Forum RPG futuriste se déroulant dans la ville de Paris.
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Les ruches de l'Opéra

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Les ruches de l'Opéra   Ven 23 Jan - 1:18

Il était tard.... L'heure ou les derniers fêtards pestent d'avoir louper le dernier métro. L'heure ou les derniers taxis pensent a retrouver leurs lits chauds.

Une ombre, humaine, rien de particulier, juste une certaine nervosité, et encore....

L'ombre s'arrêta près de la façade nord de l'opéra. Plus discrète et surtout moins monumentale que la façade sud. Cette façade était surtout la plus facile a gravir. Bien sur un humain normal n'y aurait surement pas songer, les murs étaient haut, 2 mètres 2 mètres et demi, les paliers architecturaux étaient très haut, et n'importe qui aurait rit a qui disait pouvoir atteindre le toit rapidement.

Un œil a droite, un œil a gauche, personne en vue.

Elodie passa alors sous forme hybride, ses jambes rétrécirent, sans pour autant qu'elle perde sa grande taille au contraire.

En quelques secondes, sa transformation fut finie.

Elle observa la façade, pour définir son cheminement.

Premier palier, le mur du parking. Une formalité, elle pouvait presque toucher le rebord en tendant les bras. En un bond elle fut sur le mur. Le deuxième palier fut plus ardu. Il y avait bien 5 mètres entre le haut de son bras et le parapet... Une grande inspiration, un peu d'élan en équilibre sur le mur, et d'un bond elle s'accrocha au parapet. Quelques mouvement un peu de sueur et elle pouvait enjamber le garde fou.

Elle courut jusqu'à la verrière. Son objectif était de l'autre coté. Quelques sauts, et elle monta encore en altitude jusqu'à la façade arrière de la scène. La encore 5 mètres a franchir. Mais cette fois elle avait de l'élan, et elle ne devait plus craindre les regards indiscrets. Ainsi le bond fut d'une facilité presque décevante. Bien sur elle aurais pu utiliser les échelles. Mais a quoi bon? Et de toute façon, elle aura du repasser sous forme humaine, ses petites jambes ne se réjouissaient pas a la vue des barreaux espacés de l'échelle, et son tronc volumineux ne passaient pas dans le garde fou.

Arrivée au plus haut, elle pris le temps d'admirer la vue. Pas grand chose a voir, paris était faite pour être vue de la rue. En revanche elle nota quelques formes cubiques sur le toit en face d'elle. Elle sourit, aussi bien qu'on peut sourire avec une gueule d'ours.

Grisée elle sauta 6 mètres plus bas, et quelques secondes après s'être reçu sur ses 4 pattes, c'est déjà un ours, courant lourdement qui se précipita sur les ruches avec ses 250 kg. D'un coup de patte elle dégagea les rayons supérieurs et le toit de la ruche avant de plonger sa patte massive, insensible aux tentatives désespérées des abeilles de protéger leur foyer. Un régal, malgrès l'odeur poussiéreuse du miel, surement dû à la pollution parisienne, un vrai régal... Elle se sentait elle même. Que du bonheur.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Les ruches de l'Opéra   Sam 24 Jan - 3:20

Un battement souple et léger dans les courant aériens. Puis viens les courants ascendant et descendant. Plaisir suprême que la liberté de l'air qui se glisse dans le plumage. Encore un battement pour augmenter la vitesse. Les yeux scrutent le sol pour repérer ses potentielle victimes.

Un frétillement près d'une benne. Changement de cap pour se mettre en position de surveillance, un cercle quasi-parfait. Ses yeux perçants voit précisément la faible forme s'extraire de la benne et atterrir sur le sol... grossière erreur.

L'oiseau repli ses ailes contre son corps et plonge à une vitesse vertigineuse vers son future diner. Ce dernier n'a juste eu le temps d'entendre un sifflement d'air avant de recevoir une paire de serre dans les côtes. L'oiseau déploie de nouveau ses ailes et s'élance de nouveau vers le ciel, entrainant son repas tressautant. Il vole encore un instant avant de se poser sur un opéra pour commencer à dépiauter sa victime. Le rat se débat de désespoir, sentant sa mort venir. Mais l'oiseau n'a pas de pitié, soit c'est le rat soit c'est lui... la chaine alimentaire en premier.
C'est d'un coup de bec qu'il l'achève et le dévore sans plus de cérémonie. Soudain un bruit se fait entendre. L'oiseau relève sa tête, agacé. Qui ose le sortir de son repas ?

Sa réponse ne se fait pas attendre. Une créature monstrueuse surgit sur la face nord et se dirige vers une ruche qu'il démolit. L'oiseau pense légèrement sa tête sur le côté, intrigué. Un ours en ville quel surprise ...
Puis ne voyant aucune réaction de ce dernier, le rapace se remet à manger. Cependant son repas étant plus limité que le monstre, il termine avant ce dernier. Il le regarde un instant puis ouvre ses ailes et se rapproche un peu.
Ses yeux fixent le monstre sans aucune peur.


*Il doit s'agir d'un hybride car je vois mal un ours trainé dans Paris. Surtout vu sa taille.*


Ne voyant aucune réaction de la créature, l'oiseau se métamorphose progressivement en un jeune aux cheveux bleutés. Ses yeux émeraudes n'ont pas quitté la forme un seul fois. Son regard est toujours aussi perçant mais à cela s'ajoute une froideur peu encourageante. A vrai dire vaut mieux éviter de paraitre effrayer face à un mastodonte d'au moins 200 kg. Puis l'étranger se décida enfin à aborder l'ours affamé


"On se promène ?"
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Les ruches de l'Opéra   Sam 24 Jan - 14:51

Elodie avait le regard plongé dans la ruche, mais de toute façon, les ours n'avaient pas une bonne vue. En revanche elle avait parfaitement entendu (et sentit) la scène de chasse qui avait eu lieu un peu plus loin. Ainsi elle ne fut pas étonnée d'entendre un battement d'aile se rapprocher d'elle. Elle avait pu identifier un rapace, et ne s'était pas plus inquiétée. Quel oiseau aurait pu la mettre en danger.... Même le plus grand, le condor des Andes, ne pouvais soulever plus de 30 ou 40 kilogrammes.

Cependant, elle fut plus surprise d'entendre le rapace, posé a quelques mètres de la lui adresser la parole. Nul doute qu'il s'agissait d'un hybride, et elle se doutais que le bestiaux l'aurait identifier aussi de son coté. Alors pourquoi se cacher?


Mais le zozieau devra attendre: le miel, c'est sacré, et avec les protéines des abeilles, c'est simplement divin.

Une fois la ruche finie, Elle décida de se retourner vers l'hybride. Elle pensais voir un hybride en forme hybride, mais celui-ci était sous forme humaine. Elle fut surprise de voir un jeune homme, car la voix qu'elle avait entendu était féminine sans doutes possibles. Ne voulant pas trop se révéler, elle ne se transforma que sous forme hybride, même si ses yeux verts et sa chevelure rousse la rendrait surement reconnaissable.

Elle était plus a son aise ici que dans un bar, ou simplement dans la foule. Elle décida d'entamer la conversation par une boutade, qui lui permettrais de faire comprendre que si elle n'avait pas réagit, c'est parce qu'elle n'en voyait pas l'utilité.


Il te reste un peu de rat, la....


Tout en désignant la bouche de l'homme (?) avec sa main griffue et velue, et en esquissant un sourire.


[hrp:PS: sous forme hybride, Elodie a la voix rauque, mais ses seins sont suffisamment développés et sa silhouette suffisamment féminine pour l'identifier comme étant de sexe féminin.]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Les ruches de l'Opéra   Sam 24 Jan - 15:04

Yuki fronça son nez, typique de sa mine boudeuse mais ne dit rien. La créature l'avait tout simplement snober. Elle détestait les riches ou plutôt les snobinards. Bon c'est vrai que la bestiole mangeait mais quand même la moindre des politesse et de faire un signe ! Elle attendit finalement que l'ours finisse puis ce dernier prit une forme hybride. Une chevelure rousse sous une allure d'ours. Drôle de mélange... Cette dernière lui fit une remarque qui fit haussait un sourcil à la gamine. Du rat ? Elle mangeait bien assez proprement pour éviter d'en avoir sur le coin de la bouche... De plus son interlocutrice esquissa une mimique qui devait être un sourire. Yuki esquissa à son tour un faible sourire et répliqua :

"Je ne pense pas avoir du rat mais toi par contre tu as du miel là."



Ajouta-t-elle en montrant ses mains et les lèvres de la créature. Etait-elle une femelle ou un mâle ? Elle n'aurait pu le dire. Sa voix était rauque mais sa longue chevelure irait mieux à une femme.

*Bah qu'importe !*

Elle s'assit sur le rebord du toit tout en restant dans une zone discrète (valait mieux éviter de se faire remarquer). Elle se trouvait à quelques mètres de l'hybride et elle en profita pour détailler la créature. Elle devait avoir une force incroyable... Mieux valait éviter une baffe.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Les ruches de l'Opéra   Sam 24 Jan - 15:12

N'as tu pas peur de déranger un ours pendant son repas? Ne sais tu pas qu'une ruche est le met le plus raffiné pour un ours?

Puis s'essuyant les babines d'un coup de langue, elle continua.


Puis-je t'aider?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Les ruches de l'Opéra   Dim 25 Jan - 1:00

"Comment veut-tu que je sache ce qu'aime les ours ? Je n'ai jamais vu Winnie. De plus je n'ai jamais eut l'occasion à parler à un ours urbain donc vos petites habitudes culinaires, j'y connais rien."

Yuki se releva, moqueuse. Son sourire s'était agrandi bien que ses yeux étaient toujours aussi perçants. Cet ours semblait vouloir chercher des noises alors qu'elle avait juste voulu discuter un peu entre personnes de la même race. Mais allons bon...

"Non je me débrouille très bien seule et niveau discrétion je m'en sors aussi."

Elle lui jeta un regard réprobateur.

"Par contre toi, ça doit pas être facile."

Elle avait lâcher ça comme si elle avait annoncer le temps de la semaine. Elle ne craignait pas l'hybride car un ours ça ne vole pas.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Les ruches de l'Opéra   Dim 25 Jan - 2:01

Je..... sors rarement, ça limite les chances d'être découvert. Mais tu sais, je pense que les gens se doutent aussi qu'un faucon au dessus de paris, ce n'est pas "normal". Et je doute que les fusils des chasseurs d'hybrides ne puissent pas t'attendre.

Elodie s'étonnais a parler avec autant de faciliter. Peut-être le fait d'être sous forme hybride lui déliait la langue. c'est vrai qu'elle se sentait plus proche de sa vrai nature. Et puis son interlocuteur semblait être de même nature que lui, solitaire.

Elle se dit que ça pouvait valoir le coup d'offrir sa confiance a cet homme, au moins en partie.

Elle tendit sa main vers lui, et lui dit de sa voix la plus sincère:


Elodie. Elodie Grinpoire. Enchantée de rencontrer un de mes semblables.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Les ruches de l'Opéra   Dim 25 Jan - 13:52

"Il y a beaucoup d'oiseau en ville et les gens pensent rarement à regarder au dessus de leur nez."

C'était vrai, depuis la mort de son père, elle n'avait eut aucun soucis avec les chasseurs sous sa forme animal. Mais bon tout pouvait arriver.

Elle fut surprise que son interlocutrice se présente, surtout du sexe féminin... Bah à vrai dire il n'était pas simple de reconnaitre le sexe des ours. Elle fixa la main un instant, pensant à un piège puis elle chassa l'idée et la serra.


"Maki tout simplement. Ravie de te rencontrer Elodie. C'est vrai que c'est toujours agréable de croiser quelqu'un qui vous ressemble."

Elle détacha sa main de la grande patte griffue de l'hybride.

"Et tu fais quoi de tes soirées hormis dévorer les ruches sur le toit des Opéras ?"


Elle se détendait peu à peu et son aura devint positive et douce, allégeant les cœurs. Elle ne voulait pas chercher compliqué ce soir et encore moins la bagarre.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Les ruches de l'Opéra   Dim 25 Jan - 21:41

Elodie vit que Maki hésita quelques instants a prendre sa main. En un sens ça la rassura. En effet cela montrait que comme elle, Maki ne donnais pas sa confiance a n'importe qui.

Elodie se sentait de plus en plus a l'aise avec son interlocuteur (trice?). Cela aurait put l'intriguer en soit, car elle n'avais jamais été aussi a l'aise avec quelqu'un. Cependant elle décida de se laisser aller. Âpres tout, qui aurais pu les surprendre, et surtout ils (elles?) étaient tout les deux de même nature.


En vérité je sort peu, je préfère la compagnie des mégaoctets a celle du grand air, surtout dans cette ville polluée. Ça te dérange si je continue mon repas? Cela ne nous empêchera pas de discuter.

En fait, cela était plus une question de forme. Elle n'attendit pas sa réponse et se dirigea vers une seconde ruche.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Les ruches de l'Opéra   Lun 2 Fév - 0:13

Yuki sourit et hocha la tête. Après tout cela ne la déranger pas de regarder quelqu'un manger. Elle retourna s'assoir pas près loin de la femme-ours tout en restant assez éloigner pour éviter de se faire agresser par les abeilles assiégées.

"Alors comme ça tu es une fana du pianotage de clavier ? Étrange... Enfin pour moi. C'est un truc qui me dépasse. Je dois faire fuir la technologie car j'ai le don de faire tomber en panne tout ce que j'approche... bien que ça soit parfois volontaire"
ajouta-t-elle en un sourire.

La jeune fille détourna son regard de son interlocutrice pour contempler le ciel. Il fallait vraiment voler haut pour admirer correctement les étoiles... un défaut des villes.

"Les grandes villes sont vraiment des endroits tristes...utiles mais tristes."
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les ruches de l'Opéra   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les ruches de l'Opéra
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» LES CITES RUCHES de l'IMPERIUM
» [2'000pts] Le Kraken nouveau...
» 2800 pts tyranides
» [Navy vs Ty] Exterminatus de Bladen
» Présentation Supertimor !!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hybrid Parisiorum - ou quand le mythe devient réalité... :: Le Jeu : Paris :: Paris Nord :: Opéra Garnier-
Sauter vers: