suis arrivée à Paris. Je n'étais pas en règle au niveau de la paperasse citoyenne, alors personne ne voulait risquer de m'engager. Puis je l'ai rencontré. Il m'a trouvé un logement et m'a proposé de travailler ici aussi longtemps que je le voudrais.

Ne pas être en règle signifiait tout simplement que sa carte d'identité avait expiré. Impossible de la mettre à jour sans être renseignée comme vampire. Impossible d'en faire une tout court sans acte de naissance. Travailler au black, ça passe pour les mineurs, mais quand on est adulte, les employeurs prennent rarement le risque de s'attirer des problèmes. Luxus avait certainement compris ce qu'elle était, et il l'avait aidée. Il n'avait jamais posé de conditions, il lui avait simplement demandé de se tenir aux règles. Elle pouvait partir quand elle voulait, il ne lui avait pas fait de contrat officiel.

- Autrement je travaille aussi comme bénévole.

Elle avait beaucoup de temps à tuer. Et vue l'aide qu'elle avait reçu, elle trouvait ça naturel d'apporter son aide en retour, c'en était presque devenu une nécessité. Pas besoin de papier pour ça, on lui avait donné une carte de bénévole le premier jour où elle avait commencé. Elle avait dit avoir oublié sa carte d'identité, et vue l'urgence dûe au manque de volontaires, ils avaient passé pour cette fois.

- Quant à ce que je peux offrir à mes clients. Tu as d'abord l'oreille attentive de début de soirée, qui t'écoute et rassure parfois, comme lorsque tu as débarqué. Tu as, comme ici, celle qui boit un verre en ta compagnie, tout en discutant. Et puis, tu as celle qui offre du spectacle.

A vrai dire, elle touchait un peu à tout ici, il lui arrivait même de passer derrière le bar lorsqu'un des barmans étaient absents. Elle secondait le DJ, s'occupait du matériel, rédigeait même les courriers de Luxus lorsque ses rhumatismes le reprenaient.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexandre Lepreux
Voleur professionnel
avatar

Messages : 172
Date d'inscription : 08/09/2010
Age : 27

Feuille de personnage :
Pouvoirs:
Âge du perso: 20...Depuis 30 ans. En gros 50 ans
Relations:

MessageSujet: Re: Il nuvola e la ballerina [Angeline]   Mar 6 Sep - 23:10

-Luxus est le premier à m'avoir tendu les bras quand je suis arrivée à Paris. Je n'étais pas en règle au niveau de la paperasse citoyenne, alors personne ne voulait risquer de m'engager. Puis je l'ai rencontré. Il m'a trouvé un logement et m'a proposé de travailler ici aussi longtemps que je le voudrais.

Je reconnaissais là la gentillesse de Luxus bien entendu cette dernière était un poil interessée. Mais personne ne pouvait lui en vouloir pour ca, il avait sa boite à faire tourner et les bons sentiments ca ne nourri pas son homme. Enfin ca n'était que ma façon de voir les choses, la vie c'était montrée ainsi à ma petite personne. Mais s'il y avait bien un sujet sur lequel je pouvais nourrir un pessimisme sans égal c'était bien en ce qui concerne l'être humain. Mais même si la gentillesse pouvait être pas si innocente que cela le geste qu'il avait fait pour cette jeune fille était tout à son honneur. Je ne connaissais pas beaucoup de gens qui pouvaient aller jusque la pour aider une jeune fille, aussi charmante et jolie soit elle, quand cette dernière n'a aucun papiers...Ou alors c'était que la combine était fumante.

-C'est vrai qu'a Paris y'a pas beaucoup d'employeurs avec le cran et la gentillesse de Luxus. Mais un peu comme moi c'est un esthète. Et aucun esthète digne de ce nom ne pourrait dire non à de tels yeux.

-Autrement je travaille aussi comme bénévole.

Une bonne âme comme on rencontre que bien trop rarement, même si d'un certain coté ca n'était pas fatalement ce qui m’intéressait le plus chez quelqu'un d'autre. Le "on aime quelqu'un pour ses défauts" c'était surement ce qu'il y avait de plus vrai chez moi. J'avoue aussi n'avoir jamais pensé voir une bénévole ici, car bien souvent les femmes ici aimaient trop l'argent pour en perdre dans des activités non lucrative. Pas qu'elles auraient toutes étaient à cracher sur le fait de rendre service, juste que je ne voyais pas vraiment l'une d'elle s'engager véritablement. Bien au contraire je les voyais plutot prendre une petite activité rémunérée de jour. Personnellement cela devait bien faire plus de vingt ans que je n'avais plus fais ce genre d'activité. Non pas faute de temps, juste pour ne pas être hypocrite. Voler des gens la nuit, en aider d'autre le jour. Je ne voulais pas devenir une sorte de Robin des bois, ni me mentir à moi même pour me persuader qu'il subsistait encore du bien en moi quelque part. Pas la peine de faire celui qui donne autant de bien qu'il ne fait de mal, alors que dans les faits c'était bel et bien faut. Alors je n'étais surement pas la personne la plus mauvaise et la plus dangereuse du monde, mais je ne tenais pas non plus à porter le masque de "petit saint" derrière l'identité de plus grand voleur de Paris.

-Quant à ce que je peux offrir à mes clients. Tu as d'abord l'oreille attentive de début de soirée, qui t'écoute et rassure parfois, comme lorsque tu as débarqué. Tu as, comme ici, celle qui boit un verre en ta compagnie, tout en discutant. Et puis, tu as celle qui offre du spectacle.

La j'étais moins surpris juste un peu étonné qu'elle en fasse autant alors qu'elle ne demandait pas de rémunération de la part de Luxus. Mais elle n'était pas la seule à s'occuper de son client de A à Z. Je pus de nouveau baisser mes yeux sur le verre pour le faire disparaître...Enfin son contenu et avec un tour vieux comme le monde, celui qui consiste juste à avaler ce qu'il y a dans le verre.

-Du bénévola ?! Entendre ca ici me fait presque drôle. Non pas que tout le monde soit vénal au possible...Mais disons que certaines personne ici compte leur billets avec une délectation non censurée.


J'éclatais de rire en repensant effectivement à la tête de certaines quand j'ajoutais à leur salaire ma "petite" contribution. Une fois même je crus être à deux doigts de voir des yeux se transformer en sigle "euro" comme dans les dessins animés, mais je n'en blâmerai jamais aucune pour ca. Après tout gagner sa vie c'était le but de tout à chacun. Il n'y avait pas de mal à réclamer un salaire loin de la c'était tout à fait naturel. Visiblement elle n'était pas comme les autres et ça me déstabilisait un peu, j'avais pour habitude de jouer sur les vices avoués des autres pour me rapprocher. Et la visiblement le vice dénominateur commun qu'était l'argent n'était pas présent. Je passa une main dans mes assez long cheveux pour laisser un peu d'air à mon front tout en regardant la glace derrière le bar. Je portais ses lunettes depuis des années maintenant pourtant je ne pouvais pas m'empêcher de toujours m'exclamer mentalement qu'elles étaient énormes. La pauvre ne devait surement rien appréhender de mon visage. Bien que le plus gênant devait surement venir du fait qu'elle n'avait aucun moyen de savoir ce que je regardais, même si pour moi parfois c'était une bénédiction. Je retournais ma tête bien sur elle pour qu'elle soit sur que j'allais à nouveau reprendre la parole sans avoir l'impolitesse de ne pas la regarder pour ca.

-Par spectacle tu entends de la danse ? Sur scène et, ou en privé ? D'autre chose ? Des numéros de cirques ou de magie ?

Pour la dernière question j'avais presque dit ca en rigolant, mais en même temps il n'était pas tout à fait idiot de voir une ancienne contorsionniste ou magicienne se mettre à son compte et commencer petit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Angeline Rossi
Strip-teaseuse
avatar

Messages : 136
Date d'inscription : 28/06/2011
Age : 26

Feuille de personnage :
Pouvoirs:
Âge du perso: 23 ans depuis 20 ans.
Relations:

MessageSujet: Re: Il nuvola e la ballerina [Angeline]   Sam 10 Sep - 0:45

‹‹ C'est vrai qu'à Paris y'a pas beaucoup d'employeurs avec le cran et la gentillesse de Luxus. Mais un peu comme moi c'est un esthète. Et aucun esthète digne de ce nom ne pourrait dire non à de tels yeux. ››

Elle avait rêvé où il venait de la complimenter sur ses yeux ? Mieux encore, il venait de la draguer, non ? Enfin, quand on place ça comme ça, ça s'appelle de la drague. Ou alors c'était la seule raison qu'il avait trouvé pour justifier ce qu'avait fait Luxus. Ou alors c'était à cause de son statut d'esthète. Ou alors... Rien du tout en fait. Elle fit mine de ne pas relever.

Par la suite il commenta qu'il était assez étonné de croiser une femme travaillant ici qui faisait du bénévolat, parce que la plupart de ses collègues étaient un peu des apprentis de Picsou. Elle acquiesça, elle l'avait largement remarqué. Elle avait même été obligée de changer le code de son coffre-fort un jour, parce que Lizzie, une des filles les mieux payées du club, avait voulu comparer avec elle pour être sûre qu'elle ne s'était pas faite rouler dans la farine. Elle trouvait ça assez bas comme attitude. Mais que voulez-vous, il faut de tout pour faire un monde, n'est-ce pas ?

‹‹ Par spectacle tu entends de la danse ? Sur scène et, ou en privé ? D'autres choses ? Des numéros de cirque ou de magie ? ››

Elle avait ri à sa dernière question.

- Malheureusement je ne peux pas me vanter d'être une magicienne, ni de faire des numéros de cirque.

Elle marqua un temps pour finir son verre dans lequel il restait un fond de deux ou trois centimètres.

- Mais de la danse, oui. Ce qu'on voit sur la grande scène du club quoi. En public et, ou en privé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexandre Lepreux
Voleur professionnel
avatar

Messages : 172
Date d'inscription : 08/09/2010
Age : 27

Feuille de personnage :
Pouvoirs:
Âge du perso: 20...Depuis 30 ans. En gros 50 ans
Relations:

MessageSujet: Re: Il nuvola e la ballerina [Angeline]   Dim 11 Sep - 16:53

-Malheureusement je ne peux pas me vanter d'être une magicienne, ni de faire des numéros de cirque. 

Et moi je n'étais pas tout à fait d'accord la dessus, à mes yeux il y avait toujours plus de magie dans les yeux d'une femme que dans n'importe quel trick de magie. La magie des hommes n'était que tricherie, et manipulation du regard. Et bien qu'on puisse dire que celle des femmes n'était que manipulation par le regard, ca n'en restait pas moins bien plus naturel. Dans chaque femme sommeil assez de magie pour asservir un homme.

-Mais de la danse, oui. Ce qu'on voit sur la grande scène du club quoi. En public et, ou en privé.

Je pris moi aussi un petit temps d’arrêt pour l'écouter, mon verre était déjà vide depuis un petit moment maintenant. Pour la première fois je mis un petit temps à réfléchir à ce que j'allais dire ou faire maintenant.

-Il n'y a pas qu'une seule manière de faire de la magie.

J'ouvre mes mains bien en évidence, je retrousse ensuite mes mains et doucement je vais placer l'une d'elle derrière l'une des oreilles d'Angeline pour en ressortir avec une pièce entre les doigts. Puis j’enchaîne avec un petit sourire.

-Il y a faire de choses cachées au regard de la magie avec un peu de manipulation. Et il y a aussi faire de la magie avec ce que l'on expose au regard avec le talent.

Je fais un petit mouvement de tête vers la petite scène ronde ou danse en public les filles en général.

-Je trouve qu'il y a plus de magie sur cette scene parfois que dans cette pièce qui apparaît derrière les oreilles.

Ca n'était que mon humble avis...Mais au moins je le partageai, ce qui à mes yeux lui valait la plus haute importance. Alors peut être ne pouvait elle pas faire apparaître ou disparaître des choses, peut être ne savait elle pas changer un verre d'eau en colombe. Mais peut être savait elle réchauffer des cœurs juste en dansant, peut être pouvait elle transformer une journée pourrie en journée pas si mauvaise que ca sur la fin. Ce qui vous en conviendrez sûrement était bien plus utile que savoir trifouiller avec des pièces ou jouer avec des cartes.

-Je suis sur qu'à ta manière tu mets un peu de magie dans cet endroit.

J'eus un petit rire nerveux, finalement cet endroit ne me réussissait pas vraiment. Je ne portais jamais ici qu'une moitié de masque, jamais tout à fait moi même jamais non plus celui que j'avais décidé de montrer aux autres.

-Qui sait...Un jour pourrai-je en être témoin moi même.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Angeline Rossi
Strip-teaseuse
avatar

Messages : 136
Date d'inscription : 28/06/2011
Age : 26

Feuille de personnage :
Pouvoirs:
Âge du perso: 23 ans depuis 20 ans.
Relations:

MessageSujet: Re: Il nuvola e la ballerina [Angeline]   Jeu 1 Déc - 18:15

Elle le regarda exécuter son petit tour de passe-passe avec la pièce tout en l'écoutant. Il lui exposa son avis sur les différentes façons de faire de la magie, et elle ne put que sourire à ces mots.

‹‹ Je suis sûre qu'à ta manière tu mets un peu de magie dans cet endroit. Qui sait... Un jour pourrai-je en être témoin moi-même. ››

Elle le regarda un instant dans les yeux, et alors qu'elle s'apprêtait à répondre, on l'interpela :

- Angie, le vieux te demande. J'crois qu'il a encore perdu ses médocs et il s'est enfermé, il veut voir personne à part toi.

Elle acquiesça d'un hochement de tête en regardant sa collègue, puis se retourna vers Alex.

- Un jour peut-être, mais pour l'instant je vais devoir te laisser, dit-elle en un sourire désolé.

Elle appliqua sa main sur la sienne en se levant, et le regarda une dernière fois.

- A la prochaine.

Puis dans un dernier sourire, elle prit la direction du bureau du patron.


Fin du RP.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Il nuvola e la ballerina [Angeline]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Il nuvola e la ballerina [Angeline]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Question sur les Alerte e-mail
» Arrivée d'Angeline
» Angeline

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hybrid Parisiorum - ou quand le mythe devient réalité... :: Le Jeu : Paris :: Paris Nord-
Sauter vers: