Forum RPG futuriste se déroulant dans la ville de Paris.
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Une femme dans l'antre ...[Angeline]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Maximus
Ancien aquatique - Hybride Orque

avatar

Messages : 518
Date d'inscription : 06/10/2010
Age : 26

Feuille de personnage :
Pouvoirs:
Âge du perso: 111
Relations:

MessageSujet: Une femme dans l'antre ...[Angeline]   Dim 21 Aoû - 15:39

    La voyant pousser un soupir résigné, il eut un sourire victorieux. Se félicitant d'avoir trouvé les bons arguments, il n'en oublia pas de se flageller pour offrir son toit à une inconnu qui pouvait très bien être une chasseresse.

    " Vous n'abandonnez pas facilement, n'est-ce pas ? "

    En effet, il ne pouvait pas la contredire sur ce point là.

    " Je vous suis, dans ce cas. Mais, vous ne verrez pas d'inconvénient à ce que je vous rende la pareille un jour prochain."

    -Marché conclu. Affirma-t-il, bien qu'il imaginait mal une autre occasion ou elle aurait pu lui rendre service.

    Elle avait reprit place, et la voiture démarra promptement. Ils arrivèrent au pied de l'immeuble chic qu'était celui de Maximilien. Il échangea quelque mot avec son chauffeur puis le remercia et lui souhaita la bonne nuit.

    -Attention à la marche. Souligna-t-il à l'adresse de la stip teaseuse lorsqu'ils passèrent la porte. L'appartement était au premier étage, mais imaginant qu'elle était surement fatiguée de sa soirée il opta pour l'ascenseur.

    Arrivé devant la porte, il sortit la clé, l'enfonça dans la serrure, et commença à la tourné. Ses oreilles a l'ouïe fine le renseignèrent sur une présence qu'il l'attendait juste derrière la porte… Il pivota d'un quart vers Angeline et demanda
    :

    -Vous n'avez rien contre les chats ?

    D'un geste simple il ouvrit la porte et un chat gris foncé aux yeux verts se faufila dans les pieds de l'ancien.
    Il poussa une série de miaulement que Maximilien percevait comme des paroles construites


    ¤C'est a cette heure que tu rentres Humain ?! Le chat c'est ennuyé ! Ton chaton n'était même pas là pour me divertir comme il se doit ! la prochaine fois je mangerais tes poissons ! ¤

    En effet, Melwin n'était pas là. Il dormait chez un certain "Adel". C'était l'une des raisons pour lesquelles Maximilien avait invité Angeline. Il pourrait lui pretter sa chambre et dormirait chez Melwin.
    Ignorant les menaces du félin squatteur, l'homme fit entrer Angeline. Et d'un sourire lui demanda :

    -Entrez, donnez moi votre manteau. Voulez vous quelque chose à boire le temps que je prépare votre chambre ?

    Le matou avait déjà bondit sur le buffet de l'entrée et l'interpella :

    ° Humain ! Cesse d'ignorer le chat ! Et présente moi à cette femelle ! °

    Maximilien tendit sa main et lui caressa la tête. Le chat se mit immédiatement à ronronné, oubliant sa mauvaise humeur. Il lui fit relever la tête en lui grattant le menton, tout en plongeant son regard dans le sien pour lui communiquer sa réponse par la pensée.

    *Bonsoir Chat, je vois que tu as bien gardé le territoire, venant de toi je n'en suit même pas étonné… Cette femme est une amie. Elle a les mains douces …*

    Maximus avait finit par savoir comment amadouer ce matou. A vrai dire, il marchait à la flatterie, la nourriture et les caresses.

    °Des mains douces pour les caresses ? le chat aime ça. Elle peut rester.°

    L'homme évita de souligner qu'il ne lui avait jamais demandé son avis et préféra la jouer en finesse en gardant le silence.



Le chat :

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Angeline Rossi
Strip-teaseuse
avatar

Messages : 136
Date d'inscription : 28/06/2011
Age : 26

Feuille de personnage :
Pouvoirs:
Âge du perso: 23 ans depuis 20 ans.
Relations:

MessageSujet: Re: Une femme dans l'antre ...[Angeline]   Lun 22 Aoû - 14:23

‹‹ Marché conclu. ››

Angeline lui adressa un nouveau sourire, satisfaite qu'il accepte à son tour. Même si elle ne savait pas vraiment comment elle pourrait lui venir en aide pour l'instant, la vie faisait parfois certaines choses qui vous mettait dans des situations qui nécessitaient un soutien extérieur. Peut-être que ce jour viendrait à l'avenir, peut-être pas. Dans tous les cas, elle s'y tiendrait.

Ils arrivèrent un peu plus tard devant l'appartement de Maximilien. Il remercia et souhaita la bonne nuit au chauffeur, elle en fit de même, le gratifiant d'un de ces sourires qui ne la quittaient jamais.

‹‹ Attention à la marche. ››

Elle remarqua la marche en question, puis ils prirent l'ascenceur. Arrivant sur le palier, alors qu'il ouvrait :

‹‹ Vous n'avez rien contre les chats ? ››

- Les chats ? Non, j'aime bien les animaux. se contenta-t-elle de répondre simplement.

Et le chat en question ne tarda pas à se montrer, slalomant entre les jambes de Maximilien, faisant don de sa présence par plusieurs miaulements rauques. Si elle avait imaginé qu'il aurait un chat ? Pas vraiment. Elle l'aurait plus vu avec un aquarium rempli de poissons rares, parce que ça ne nécessitait pas grande intention, simplement de les nourrir, et elle semblait avoir compris que Maximilien était un homme assez, voire très, occupé.

- Un verre d'eau ne sera pas de refus. Mais laissez-moi vous aider ? dit-elle en lui tendant le manteau qu'il avait demandé, et se doutant qu'il déclinerait son offre.

C'était toujours comme ça la première fois qu'on mettait les pieds dans un endroit inconnu. Une certaine gêne, mêlée à la curiosité. Maximilien avait en quelque sorte découvert une part de l'univers professionel d'Angie, elle découvrait le sien sur le domaine privé.

Alors qu'elle l'attendait, elle se mit à contempler l'intérieur, pour voir ce qui l'entourait, et ce qui faisait le quotidien du brun. Le chat quant à lui, vint la saluer. Elle se pencha pour lui offrir quelques caresses, s'attardant à lui masser un peu le derrière des oreilles. Jusqu'au retour de Maximilien.

° Tu avais raison humain, cette femelle a les mains douces. Tu pourrais la prêter au chat si tu ne comptes pas la garder pour toi tout seul. Le chat saura profiter de ses mains, lui. Et elle doit tenir chaud. °

Angeline se redressa.

- Vous avez bon goût, Maximilien, votre intérieur est très élégant. complimenta-t-elle d'un enième sourire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maximus
Ancien aquatique - Hybride Orque

avatar

Messages : 518
Date d'inscription : 06/10/2010
Age : 26

Feuille de personnage :
Pouvoirs:
Âge du perso: 111
Relations:

MessageSujet: Re: Une femme dans l'antre ...[Angeline]   Lun 22 Aoû - 19:37

    Traversant le salon, Maximilien jeta un coup d'œil à son aquarium, songeant qu'il devait bientôt changer le filtre.

    " Un verre d'eau ne sera pas de refus. Mais laissez-moi vous aider ? "

    -Inutile. Dit-il avec un sourire confiant. Ca ira vite.

    Il passa dans un cuisine, Angeline toujours dans son champs de vision grâce au bar qui séparait les deux pièces. Un verre d'eau ? Rien de plus simple. D'une main habituée il ouvrit un placard en hauteur.

    ° Tu avais raison humain, cette femelle a les mains douces. Tu pourrais la prêter au chat si tu ne comptes pas la garder pour toi tout seul. Le chat saura profiter de ses mains, lui. Et elle doit tenir chaud. °

    Même sortit de la bouche d'un chat ces paroles tintaient d'un certain érotisme… C'est vrai ses mains étaient douces, il le savait pour avoir dansé avec elle… L'espace d'un instant il se prit à imaginer que cette douceur devait s'étendre à tout son corps…

    ° Ha. Tu veux t'accoupler avec elle… Très bien mais dans ce cas laisse la porte de ton petit ouverte, que le chat est un endroit calme pour dormir °

    Si Maximilien réussit à ne pas laisser transfigurer la surprise sur son visage il ne peut empêcher sa main d'avoir un raté sur le verre et manquer de le faire chuter.
    Le rattrapant de justesse il ferma le placard et se dirigea vers l'évier en réprimant un regard noir vers le matou. Il lui communiqua quand même une réponse par la pensée.


    *Non je ne veux pas "m'accoupler" avec elle. Tu pourras dormir avec elle si ça te chante, et profiter de "ses mains douces" *

    Il avait ponctué la fin de sa pensée avec un accent aussi moqueur que mielleux. Mais le chat ne semblait pas s'en outrager puisqu'il se contenter de miauler :

    ° Si tu veux t'accoupler avec elle. Le chat le sait. Pourquoi essayer de dire au chat le contraire de se que tu penses humain ? °

    D'une main Maximilien ouvrit le robinet et fit couler un filet d'eau. Il décida de chasser ce foutu chat et sa psychanalyse à deux balles de son esprit, bien que quelque chose le turlupinait… C'était la façon dont le chat avec affirmer en savoir plus sur lui, que lui sur lui-même …
    Ce pouvait-il que le lien qui les unissent soit plus puissant qu'il ne l'imaginait ? Divagation … Ca n'avait aucun sens
    *.

    -Tenez.

    Il tendit le verre à Angeline accompagné d'un sourire. Puis il traversa la pièce et ouvrit sa chambre.

    -Je vais vous faire dormir dans ma chambre. J'emprunterais celle de mon fils. D'une main il montra la deuxième porte close, pour lui monter ou le trouver en cas de pépin. Puis, il s'engouffra dans sa chambre laissant la porte ouverte pour qu'ils puissent discuter en ayant à peine à lever le ton.

    Il sortit rapidement de nouveaux draps, et commença à retirer ceux qui se trouvaient en place.

    °Alors tu ne vas pas t'accoupler avec elle, humain, mais tu lui laisses ton lit ? Le chat ne comprendra jamais rien à ta façon de penser … Vraiment jamais…°

    Le félin était toujours au pied de la vampire se frottant contre sa jambe en ronronnant.
    Ce chat devait avoir était croisé avec un tracteur car Maximilien l'entendait jusque dans sa chambre !



*Le pouvoir Lien commence à ce déclarer entre Max et le chat, mais il ne le sent pas encore. le chat si.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Angeline Rossi
Strip-teaseuse
avatar

Messages : 136
Date d'inscription : 28/06/2011
Age : 26

Feuille de personnage :
Pouvoirs:
Âge du perso: 23 ans depuis 20 ans.
Relations:

MessageSujet: Re: Une femme dans l'antre ...[Angeline]   Mar 23 Aoû - 1:28

Décidément, ce chat avait tendance à beaucoup miauler. Il était peut-être l'un de ces chats " bavards ", qui ne cessent de miauler comme pour raconter leur journée ou leur soirée à leur maître. Angie trouvait la perspective assez amusante. Elle était loin de se douter qu'en réalité, le chat parlait bien à Maximilien. Le comble aurait été qu'elle aussi soit hybride, et qu'elle puisse communiquer avec les animaux. Mais ce n'était pas le cas. Elle n'avait ni ce pouvoir, et n'était pas non plus hybride.

‹‹ Tenez. ››

Elle le remercia, et porta le verre à ses lèvres pour en avaler une ou deux gorgées.

‹‹ Je vais vous faire dormir dans ma chambre. J'emprunterai celle de mon fils. ››

C'est à cet instant qu'elle avala de travers. Et quel travers ! Dans ses toussottements pour tenter de dégager la mauvaise partie de sa gorge qui était en train de se noyer, elle avait failli lâcher le verre, qui, quant à lui, ne manqua d'offrir des gouttes de douche au chat.
Est-ce qu'elle avait bien entendu ? Son fils ? Quand avait-il mentionner dans la soirée qu'il avait un fils ? Elle n'avait pourtant pas vu d'alliance à son annulaire gauche. Se pouvait-il qu'il soit divorcé ? Ca expliquerait l'absence du fils en question. Ou non, pire ! Se pouvait-il qu'il ait ôté son alliance le temps d'une soirée, et que sa femme et son fils soient en vacances sans lui parce qu'il aurait du travail, et que de ce fait il en aurait profité pour se payer du bon temps ?

* STOP Angie ! *

- Je suis désolée, j'ai avalé de travers. lâcha-t-elle en toussant encore un peu.

Par réflexe, elle attrapa un morceau de sopalin dans la cuisine, et s'affaira à essuyer les quelques gouttes qui n'avaient pas fini sur le chat. Elle profita de cet instant pour reprendre ses esprits. Inutile d'imaginer tout et n'importe quoi. Et ça pour du n'importe quoi, elle était vraiment partie loin dans ses suppositions. Maximilien ne pouvait pas être l'un de ces hommes qui ramènent des demoiselles lorsqu'il se retrouve seul chez lui. Elle chassa donc rapidement cette pensée de sa tête.

Dès lors, puisqu'il était entré dans sa chambre pour y changer les draps, elle en profita pour se ressaisir davantage. Mais deux choses lui vinrent à l'esprit :
Première chose, au fond pas si importante si elle dormait en sous-vêtements, bien que l'idée ne l'enchante guère puisqu'elle dormait dans un autre lit que le sien.
Secondo... Il avait réellement un fils ?!! Elle n'arrivait pas à ne pas penser à ce qu'elle avait entendu. Le pire, c'est que Maximilien avait dit ça comme si c'était normal. Non pas qu'avoir un enfant n'était pas normal, loin de là, même si elle avait du mal à l'imaginer en père, mais, il ne s'était pas douté un instant qu'elle pourrait en être étonnée.

- Ahhh... soupira-t-elle en se passant de nouveau la main sur le visage.

Elle hésita un instant, puis, finalement, posa son verre sur la table de la cuisine, et alla rejoindre Maximilien dans la chambre. Elle s'appuya contre l'encadrure de la porte, l'observa un instant, entrouvrit les lèvres comme pour dire quelque chose, les referma.

- Pardonnez-moi, j'ai été... surprise.

Elle marqua un temps avant de reprendre :

- Alors comme ça, vous êtes père ? Ahem... Ca ne va pas déranger votre fils de trouver une inconnue chez vous ?

Nouvelle pause, léger malaise visible sur ses traits.

- Il faut que je m'excuse encore une fois, je pose trop de questions.

Elle laissa un petit rire s'échapper de ses lèvres.

- Mais j'en ai encore une dernière : auriez-vous... un tee-shirt ou quelque chose à me dépanner pour dormir ? demanda-t-elle sur une voix plus basse en se passant la main dans le cou frénétiquement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maximus
Ancien aquatique - Hybride Orque

avatar

Messages : 518
Date d'inscription : 06/10/2010
Age : 26

Feuille de personnage :
Pouvoirs:
Âge du perso: 111
Relations:

MessageSujet: Re: Une femme dans l'antre ...[Angeline]   Mar 23 Aoû - 2:11

  • De la chambre il l'entendit tousser, mais ce qu'il entendit le mieux ce fut le miaulement de rage du chat

    °DE l'EAU !!! LE CHAT EST MOUILLE !°

    Apparemment ce drame équivalait à la mort d'un président… Le minou fila illico presto hors d'attente. C'est-à-dire, sous le lit de Maximilien, qui lui jeta un coup d'œil surpris en replaçant la couette en place.

    Il s'apprêtait à lui demandait si tout allait bien quand elle lui assura n'avoir qu'avalé de travers.
    Puis il la découvrit dans l'encadrement de porte. Pour être surprise elle l'était … Mais pourquoi donc ? Il fronça les sourcils mais il n'eut besoin que d'une phrase de trop pour comprendre :

    " Alors comme ça, vous êtes père ? Ahem... Ca ne va pas déranger votre fils de trouver une inconnue chez vous ? "

    Il manqua d'exploser de rire. Mais un rire nerveux. Quel idiot ! Il lui avait lâché ça comme ça et elle devait se faire des idées.

    -Heu non … Enfin … Si. A vrai dire Melwin est mon fils adoptif.

    Il eut un sourire presque gêné et ajouta ;

    -Je suis père célibataire. Il … Il n'a pas de mère.

    Il réalisa qu'il aurait mieux fait de se taire… Ils s'observèrent dans un léger flottement. Qu'avait-elle imaginé sur lui ? Dire à une femme qu'il avait un enfant… Mais quelle idée. N'aurait-il pas du simplement lui dire qu'il dormirait dans la chambre d'à côté ?
    Il ne sut pas expliquer l'idée qu'elle puise nourrir mauvaise impression sur lui l'affecte tant… A quel genre d'homme voulait-il apparaître à ses yeux ?
    Il ajouta, pour briser sa réflexion.

    -Il est chez un ami cette nuit. Vous ne le verrez surement pas.

    Essayant de passer à autre chose il tassa l'oreiller, rassemblant vaguement ses idées il poursuivit;

    -Je peux vous prêter une chemise à moi.

    Le seul T-shirt dont disposait Maximilien était un T-shirt de sport. Il ne pouvait pas décemment lui prêter ça !
    Il sortit une chemise blanche, l'un de celle qu'il portait en week end. Il lui tendit avec un sourire.


    -Tenez …

    Un éclair lui traversa la tête. Il songea que demain quand elle aurait quitté ces lieux, qu'il ne lui restera plus que cette chemise, et qu'elle porterait toujours le parfum d'Angeline. Et cette idée lui plaisait. Il se reprit. La solitude le travaillait, d'accord, mais il n'avait pas à en oublié ses bonnes manières. C'était surement à cause de ce chat et de ses histoires d'accouplement à la noix…

    -Je vais vous laisser vous changer. La salle de bain est juste à côté…

    Une nouvelle fois il essaya un sourire engageant, et se glissa hors de la chambre. Il ne lui demanda qu'une autre chose :

    -Vous prenez quoi au petit déjeuner ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Angeline Rossi
Strip-teaseuse
avatar

Messages : 136
Date d'inscription : 28/06/2011
Age : 26

Feuille de personnage :
Pouvoirs:
Âge du perso: 23 ans depuis 20 ans.
Relations:

MessageSujet: Re: Une femme dans l'antre ...[Angeline]   Mar 23 Aoû - 3:02

‹‹ Heu non ... Enfin ... Si. A vrai dire Melwin est mon fils adoptif. Je suis père célibataire. Il ... Il n'a pas de mère. ››

Elle n'aurait su dire pourquoi elle se sentit soulagée de sa réponse. Enfin si, elle savait pourquoi. Il y avait plusieurs raisons. Elle pouvait dores et déjà écarter la possibilité qu'il se révèle être un goujat profitant de l'absence des siens pour aller fricotter ailleurs. Elle ressentit également de l'admiration, parce qu'adopter un enfant qui a perdu sa mère ne doit pas être une chose facile. Et... Est-il vraiment nécessaire d'énumérer la troisième chose ?
Même si elle ne se l'avouerait jamais, et bien qu'elle le sache au plus profond d'elle-même, dans la partie consciente de son inconscient, elle était soulagée qu'il s'affiche honnêtement comme " célibataire ". Cruche.

‹‹ Il est chez un ami cette nuit. Vous ne le verrez sûrement pas. ››

Elle se détendit. Visiblement, ils étaient aussi mal à l'aise l'un que l'autre. Elle esquissa un sourire, se trouvant idiote d'avoir réagi comme ça.

‹‹ Tenez. ››

Elle prit la chemise qu'il lui tendit, le remerciant, puis se dirigea vers la salle de bain pour se changer. Pendant cet intervalle, elle repensa à toute la soirée qu'ils avaient passé. Pour deux personnes qui étaient parties méfiantes au début, ils paraissaient plutôt... plutôt rien en fait. La relation qu'ils échangeaient actuellement était juste, au final, semblable à celles du quotidien des autres.

‹‹ Vous prenez quoi au petit déjeûner ? ››

- Pardon ? lâcha-t-elle en sortant de ses pensées.

* Au petit déjeûner Angie, il parlait simplement de petit déjeûner. *

Elle lui répondit finalement tout en sortant de la salle de bain, vêtue de sa propre chemise, qui dessinait parfaitement ses courbes tout en taisant celles du bas puisque les pans flottaient joliment contre ses hanches.

- Je prendrai ce que vous aurez, je vous laisse le choix de me surprendre. répondit-elle d'un sourire espiègle.

Elle fit un petit tour sur elle-même. Elle n'avait pas pour habitude d'être vêtue de chemise. Surtout quand il s'agissait de celle d'un homme. Puis, levant simplement les bras avant de les faire retomber contre son corps :

- Alors, ça me va bien ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maximus
Ancien aquatique - Hybride Orque

avatar

Messages : 518
Date d'inscription : 06/10/2010
Age : 26

Feuille de personnage :
Pouvoirs:
Âge du perso: 111
Relations:

MessageSujet: Re: Une femme dans l'antre ...[Angeline]   Mar 23 Aoû - 3:36

    Il la laissa disparaître dans la salle de bain et alla se poser sur le canapé du salon. Il jeta un coup d'œil à l'horloge. Il se faisait décidément très tard. Ou très tôt.

    Et pourtant, il réalisa qu'il n'était pas si fatigué que cela… Sûrement n'allait-il pas dormir… Il trouverait bien un travail à se donner jusqu'au lendemain.

    Le chat n'avait pas quitté le dessous du lit, et Maximilien se réjouissait de l'entendre se taire. Il se passa une main dans les cheveux en réfléchissant à la drôle de soirée qu'il venait de passé…


    "Je prendrai ce que vous aurez, je vous laisse le choix de me surprendre"

    Il releva la tête, en sortant de sa rêverie et regarda par-dessus son épaule. Angeline était là prête de la porte de la salle de bain, et donc prêt de sa porte de chambre aussi seulement vêtu de sa chemise.

    Il avait toujours trouvé que les femmes étaient des tricheuses. Pire des mauvaises joueuses. Mais la vérité s'était surtout qu'il savait qu'il était trop faible pour leur résister. Bien que ce lui arrive… Il fallait quand même protéger son nom des scandales.
    Et puis, quoi qu'il en dise il aimait les femmes justement pour leur côté "tricheuse". Et il entendait par "Tricheuse" leur arrogante façon d'être belle dans importe qu'elle tenue, surtout dans des tenues masculines d'ailleurs.

    Dans ce genre là, Angeline venait de lui donner la plus belle représentation. Il ne s'était pas attendu à la voir surgir de la salle de bain aussi bien vêtu de sa chemise.
    Elle était naturellement trop grande pour elle. Juste assez pour lui arriver mi cuisse sans pour autant la grossir … Au contraire la chemise bien que trop grande laisser deviner ses formes avec une outrageuse clarté.

    Maximilien sentit son cœur louper un battement. Depuis combien de temps une femme n'avait pas porter de vêtements à lui…


    " Alors, ça me va bien ? "

    L'homme toussa, masquant son mal aise, puis se leva et contourna le canapé.

    -A vrai dire …

    Il s'avança vers elle s'arrêta à sa hauteur, et d'un sourire en coin leva les mains pour les porter de part et d'autre de la gorge d'Angeline. D'une main experte il remit le colle en place.

    -Là voilà… C'est parfait.

    Commenta-t-il avec un sourire.

    *Laisse la aller se coucher maintenant Maximilien.*


    Son sourire s'effaça doucement alors qu'il se laissa prendre au piège de ses yeux d'un verts émeraude.


    -Vous … Vous êtes sublime.

    S'entendit-il dire alors qu'il n'avait cru que le penser… Il déglutit doucement, décidant qu'il devait d'urgence mettre une distance. Mais au lieu de ça il se rapprocha. Son regard perplexe comme si il ne comprenait pas lui-même ce qu'il faisait il pencha la tête vers elle.

    Ses lèvres effleurèrent celles d'Angeline. Tien ça aussi il avait cru juste l'imaginer… Mais la douceur qu'il touchait lui assura qu'il ne ne faisait pas qu'imaginer ce baiser.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Angeline Rossi
Strip-teaseuse
avatar

Messages : 136
Date d'inscription : 28/06/2011
Age : 26

Feuille de personnage :
Pouvoirs:
Âge du perso: 23 ans depuis 20 ans.
Relations:

MessageSujet: Re: Une femme dans l'antre ...[Angeline]   Mar 23 Aoû - 4:49

Maximilien s'avança vers elle. Elle regarda ce qu'il faisait avec ses mains, et lui rendit son sourire lorsqu'il releva le col de la chemise.

‹‹ Là voilà... C'est parfait. ››

- Merci. dit-elle simplement alors que son sourire s'accentuait.

Elle baissa la tête pour regarder plus attentivement comment la chemise retombait, continuant de sourire au compliment qu'il lui avait fait de façon indirecte.

‹‹ Vous ... Vous êtes sublime. ››

Elle releva aussitôt la tête, se perdant à égarer son regard dans le sien, alors que ses joues se teintaient légèrement. Elle avait l'habitude des compliments. Mais celui-ci n'était pas semblable à ceux qu'elle entendait d'ordinaire. Cette façon qu'il avait de la regarder... C'en était destabilisant, parce qu'il n'avait pas ce regard avide qu'arboraient les hommes dans la plupart des cas, mais plutôt celui d'un homme touché par ce qu'il voit, un homme appréciant simplement la délicatesse d'une femme vêtue d'une chemise.

Elle se prit à rabattre une mèche de ses cheveux derrière son oreille, ne sachant que dire. Et quand bien même elle aurait eu quelque chose à dire, elle en aurait bel et bien été incapable. Sans qu'elle ne comprenne tout de suite ce qu'il se passait, elle l'avait vu rapprocher son visage du sien. Elle aurait dû prévoir la suite, mais elle était tout simplement incapable de bouger. Elle se sentait perdre pied au fur et à mesure que la distance entre leur faciès se réduisait. C'était un peu comme... un ralenti. Un ralenti qui contrastait avec les battements de son coeur qui eux s'accéléraient dans une cacophonie désorganisée. Et puis, plus rien. Le monde était devenu pendant un instant sourd, comme insonorisé de tout ce qui pouvait exister aux alentours, comme un arrêt cardiaque.

Ses yeux se fermèrent malgré elle, alors que sa main droite allait effleurer le cou de Maximilien sans qu'elle ne s'en rende compte. Jusqu'à l'instant délicat où leurs lèvres se séparèrent, sans pour autant s'éloigner assez pour éviter toute nouvelle tentation. Angeline laissa échapper un soupir, et malgré elle, elle posa de nouveau ses lèvres sur les siennes. Comme pour lui rendre ce baiser à son tour. Etait-ce vraiment raisonnable ? Rien ne l'était plus depuis qu'elle avait accepté de venir chez lui. Et pourtant, elle n'arrivait pas à s'en vouloir, à lui en vouloir, ou à regretter quoi que ce soit.

Nouveau silence. Cette fois-ci, la séparation fut plus abrupte, si bien qu'on entendit même le son émis par le décollement de leurs lèvres. Faisant un pas en arrière sans pour autant reculer, Angie sembla réaliser.

- Maximilien, je...

Elle releva la tête pour croiser son regard.

- Ah... Je ne sais même pas quoi dire. avoua-t-elle.

Elle aurait pu s'excuser, encore une fois. Mais s'excuser de quoi ? D'avoir succombé à l'appel d'effleurer ses lèvres ? De ne pas l'avoir repoussé ? Ou bien de lui avoir rendu son baiser ? Non, elle ne pouvait décemment pas s'excuser de cela.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maximus
Ancien aquatique - Hybride Orque

avatar

Messages : 518
Date d'inscription : 06/10/2010
Age : 26

Feuille de personnage :
Pouvoirs:
Âge du perso: 111
Relations:

MessageSujet: Re: Une femme dans l'antre ...[Angeline]   Mer 24 Aoû - 1:37

    .
    Des lèvres qui se touchent. Des cœurs qui s'accélèrent. Une main qui l'effleure. Un baiser et le temps se suspend. Le monde s'échappe. La réalité vous abandonne. Un moment de bonheur tout simplement…
    Il l'avait embrassé, mais ce qui lui paraissait le plus surprenant était qu'elle lui avait rendu… Le toucher et le goût, voilà deux sens dont il avait accru la perception pour savourer ce baiser. Et lorsqu'ils se séparèrent il lui semblait que ses lèvres avaient gardé la marque indélébile de celles d'Angeline.

    Etourdi de cet échange qu'il n'avait presque pas planifié, il resta un moment interdit alors que la strip teaseuse reprenait plus vivement ses esprits…


    "Maximilien, je... Ah... Je ne sais même pas quoi dire."

    Que lui avait-il prit ? Se sentait-il si seul pour céder si facilement à la tentation ? Une nouvelle fois il déglutit. Pourtant lorsqu'il parla il n'y avait nulle trace de gêne dans la voix.
    Sa main se cala sous le menton d'Angeline, et posa son pousse sur ses lèvres pour l'entravé dans toute tentative de paroles.


    -Shut… Vous n'avez rien à dire… C'est à moi de m'excuser … Je ne sais pas ce qu'il m'a prit. Et j'aimerais vous dire que je regrette … Mais cela serait faux.

    Son honnêteté le surpris lui-même. Etait-il arrivé à cette limite qui l'empêchait de refoulé d'avantage ses sentiments ? Il avait enfreins beaucoup de ses règles personnelles ce soir…
    Il laissa filer un soupir contre lui-même. Se décevoir soit même, voilà une expérience qu'il avait découverte avec l'arrivée sanglante des chasseurs dans sa vie. Le simple fait de n'avoir aucuns regrets lui donnait envie de se flageller…
    Dans toute cette introspection il en avait oublié sa main qui tenait toujours le menton de la jeune femme, et à contre cœur il laissa retomber son bras le loin de son corps.
    Un sincère "pardon" lui traversa le regard puis il baissa la tête. Se retournant il ajouta :

    -Je crois que je vais vous laisser dormir maintenant…

    Un dernier regard par-dessus son épaule. Une esquisse de sourire.

    -Bonne nuit.

    Il n'avait pas sommeil, mais il avait besoin de dormir. Il aurait donc recoure à des somnifères, car cela ne pouvait plus durer… Il se trouvait pitoyable d'en arriver là mais que lui restait-il ? Il fallait qu'il oubli. Il lui fallait une pause, d'urgence.

    Il avait traversé le salon pour se rendre dans la cuisine et aller chercher la boite. Il lui fallut vérifier la date de péremption tant il en utilisait rarement. Heureusement ils étaient toujours bons.
    A quoi avait-il pensé… Et si la question était plutôt : A qui avait-il pensé ?
    Ce pouvait-il qu'il puise toucher une autre femme sans penser à Octopus… Tout cela lui semblé impossible… Elle avait occupé ses pensées pendant toutes ses années, et plus encore depuis les mois de sa disparition…
    Avait-il seulement le droit de penser à une autre ? De désirer une autre ?
    Avec Arianne, plus rien n'avait marché après la disparition de l'ancienne… Il ne supportait plus de toucher à une femme. Alors elle lui avait gentiment dit qu'elle allait voir ailleurs. Et aujourd'hui, il avait embrassé Angeline sans se poser plus de question. Et le remord commença à monter…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Angeline Rossi
Strip-teaseuse
avatar

Messages : 136
Date d'inscription : 28/06/2011
Age : 26

Feuille de personnage :
Pouvoirs:
Âge du perso: 23 ans depuis 20 ans.
Relations:

MessageSujet: Re: Une femme dans l'antre ...[Angeline]   Mar 30 Aoû - 3:15

‹‹ Shut... Vous n'avez rien à dire... C'est à moi de m'excuser ... Je ne sais pas ce qui m'a pris. Et j'aimerais vous dire que je regrette ... Mais cela serait faux. ››

Ce doigt sur sa bouche, qui l'empêchait de dire quoi que ce soit. Elle aussi aurait voulu dire qu'elle ne regrettait pas. Mais quand bien même elle aurait pu faire usage de la parole, dans quel but ? A quoi aurait-il servi qu'elle mentionne qu'elle n'avait pas non plus de regret ? A étouffer le malaise ? Ou bien à l'apaiser ? En somme, tout aveu était inutile.
Il laissa retomber son bras.

‹‹ Je crois que je vais vous laisser dormir maintenant... Bonne nuit. ››

- ... Bonne nuit. murmura-t-elle alors qu'il avait presque déjà disparu.

Elle se dirigea alors dans la chambre de Maximilien, qu'il lui avait gentiment cédée en l'absence de son fils adoptif. Elle se laissa tomber sur le lit, et se mit à observer le plafond en soupirant. Elle n'avait pas besoin de lumière, la lueur de la lune qui transperçait la fenêtre suffisait à atténuer la pénombre de la pièce. Jusqu'à ce qu'un rai de lumière artificielle ne vienne troubler ce schéma nocturne typique, puisqu'elle n'avait pas fermé la porte. Elle s'appuya sur ses coudes, regardant le couloir qui se dessinait derrière le seuil.
Maximilien était encore debout. A vrai dire, cela n'aurait rien eu d'étonnant d'ordinaire puisqu'il n'y avait pas tant que cela de minutes qui s'étaient écoulées depuis que chacun avait rejoint sa chambre. En fait, cela n'avait rien d'étonnant du tout, c'était juste sa curiosité qui pointait de nouveau le bout de son nez. Qu'est-ce qu'elle imaginait ? Après tout, il avait peut-être tout simplement soif. Rien de plus, rien de moins.
D'ailleurs, en parlant de liquide...

- Raaah...

Elle se leva bel et bien cette fois, et passa la porte. Avait-il mentionné où se trouvaient les toilettes ? Elle ne se rappelait pas les avoir vues dans la salle de bain. L'idée d'ouvrir une porte au hasard alors qu'elle n'était pas chez elle ne lui disait rien qui vaille. Alors elle marcha hésitante jusqu'à la cuisine. Maximilien s'y tenait, une boite de ce qui semblait être des somnifères sur le comptoir.

- Vous ne devriez pas prendre ça, c'est mauvais pour votre organisme.

Attendant qu'il relève la tête vers elle, elle ajouta d'un petit sourire :

- Je cherchais juste les toilettes... Comme vous étiez debout, j'ai préféré vous demander plutôt que de m'aventurer à les trouver moi-même.

Son sourire se mua en un léger rictus gêné. Non pas qu'elle l'était, plutôt qu'elle avait encore une fois l'impression de le déranger. Alors...

- Je devrais peut-être m'en aller...pensa-t-elle à voix haute, alors que son regard d'émeraude s'était mis à fixer anxieusement le sol.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maximus
Ancien aquatique - Hybride Orque

avatar

Messages : 518
Date d'inscription : 06/10/2010
Age : 26

Feuille de personnage :
Pouvoirs:
Âge du perso: 111
Relations:

MessageSujet: Re: Une femme dans l'antre ...[Angeline]   Mar 30 Aoû - 13:10

    « Vous ne devriez pas prendre ça, c'est mauvais pour votre organisme. »


    Maximilien releva les yeux sur elle, et lui offrit un sourire. Elle n’avait pas tord mais au point ou il en était, c’était le manque de sommeil qui allait être mauvais pour son organisme. Il s’apprêtait d’ailleurs à lui faire la réflexion quand le chat surgit sur le bar pour rajouter son grain de sel dans un concert de miaulement:

    °Tu prends une croquette pour te sentir mieux Humain ? C’est stupide. Tu devrais t’accoupler avec elle. Ca c’est bien mieux que tes croquettes roses ! Pourquoi n’écoute tu pas le chat. Le chat sait ce qui est bon pour toi.°

    *Désolé de te décevoir, mais je ne vis pas me laisser dicter par un chat ! Tes conseils sont stupides ,laisses moi te le dire ! La vie ne se résume pas à la nourriture au sommeil et à l’accouplement !*

    °Vraiment ? Et bien fait comme tu veux Humain… Mais le chat lui est heureux de vivre comme il vit. Alors que toi humain … Es tu heureux de vivre ta vie ?°

    Ce chat était vraiment une plaie ! Maximilien reposa le somnifère et prit une voix presque confuse :

    -J’ai complètement oublié d’enfermer le chat ! Il risque de venir vous miauler dans les oreilles toute la nuit ! Attendez ….

    Attrapant le félin par la peau du cou, il contourna le bar, constatant d’un même coup d’œil que … Ciel cette chemise allait outrageusement bien à Angeline !

    °Que fais tu humain ?°

    *Je vais t’enfermer dans la salle de bain, tu me casses les oreilles avec ta philosophie féline !*

    °Non humain tu n’as pas le droit ! Le chat se vengera ! Il fera pipi sans tes chaussures ! Il mangera dans ton assiette ! Et il griffera tes vêtements ! Tu vas payer pour ça humain ! °

    *Fais ça matou, et je t’empaille vif …*

    Avec une certaine jouissance Maximilien laissa tomber le chat dans la salle de bain et ferma la porte derrière lui, étouffant les miaulements furieux du chat.

    Un soupir de soulagement souleva le torse de l'ancien.


    -Haaa … Le silence… La plus belle invention du monde vous ne trouvez pas ?

    Avec un sourire radieux il retourna à hauteur de la jeune femme.

    " Je cherchais juste les toilettes... Comme vous étiez debout, j'ai préféré vous demander plutôt que de m'aventurer à les trouver moi-même. "

    Les toilettes ! Quel idiot il avait complètement oublié de lui montrer les toilettes !

    -Ho oui évidemment. C'est juste là …Il montra une porte juste à côté de la chambre de Melwin.

    " Je devrais peut-être m'en aller…"

    Il sentit son estomac se contracter… Pourquoi avait-il fallut qu'il l'embrasse ? Mais quel crétin ! Maintenant flottait un air de mal aise entre eux … Et elle voulait partir ? Le voulait-elle vraiment ? Peut être pensait-elle qu'il voulait qu'elle parte … Mais c'était faux.

    -Non… Non Angeline. Je vous en prie restez. Je ne voulais pas vous mettre …

    Il n'eut pas le temps de finir sa phrase, la clenche de la porte de la salle de bain venait de s'ouvrir, et c'est une véritable furie grise qui bondit dans la direction de Maximilien.

    °VENGEANNNNNNNCE ! PAYE POUR TON CRIME HUMAIN !°

    Evidemment le chat aurait pu se contenter de bondir sur la jambe du PDG, celui-ci aurait pu alors être protégé par le tissu de son pantalon… Mais cela, le chat semblait le savoir, ainsi se contenta-t-il seulement de grimper sur sa jambe pour mieux mordre la seule partie du corps de Maximilien que ses vêtements ne protégeait pas : sa main.

    Maximilien retint de justesse un cri de douleur, alors que le chat s'était littéralement pendu à sa main par la gueule avec triomphe.
    L'homme eut un geste assez violent pour le faire lâcher prise, et le chat une fois retombé sur ses pattes ne demanda pas son reste pour filler sous le canapé à l'abri du coup de pied que Maximilien projetait de lui donner.

    Quand à Maximilien lui-même il avait … Perdu tout son calme. Entre son pouce et son index, on distinguait parfaitement les perforations que les dents fines du chat avaient faites, et déjà du sang commençait à ruisseler en abondance… La surprise avait laissé place à la douleur. Et son calme réputé pour être olympien venait de laisser place à la colère :


    -Putain de saleté de chat … VIENS ICI QUE JE T'ETTRIPPE !

    Mais évidemment le matou ne bougea pas de sa planque, et ne se laisserait sûrement pas attrapé si on bougeait le canapé. Ainsi en plus de la douleur, Maximilien fut confronté à l'intense frustration de ne même pas pouvoir passer ses nerfs sur ce sac de poil !
    Réalisant qu'il venait de se montrer… Légèrement grossier, il respira un grand coup, lança un regard d'excuse à Angie.


    -Excusez moi … Ca m'a échappé. S'expliqua-t-il confus tout en examinant sa main en priant pour que ça ne soit pas trop profond. Il n'avait aucune envie de devoir allé se faire suturer en plein milieu de la nuit !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Angeline Rossi
Strip-teaseuse
avatar

Messages : 136
Date d'inscription : 28/06/2011
Age : 26

Feuille de personnage :
Pouvoirs:
Âge du perso: 23 ans depuis 20 ans.
Relations:

MessageSujet: Re: Une femme dans l'antre ...[Angeline]   Mar 30 Aoû - 14:57

‹‹ J'ai complètement oublié d'enfermer le chat ! Il risque de venir vous miauler dans les oreilles toute la nuit ! Attendez... ››

Angie s'était apprêtée à lui dire que ce n'était pas la peine, que les miaulements ne la dérangeaient pas, et qu'au pire elle fermerait la porte dans le cas extrème, même si une fois endormie elle pensait ne même pas percevoir un bruit. Mais elle n'en eut pas le temps, Maximilien avait déjà saisi le chat par le cou, et était parti l'enfermer dans la salle de bain. Etait-ce une coutume ? Ou bien le faisait-il juste parce qu'elle était là ?

‹‹ Haa... Le silence... La plus belle invention du monde vous ne trouvez pas ? ››

- Maximilien, il me semble que les chats sont... rancuniers.

Puis il lui indiqua les toilettes, et finalement, elle laissa échapper sa remarque inconsciemment.

‹‹ Non... Non Angeline. Je vous en prie restez. Je ne voulais pas vous mettre... ››

Pas le temps de finir sa phrase, un bruit de poignée de porte venait de se faire entendre. Puis s'en suivit un miaulement de fureur. Le chat s'était visiblement échappé. Et à présent, il n'aspirait qu'à se venger de son bourreau. En quelques secondes, elle l'avait vu bondir sur la jambe de Maximilien, grimper dessus comme sur un tronc d'arbre, pour finir sa course sur sa main, sur laquelle il sembla rester accroché. Il réussit finalement à s'en débarrasser, et le chat prit la fuite pour aller se cacher.
Angie cligna des yeux, ayant encore un peu de mal à croire ce qu'elle venait de voir. Ou ce chat avait un comportement beaucoup humain et susceptible, ou il était complètement cinglé.

‹‹ Putain de saleté de chat... VIENS ICI QUE JE T'ETRIPPE ! ››

Elle sursauta.

‹‹ Excusez-moi... Ca m'a échappé. ››

Angie lui adressa un sourire ainsi qu'un regard compréhensifs. Puis elle s'avança vers lui pour saisir délicatement sa main perforée par les crocs acérés du chat. Dans son mouvement, elle le fit avancer jusqu'au robinet de la cuisine, qu'elle alluma, et plaça leurs mains sous l'eau.
Elle se pencha un peu pour observer l'état de la plaie.

- On dirait qu'il ne vous a pas loupé. Bon... Trousse à pharmacie, dans la salle de bain ?

Elle sentit aussitôt qu'il allait lui dire que ce n'était pas la peine. Du moins, elle s'attendait à ce qu'il refuse son aide. Alors, ce fut à son tour de placer un doigt sur les lèvres de Maximilien, après avoir attrapé plusieurs morceaux de sopalin.

- Si vous voulez que je reste, laissez-moi au moins me rendre utile. susurra-t-elle d'un sourire.

Elle enroula sa main dans les morceaux de sopalin, prit la main intacte de Maximilien, et lui fit exercer une pression sur sa main blessée.

- Maintenez ça comme cela, je reviens vite.

Dès lors, elle se dirigea rapidement jusqu'à la salle de bain, y prit le nécessaire, et revint aussitôt à la cuisine. Elle imbiba une compresse de désinfectant, ôta le sopalin qui s'était imprégné de la couleur vermeille.

- Ca va peut-être piquer un peu...

Puis elle appliqua la compresse, avec toute la douceur dont elle était capable. Après avoir tamponné les résidus de sang, elle garda un instant la compresse sur les morsures, puis appliqua une nouvelle compresse propre, qu'elle avait au préalable découpée de façon à en réduire la taille, elle aussi légèrement alcoolisée pour éviter toute infection, et banda le tout, finalisant par deux morceaux de sparadra. Elle nettoya les quelques gouttes qui étaient tombées au sol, et se releva pour jeter le tout à la poubelle.

- Et voilà. Il faudra peut-être que vous changiez le...

Elle s'arrêta en constatant qu'elle avait du sang sur les mains. Malgré son statut de vampire, elle n'avait jamais eu cette envie d'en goûter juste par curiosité. C'est juste l'image de sang sur ses mains, qui la chamboula un instant. En quelques secondes elle eut un flashback des derniers instants de sa vie de mortelle. Depuis cet accident, ajouté à celui de son père, elle avait assez de mal à voir ses mains tâchées de sang. Elle se reprit, et alla nettoyer ses mains.

- Il faudra peut-être que vous changiez le pansement. Autrement, ça devrait aller. ajouta-t-elle en lui offrant un nouveau sourire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maximus
Ancien aquatique - Hybride Orque

avatar

Messages : 518
Date d'inscription : 06/10/2010
Age : 26

Feuille de personnage :
Pouvoirs:
Âge du perso: 111
Relations:

MessageSujet: Re: Une femme dans l'antre ...[Angeline]   Mer 31 Aoû - 20:22

    Il n'était pas inhabituel que Maximilien vexe le chat, mais cette fois ci la vengeance du félin s'était avéré bien plus féroce que jamais, et surtout très humaine…
    Généralement le chat ne griffait ou mordait l'ancien que quand celui-ci essayait de le chasser d'une pièce ou d'une liasse de papier sur laquelle il avait trouvé bon de s'endormir… Mais cette fois ci, le chat avec non seulement ouvert la porte, mais en plus appliqué sa "vengeance" avec une rancœur trop peu animal…

    Cela, Maximilien n'avait pas manqué de le remarquer… Il comprenait mal cette étrange attitude, mais il savait une chose : le chat était l'animal dont il était le plus proche, et en pleine épanouissement de ses pouvoirs il n'était pas impossible qu'il soit en train d'en découvrir un nouveau … Mais quel genre de pouvoir pouvait le lier de cette façon au chat ? Celui-ci avait prétendu qu'il était capable de déceler le mensonge chez Maximilien …Se pouvait-il qu'un lien privilégié se soit installer entre eux ?

    Quand qu'il en soit, l'ancien ne pouvait pas essayer d'exploiter ce nouveau pouvoir devant les yeux d'Angeline… Elle avait surement remarqué d'elle-même que ce qui venait de ce passé n'était pas tout à fait "naturel", ou du moins ne s'expliquait que par des suppositions, inutile de confirmer ses soupçons...

    Il guetta sa réaction, mais elle se contenta de s'occuper de lui, la mine sérieuse. Elle fit couler de l'eau fraiche sur sa blessure et cela eut vite fait d'arracher Maximilien à ses réflexions.
    Il devina bien vite au regard d'Angeline qu'elle s'était mise en tête de le soigner, il allait évidement repousser cette aide, mais elle le prit de court invoquant un argument contre lequel il ne pouvait que capituler …

    Ainsi donc, il fut réduit au silence alors qu'elle s'affairait sur sa main. C'était une expérience toute particulière… Evidement il avait déjà subit les soins d'une infirmière, mais cette fois ci les choses lui semblaient tout à fait différente. Déjà parce que ils se trouvaient chez lui. Là où il dirigeait tout, rangeait et ordonnait tout. Et ensuite elle était sensé être une invitée. N'était ce pas à lui que revenait le rôle de s'occuper de l'autre ?

    Il n'avait jamais laissé autre que des professionnels s'occuper de lui, par principe il s'était toujours occupé de lui quand il pouvait le faire par lui-même. Mais voilà qu'elle arrivait avec ses arguments et son air concentré à bien bander sa main avec tout la délicatesse et le soin qu'il se fallait, et lui réduit au rôle du patient observateur.

    Il était perplexe. Il n'avait même essayé de lui résister. Il n'avait même pas essayé d'argumentait. Et surtout, il avait soulagé de la voir prendre les choses en mains. Il avait été soulagé que cette fois ce ne soit pas à lui de faire les choses…

    Cette soirée si particulière lui en apprenait décidément beaucoup sur lui-même autant qu'elle le rendait soucieux de son état…

    Elle avait finit de le soigner et il devait avouer qu'elle s'en était tirée parfaitement… Il remarqua son hésitation, mais en la voyant se laver les mains il imagina que s'était la vue du sang qui l'avait incommodé…

    -Je suis désolé Angeline. Je vous assure que d'habitude il n'est pas comme ça…

    Il eut un soupir et se passa la main dans les cheveux.

    -Je n'avais pas du tout imaginé la soirée prendre cette tournure…

    En se remémorant les différents moments écoulés depuis leur arrivée ici, il remarqua qu'il s'était montré "entreprenant" en l'embrassant, alors qu'il n'avait pas eut la moindre intention de la séduire, puis il s'était montré grossier, chose qui ne lui arrivait jamais en publique, et enfin il s'était volontairement laissé chouchouté… En conclusion : sa défunte mère avait dut faire le grand huit le voyant aussi peu fidèle à l'attitude qu'elle lui avait toujours dit de prendre face à une femme.

    Il jeta un regard vide à sa main.

    -Merci … Vous avez fait ça très proprement…

    Ses yeux glissèrent sur le somnifère. Il sembla hésiter un instant et murmura :

    -Ca vous est déjà arrivé d'avoir l'impression que tout vous échappe, alors que vous faites tout ce qui est humainement possible pour maintenir l'ordre ?

    Réalisant qu'il avait parlé à voix haute il se reprit.

    -Non oubliez ! Je suis juste … Fatigué. Je crois. Je dois me reposer…

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Angeline Rossi
Strip-teaseuse
avatar

Messages : 136
Date d'inscription : 28/06/2011
Age : 26

Feuille de personnage :
Pouvoirs:
Âge du perso: 23 ans depuis 20 ans.
Relations:

MessageSujet: Re: Une femme dans l'antre ...[Angeline]   Jeu 1 Sep - 0:18

‹‹ Je suis désolé Angeline. Je vous assure que d'habitude il n'est pas comme ça. ››

Elle secoua légèrement la tête de gauche à droite pour signifier que ce n'était rien. Du moins, pour elle qui n'avait pas été blessée.

- Les animaux, même domestiqués, restent toujours sauvages. Ils sont un peu comme les hommes au fond.

‹‹ Je n'avais pas du tout imaginé la soirée prendre cette tournure... ››

Elle le regarda un instant. Qui l'aurait imaginée ainsi ? Même elle ne s'attendait pas à ce que cela tourne ainsi. Mais, l'avantage de ce genre de situation, c'est qu'au moins la surprise était authentique. Parfois même au-delà de tout ce qu'on aurait pu imaginer.

- Il faut bien que les choses ne se passent pas tout le temps comme prévues, ce serait ennuyeux sinon, vous ne croyez pas ? demanda-t-elle en un fin sourire.

Par la suite, il la remercia, complimentant la façon dont elle l'avait soigné. Elle n'était pas certaine de l'efficacité dont elle avait fait preuve, mais au moins ce serait suffisant. Si la blessure avait été plus grave, elle ne se serait pas risquée à lui appliquer elle-même des soins, et l'aurait trainé de force à l'hôpital s'il avait refusé d'y aller de son plein gré.

‹‹ Ca vous est déjà arrivé d'avoir l'impression que tout vous échappe, alors que vous faites tout ce qui est humainement possible pour maintenir l'ordre ?
Non oubliez ! Je suis juste ... Fatigué. Je crois. Je dois me reposer... ››

Elle laissa un instant planer son regard sur lui, puis alla ranger la trousse à pharmacie dans la salle de bain. Elle revint, se plaça exactement à l'endroit où elle était.

- Vous savez, je crois que les évènements qui nous arrivent nous chamboulent forcément pendant un temps. Je n'avance rien, mais... marque un temps d'arrêt, puis reprend, un léger sourire mélancolique et pourtant heureux sur les lèvres : [color#33FFCC]Quand mon père est mort, j'étais complètement perdue, je faisais des choses qui ne m'était jamais passées par la tête auparavant. Et puis, j'ai essayé d'imaginer ce qu'il m'aurait dit dans certaines des situations où je me mettais. Ca m'a beaucoup aidée...[/color]

Angeline repensa notamment au moment où elle avait commencé à fricotter avec des filles, qui plus est des filles pas fréquentables. Et quelques mois plus tard, elle s'était attardée sur ce que son père en aurait pensé, et une seule réponse lui était venue à l'esprit : " Ma fille, peu importe qui tu aimes, du temps que tu restes celle que tu es au fond de toi-même, avec les mêmes convictions, et que tu ne défies pas les lois. "

- Ce que je veux dire, c'est qu'il y a forcément un moment où l'on change, où l'on fait des choses invraisemblables à notre éthique. Mais il ne faut pas prendre ces changements à tort, ça peut être très bénéfique parfois.

Elle se gratta doucement l'arrière du crâne, peut-être avait-elle trop parlé cette fois-ci. Mais c'était dans le but de rassurer Maximilien. Ce dernier fixait toujours les somnifères comme dernier moyen de secours pour trouver le sommeil. Angie s'approcha, prit la boite dans ses mains et l'observa.

- Je continue à penser que vous ne devriez pas en prendre. Il y a des méthodes plus saines. Si vous voulez bien me laisser essayer...

Elle s'approcha de nouveau de lui, et tendit les mains vers son visage. Là, elle appliqua doucement ses doigts sur ses deux tempes, et commença à dessiner de petits cercles avec une légère pression.

- Fermez les yeux, et essayez de vous détendre. C'est ce que me faisaient mes parents quand je n'arrivais pas à dormir. dit-elle d'un sourire timide.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maximus
Ancien aquatique - Hybride Orque

avatar

Messages : 518
Date d'inscription : 06/10/2010
Age : 26

Feuille de personnage :
Pouvoirs:
Âge du perso: 111
Relations:

MessageSujet: Re: Une femme dans l'antre ...[Angeline]   Jeu 1 Sep - 1:13

    Maximilien était presque décidé à prendre ce somnifère lorsqu'Angeline revint de la salle de bain.

    "Vous savez, je crois que les évènements qui nous arrivent nous chamboulent forcément pendant un temps…[…] Ca m'a beaucoup aidée...[...] Mais il ne faut pas prendre ces changements à tort, ça peut être très bénéfique parfois."

    Il resta un instant surpris de la facilité avec laquelle elle venait de parler de la mort de son père… Lui avait perdu ses parents, et du plus loin qu'il se souvienne, il n'en avait jamais pipé mot à personne…
    Ho si bien sur il lui arrivait de raconter telle ou telle anecdote, mais jamais il n'aurait exprimé comme elle venait de faire, les ouragans qui avaient suivit leur départ vers cette destination finale. Voilà quelque chose que les femmes savaient mieux faire que les hommes : mettre des mot sur des maux de cœur.
    Il ne pu s'empêcher de se demander si elle avait employé cet exemple par hasard … Etait-il écrit dans les rides qu'avaient creusés ses tourments, de quel mal il souffrait ?
    Il n'osa pas poser la question …

    Il savait une chose, il reconnaissait dans ses paroles des conseils qu'il aurait pu lui-même donner à un proche dans sa situation … Dit comme cela, ça semblait si simple, si enfantin … Pourquoi la pratique semblait si ardue ?


    -Je suis désolé pour votre père… J'ai perdu le mien aussi il y a quelques années, je sais que ce n'est pas une épreuve évidente…

    Il eut un sourire sincère à son égard la voyant légèrement confuse d'avoir tant parlé… Il s'apprêta à prendre ses somnifères en lui disait qu'il méditerait sur ses paroles mais une nouvelle fois elle prit les devants.

    "Je continue à penser que vous ne devriez pas en prendre. […]Fermez les yeux, et essayez de vous détendre. C'est ce que me faisaient mes parents quand je n'arrivais pas à dormir."

    Il ne manqua pas d'être surpris par les initiatives qu'elle osait prendre, mais il y avait cette innocence, cette simple volonté timide de l'aider, qu'il ne pu s'en offusquer.
    Elle n'avait en définitive très peu de chose en communs avec les femmes qu'il fréquentait généralement pour chasser sa solitude... Elle était bien plus fine d'esprit, et dégageait un naturel calme sans prétention presque communicatif.
    Il avait vite tendance à s'agacer de ses femmes qui pensent qu'un homme ne savait pas se gérer seule et venaient bousculer son quotidien en prétextant que leur façon de faire et mieux que l'original… Mais Angeline n'avait vraiment rien de ses femmes. Et il sentait qu'elle affrontait sa timidité pour lui proposer ce massage… En cela il la trouva : Parfaitement touchante.


    -Vous vous attaquez à un exercice qui en a laissé beaucoup au stade d'échec… j'aime autant vous prévenir, je suis d'un naturel tendu…

    Il eut l'ombre d'un sourire. Mais prit une inspiration et ferma les yeux.

    -Vous savez danser, faire des pansements, vous êtes philosophe et pour finir vous massez … Vous avez d'autres talents à me faire découvrir ?

    Excitant son sens du touché pour que le contact des mains d'Angeline le transporte au plus profond, il essayait d'oublier les tracas de cette soirée… Il savait qu'en se concentrant sur sa voix, il pourrait faciliter l'exercice.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Angeline Rossi
Strip-teaseuse
avatar

Messages : 136
Date d'inscription : 28/06/2011
Age : 26

Feuille de personnage :
Pouvoirs:
Âge du perso: 23 ans depuis 20 ans.
Relations:

MessageSujet: Re: Une femme dans l'antre ...[Angeline]   Jeu 1 Sep - 3:47

Elle avait tout de même guetté sa réaction avec attention, attendant de voir s'il refuserait qu'elle pose ses mains sur son visage. Après l'échange de baisers qu'ils avaient, elle aurait pu comprendre. Mais Maximilien se laissa prendre en jeu, et elle en fut soulagée. Elle ne pouvait pas se vanter d'être une experte, mais au moins elle aurait essayé.

‹‹ Vous vous attaquez à un exercice qui en a laissé beaucoup au stade d'échec... j'aime autant vous prévenir, je suis d'un naturel tendu... ››

Elle lui adressa un sourire.

- J'avais cru le comprendre. Mais vous ne perdrez rien à essayer, n'est-ce pas ?

Elle garda ce sourire aux lèvres lorsqu'il ferma finalement les yeux, et continua ses mouvements de pouces circulaires sur ses tempes.

‹‹ Vous savez danser, faire des pansements, vous êtes philosophe et pour finir vous massez ... Vous avez d'autres talents cachés à me faire découvrir ? ››

Elle laissa glisser ses doigts dans ses cheveux bruns, pour masser sa tête du bout des doigts. Un peu comme les gestes qu'appliquent les coiffeurs lorsqu'ils vous lavent les cheveux et vous offrent un instant de détente en vous massant le cuir chevelu, mais à l'envers.

- Eh bien... Si j'avais eu de quoi le faire, je vous aurais également préparé un breuvage à base de plantes. Bien plus efficace que les somnifères, et avec ça, aucun risque de dépendance ou d'effets secondaires.

Elle fit le tour pour se retrouver derrière lui, et reprenant son massage du cuir chevelu, elle descendit peu à peu le long de sa nuque. Elle pouvait dores et déjà sentir les muscles crispés de son cou, et s'appliqua donc à faire monter et descendre ses pouces le long du début de sa colonne vertébrale.

- Ma mère était herboriste, et nous étions souvent ses cobayes. Elle laissa échapper un rire avant de reprendre : Heureusement, il n'y a jamais eu de catastrophes dûes aux prises de ce qu'elle inventait. J'ai toujours été fascinée par cette facilité qu'elle avait de reconnaître les plantes, et d'associer leurs vertus pour en tirer le maximum de bénéfice intérieur...

Elle descendit par la suite sur ses épaules, qu'elle commença à masser. Mais elle sentit le poids d'exercer toutes ces pressions en hauteur lui peser.

- Maximilien, le mieux serait que vous vous allongiez, ça faciliterait les prises, et vous seriez plus à l'aise. dit-elle en le faisant avancer vers la chambre où il devait passer la nuit.

Il n'y avait aucune arrière pensée dans sa demande, ça avait été dit avec toute l'innocence possible, si bien qu'elle ne pensa même pas que cette proposition aurait pu le laisser douter sur ses intentions, tant elle aspirait simplement à le détendre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maximus
Ancien aquatique - Hybride Orque

avatar

Messages : 518
Date d'inscription : 06/10/2010
Age : 26

Feuille de personnage :
Pouvoirs:
Âge du perso: 111
Relations:

MessageSujet: Re: Une femme dans l'antre ...[Angeline]   Jeu 1 Sep - 23:03

    Les paupières closent, l'oreille concentrée sur la voix d'Angeline, et la peau sensible sous ses mains, Maximilien en était arrivé à la même conclusion qu'elle : il n'avait rien à perdre à essayer.

    Il avait demandé presque avec humour quels autres talents elle pouvait lui encore lui cacher, mais c'est avec beaucoup de sérieux qu'elle lui répondit que la science des herbes ne lui était pas totalement inconnu et pour cause …


    " Ma mère était herboriste, et nous étions souvent ses cobayes… "

    Il nota l'utilisation du passé, pourtant le rire chantant qui s'en suivit lui renseigna qu'elle avait passé la plus lourde phase de deuil pour en arrivé à celle qui vous permettait de rire d'un souvenir de l'être perdu… Sa mère était donc morte depuis un certain moment, a moins qu'elle soit de ces femmes fortes qui ne se laissaient pas submerger par leurs chagrins.
    Mais une nouvelle fois il enviait un peu la facilité avec laquelle elle parvenait à parler de son passé…

    Il sentait la voix de la jeune femme prendre de l'assurance, et il percevait sa concentration, si bien qu'il imaginait très bien la mine sérieuse et appliquée alors qu'elle passa à sa nuque.

    Il devait avouer qu'elle n'était pas débutante. Il percevait très précisément les points sur lesquels elle appliquait une pression plus forte, et ceux sur lesquels elle passait avec plus de douceur, et il était évident que ses gestes n'étaient pas dut au hasard…

    Continuant à la faire parler car il apprécier l'écouter parler avec sa nostalgie si tendre il ajouta confessant son ignorance:


    -Herboriste ? C'est un beau métier, rare je dirais même… A vrai dire je le pensais disparu au profit des pharmaciens… Elle a dut apprendre des choses très intéressante sur cette science !

    C'est avec facilité qui lui donnait l'impression de revenir enfant qu'il imaginait Angeline à genou à côté de sa mère écoutant avec soin son enseignement. A vrai dire le plus étrange c'est qu'il imaginait Angeline comme si elle était née à la même époque que lui… Si bien que dans son rêve il l'imaginait vêtu de vêtement des années 1930. Cet amalgame le fit presque sourire… Car si physiquement ils ne semblaient pas si loin, les années qui les séparaient pour de vrai était bien plus nombreuses !

    Le revoyant à la réalité la jeune femme lui fit remarquer avec beaucoup de perspicacité que le massage serait plus pratique s'il s'allongeait.
    Il dut rouvrir les yeux presque à contre cœur, et fut surpris de l'obscurité, et des couleurs ternes qui régnaient ici … Son "rêve" avait été coloré de couleurs si chatoyantes…

    Docile et attentif aux directives de la "masseuse" il acquiesça sans songer qu'elle puise nourrir autres idées que celle de le détendre de façon "platonique" :


    -Evidemment.

    Il rentra dans la chambre de Melwin. Rangée, ho grand miracle, qui n'était rien de plus qu'une chambre d'adolescent : Batterie dans un des coins, gadgets, magazines de rock, et autres trucs d'ados comme des livres de cours qui ne semblaient n'avoir jamais servit.

    Avançant vers le lit, il eut un petit sourire presque timide.


    -Je suppose que sans ma chemise ça sera mieux ?

    D'eux deux, c'était lui qui avait embrassé l'autre, il craignait donc qu'elle s'imagine qu'il profite de la situation… Ce qui n'était pas le cas. Au moins le cadre que constituait la chambre de Melwin avait vite fait de chasser les idées déplacées que leurs situations auraient pu faire naitre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Angeline Rossi
Strip-teaseuse
avatar

Messages : 136
Date d'inscription : 28/06/2011
Age : 26

Feuille de personnage :
Pouvoirs:
Âge du perso: 23 ans depuis 20 ans.
Relations:

MessageSujet: Re: Une femme dans l'antre ...[Angeline]   Ven 2 Sep - 0:02

‹‹ Herboriste ? C'est un beau métier, rare je dirais même... A vrai dire je le pensais disparu au profit des pharmaciens... Elle a dû apprendre des choses très intéressantes sur cette science ! ››

Angie laissa de nouveau échapper un léger rire.

- Si vous aviez pu voir ça. A mes dix ans elle avait déjà sa propre serre, il y en avait partout ! On se serait cru en pleine jungle. C'est vrai que les gens s'étonnaient souvent lorsqu'elle leur apprenait son métier. Mais c'était aussi sa passion. C'est ce qui la rendait d'autant plus admirable.

Avoir sa propre serre alors que son premier enfant a seulement dix ans, ce n'était pas commun. Mais il fallait dire ce qui était, ses parents l'avaient eue assez tard, à l'âge de trente-cinq ans exactement.

Maximilien accepta finalement d'aller dans la chambre pour se mettre plus à l'aise. Elle entra après lui, jeta un léger coup d'oeil à la chambre, sans s'y attarder non plus, juste histoire de voir où elle se trouvait.

‹‹ Je suppose que sans ma chemise ce sera mieux ? ››

- Euh... Oui, effectivement. répondit-elle.

Elle hésita un instant, puis détourna son regard de Maximilien lorsqu'il commença à déboutonner sa chemise. Une fois qu'il l'eut complètement ôtée, elle lui intima de s'allonger, puis se mit à genoux sur le lit, à la droite de Maximilien. D'ordinaire, il était plus commode de se mettre à cheval sur la personne massée lorsque ce n'était pas fait en salon professionnel, mais... Être simplement de côté serait suffisant pour cette fois. Elle entama alors le massage sur les épaules.
Elle ne pourrait décemment pas continuer longtemps sans poser ses yeux sur lui, alors elle tourna finalement son regard sur son dos. Le contact de sa peau était assez doux, et elle songea qu'il avait une belle peau pour un homme. Elle laissa ses mains descendre, pour couvrir le plus de surface. Elle put distinguer plus agréablement la finesse de ses courbes.

Il fallait qu'elle parle, de n'importe quoi, mais elle avait l'impression qu'un nouveau malaise risquait de s'installer s'ils continuaient sur ces silences. Elle avait surtout besoin d'être distraite par autre chose que par la vue d'une partie nue de son corps...

- Vous avez la peau douce pour un homme.

Ce fut la première chose qui sortit de sa bouche. Et elle songea que la prochaine fois elle tournerait sept fois sa langue avant de sortir un truc de ce genre.

- Enfin, je veux dire... D'ordinaire c'est moins commun pour les hommes que pour les femmes. reprit-elle.

* Tais-toi, imbécile ! *

Elle laissa échapper un léger soupir pour elle-même alors que ses mains remontaient le long de sa colonne vertébrale.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maximus
Ancien aquatique - Hybride Orque

avatar

Messages : 518
Date d'inscription : 06/10/2010
Age : 26

Feuille de personnage :
Pouvoirs:
Âge du perso: 111
Relations:

MessageSujet: Re: Une femme dans l'antre ...[Angeline]   Ven 2 Sep - 0:59

    On retire une chemise devant le médecin. On retire une chemise quand on va piquer une tête à la piscine. On retire une chemise dans les moments intimes qu'on va partager avec une femme… Mais la situation qu'ils vivaient ne rentrait dans aucune de ces cases.

    Il allait retirer sa chemise pour se faire masser par une strip-teaseuse, qu'il avait rencontré le jour même, inviter à dormir pour éviter qu'elle dorme sous un pont, le tout dans la chambre de son fils, et cela devait se faire sans arrières pensées…

    Non vraiment cette soirée n'avait pas du tout prit la tournure qu'il avait imaginé…

    Lentement, il déboutonna sa chemise, dans des gestes presque pudiques… A vrai dire, il était tout de suite plus évidement de tomber la chemise devant une femme qui vous désirait sans s'en cacher… Mais voilà, ils étaient dans une toute autre situation, un drôle de silence gêné s'était donc installé.

    S'allongeant avec précaution sur le lit, il essaya de ce dire que ce qu'il vivait rentrait dans un schéma classique de situations quotidiennes…

    Elle posa les mains sur son dos, il dut non seulement réprimer un sursaut mais aussi jeter toute sa concentration sur autre chose que ce contact peau à peau… Cette fois hors de question d'user de son pouvoir de sens accru. Il y avait une limite au contrôle qu'il pouvait apposer aux désirs qui commandaient son corps, et il ne préférait pas l'éprouver…
    Et ce silence… Il devait dire quelque chose. Parler … Cela devenait urgent.

    Heureusement Angeline semblait partager son mal aise car elle brisa le silence :

    "Vous avez la peau douce pour un homme. "

    Catastrophe ! Il ne s'était pas attendu à ça… A la limite à un "c'est vrai que vous êtes très tendu" ou au moins à ce qu'elle reparte sur le sujet qu'ils avaient quitté … Mais pas à ça. Pas à un compliment.

    " Enfin, je veux dire... D'ordinaire c'est moins commun pour les hommes que pour les femmes. "

    Voilà qui confirma presque ses pires craintes. Elle avait voulut briser le silence, avait apparemment dit la première chose qui lui été passée par la tête, et a juger par son rattrapage foireux, elle aurait aimé dire autre chose. Ravalant un toussotement de gêne il essaya de répondre au compliment sans en rajouter une couche qui les auraient replonger dans un long blanc que Tipex aurait pu sponsoriser …
    Mais comment répondre à ça… Il aurait bien dit "on me l'a déjà dit", mais ca aurait été pire que mieux… Et "je suis d'accord, les femmes ont souvent la peau douce..." ? Non. Ca aussi ça allait pas du tout !

    Elle continua son massage alors qu'il essayer de les sortir l'un comme l'autre de la situation gênante dans laquelle ils avaient glissés, quand elle passa sur son épaule droite réveillant une vieille douleur.


    Dans un geste défensif, il se crispa et attrapa la main d'Angeline pour la stoppé dans son mouvement.

    -Faites doucement avec cette épaule là… Je me la suis déboitée il y a peu et ça reste encore un peu sensible…

    Dit-il sans le moindre reproche. Il s'en voulait simplement de ne pas avoir pensé à l'en prévenir plus tôt.
    Doucement, il relâcha la main de la jeune femme, et ferma les yeux. Il décida de sauter sur l'occasion pour embrayer sur un autre sujet.


    -J'ai eut un accident de métro. Expliqua-t-il. En fait il semblerait qu'un homme ait volontairement fait exploser les railles dans un délire paranoïaque…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Angeline Rossi
Strip-teaseuse
avatar

Messages : 136
Date d'inscription : 28/06/2011
Age : 26

Feuille de personnage :
Pouvoirs:
Âge du perso: 23 ans depuis 20 ans.
Relations:

MessageSujet: Re: Une femme dans l'antre ...[Angeline]   Ven 2 Sep - 1:43

Un toussottement, et rien d'autre. Pas une parole pour lever le voile de la gêne. A cet instant précis, Angie aurait voulu disparaître, user de son pouvoir d'invisibilité pour qu'il ne croit simplement que c'était un rêve. Elle sentit ses joues se colorer, puis un ouragan d'insultes non vulgaires se déchaîna dans le fond de son esprit.

* Débile, maladroite, quiche, patate ! Ah non, patate c'est encore trop gentil... *

‹‹ Faites doucement avec cette épaule là... Je me la suis déboîtée il y a peu et ça reste encore un peu sensible... ››

Elle sursauta légèrement lorsqu'il saisit sa main par réflexe pour la stopper dans son geste. Elle en fut d'autant plus surprise parce qu'elle venait d'être court-circuitée dans son supplice purgatoire. Bon d'accord, s'insulter soi-même est plus hilarant que douloureux, mais elle ne le faisait pas souvent. A vrai dire, elle ne se souvenait pas de la dernière fois où elle s'était montrée aussi... désemparée de la situation. Il faut dire qu'elle avait plus pour habitude de se retrouver en privé avec des hommes au travail... Et ça n'avait rien d'intime, c'était juste de la distraction rémunérée. Mais là... Elle avait l'impression de violer sa pudeur, d'être spectatrice d'un instant interdit.

‹‹ J'ai eu un accident de métro. En fait il semblerait qu'un homme ait volontairement fait exploser les rails dans un délire paranoïaque... ››

- Oh... émit-elle en reprenant le massage sans plus toucher à son épaule droite. Il me semble en avoir eu quelques échos dans le journal.

Elle fit de nouveau descendre ses mains le long de son dos, puis les attarda sur ses hanches, l'une après l'autre.

- N'hésitez pas à me prévenir s'il y a d'autres endroits qui vous sont douloureux. Je m'en voudrais vraiment de vous faire mal.

Elle repensa à cette histoire de métro. Maximilien avait-il voulu lancer un sujet quelconque pour apaiser le poids de l'atmosphère qui avait ombragé l'ambiance ? Autant saisir l'occasion.

- Et, qu'est-il devenu cet homme ? demanda-t-elle.

" Scritch scritch "

- C'est quoi ce bruit ?

Elle arrêta un instant ses mouvements, pour tourner la tête et regarder dans la provenance du bruit.

" Scritch scritch "

- Il y a quelque chose sous le lit. On dirait... qu'on gratte le drap.

Elle se redressa davantage sur ses genoux pour avoir une meilleure vue, tandis que Maximilien se retournait à moitié, visiblement lui aussi interpelé par les grattements. C'est ce moment que choisit le chat pour sortir de sa cachette et bondir sur le lit avant de filer. Angeline fut si surprise de cette appartion qu'elle se retrouva sur Maximilien en sursautant. Du moins, le dos appuyé contre son torse, et les jambes entrecroisées aux siennes.
Elle ne remarqua rien sur le moment, mais posa sa main sur sa poitrine pour calmer son coeur qui avait fait un bond.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maximus
Ancien aquatique - Hybride Orque

avatar

Messages : 518
Date d'inscription : 06/10/2010
Age : 26

Feuille de personnage :
Pouvoirs:
Âge du perso: 111
Relations:

MessageSujet: Re: Une femme dans l'antre ...[Angeline]   Ven 2 Sep - 2:20

  • Le chat ne pouvait s'empêcher que son humain était vraiment sous doué. Voilà que la femelle le caressait de ses mains douces et il n'en profitait pas…
    Qu'elle était cette façon de s'accoupler ? Tous les mâles de la terre savaient qu'il fallait se mettre au dessus de la femelle. Pourquoi donc son humain s'était mit sur le ventre en laissant la femelle se contenter de son dos ? Il fallait donc qu'il lui montre tout ?

    La question était … Comment l'approcher sans risquer un coup de pied …?

    *****

    " Il me semble en avoir eu quelques échos dans le journal. "

    Parfait. Elle avait poursuivit sur ce sujet. Certes un peu glauque, mais moins gênant.

    "N'hésitez pas à me prévenir s'il y a d'autres endroits qui vous sont douloureux. Je m'en voudrais vraiment de vous faire mal."

    -Ho normalement, il y a juste l'épaule… Dit-il en refermant les yeux. Essayant de se détendre… Il se disait que plus vite il se détendrait, moins longtemps ils auraient besoin de combler le vide.

    Elle s'enquit du malade mental qui avait faillit le tuer. Se remémorant l'accident, Maximilien s'apprêtait à lui répondre quand…

    "Scritch scritch Scritch scritch "

    Voilà qui était fort intriguant. Maximilien qui avait commencé à se détendre ouvrit l'œil avec un agacement sous jacent. Les choses se liégeaient elles contre lui pour l'empêcher de décompresser ?
    Se redressant un peu il fronça les yeux (dédicace pour toi XD). Il ne voyait pas ce qui pouvait faire ce bruit. Il excluait déjà les rats… D'accord il arrivait à Melwin de ne pas ranger sa chambre mais de là a avoir des rats quand même pas.

    Et puis le chat les aurait déjà tué… D'ailleurs en parlant du chat ? Ou était-il partit celui là ? Et bon sang quel était ce bruit ?

    Subitement les réponses à ces questions ne firent qu'une … Le chat bondit de nulle part sur le lit et fila… Il se passa beaucoup de chose dans la seconde qui suivit… Mais en résumé, Maximilien n'aurait pas su expliquer comment Angeline pouvait s'être retrouvé sur lui…
    Comment ses jambes, nues, pouvaient s'entrelacer dans les siennes. Comment il pouvait sentir le tissu de cette maudite chemise qui le séparait de la peau d'Angeline… Comment il avait subitement oublié qu'il ne devait pas penser que sous cette même chemise, elle ne portait peut être même pas de sous vêtements…

    Entre la peur et le désir brutal, qu'il venait de vivre il se surprit a voir que son cœur avait tenu le coup…
    Mais il su qu'il n'aurait jamais du accepter ce massage… Non il allait lui dire que ce n'était plus la peine, qu'il allait prendre ce somnifère, car il était bien trop tendu pour qu'elle arrive en une seule nuit à le détendre assez pour qu'il plonge…
    Voilà, en gros il allait sauter sur la première occasion pour mettre fin à cette situation !

    -Angeline, j'ai envie de vous.

    Non. Il n'avait pas dit ça. Il l'avait juste pensé… N'est ce pas ? Il ne pouvait pas avoir vraiment dire ça ! Cette pensée était indigne d'elle !

    °Laisse décider à la femelle ce qui est digne d'elle Humain.°

    La voix du chat était lointaine… Maximilien n'arrivait même pas s'offusquer de ses conseils vicieux. Il avait juste la gorge séche. Et terriblement envie de la femme qu'il sentait bien trop habillé sur lui…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Angeline Rossi
Strip-teaseuse
avatar

Messages : 136
Date d'inscription : 28/06/2011
Age : 26

Feuille de personnage :
Pouvoirs:
Âge du perso: 23 ans depuis 20 ans.
Relations:

MessageSujet: Re: Une femme dans l'antre ...[Angeline]   Ven 2 Sep - 3:07

Maximilien l'informa qu'il ne devait y avoir que son épaule qui était douloureuse. Par la suite elle n'y toucha donc plus, mais marqua certainement le reste des parties accessibles au toucher.
Et quel toucher... Chaque parcelle de sa peau nue l'incitait à la visiter davantage. Vraiment, s'était-il écoulé autant de temps pour qu'elle ne se souvienne plus de la douceur d'un homme ? Depuis combien de temps déjà... Ou bien était-ce simplement lui, ce brun ténébreux, représentant l'élégance et le raffinement du plus parfait gentleman des temps modernes ? Avait-il le don d'effleurer avec sensualité les sens d'Angeline ?

L'irruption du chat n'allait faire qu'aggraver les choses d'une certaine façon. Il était parti, ça y est, en même temps, il n'avait fait qu'un passage éclair. Et maintenant qu'elle reprenait ses esprits... Elle fut confrontée à la réalité même de son envie. Elle avala sa salive, la gorge nouée, en sentant ses jambes prisonnières des siennes. Et cette chaleur qui se dégageait contre son dos... Bien qu'elle n'ait pas vu le devant de son buste, elle avait l'impression d'être capable de dessiner les courbes de son torse à l'aveuglette. Elle tenta néanmoins de garder une respiration aussi calme que possible, et s'apprêta à lui faire face pour s'excuser encore une fois mais...

‹‹ Angeline, j'ai envie de vous. ››

Ca y est. Elle venait définitivement de faire un arrêt cardiaque. Et en même temps, elle avait l'impression d'avoir enchaîné les loopings d'un grand huit une dizaine de fois d'affilée. Lui faire face fut presque automatique. Elle venait de subir un véritable choc. Mais pas dans le sens péjoratif du terme. C'est surtout qu'elle ne s'attendait pas à une telle révélation. Révélation que Maximilien sembla réaliser lui-même lorsque ces mots s'échappèrent de ses lèvres.
Grand dieu, ses lèvres... Son regard s'était attardé dessus entre deux croisements d'yeux. Sa jambe droite bougea machinalement, pas assez pour s'extirper, de toute façon l'intention n'y était pas, c'était plutôt comme un spasme.

Et elle était censée faire quoi dans tout ça ? Bouger n'aurait fait qu'accentuer la friction de leur corps l'un contre l'autre. Comment était-ce humainement possible de ne pas le désirer ? Comment pouvait-on refouler cette tentation de goûter au fruit défendu ? Tous ses sens étaient en alerte, et elle n'avait compris que trop tard le piège dans lequel elle était volontairement tombée. Eve, c'est ainsi que ses parents auraient dû l'appeler. Car à cet instant précis, la ressemblance était immense.

- Maximilien, je...

Désir : Vague incontrôlable mêlée d'envie et de passion. Libido activée comme une étincelle qui devient flamme. Adrénaline sensuelle. Tentation fantasmatique. Toucher. Goûter. Caresser. Embrasser. Consummer. Hésiter. Résister. Recommencer. Et puis... Céder.

Elle ne contrôlait plus rien. Son corps défiait lui-même son cerveau, qui de toute manière venait de sombrer dans tout ce qu'il y avait de contraire à la candeur. Son visage se rapprocha du sien, et malgré tout, elle ressentit comme de la douleur face à cette attente. Ses lèvres s'échouèrent contre les siennes. Mais à la différence des deux baisers du milieu de soirée, celui-ci émanait d'ardeur.
Puis elle y mit fin, restant un instant immobile, son front contre le sien, la respiration légèrement hâletante, les doigts entremêlés dans ses cheveux.

- La tentation est trop intense... laissa-t-elle échapper dans un murmure d'abandon, tandis qu'elle luttait pour ne pas s'emparer de nouveau de ses lèvres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maximus
Ancien aquatique - Hybride Orque

avatar

Messages : 518
Date d'inscription : 06/10/2010
Age : 26

Feuille de personnage :
Pouvoirs:
Âge du perso: 111
Relations:

MessageSujet: Re: Une femme dans l'antre ...[Angeline]   Ven 2 Sep - 19:52

    " La tentation est trop intense... "

    Alors pourquoi résister ?

    Envi d'elle.

    Il songea vaguement qu'il lui avait dit ces mots. Qu'ils avaient véritablement franchit ses lèvres. Ses lèvres qui à présent n'avaient plus besoin de formuler la moindre parole, mais seulement à se poser sur cette d'Angeline.

    Il l'attira contre lui, savourant la simplicité d'un geste désiré de tout un corps, et le simple fait de ne pas résister… Il lui suffisait de céder. De prendre ce qu'elle lui offrait. D'arrêter de penser…

    Envi d'elle.

    Cessant toute résistance, il se laissa guider par des gestes familiers, caressant sa peau, embrassant ses lèvres, désirant son corps.

    Envi d'elle.

    Il reprit pied juste un instant, délivrant ses lèvres de ses baisers fougueux, sa main s'attardant dans sa chevelure, il la regarda, fasciné par sa beauté presque hors norme, qu'elle portait comme un vêtement hors de prix.

    -Venez. Murmura-t-il, glissant sa main dans la sienne, se redressant pour quitter le lit…

    Envi d'elle.

    Mais pas ici. Il l'a fit sortir de la chambre, l'emmena dans la sienne. Il l'attira de nouveau contre lui. Faisant de leur espace vital, une seule et unique bulle qu'ils partageraient… Comme à chaque fois… Cette impression de redevoir adolescent, ensorcelé par les courbes d'une femme qui ne se lassait pas de parcourir… Il captura de nouveau ses lèvres. Sa main s'aventurant contre la hanche de la divine demoiselle. Son souffle se mêlant au sien.

    Envi d'elle.

    Il l'allongea sur le lit avec douceur, comme si elle eut été une poupée de porcelaine. Il caressa son cou, et sa peau pâle si douce et si parfumée était un nectar que ses lèvres de plaisaient à butiner sans s'arrêter.

    Le désir qui s'embrase. Notre corps qui s'éveille. Nos barrières qu'on abaisse. Notre vigilance qui s'estompe. La raison qui s'endort. Le cœur qui s'anime. Il est trop tard. Trop tard pour refréner. Trop tard pour canaliser. Le cœur a reprit ses droits sur la raison… Il est trop tard. Et les émotions trop longtemps emprisonnées et refoulée se déversent, s'écoulent avec frénésie, ivres de liberté elles détruisent tout…

    Alors que sa main déboutonnait la chemise d'Angeline, Maximilien suspendit son geste… Il sembla manqué de souffle un instant…

    On dit que les orages se forment de la rencontre de vent chaud et de vent froid… C'est ça qui provoque l'instabilité, les pluies diluviennes, et les éclairs déchirant…

    Ce qui se passa dans le cœur de Maximilien fut sensiblement pareil… Le désir chaud qu'il ressentait pour Angeline, percuta la douleur glaciale dont son cœur souffrait depuis la mort d'Octopus…
    Son corps et son cœur s'entrechoquèrent brutalement. Ses mains voulaient la peau d'Angeline, son cœur pleurait la voix d'Octopus.
    Ses yeux regardaient Angeline, mais son cœur lui ne visualisait que la depouille sans tête d'Octopus pourrissant sous l'assaut des vers.

    La perturbation ébranla Maximilien au plus profond. Il n'eut pas d'éclair, mais il cru sentir quelque chose se briser en lui. Quand à la pluie… Elle fut au rendez vous… Alors que son visage se décomposait sous le regard inquiet d'Angeline, une larme embrouilla sa vue et roula sur sa joue…

    Son cœur compressé le faisait presque suffoquer. Il avait faiblit. Baisser sa garde trop facilement. Tout avait craqué. Tout avait explosé…

    Il se redressa le regard bouleversé…


    -Je … Je ne peux pas faire ça.

    Il recula. Titubant presque. Octopus était là. Dans sa tête. Devant ses yeux. Il n'arrivait pas à la chasser. Elle le hantait. Elle l'empoisonnait… Il l'avait laissé mourir… Il l'avait abandonné... Il l'avait laissé seule. Il n'avait pas tenu sa promesse…

    Envi de mourir.


mp: On tourne .. on tourne... Mais va-t-on y arriver ? Niark !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Angeline Rossi
Strip-teaseuse
avatar

Messages : 136
Date d'inscription : 28/06/2011
Age : 26

Feuille de personnage :
Pouvoirs:
Âge du perso: 23 ans depuis 20 ans.
Relations:

MessageSujet: Re: Une femme dans l'antre ...[Angeline]   Ven 2 Sep - 21:33

Elle se laissa attirer contre lui, et se délecta d'un nouveau baiser. Chaque caresse sur sa peau faisait naître en elle une envie nouvelle, tandis que son corps réagissait simplement par frissons. Les baisers semblaient s'enflammer au rythme de toujours plus de désir. Puis il saisit sa main, pour l'emmener ailleurs.

‹‹ Venez. ››

C'est vrai, ils étaient dans la chambre d'un jeune garçon, ils ne pouvaient pas continuer leur parade ici. Ainsi donc, ils rejoignèrent la chambre de Maximilien, puis le lit dans lequel elle était simplement censée dormir cette nuit. Elle fut de nouveau emportée contre son corps. De nouveaux échanges, de nouvelles caresses, encore plus de baisers envieux. Les mains d'Angeline parcoururent le torse de Maximilien, s'échouant par moment çà-et-là. Elle se prit à dessiner les courbes de son dos du bout des doigts, l'effleurant plus sensuellement.

Elle fut déposée sur le lit avec une finesse mesurée, tout en douceur. Son corps brûlait à chaque passage de ses lèvres sur sa peau. Elle l'innondait toujours plus de caresses, comme si ce contact était devenu essentiel, comme une drogue. Maximilien déboutonna à moitié sa chemise, puis il s'arrêta. Et tout bascula...

Le visage de Maximilien sembla se décomposer en une souffrance qu'elle n'arrivait pas à comprendre. Avait-elle fait quelque chose de mal ? Son regard se fit inquiet, elle stoppa tout geste. C'est là qu'elle vit la larme couler sur sa joue. Elle eut l'impression d'avoir reçu un coup de poignard.

‹‹ Je... Je ne peux pas faire ça. ››

Il s'était redressé, elle avait rabattu les deux côtés de sa chemise par réflexe pour cacher son corps. Il avait l'air perdu, déboussolé. Elle s'était à son tour redressée, il avait reculé, titubé, elle avait voulu lui tendre la main, mais ce geste ne se fit que dans sa tête. Elle ne savait pas quoi faire, et encore moins quoi lui dire.

Quelle idée avait-elle eu de le suivre ? Toute cette réaction en chaîne n'avait fait qu'attiser son envie de le posséder le temps d'une nuit, et au lieu de ça, il avait mal. Elle pouvait sentir sa douleur irradier la totalité de la pièce, si bien qu'elle en eut un noeud à l'estomac. Et là, tout sembla s'emboiter de façon logique dans sa tête.
Elle, une femme. Lui, un homme. Du désir. Un début de passage à l'acte. Puis, une prise de conscience. Un souvenir, certainement. Une larme. Le regret... Elle étouffa un sanglot lorsqu'elle comprit. Maximilien avait bel et bien perdu quelqu'un. Quelqu'un qui lui était cher. Une femme, qui plus est. C'est ce qu'elle en déduit instantanément. La femme qu'il aimait ? Certainement.

A cet instant précis elle aurait dû prendre la fuite, le laisser en paix, afin qu'il reprenne ses esprits. Elle aurait dû partir de chez lui, le laisser seul. Mais voilà, elle était humainement incapable de partir en le sachant dans cet état. Pire encore, elle n'avait pas le droit. Mais qu'est-ce qu'elle pouvait faire ? Elle n'était personne pour lui, comment pourrait-elle apaiser ces maux qui le rongeaient tant ?
Elle aurait pu le prendre dans ses bras, et lui qu'elle était là. Mais honnêtement, ça n'aurait rien changé. Elle était là, oui, mais l'autre n'était plus.

Alors, simplement, elle se leva, s'avança doucement vers lui. Une fois à sa proximité, elle tendit les mains vers son visage, l'attira contre son épaule, malgré sa taille bien inférieure à la sienne. Tant pis s'il la repoussait, au moins elle aurait essayé. Elle ne représentait rien pour lui, mais parfois, une presque inconnue valait mieux que la solitude elle-même. S'il voulait qu'elle s'en aille, il n'aurait qu'à le dire, elle comprendrait parfaitement qu'il préfère rester seul.

- Je suis désolée, Maximilien... Je sais que le mieux à faire serait que je parte, mais je suis tout simplement incapable de vous laisser ainsi... Sauf si vous me le demandez... murmura-t-elle.

Ca n'avait rien à voir avec de la pitié, loin de là. C'était de la compréhension. Si elle ne se fourvoyait pas sur ce qu'elle avait conclu, elle qui avait vu mourir son père, et qui avait dû abandonner sa mère, pouvait largement comprendre la rancoeur qui le tourmentait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maximus
Ancien aquatique - Hybride Orque

avatar

Messages : 518
Date d'inscription : 06/10/2010
Age : 26

Feuille de personnage :
Pouvoirs:
Âge du perso: 111
Relations:

MessageSujet: Re: Une femme dans l'antre ...[Angeline]   Ven 2 Sep - 22:33

    -Merci beaucoup Octopus. Cela faisait longtemps que je n'avais pas eut un aussi agréable anniversaire.

    Maximilien avait reposé son verre de vin et regardé son ancienne assise en face de lui. Elle était, comme toujours, d'une tenu impeccable. Ses longs cheveux noir retenus par une coiffure sophistiquée, dégageait son visage à la peau blanc et lisse.
    D'un geste mesuré elle avait prit son propre verre pour le porter à ses lèvres. Puis avait sourit en disant taquine ;

    -Allons Maximilien ! Tu ne peux pas avoir une vie aussi triste !

    Elle avait reposé son verre et penché la tête. A cet instant, une pensée avait traversé l'esprit de Maximilien : Si elle me refait un regard comme ça je l'embrasse.
    Il avait était si surpris lui-même de cette pensée qu'il s'en était presque sentit rougir, et s'était empressé de poursuivre la conversation ;

    -Tu sais que je suis patron. Les patrons n'ont pas d'amis. Personne pour fêter mon anniversaire !

    Cette fois elle avait haussé les yeux aux ciels, à demi amusé.

    -Condamné à passé ton anniversaire avec ton ancêtre de cousine !

    Avait-elle ajouté.

    -Exactement ! Avait-il conclu.

    -Et bien mon pauvre cousin… Que ferais-tu sans moi ? L'avait-elle taquiné en se levant pour débarrasser leurs assiettes…
    A cet instant, il n'avait jamais imaginé que cela puise être possible… Ils avaient donc poursuivit tout naturellement sur un autre sujet.
    Dans le reste de la soirée, Octopus avait basculé deux fois la tête sur le coté pour lui lancé un sourire amusé. Et pour la petite histoire, il n'avait jamais trouvé le courage de l'embrasser…


    °°°°°°

    L'orque essaya de rassembler ses idées. D'effacer ces images. Il sentait son cœur palpiter faiblement, il avait froid et pourtant il lui semblait qu'une goutte de sueur venait de lui perler dans le dos…
    Cette chambre. Sa chambre, lui semblait étrangère. Et il aurait incapable de dire ce qui s'était passé 5 minutes. Il avait l'impression que sa notion des choses et du temps venait de prendre un grand huit. Tout était à l'envers…
    Et cette douleur dans la poitrine…

    Un contact le ramena un peu à la réalité. Il sentit des mains le guider, et sa tête reposer sur une épaule. Il prit une inspiration… Le cauchemar commençait à se dissiper.

    " Je suis désolée, Maximilien... Je sais que le mieux à faire serait que je parte, mais je suis tout simplement incapable de vous laisser ainsi... Sauf si vous me le demandez…

    Il écoutait les inflexions de cette voix, et elles lui semblaient douces. Pourquoi partir ?
    [/i]
    -Ne partez pas. Sa parole n'était qu'un murmure rauque qu'il ne prouvait hausser sans craindre de voir sa voix se briser. Il retenait tant bien que mal les larmes qui lui brulaient les yeux…

    Citation :
    "Et bien mon pauvre cousin… Que ferais-tu sans moi"

    Cette question était gravée en lui, mais s'était la réponse qui était plus douloureuse … Sombrer. Il ne pouvait que sombrer sans elle.

    -Restez Angeline. Restez s'il vous plait. Plus bas encore il émettait cette prière avec un fond de détresse. La douleur allait revenir. Elle allait le submerger encore… Il ne devait pas perdre pied. Il avait besoin de quelqu'un…
    Besoin d'elle qui n'était pas de ces femmes superficielles incapables de gérer la douleur d'autrui. De la gérer et de la comprendre… Il avait besoin d'elle et de sa douceur timide…
    Il avait besoin d'elle qui ne le regarderait pas avec pitié mais avec compassion…

    Son front reposait toujours contre elle. Penché et accablé il lui semblait impossible de tenir sans qu'elle ne soit là pour le soutenir.

    Il ne voulait plus être seul.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Une femme dans l'antre ...[Angeline]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Une femme dans l'antre ...[Angeline]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» Casting de théatreux dans une cave enfumée
» Dans l'Antre de la Bête | TERMINE
» Sauna et source d'eau chaude !
» Magasin de Khel'dar
» Bienvenue dans mon antre ...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hybrid Parisiorum - ou quand le mythe devient réalité... :: Le Jeu : Paris :: Habitations :: Appartement de Maximilien Chevalerie-
Sauter vers: