Forum RPG futuriste se déroulant dans la ville de Paris.
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Rencontre impromptue, ou comment interpréter le crêpage de chignon du siècle [Khénory Verdier]

Aller en bas 
AuteurMessage
Breton Neva
Ladybrid ~ Indic
avatar

Messages : 108
Date d'inscription : 19/10/2010
Localisation : Là où tu ne voudrais pas que je sois

Feuille de personnage :
Pouvoirs:
Âge du perso: 25 ans
Relations:

MessageSujet: Rencontre impromptue, ou comment interpréter le crêpage de chignon du siècle [Khénory Verdier]   Sam 15 Jan 2011 - 18:01

La porte se referma derrière le duo que je suivais depuis le début de la soirée. J’étouffai un juron, et me transformait aussitôt en hybride. Il fallait que je vois où ils allaient si je voulais pouvoir continuer à suivre leur conversation. Une fois devenue aussi petite qu’une lilliputienne, je m’attelai à l’escalade d’une pile de cartons afin d’avoir un point de vue plus en hauteur. Cela fait, j’enclenchai mon pouvoir. Les murs perdirent leur opacité, et je repérai les deux hommes dans une pièce close, totalement cernée d’autre pièces, et sans cheminée. Aucun moyen de s’infiltrer, et rien ne laissai passer le son.

Brusquement, l’obscurité de la ruelle revint. Les murs de pierre avaient reprit leurs propriété, et la lumière des pièces de la maison n’attiraient plus ma rétine. Je restai un petit moment assise, et recommençait mon manège. En vain. Une demi-heure plus tard, j’abdiquai. Pas que ce soit une habitude. Mais connaître leur discussion était optionnel. J’avais récolté assez d’éléments pour Phyl.

Je me redressai, et en utilisant mes sens hyper développés, je vérifiai distraitement que personne n’arrivait. Une voiture passant masqua les sons. Je n’y prêtai attention, et me retransformai. Je fus heureuse de retrouver ma taille habituelle. Enfin… Sans mes bottines à talons hauts. Ces chaussures que j’affectionnai tout particulièrement ne convenaient pas pour une telle filature. Je m’étirai un peu, puis parti à grands pas de la ruelle. Ou plutôt, voulu partir. Car à peine j’arrivai à une intersection, je me stoppai.

Une jeune femme blonde me fixait, cachée dans l’ombre. Et l’air qu’elle abordait me criait une chose.

Chasseur.

Je reculai d’un pas, mettant une distance raisonnable entre nous deux. Je ne savais si elle m’avait vu me transformer. Une forte probabilité allait pour le oui. La situation avait une désagréable sensation de déjà vu. Heureusement, elle était seule. Je pourrai m’en débarrasser, contrairement aux deux autres Chasseurs d’il y a six mois…

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Khenory Verdier

avatar

Messages : 95
Date d'inscription : 10/10/2010
Localisation : Là où tu ne veux surtout pas que je me trouve...

Feuille de personnage :
Pouvoirs:
Âge du perso: 22 ans
Relations:

MessageSujet: Re: Rencontre impromptue, ou comment interpréter le crêpage de chignon du siècle [Khénory Verdier]   Jeu 20 Jan 2011 - 15:34

Dehors, encore … Mais pas seule pour une fois. J'étais entouré d'une bande de greluches toutes aussi blondes que je pouvais l'être, et tout aussi stupides que l'Homme pouvait l'être. A elles seules elles réunissait tout les stéréotypes sur les blondes. Grande, les cheveux long, très looker, très superficielles, l'archétype même de la pouffe blondasse de base.

Je m'infligais cette compagnie des plus exaspérante seulement par commodité: qui soupçonnerait la blondinette toute fine, un peu bébête, dans une affaire de meurtre d'hybride? Personne jusqu'à présent. Qui se méfiant de le gentille petite fille a son papa? Personne non plus.
Grâce a cette compagnie un peu particulière je pouvais opéré a ma guise. C'est fou comme passer pour une écervelée toute juste bonne à faire les boutiques vous donne une marge de manœuvre importante. Néanmoins il ne fallait pas s'y tromper, j'abhorrais la vision que cela donnait de moi, mais comme il est dit, la faim justifie les moyens.

Heureusement traîner avec cette joyeuse bande de Barbie n'étais qu'occasionnel, la plupart du temps, j'avais des vrais amis, avec le vrais idée, de vrai valeur et une discutions qui englobaient des sujets plus vaste et plus intéressant que les fringues, les mecs, le maquillage et tout ce qui était en relation directe avec.

Après avoir passer l'après-midi a « faire les magasins » ( plutôt faire outrageusement chauffer la carte de crédit de celui qui les entretient ) j'avais fini par abdiquer, prétextant un devoir a rendre. Je les avait donc quitter, sans regret il vas de soit. Nous n'étions pas très loin de chez moi, du moins si l'on avait pas peur de prendre les petite ruelles.
J'étais entrée dans l'une d'entre elle, s'était un exilent raccourcis mais s'était encombrer de détritus divers et varié.

Je flânait du regard, pas vraiment décider a rentré m'enfermer dans mon petit studio. Quelque chose de petit descendit d'une pile de carton, puis ça pris une apparence humaine. Une hybride, s'était une brune avec une coupe peu commune, plutôt mince, voir un peu maigre. Parfait au mois nous étions du même gabarit.

Elle arriva vers moi, il ne fallait pas qu'elle s'échappe. J'avais l'air sombre et menaçante, visiblement ça ne l'avais pas tromper et cherchait déjà un moyen et d'échapper.
Je ne lui en laissait pas le temps, a peine avais-je capter son regard que je lui affligeais un petite démonstration de mon pouvoir de martyr.


[hrp: On vas dire que c'est pas trop fort pour que tu puisse quand même bouger Razz]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Breton Neva
Ladybrid ~ Indic
avatar

Messages : 108
Date d'inscription : 19/10/2010
Localisation : Là où tu ne voudrais pas que je sois

Feuille de personnage :
Pouvoirs:
Âge du perso: 25 ans
Relations:

MessageSujet: Re: Rencontre impromptue, ou comment interpréter le crêpage de chignon du siècle [Khénory Verdier]   Dim 23 Jan 2011 - 2:26

Je commençai à reculer, fouillant dans mon sac à taton en fixant la chasseuse du regard pour éviter qu'elle me surprenne. A peine j'effleurai du bout des doigts mon revolver que je ressenti une douleur comme je n'en avais jamais sentit auparavant. C'était dire l'intensité de la douleur. J'en tombai à la renverse. Mon corps maigre percuta assez violemment le bitume et les immondices, souillant ma chevelure et mon manteau rouge. Le revolver que j'avais prit en main vola lui aussi et glissa loin de moi. Et la douleur cessa, me laissant un peu courbaturée d'avoir autant contracté les muscles sous son effet insidieux.

Je roulai sur moi-même et me relevai d'un bon. Hors de question de fuir. La chasseresse venait de me provoquer. J'étais partante dès le début, mais désormais j'avais une certitude. Je ne la laisserai pas partir d'ici en un seul morceau. Courbée en deux à cause de la douleur passée, je redressai ma tête vers elle en la détaillant brièvement. De taille moyenne, mince, blonde, et surtout : habillée comme une bourge. Les sacs qu'elle tenait à la main portaient les logos de grands enseignes de la mode. Aussitôt, je scrutai les alentours pour vérifier qu'elle n'était pas seule, mes sens à l'affut. J'en profitai pour lui lancer une pique de mon cru :

"Depuis quand les blondasses de fifilles à son papa s'aventurent-elles dans de sombres ruelles ? Elles pourraient vexer des gens..."

Je ne détectai personne. Bien. J'allai pouvoir sortir le grand jeu. Mon retour à Paris avait été stressant et difficile. D'un coup, je fonçai sur elle. J'étais assez proche pour pouvoir l'envoyer valser avant qu'elle ne réagisse.

"... Comme moi."


A mon grand damn, elle ne fit que rencontrer un peu brutalement un mur parce qu'elle avait trébuché sur une cannette. Mes muscles tremblaient toujours. Je me forçai cependant à oublier la douleur et lui envoyai mon poing dans le ventre. Alors qu'elle se courbait en deux pour reprendre sa respiration, je me saisi de mes ciseaux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Khenory Verdier

avatar

Messages : 95
Date d'inscription : 10/10/2010
Localisation : Là où tu ne veux surtout pas que je me trouve...

Feuille de personnage :
Pouvoirs:
Âge du perso: 22 ans
Relations:

MessageSujet: Re: Rencontre impromptue, ou comment interpréter le crêpage de chignon du siècle [Khénory Verdier]   Dim 30 Jan 2011 - 16:57

Elle réussi à se soustraire a mon emprise, pour ma plus grand frustration.
Enfin pas tant que ça, la plupart des hybride fuyaient pour ne pas avoir a subir a nouveau cette douleur. C'était fastidieux de les poursuivre, en plus ça manquait cruellement de sport, c'était tellement plus motivant quand la victime se battait un peu. Visiblement celle là avait l'air bien décider a en découdre, parfait !


Depuis quand les blondasses de fifilles à son papa s'aventurent-elles dans de sombres ruelles ? Elles pourraient vexer des gens...

Elle était vive et rapide, vu qu'elle se jeta sur moi. Je reculais pour l'évité mais trébuchais sur une canette. Cela eu pour effet de me faire m'écraser contre le mur le plus proche. Mon dos me lança un petit instant.

... Comme moi.

J'eu un petit rire mauvais.

Non franchement niveau insulte t'as rien de mieux, j'ai vu des vrais fils de bourge élever avec un cuillère en or dans le bouche et couper du monde avoir plus de répartie que toi. En même temps quand on est une petit et insignifiante blatte je comprend qu'on a des capacité limité.

Elle cherchait quelque chose dans son sac, il ne fallait pas qu'elle le trouve. C'était a mon tour de me jeter sur elle pour lui sortir le bras de son sac.
POur détourner son attention de sa recherche je lui envoyait un coup de poing dans le ventre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Breton Neva
Ladybrid ~ Indic
avatar

Messages : 108
Date d'inscription : 19/10/2010
Localisation : Là où tu ne voudrais pas que je sois

Feuille de personnage :
Pouvoirs:
Âge du perso: 25 ans
Relations:

MessageSujet: Re: Rencontre impromptue, ou comment interpréter le crêpage de chignon du siècle [Khénory Verdier]   Mer 2 Mar 2011 - 12:49

Je fouillai mon sac, cherchant à taton le contact froid du métal sous mes doigts. La chasseuse eut un rire malsain. Celui d'une marâtre heureuse d'avoir sa belle-fille à maltraiter.

"Non franchement niveau insulte t'as rien de mieux, j'ai vu des vrais fils de bourge élever avec un cuillère en or dans le bouche et couper du monde avoir plus de répartie que toi. En même temps quand on est une petit et insignifiante blatte je comprend qu'on a des capacité limité.
- Oh ? Mais c'est qu'elle mordrait presque ! Allons petit cochon, retourne manger les immondices dont on te nourris grassement..." rétorquais-je, la voix pleine de fiel.

Je l'avais ! J'eu cependant à peine le temps de glisse un doigt pour attraper le manche et d'esquisser un sourire malade que la blonde me donna un coup dans le ventre. Le souffle coupé, je me pliai en deux. Dans mon mouvement, mon bras sortit du sac, mes doigts toujours agrippé à l'autre bout d'une lame. Les ciseaux se déplièrent sous la vitesse, et une lame rencontra le corps de mon adversaire. Mes genoux s'entrechoquèrent juste avant de s'écraser sur le sol. Ma main valide m'empêcha de m'écraser totalement sur le béton crasseux. Je senti la chasseuse reculer, et quelques gouttes de sang giclèrent sur mon visage.

Sans perdre de temps, je reculai aussi, basculant à l'aide de mes pieds pour que mon corps soit soutenu par mes fesses plutôt que mes genoux douloureux. Le souffle me revenait. C'est qu'elle m'avait surpris la bourge. Je me relevai aussi vite que possible, courbée, le bras droit protégeant mon ventre, le gauche pendant, ma paire de ciseaux au bout des doigts. Je redressai ma tête, contemplant mon œuvre. La chasseuse me regardait d'un air furieux. L'entaille sur son bras teintait de rouge ses vêtements.





[Je t'ai blessée au bras droit, à la limite entre le deltoïde et le biceps. A toi de choisir la profondeur et la longueur, faut juste que ça saigne assez pour m'éclabousser un peu le visage]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Khenory Verdier

avatar

Messages : 95
Date d'inscription : 10/10/2010
Localisation : Là où tu ne veux surtout pas que je me trouve...

Feuille de personnage :
Pouvoirs:
Âge du perso: 22 ans
Relations:

MessageSujet: Re: Rencontre impromptue, ou comment interpréter le crêpage de chignon du siècle [Khénory Verdier]   Mar 19 Avr 2011 - 15:42

Le cafard avait réussi tout de même réussi à sortir quelque chose de son sac, quelque chose de froid, de tranchant.
C’était tout ce que j’avais senti au niveau de mon bras, la froideur d’une lame coupant ma chaire. Le bref temps que l’immonde chose était à terre j’examinait la plaie. Elle m’avait blessé le bras droit, plutôt proche de l’épaule, l’entaille était ni superficielle, ni profonde, un peu entre les deux, en tout cas j’espérais qu’elle ne nécessite aucun point de suture, je me voyais mal trouver une excuse pour cette énième blessure suspecte.
Lançant un regard noir à la punaise, je pu entrapercevoir l’objet qu’elle tenait encore dans sa main, des ciseaux, mais pas le genre petit ciseau pour enfants, les bon gros ciseaux en métal bien lourd du genre ciseau de coutrière.

Je me tenais le bras il fallait oublier la douleur, se concentrer.
Malheureusement cela pris quelques instants, temps qu’elle utilisa pour se relever. Elle était là devant moi se tenant de vendre du bras droit et au bout de son bras gauche pendait ses ciseaux, sur son visage quelque goût de mon sang. Elle allait me le payer…

A peine avait-je attrapé son regarde que tout la puissance salvatrice du martyr s’abattit sur elle. La voir se torde de douleur était presque jouissif, presque…
J’aurais pu tenir ainsi, si il n’ay avait pas eu brui suspect, un bruit qui me força à arrêter. Ce n’était rien juste un bestiole sûrement un chat ou un rat qui avait fait tomber quelque chose.
Il n’y eu que quelques secondes ou j’avais détourner mon attention la blatte, mais …
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Breton Neva
Ladybrid ~ Indic
avatar

Messages : 108
Date d'inscription : 19/10/2010
Localisation : Là où tu ne voudrais pas que je sois

Feuille de personnage :
Pouvoirs:
Âge du perso: 25 ans
Relations:

MessageSujet: Re: Rencontre impromptue, ou comment interpréter le crêpage de chignon du siècle [Khénory Verdier]   Sam 13 Aoû 2011 - 19:53

Putain de ********* de sa **** ! Cette ****** me torturait ! Jamais je n’avais eu aussi mal, et pourtant j’avais pas mal enduré en vingt-cinq ans de vie. Je restai pourtant muette. Tout plutôt que la satisfaire encore plus. J’en crevai d’envie, et étais sur le point de me mordre les lèvres pour ne pas l’ouvrir. Je me concentrai sur le visage de la ******. C’est qu’elle jouissait de me voir me rouler à terre de douleur la petite garce.

Un bruit. Même avec la torture, mes sens restaient actifs, opérationnels. Cela la déconcentra suffisamment pour qu’elle cesse. J’eu un mal de chien en me relevant, et ignorai ma tête qui tournait. La vitesse était la clef, hésiter ou me ménager me serait fatal. Je fonçai sur elle, l’emboutissant d’un coup d’épaule que n’aurait pas renié un rugbyman. Par chance, ou plutôt obstination pour ma part, j’avais agrippé ma main à mes ciseaux, m’empêchant de les perdre parmi les immondices jonchant le sol de la ruelle en tombant. Ce qui me fit réaliser que mon manteau était dans un état pitoyable.

Ces réflexions n’avaient duré que quelques millièmes de seconde, mais sans que je ne m’en rende réellement compte, influencèrent fortement mon coup suivant. La garce n’en était qu’au stade où elle réalisait ce qui se passait, et moi, toujours soumise à la cinétique de ma charge. Je me tournai sur moi-même, agrippait le haut que portait la Chasseuse de la main qui tenait mes lourds ciseaux d’acier déjà tâché du sang de mon ennemie et alors qu’une silhouette se profilait au bout de la ruelle, couru dans la direction opposée en arrachant une partie du vêtement tenu et laissant courir sur son torse mes lames.

Je fis marcher mes jambes comme je ne le faisais que rarement, lors des situations comme celle-ci. Celui qui était arrivé dans la ruelle pu voir un bout de mon manteau rouge, maculé de tâches. Je n’étais plus aussi vive qu’à mon adolescence. En même temps, je ne cambriolais plus maisons et magasins une fois par semaine. Mon corps s’était habitué au métier d’indic, il était devenu plus endurant, au détriment de la vitesse de pointe. Je m’étais assez éloignée, et pu ralentir un peu. J’avais adapté ma vitesse à mon souffle, me permettant de continuer à agrandir la distance de façon efficace.

Alors en plus d’avoir de putains de pouvoirs, ces ******** de Chasseurs avaient de quoi réellement nous atteindre. Les quatre de la dernière fois n’étaient que de pauvres amateurs comparés à cette garce. Dommage que quelqu’un soit intervenu. Je l’aurai bien tuée. La laisser en vie était comme lâcher une coccinelle sur un arbuste infecté de pucerons. Dommage pour elle, je connaissais son visage et avait un morceau de tissu lui appartenant. Quelques hybrides chiens me permettraient peut-être de remonter sa piste et finir par la tuer… Si personne d’autre ne s’en chargeait avant.


[HRP : Après plusieurs mois, voici enfin la fin du rp !]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Rencontre impromptue, ou comment interpréter le crêpage de chignon du siècle [Khénory Verdier]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Rencontre impromptue, ou comment interpréter le crêpage de chignon du siècle [Khénory Verdier]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hybrid Parisiorum - ou quand le mythe devient réalité... :: Le Jeu : Paris :: Paris Centre-
Sauter vers: