Forum RPG futuriste se déroulant dans la ville de Paris.
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Dans les couloirs du métro

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Nelïya Fox

avatar

Messages : 788
Date d'inscription : 08/03/2009
Age : 27
Localisation : Dans tes rêves beau gosse ...

Feuille de personnage :
Pouvoirs:
Âge du perso: 18 ans physiquement
Relations:

MessageSujet: Re: Dans les couloirs du métro   Mer 10 Nov 2010 - 21:29

« C'est parce que votre question est trop vaste ! "Qui suis-je?", c'est LA question, que l'homme se pose depuis des siècles et des siècles ! »

Il continuait à se foutre d’elle … >.< La patience de la jeune femme serait elle à la hauteur ?

«… je peux vous autoriser trois questions à mon sujet, n'importe lesquelles, mais pourvu qu'elles soient précises ! Et je vous y répondrais, je m'y engage, sur les têtes d'Alfred de Musset et de Léonard de Vinci ! »

Trois questions ? Comme les trois vœux d’un géni ? Il n’y avait vraiment que les artistes pour imaginer de telles âneries …
La jeune femme soupira de sa propre curiosité. Si c’étaient les conditions de ce bouffon noir, elle ne se trouvait pas la force de négocier.


- Très bien alors … Commencez par votre nom et prénom… Ca ne serait pas un mauvais début !

A tour de rôle elle effleura les différentes races qu’il avait peint. Chasseur, vampire, et hybride …

- [Dans quelle catégorie êtes-vous ? Immortel vampire ? Chasseur fanatique ? Hybride persécuté ?

Elle n’avait pas cité les humains, pour la simple et bonne raison qu’elle aurait mit sa main à couper qu’il n’en était pas un. Voilà deux questions… La troisième viendrait peut être après ses reponses.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lorenzo Luciano
Peintre -- Barman au Midnight Le Bouffon noir
avatar

Messages : 339
Date d'inscription : 01/11/2008
Age : 30

Feuille de personnage :
Pouvoirs:
Âge du perso: 121 ans
Relations:

MessageSujet: Re: Dans les couloirs du métro   Jeu 11 Nov 2010 - 20:52

Lorenzo sourit en voyant qu'elle se prenait au jeu. Tout du moins, elle acceptait cette histoire de trois questions. Elle se borna à lui demander son nom, alors qu'il lui avait pourtant précisé que cela ne l'avancerait à rien ! Mais les hommes, de tous temps, avaient eu besoin d'identité, et de pouvoir nommer les choses pour ne plus les craindre. Aussi s'exécuta-t-il.

Luciano Lorenzo ! C'est mon patronyme, suivi de mon prénom, comme demandé, gente dame !
Quant à votre deuxième question, nettement plus intéressante...


Il prit doucement la main de la jeune femme, qui était en train d'effleurer les protagonistes sombres de sa fresque, et la plaça sur le loup. De son autre main, il désigna les chauves-souris.

Heureusement que je ne suis pas un simple humain, je n'aurais rien pu vous montrer sur cette fresque !

Il lâcha la main de la curieuse et s'écarta un peu d'elle, en ajoutant, sur le ton de celui qui n'est pas sûr d'avoir correctement agi :

Ces réponses vous conviennent-elles ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nelïya Fox

avatar

Messages : 788
Date d'inscription : 08/03/2009
Age : 27
Localisation : Dans tes rêves beau gosse ...

Feuille de personnage :
Pouvoirs:
Âge du perso: 18 ans physiquement
Relations:

MessageSujet: Re: Dans les couloirs du métro   Mer 17 Nov 2010 - 23:30

Lorenzo … Vous avez remarqué comme a chaque fois qu’on rencontre quelqu’un, on est toujours surpris de son nom ? Cette rencontre ne faisait pas exception.
Au moins, elle pouvait le nommer maintenant…Mais la véritable question était la deuxième. Son estomac se crispa d’une certaine appréhension. Et s’il était un vampire ? Que faire … là était la grande question… Elle doutait qu’il puise être un chasseur, elle se souvenait de la critique à l’encontre de Xander au niveau de sa taille. Non à coup sur il était hybride ou vampire.

Il s’avança, et docilement, elle lui laissa prendre sa main, pour qu’il la dépose sur le loup. De la sienne il toucha la chauve souris.
Le cœur de Nelïya loupa un battement. Il était comme elle. Un vampire, un être éternel. Les rares altercations qu’elle avait eut avec ses semblables avait toujours laissé à la jeune femme un goût amer de trahison. Cet artiste, si mystérieux était-il de ceux qui bouleverseraient encore une fois la vie de la jeune femme, la faisant un peu plus basculer dans la haine doucereuse qu’elle entretenait contre les siens ?

Ces réponses vous conviennent-elles ?


-Elles répondent aux questions que j’ai posées en tout cas…

A son tour elle se recula de la fresque. Il lui restait une question… Laquelle choisir ? Elle n’était pas sûre de vouloir en savoir plus… Savoir qu'elle se trouvais avec un de ses semblables l'avait déjà assez refroidie.

-Je n’en ai pas d’autre à vous poser. Déclara-t-elle alors.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lorenzo Luciano
Peintre -- Barman au Midnight Le Bouffon noir
avatar

Messages : 339
Date d'inscription : 01/11/2008
Age : 30

Feuille de personnage :
Pouvoirs:
Âge du perso: 121 ans
Relations:

MessageSujet: Re: Dans les couloirs du métro   Mar 23 Nov 2010 - 12:30

En sentant la soudaine froideur de la demoiselle, autant par son expression qu'à cause du pouvoir d'empathie que Lorenzo utilisait fréquemment, le vampire se sentit à la fois déçu et agacé, profondément blessé en tout cas de cette réaction qu'il voyait si souvent...
Il donna un coup de poing sur la fresque, tout petit coup vu qu'il avait une force physique déplorable, et s'exclama :


Et voilà ! Voilà ! C'était sûr ! C'est toujours la même chose !
Je n'aurais jamais dû vous le dire, vous réagissez bien comme tous les autres !


Il lui tourna le dos en croisant les bras, comme s'il boudait, mais il revint presque aussitôt vers elle, en ajoutant :


Pourquoi vous m'avez demandé, si la réponse ne vous plaît pas hein ? Qu'est-ce qui vous déplaît tant ? Qu'est-ce que je vous ai fait pour que vous réagissiez ainsi ?

Il semblait ne pas s'adresser seulement à elle, mais plutôt à l'humanité toute entière.

Tout se passe toujours bien, jusqu'à ce qu'on apprenne ce que je suis, et là boum ! Plus personne ! Comme si le fait d'être un vampire me transformait soudainement en monstre ! C'est du racisme ! Pur et dur !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nelïya Fox

avatar

Messages : 788
Date d'inscription : 08/03/2009
Age : 27
Localisation : Dans tes rêves beau gosse ...

Feuille de personnage :
Pouvoirs:
Âge du perso: 18 ans physiquement
Relations:

MessageSujet: Re: Dans les couloirs du métro   Mer 8 Déc 2010 - 23:13

Et voilà ! Voilà ! C'était sûr ! C'est toujours la même chose !
Je n'aurais jamais dû vous le dire, vous réagissez bien comme tous les autres !

La jeune vampire, sursauta presque en le voyant s'exclamer de la sorte, lui qui avait été jusque là si calme…

Pourquoi vous m'avez demandé, si la réponse ne vous plaît pas hein ? Qu'est-ce qui vous déplaît tant ? Qu'est-ce que je vous ai fait pour que vous réagissiez ainsi ?

D'un geste de recul elle prit une nouvelle distance. Pourtant ces questions, elle les connaissait… Comme si elle les avait elle-même prononcés… Elle les avait pensés tellement de fois…
Combien de fois, la rage l'avait rendu folle de voir l'attitude des humains à son égard ? Combien de fois avait elle ressentit le désir de leur montrer qu'elle était comme eux ? Qu'elle n'était pas un monstre… Une suceuse de sang ou autre fantaisie des romans du fantastique ?
Voilà que les rôles s'échangeaient, et elle constata qu'elle avait la même appréhension des siens, que les humains. Il avait bien fallut que Lorenzo rajoute :


"Tout se passe toujours bien, jusqu'à ce qu'on apprenne ce que je suis, et là boum ! Plus personne ! Comme si le fait d'être un vampire me transformait soudainement en monstre ! C'est du racisme ! Pur et dur !"

Pour qu'elle réalise qu'elle lui faisait subir gratuitement la même injustice qu'elle devait subir chaque fois… Honteuse, elle détourna les yeux, et lâcha un soupir.

- Excusez moi … Vous avez raison… C'est cruelle de ma part de vous traiter comme je viens de le faire…

Lentement, elle posa son front contre la fresque, et ferma les yeux.

-Je ne devrais pas …Mais comment savoir ? Pourquoi vous faire confiance …? Et si vous mentiez, et si vous faisiez semblant d'être gentil ?

Sa voix mourut dans un murmure.

-[b]Je ne devrais pas vous faire payer l'intolérance qu'un autre mérite, je le sais… Mais comprenez-le… On m'a trahi une fois de plus, une fois de trop…


Alors que sa voix se déliait étrangement bien sur ce sujet qu'elle n'abordait jamais, ses ongles se transformèrent en griffe, ses prunelles sous ses paupières closes prirent une allure fuselée, et passèrent du marron au doré, quand à ses canines elles s'affinèrent comme des crocs.

Elle se redressa, et fit face à Lorenzo, lui offrant son plus intime secret… Elle était comme lui.
Ses prunelles de caramel imploraient son pardon. Qu'il l'excuse… On avait fait d'elle un monstre une fois… La douleur apprend la méfiance…

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lorenzo Luciano
Peintre -- Barman au Midnight Le Bouffon noir
avatar

Messages : 339
Date d'inscription : 01/11/2008
Age : 30

Feuille de personnage :
Pouvoirs:
Âge du perso: 121 ans
Relations:

MessageSujet: Re: Dans les couloirs du métro   Jeu 16 Déc 2010 - 20:42

Lorenzo n'avait espéré aucune réaction particulière en crachant ainsi ce qu'il avait sur le cœur, il l'avait en réalité fait sans réfléchir, parce que cela lui pesait vraiment. Pour une fois, il s'était montré sincère et avait parlé sans jouer la comédie. En tout cas il ne pensait vraiment pas que la personne en face de lui ressentirait de la honte et s'excuserait.

Il fronça les sourcils et recroisa les bras, attendant la suite des explications de la demoiselle. Elle lui posa une série de questions étranges, se demandant pourquoi elle lui ferait confiance, et s'il ne faisait pas "semblant d'être gentil". Cette expression choqua Renzo qui afficha un air outré. Il l'entendit à peine parler de trahison, trop occupé à se demander comment on pouvait en arriver à penser qu'il faisait "semblant d'être gentil".

Il réfléchissait à des répliques cinglantes, lorsque la dernière action de son interlocutrice vint tout changer. Des griffes, des crocs, des yeux dorés... la demoiselle au loup était un vampire. Celle qui s'était montrée d'une froideur cassante lorsqu'il lui avait annoncé sa nature était une vampire.
Il écarquilla d'abord les yeux en ouvrant la bouche, exagérant une expression de surprise, puis il pointa un index vers elle et clama :


Ça explique tout ! Et je ne comprends plus rien !

Deux phrases complètement contradictoires, lancées sur un même ton très théâtral. Il s'approcha d'elle et lui dit plus doucement, d'une voix plus grave et plus posée qu'auparavant :


Range tes crocs ma grande, je suis pas le grand méchant loup.
Qu'est-ce qui t'est arrivé pour que tu te mettes à haïr ta propre race ?


Le contraste était étonnant. Lui qui paraissait comme une boule de nerfs, toujours sautillant et poussant des cris, il était complètement changé. Il s'exprimait beaucoup plus "normalement", et la regardait avec sérieux. C'est ça. Soudainement, il semblait sérieux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nelïya Fox

avatar

Messages : 788
Date d'inscription : 08/03/2009
Age : 27
Localisation : Dans tes rêves beau gosse ...

Feuille de personnage :
Pouvoirs:
Âge du perso: 18 ans physiquement
Relations:

MessageSujet: Re: Dans les couloirs du métro   Jeu 23 Déc 2010 - 17:49

Le ton théâtral utilisé par Lorenzo donnait à la scène un caractère improbable, si bien que la vampire crue presque être en train de rêver…

Range tes crocs ma grande, je suis pas le grand méchant loup.
Qu'est-ce qui t'est arrivé pour que tu te mettes à haïr ta propre race ?

-"Propre race", répéta la jeune femme d'un air évasif et hésitant, comme doutant de l'exactitude de ces propos… Vaguement, son regard s'égara contre la fresque, et plus spécialement sur le loup. Suspendue dans sa réflexion, elle fit planer un silence douloureux. Qu'était-il arrivé ? Aujourd'hui encore, elle avait l'impression que sa propre histoire lui échappait… Avait-elle une responsabilité dans la succession des événements qui avaient menés au sacrifice de son humanité ? Fallait-il rejeter toute la faute sur James ? Où avait été l'erreur dans leur histoire si parfaite… Dans leur amitié qu'elle avait toujours considérée comme la plus pure qu'elle n'est jamais vécue ? Et si elle avait su l'aimer autant que le lui avait aimé, porterait-elle encore le deuil de son humanité ? Chaque jour, apportait son lot de question à propos de cet événement qui avait bouleversé son existence, et chaque jour, elle redoutait les réponses…

-J'avais un grand avenir, tracé, imposait. Une route à suivre… Une valeur à prouver. Une famille qui était ce qu'elle été… Ma … "Race", comme tu dis, m'a tout prit. Je devais mourir vieille, marié à l'Eglise, devant mon Dieu… Mais aujourd'hui, même lui me rejette... Je …

Suspendue dans son élan son regard fuselé rencontra Lorenzo une nouvelle fois. Qu'était en train de faire ? Se dévoiler de la sorte à un inconnu, de sa race qui plus est, ne lui ressemblait pas… Elle soupira lourdement, et décida de se raisonner, cet apitoiement lui faisait peine à elle même …

- Qu'importe … Le passé est le passé, il ne sert à rien de le ruminer… Excusez-moi simplement pour ma réaction. Nous sommes de la même race, il est vrai …

Qu'elle le veuille ou non, elle était une vampire.

- J'étais juste revenue voir si vous aviez finit la fresque …

Désarçonnant cette façon de changer de sujet …
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lorenzo Luciano
Peintre -- Barman au Midnight Le Bouffon noir
avatar

Messages : 339
Date d'inscription : 01/11/2008
Age : 30

Feuille de personnage :
Pouvoirs:
Âge du perso: 121 ans
Relations:

MessageSujet: ait   Mar 4 Jan 2011 - 18:56

Lorenzo s'attendait à ce que la fille parte à tout moment, s'esquivant et refusant de répondre à sa question qui était si personnelle. Elle laissa planer un long silence, perdue dans ses pensées, durant lequel il ne la quitta pas des yeux, restant parfaitement immobile, attendant.

Puis elle finit par se livrer à lui, expliquant de façon vague qu'en devenant vampire, elle avait tout perdu de son ancienne vie humaine...
Lorenzo aurait bien aimé, à cet instant, pouvoir lire dans ses pensées pour en apprendre plus, découvrir les faits précis afin de pouvoir l'aider du mieux possible, en toute connaissance de cause... Mais il ne pouvait que percevoir ses sentiments, qui n'étaient pas vraiment joyeux.

Elle se ressaisit alors, ajoutant qu'il ne servait à rien de ruminer le passé... Lorenzo ignora totalement son changement de sujet. Elle avait commencé à lui avouer à lui, parfait inconnu, des blessures personnelles et profondes, et à présent qu'il avait provoqué cette confession, il se sentait en quelque sorte dans l'obligation de l'aider. Et de toute façon, il n'avait rien d'autre à faire de sa nuit.

Il s'approcha un peu plus d'elle, sans la toucher cependant, pour ne pas lui faire peur.
Et lui parla de nouveau très sérieusement.

Si je comprend bien, ce ne sont pas vraiment les autres vampires que tu hais, mais toi-même. Ou plutôt, la vision qu'ont les autres de toi-même.
Je peux comprendre ça. Personnellement, j'aime cette condition extraordinaire qui m'a été offerte. Mais je ne supporte pas que les ignorants me considèrent comme un monstre, simplement parce que je suis différent d'eux, et qu'ils ne connaissent sur nous que d'affreuses légendes qui nous portent atrocement préjudice.


Poussant ses affaires du banc, il s'y assit, sur un côté, laissant de la place près de lui. Puis il lui proposa :

Si tu veux parler.
On ne se connaît pas, mais c'est justement aux inconnus qu'on se confie le mieux, en général.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nelïya Fox

avatar

Messages : 788
Date d'inscription : 08/03/2009
Age : 27
Localisation : Dans tes rêves beau gosse ...

Feuille de personnage :
Pouvoirs:
Âge du perso: 18 ans physiquement
Relations:

MessageSujet: Re: Dans les couloirs du métro   Mar 11 Jan 2011 - 21:32

Si je comprends bien, ce ne sont pas vraiment les autres vampires que tu hais, mais toi-même. Ou plutôt, la vision qu'ont les autres de toi-même.

La vampire fronça les sourcils entre l'irritation et le mal aise. Il y avait du vrai
Dans ce que Lorenzo venait de dire, mais ce n'était pas le véritable message qu'elle aurait voulu faire passer. Un soupir lui échappa, alors qu'elle hocha négativement de la tête :


-Vous ne comprenez pas !

Elle laissa glisser un nouveau soupir, las de devoir s'expliquer. Pouvait-il comprendre… Elle-même parfois avait du mal à se comprendre. Tout cela était si complexe … Mais parfois, elle se demandait si ce n'était pas elle-même qui compliquait les choses.


"Si tu veux parler.
On ne se connaît pas, mais c'est justement aux inconnus qu'on se confie le mieux, en général."

-C'est gentil, mais j'étais venue voir la fresque … Pas pour parler. Je n'aime pas parler.

Elle sentait étrange, non pas qu'elle avait peur de Lorenzo, mais elle se sentait … Timide, sensible, et sur la réserve. A force de dressait des barrières on finissait toujours par se sentir nue lorsqu'on en ouvrait une aux autres… D'un geste souple, elle éteignit la lampe de poche, et la fit glisser à l'aveuglette dans la poche de son sac.

-Merci d'avoir mit le loup sur la fresque… Je dois y aller maintenant. Je suppose que je dois vous souhaitez une bonne nuit, et m'excuser de vous avoir réveillé. Alors, bonne nuit et désolé pour le dérangement…

Dans la nouvelle pénombre, elle ne distinguait que très légèrement la silhouette du bouffon noir, et une horde de question la tenaillait, mais elle n'était pas prête à avoir les réponses… Alors elle se changea, sans pudeur, en louve, et trottina vers le bord du quai. Avant de bondir sur les rails, elle jeta un dernier regard vers son congénère, et lui glissa un glapissement d'adieu… OU d'au revoir, qui pouvait le dire ?
Puis avec souplesse elle bondit sur les rails, et commença sa course dans les profondeurs de Paris.



Je pense qu'on peut finir là pour la première rencontre
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lorenzo Luciano
Peintre -- Barman au Midnight Le Bouffon noir
avatar

Messages : 339
Date d'inscription : 01/11/2008
Age : 30

Feuille de personnage :
Pouvoirs:
Âge du perso: 121 ans
Relations:

MessageSujet: Re: Dans les couloirs du métro   Mar 18 Jan 2011 - 1:07

Elle refusa sa proposition. Elle refusa son aide. Pour une fois qu'il était gentil et surtout sérieux avec quelqu'un, ça ne servait à rien. Elle le remercia pour le loup sur la fresque, s'excusa et lui souhaita une bonne nuit.

Elle avait éteint sa lampe de poche, et il ne distinguait plus que sa silhouette dans la pénombre. Il ne dit rien. Elle n'aimait pas parler. Dommage... Ils auraient pu avoir une conversation très intéressante.
Il remarqua simplement qu'elle changeait de forme, pour prendre celle d'un loup. Il n'avait jamais su faire cela, et l'envia quelques instants, tandis qu'elle bondissait sur les rails.

Il réalisa qu'il ne savait même pas son nom, et qu'il ne lui avait pas non plus donné le sien... Qui pouvait donc dire s'ils se reverraient un jour ? Paris était une grande ville.

Sentant de nouveau la fatigue arriver, il décida de remettre ces interrogations à plus tard, et s'allongea à nouveau sur son banc, pour dormir un peu avant l'ouverture de la station.



[ sujet terminé. ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Dans les couloirs du métro   

Revenir en haut Aller en bas
 
Dans les couloirs du métro
Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hybrid Parisiorum - ou quand le mythe devient réalité... :: Le Jeu : Paris :: Paris Centre :: Châtelet les Halles-
Sauter vers: