Forum RPG futuriste se déroulant dans la ville de Paris.
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Fable d'un mois d'août: Le Morse, le Phoque et l'Orque [l'orque psychopathe s'il vous plais!]

Aller en bas 
AuteurMessage
Katheleen Hjetland
Hybride phoque - Assistante/Interprète à TF1
avatar

Messages : 258
Date d'inscription : 14/11/2010
Age : 26
Localisation : sûrement en train de me faire exploiter par mon Boss.

Feuille de personnage :
Pouvoirs:
Âge du perso: 25 ans
Relations:

MessageSujet: Fable d'un mois d'août: Le Morse, le Phoque et l'Orque [l'orque psychopathe s'il vous plais!]   Ven 3 Juin - 18:58

S’étais une belle journée d’août, le jour parfait pour flâner, profité du soleil…
Mais ce n’était pas dans les habitudes de Marvin Hjetland, il s’était enfermer seul dans son misérable appartement en bordel avec une énorme quantité d’alcool. Ça faisait plus de deux jours qu’il étais seul avec sa bibine a ruminer contre la cause de son état pitoyable : sa fille.
En effet si il en était là selon c’était de sa faute !
La faute de cette petite impertinente éprise de liberté !
C’était sa faut si la femme de sa vie était partie avec ses quatre autres filles. Elle lui avait mis dans la tête ses idée révolutionnaires comme quoi il avait toujours été le méchant de l’histoire que s’était parce qu’il était mauvais qu’il les frappait et qu’il buvait trop. Mais s’était pas sa faute du tout !
S’étaient-elles ! Seulement elles ! Toute autant qu’elles étaient elle n’avait pas vu qu’il se décarcassait pour essayer de les maintenir en vie, mais elles ne faisaient rien pour lui !
Il ne méritait pas cette vie ! Il avait mérité largement mieux en ses petites ingrates !

Marvin était encore en train de ruminer, vidant sa bouteille de scotch. Katheleen… Cette petite garce devait payer ! Elle avait foutu sa vie en l’air et elle ne pouvait pas s’en sortir indemne.
Hjetland était arrivé à Paris il ya déjà quelques mois et l’une des première chose qu’il avait fait s’était remuer les bas-fond pour trouver un personne capable de lui donner toute les information possible sur sa si chère Katheleen. On lui avait donné son adresse, son numéro, même le lieu ou elle travaillait. Jusqu'à présent il avait été patient, préparant sa vengeance sur sa fifille adorée.
Mais touts ces efforts étaient vain avec autant d’alcool dans le sang, il ne tenait plus !
Il regarda sa montre.


Le hall de la tour de TF1 était animé, mais parfaitement calme, pas un bruit plus haut que l’autre à part peu être les sonneries de téléphone des standardistes. Cela aurait pus duré si un sac a vin n’avait pas pénétré la si sereine enceinte. L’homme roux au cheveux un peu trop long et un peu trop négliger, qui semblait avoir cinquante ans bien passer, la visage marqué l’allure rustre et mal dégrossie.
Il essaya de passer directement pour aller dans les étages, mais il fut arrêter pas les malabars de la sécurité.

Excusez nous monsieur mais ceci est un espace réserver uniquement au employer de la chaîne.

L’air bourru de l’homme ne s’améliora pas, et il se dirigea d’un air décidé vers le standard.

Je veux voir Katheleen Hjetland.

La pauvre jeune fille assise a son post regarda l’intrus avec des grand yeux ne sachant pas trop comment géré un homme fortement éméché autrement qu’en la faisant jeter dehors par la sécurité.

APPELEZ MOI KATHELEEN HJETLAND JE SAIS QU-ELLE TRAVAIL ICI !

_____________________________________________________________________________________________

J’aimais mon boulot, non je vous promets s’était vraie, j’aimais ce Job. Néanmoins il y avait des jours comme celui là ou j’aurais préféré de pas être au bureau. Il faisait trop beau pour courir partout dans la tour afin d’aller dénicher Le papier qu’il me manquait pour clore un dossier.
Je venais juste de revenir dans mon bureau, je m’étais a peine assise quand le téléphone sonna, un rapide coup d’œil a qui appelais, c’était le standard, que me voulaient-elle ?


Oui ?

Mademoiselle Hjetland, votre père est en bas. Il est visiblement ivre. Dois-je le faire évacuer par la sécurité ?

Au loin il y avait un bruit, une voix qui semblait familière. Mon cœur loupa un battement, et je laissais tomber le combiner.
C’était forcément lui, s’était bien son genre de venir taper un scandale complètement pété sur mon lieu de travail. Après tout il avait fait la même chose dans mon école il y a une petite dizaine d’année.
Par contre ce qui était moins son genre s’était d’avoir été là a Paris. Pourquoi était-il là ? Que voulait-il ?
Je rattrapais le téléphone pour éviter que le silence se fasse trop long.


Je descends.

Je quittais mon bureau précipitamment, M.Chevalerie était occuper de toute façon il ne devrait pas avoir besoin de moi avant un bon moment, ce n’était pas la peine de le prévenir. Il ne me faudrait pas tant de temps que cela pour calmer le vieux débris et le mettre dans un taxi pour on ne sait où.
S’est avec un boule au ventre et une appréhension que je sortais de l’ascenseur. Si seulement ça se pouvait que ça ne soit pas lui, que ce ne soit qu’un vieux fou. Mais s’était trop beau, mais même sans le voir distinctement je savais que s’était lui. Cette dégaine négligée, cette impression de brutalité quand on le croisait, il n’y avait que lui pour être ainsi. D’ailleurs tout un cercle de curieux partagés entre la fascination et la peur pour ce pathétique ivrogne s’était former.
J’accélérais un peu le pas pour arrivé sur lui sans qu’il ne me voit et lui attraper le bras pour la traîner dans une des salles inoccupé du rez-de-chaussée.


Tu es écœurant Marvin, en plus tu pue l’alcool et la charogne crevée à trois kilomètres !

Cela faisait des années que je ne l’appelais plus « papa », tout simplement par ce qu’il ne l’était pas. S’était mon géniteur certes, mais il après il était plus devenu un bourreau d’un véritable père.

Tu ne veux même plus parler anglais petite merdeuse ! C’est la langue que je t’ai apprise !

Ça te ferais trop plaisir, et en plus j’ai l’espoir qu’en te forçant à parler français tu t’épuise plus vite. Puis c’est mon Job de bien parlé français, et tu viens de me déranger en plein boulot.

T’as mis des idées fausse dans la tête de ta mère et de tes sœurs et elle son partit ! S’est ta faute si j’ai plus de vie !
J’ai toujours su que s’était toi qui allais poser des problèmes, même avant que tu naisses. J’aurais jamais du écouter ta mère quand elle à insister pour te garder alors qu’on en avait pas encore vraiment les moyens !


La vérité éclatait enfin aux grands jours et elle faisait un mal de chien, mais il ne fallait pas laisser paraître une once d’émotion devant cet être qui me répugnait.

Je me suis juste contenter de leur dire ce que je pensais de toi. J’ai dis toute la vérité, comme tu nous a si assidument appris à le faire à grand coup de tartes. Tu n’étais et n’es toujours qu’un ivrogne, une vieille outre puante de vinasse dégueulasse et par-dessus le marcher t’es un monstre de violence…. Je veux que tu partes, parce que de toute façon ce n’est pas moi qui ai foutu en l’air pas vie t’as très bien réussi à le faire tout.

J’avais envie de hurler, de le frapper, mais je ne pouvais pas, il fallait éviter de faire trop de bruit, les salles était mal insonorisée. Je n’avais pas spécialement envie d’étaler ma vie et mon passer aux yeux des gens que je croisais tout les jours au boulot.

It's all your fault!
I would have had to let you empty of your blood this night instead of coming along in emergencies, bitch.


Même si j’avais réussi à la voir venir je n’aurais pas pus l’éviter, il fondit sur moi avec une vitesse il faut bien le dire assez impressionnante pour un humain ivre, et frappa avec toute la force qu’il pouvait avoir.
Il allait frapper… encore…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maximus
Ancien aquatique - Hybride Orque

avatar

Messages : 518
Date d'inscription : 06/10/2010
Age : 27

Feuille de personnage :
Pouvoirs:
Âge du perso: 111
Relations:

MessageSujet: Re: Fable d'un mois d'août: Le Morse, le Phoque et l'Orque [l'orque psychopathe s'il vous plais!]   Ven 3 Juin - 20:39

Belle journée d'été. Et à défaut de briller dans le coeur de Maximus, le soleil brillait dehors. Haut dans le ciel et inondait son bureau par la largue baie vitrée.

L'homme méditait sur un nouveau projet d'émission lorsqu'il se rappela qu'il devait demander à Katheleen si elle avait bien envoyer les mails pour les invités de l'émission de dimanche. Il alla la chercher, mais elle ne se trouvait pas à son bureau. Il haussa les épaules, pivota et en croisant Didier il lui demanda où se trouvait la secrétaire.


-Le standard l'a appelé... Elle doit être en bas.

Ni une, ni deux Maximilien se rendit au rez de chaussé. Il comprit de suite qu'il s'était passé quelque chose... Il flottait dans l'air quelque chose d'étrange et de tendu. Et pas de trace de Kath.

Il s'apprêta à poser une question, mais l'un des agents de la sécurité s'avança pour lui murmurer.


-Un homme se pressentant comme le père de Katheleen Hjetland est arrivé ivre. Elle est allée s'isoler dans la pièce là bas, devons nous appeler la police ?

Le père de Kath ? Ivre ?
Son assistante si soignée était le fruit d'une ivrogne ? Surprenant. La nature faisait parfois curieusement les choses. L'homme fronça les sourcils.


-Je m'en occupe. répondit il en se dirigeant vers la salle. Il avait conscience qu'il allait peut être assister à une dispute familiale dans laquelle il n'avait rien à faire, mais ici on était sur un lieu de travail. Les histoires familiales c'étaient pour les canapés des psys, pas pour les salles de TF1.

Il posa la main sur la poignée, et activa son pouvoir de sens accru. Il ne tenait pas à rentrer à un moment embarrassant... Mais ce qu'il entendit le glaça un instant sur place et le suspendit son geste.
Jamais il n'avait imaginer Katheleen se perdre dans un discours haineux. Même si il n'ignorait pas la langue franche de son assistante. Pourtant...


 
. « Tu n’étais et n’es toujours qu’un ivrogne, une vieille outre puante de vinasse dégueulasse et par-dessus le marcher t’es un monstre de violence…. Je veux que tu partes, parce que de toute façon ce n’est pas moi qui ai foutu en l’air pas vie t’as très bien réussi à le faire tout. »

Il ne savait pas ce qui était le plus choquant. Le fait qu'elle puise dire de telles choses de son père, ou la sincérité avec laquelle elle s'exprimait. Il méditait encore sur les propos de la jeune femme lorsqu'il entendit le paternel répondre

« It's all your fault!
I would have had to let you empty of your blood this night instead of coming along in emergencies, bitch. »

Un créature furieuse se cabra dans la poitrine de Maximilien, et c'est sans s'en rendre compte qu'il ouvrit la porte, la laissa se refermer lourdement derrière lui. Si il n'avait pas perdu son temps à essayer de comprendre la haine de Katheleen pour son père, il serait peut être arrivé avant que le poing de Marvin n'atteigne le visage de son assistante...

Mais malheureusement pour Marvin, il arriva à temps pour assister à la scène.

La créature rugit cette fois, elle planta ses griffes dans l'estomac de Maximus. Il n'avait jamais eut l'esprit aussi vide et le regard aussi noir que lorsqu'il traversa la pièce d'enjambées souples et décidés.
L'ivrogne pivota vers lui, apparemment conscient d'avoir été observé. Maximus le vit vit ouvrir la bouche, sûrement pour vomir son mécontentement mais il n'eut guère le temps de laisser filer une parole. Le poing de Maximilien venait se s'écraser contre sa mâchoire avec au moins deux fois plus de force que le coup qu'il venait d'envoyer à sa fille. Marvin vacilla sur le coup et s'écrasa au sol avec un bruit mou.

La colère de Maximus n'était pas de celle qui vous colore les joues en rouges. Non il avait la peau d'une pâleur froide, et les yeux aussi noirs que le néant, comme si au delà de ses prunelles il n'y avait plus d'âme pour contrôler ce corps tendu de fureur, et lorsqu'il se baissa sur Marvin pour le saisir par le colle on aurait dit la mort en personne se penchant sur sa prochaine victime.

Il était en roue libre. Si libre d'ailleurs qu'il n'avait pas tout de suite remarqué qu'il connaissait cet homme..
.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Katheleen Hjetland
Hybride phoque - Assistante/Interprète à TF1
avatar

Messages : 258
Date d'inscription : 14/11/2010
Age : 26
Localisation : sûrement en train de me faire exploiter par mon Boss.

Feuille de personnage :
Pouvoirs:
Âge du perso: 25 ans
Relations:

MessageSujet: Re: Fable d'un mois d'août: Le Morse, le Phoque et l'Orque [l'orque psychopathe s'il vous plais!]   Ven 3 Juin - 23:16

Marvin n’avais ni entendu, ni vraiment vu la porte s’ouvrir. Par contre il avait distinctement entendu cette dernière se refermer lourdement. Il aurait réellement du se méfier de se bruit lourd qui sonnait comme un mauvais présage.

Moi même je n'avais vu M. Chevalerie, qui était entrée quelque secondes seulement avant que je ne prenne le coup. Je ne l’avais vraiment aperçu qu’au moment où il s’était rué sur mon père pour lui en coller un bien méritée. L’ivrogne s’écrasa par terre comme une vieille loque.
Si j’avais été une bonne fille, je me serais inquiété pour lui, je me serais sûrement précipité vers lui pour voir si il n’avait rien et j’aurais peu être même essayer d’expliquer a mon patron qu’au fond il n’était pas si mauvais… Mais comme il l’avait bien dis je ne serais jamais une bonne fille, je le laissais là à terre complètement seul.
D’ailleurs ce n’était pas pour lui que je m’inquiétais le plus, les regards de M. Chevalerie avait quelque chose de fondamentalement flippant quant il avait soulevé mon père de terre par le col. Il semblait vide de toute âme et de toutes émotions autres que la rage.

Etrangement mon géniteur, même avec le nez a moitié démoli et la gueule en sang semblait s’amuser de la situation.


Et beh, t’avais l’air d’être pus du genre fillette la première fois que je t’ai vu. Mais en faite tu frappe comme un homme.
Dit moi… Pourquoi tu prends la peine de défendre cette petite traînée ? Elle passe sur le bureau c’est ça ?


Je n’en croyais pas mes oreilles…
J’étais littéralement bouche-bée, non seulement par le culot de mon père, mais également par ce qu’il venait de dire. Il avait clairement sous-entendu qu’il avait déjà rencontré M. Chevalerie au part-avant !
S’était quoi ce bordel ?!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maximus
Ancien aquatique - Hybride Orque

avatar

Messages : 518
Date d'inscription : 06/10/2010
Age : 27

Feuille de personnage :
Pouvoirs:
Âge du perso: 111
Relations:

MessageSujet: Re: Fable d'un mois d'août: Le Morse, le Phoque et l'Orque [l'orque psychopathe s'il vous plais!]   Sam 4 Juin - 11:49

Etrangement ce qui « sauva » Marvin fut le fait qu’il se défende verbalement. S’il l’avait fait physiquement en retournant un coup à Maximus, il n’y aurait pas eut l’étincelle de révélation qui ramena l’âme de l’orque dans son corps.
Il connaissait cet homme. Et cet homme le connaissait.
Une colère différente traversa Maximilien. Cet ivrogne venait presque de briser la close d’anonymat qu’il avait passé avec Oltian ! C’était un coup de dealeur ? Non il ne voyait pas l’intérêt que celui-ci aurait eut à dévoiler leur accord.
Etait-il possible qu’il ne s’agisse que d’une simple coïncidence ?
Le PDG décida d’y réfléchir plus tard, car en pour le moment il était temps qu’il remette cette ordure à sa place… « Pourquoi t prends la peine de protéger cette petite trainée ? »
Bonne question … Pourquoi avait-il réagit si violement ? Pourquoi ne s’était-il pas contenté de les séparer de demander à la sécurité de s’occuper de lui comme il l’avait toujours fait pour ce genre « d’incident » ?
Parce que quand il avait vue Marv frapper sa fille, il avait revécu les cauchemars qui l’arrachaient du sommeil la nuit. Ceux où il voyait Octopus mourir sous les coups des chasseurs sans qu’il ne puise rien y faire… Et aujourd’hui il avait pu y faire quelque chose et le sang qui s’échappait du nez écrasé du morse tacha les manches de Maximilien sans que celui-ci ne s’en rende compte…
« Elle passe sur le bureau c’est ça ? ».
Maximilien aurait pu avoir un mauvais rictus à cette « accusation » mais il se contenta d’inspirer lourdement, reprenant péniblement le contrôle de ses gestes.
Il ne mit aucune douceur à plaquer Marvin contre la table de réunion qui trônait là. Non, quand la tête du morse claqua violement contre la table s’était plus que volontaire. Ensuite, il se contenta de l’immobiliser avec un clef de bras comme si il avait toujours fait ça. Et lorsqu’il ouvrit la bouche, il semblait avoir recouvré tout son calme.


-Mr Hjetland, je vous prierais de quitter cet endroit dès maintenant. Et si je vous reprends ne serait ce qu’à rôder dans les parages, je vous traine en justice. Sachez aussi que je ne priverais pas de vous enseigner le sens des mots « vie brisée » si vous reporter une seule fois encore offense à Katheleen devant mes yeux. Suis-je clair ?
L’ivrogne comprendrait peut être la véracité de ses menaces. Maximilien était presque sur qu’Oltian n’aurait pas apprécié de voir l’un de ses « gars » déclencher les fureurs d’une de ses plus avantageux client … Si cet incident remontait jusqu’Oltian, Marvin redescendrait six pied sous terre plus rapidement que jamais…
Il ne plaisait pas à Maximus de jouer de la sorte avec la vie du père d’une de ses plus brillantes employées, et il espérait sincèrement ne pas à avoir à contacter Oltian pour lui demander des comptes sur cette « bavure » (le terme étant bien choisit, car avez-vous remarqué que les ivrognes baves beaucoup ?).

D’ailleurs la jeune femme n’avait encore rien dit, était elle encore sous le choc ? Il n’était pas à exclure qu’elle n’apprécie pas les menaces que Maximilien venait de prononcer…

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Katheleen Hjetland
Hybride phoque - Assistante/Interprète à TF1
avatar

Messages : 258
Date d'inscription : 14/11/2010
Age : 26
Localisation : sûrement en train de me faire exploiter par mon Boss.

Feuille de personnage :
Pouvoirs:
Âge du perso: 25 ans
Relations:

MessageSujet: Re: Fable d'un mois d'août: Le Morse, le Phoque et l'Orque [l'orque psychopathe s'il vous plais!]   Sam 4 Juin - 12:51

Que cette vieille loque me traite de traînée n’était pas nouveau, il l’avait avec chacune d’entre nous, mais ce qui me choquait vraiment s’était bel et bien le fait qu’il avait pu rencontré, et visiblement pas simplement aperçu M. Chevalerie au part avant. Qu’est-ce que mon Boss faisait avec un individu pareil ?!
Il semblait valoir mieux que cela…

Maximus sembla reprendre plus ou moins le contrôle de lui-même après avoir violement plaqué Marvin sur la table.
Il avait frappé franchement fort, j’allais avoir un sacré bleu. Il allait falloir que je camouffle tout ça, ça faisait remonté quelques mauvais souvenirs. Je revoyais ma mère en train de dissimulés un œil au beurre noir, plus ressemant je la voyais comment m’expliquer la façon de mettre le fond de tain pour cacher une marque de coup.
Il avait le culot de me dire que j’avais gâché sa vie ! Je pense que personnes ne devrait un jour être amener à apprendre ce genre de chose.

J’avançais doucement pour essayer de faire lâcher prise à M.Chevalerie.


Je vais le faire sortir pas la sécurité, lâchez le s’il vous plaît.
Il ne mérite pas votre mépris, tout ce qu’il vaut c’est une petite cellule aussi crasseuse que lui et le reste de sa vie pour réaliser à ce qu’il à fait.


Je ne quittais pas des yeux mon Boss.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maximus
Ancien aquatique - Hybride Orque

avatar

Messages : 518
Date d'inscription : 06/10/2010
Age : 27

Feuille de personnage :
Pouvoirs:
Âge du perso: 111
Relations:

MessageSujet: Re: Fable d'un mois d'août: Le Morse, le Phoque et l'Orque [l'orque psychopathe s'il vous plais!]   Sam 4 Juin - 16:11

Maximus attendait une réponse de Marvin. Il n'avait pas relâche son étreinte et il le clouait à la table autant pas une poigne ferme que par un regard transperçant.

Un léger mouvement dans le coin de son champs de vision lui rappela la présence de Katheleen.

« Je vais le faire sortir pas la sécurité, lâchez le s’il vous plaît.
Il ne mérite pas votre mépris, tout ce qu’il vaut c’est une petite cellule aussi crasseuse que lui et le reste de sa vie pour réaliser à ce qu’il à fait. »

Une nouvelle fois il fut surpris de la voir décrire son père avec autant de haine... Lui avait toujours nourrit une grande admiration pour son géniteur... Elle, elle semblait même pas le considérer comme tel. Et cela ne voulait dire qu'une chose : Ce n'était pas la première fois que Marvin lui envoyait un coup. Katheleen avait été une enfant battue. Un drôle de vertige le sais quand il comprit cet évidence...
Il souda son regard, cherchant à savoir si le ton qu'elle avait employé n'avait d'utilité que pour le calmer lui, où si elle pensait chaque paroles...

Mais il avait déjà défigurer son père. Si elle ne semblait pas lui en vouloir, il ne fallait sûrement pas « pousser le bouchon ». Il jeta un regard méprisant à Marvin, puis bien à contre cœur relâcha l'ivrogne.


Il s'écarta doucement; guettant une mauvaise réaction de la par de Marvin et une bonne occasion de lui en remettre une, mais l'ivrogne semblait en avoir prit assez pour aujourd'hui.

-Bien. Je te veux dans ton bureau dans 5 minutes. Tu as du travail.

Se retranchant derrière le rôle du patron il fit glisser sur son visage l'air impénétrable qui le caractérisait tant. Sans un mot réconfortant de plus pour Katheleen, il tourna les talons d'un air impérial et quitta la salle.

On se garda bien de lui demander ce qui s'était passé...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Fable d'un mois d'août: Le Morse, le Phoque et l'Orque [l'orque psychopathe s'il vous plais!]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Fable d'un mois d'août: Le Morse, le Phoque et l'Orque [l'orque psychopathe s'il vous plais!]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hybrid Parisiorum - ou quand le mythe devient réalité... :: Le Jeu : Paris :: Paris Ouest-
Sauter vers: