Forum RPG futuriste se déroulant dans la ville de Paris.
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 La louve, la rage et le nuage. [Lexou]

Aller en bas 
AuteurMessage
Nelïya Fox

avatar

Messages : 788
Date d'inscription : 08/03/2009
Age : 27
Localisation : Dans tes rêves beau gosse ...

Feuille de personnage :
Pouvoirs:
Âge du perso: 18 ans physiquement
Relations:

MessageSujet: La louve, la rage et le nuage. [Lexou]    Mar 14 Aoû 2012 - 19:07


"Voleuse un jour, voleuse toujours"

C'était Vicky qui avait prononcé cette phrase. Et Nelïya devait s'avouer qu'elle avait eut raison... Car de nouveau, la louve avait dû voler à la différence près que cette fois, cela avait été pour survivre.
Manger, s'habiller, se cacher, était devenu un combat de tous les jours.

*J'ai tout perdu ... Où ... Quand ...? *

Cela était sûrement le plus dur ; Les souvenirs qui refusaient de lui revenir. Elle était à la rue, ignorant si cette "punition" était méritée.

*Bha ... C'est sûrement pour toutes les fois où je m'en suis sortie indem ...*

C'était sa seule consolation. Il ne lui restait plus grand chose d'autre. A part peut être ... La peur.
La peur d'un passé qui refuse de se faire enterrer. La peur de James. La situation n'avait jamais été aussi critique.
Et pour la première fois, elle n'avait plus envie de jouer. Elle ne voulait plus se faire attrapper.

Si seulement elle pouvait disparaitre ...

*Comme White mist. Ce fucking bastard ! Il m'a abandonné ... Si je le retrouve, je le castre. *

Paris de nuit. Paris de solitude. Paris comme l'aimait Nelïya. Bien que ce soir ... Celle ci n'était pas vraiment de son côté.
Une ruelle sombre. De celle dans lesquelle la louve se terrait tentant desepérement de disparaitre dans les ombres, pour mieux se faire oublier. Mais ce soir on l'y avait deterré. Tiré de force.

Quatres hommes. Age : la vingtaine bien passée. Carrure : De celle qui annonce jamais de bonnes choses pour une femme eseulée. Intelligence : peu significative ...
A vrai dire, si elle ne s'était pas laissée surprendre, la louve les aurait rapidement mit au tapis... Le problème residait dans le mouchoire imbibé d'un produit somnifère.
Pour une fois qu'elle s'était contentée de baisser la tête et de partir alors qu'on l'avait interpellé "Hey poupée" ... Pour une fois qu'elle n'avait rien cherché ... Elle avait trouvé quand même.
Le quatrième l'avait prit pas surprise, trop occupée qu'elle était à fuir les yeux rivés sur ses le sens de ses pas.

Les reflexes étaient vite remontés. Coup de coude dans le foie pour se defaire de l'emprise. Le gars l'avait laché. Mais le produit avait un effet rapide. A peine quelque seconde inhalation et la tête de Nelïya tournait déjà.

*F*ck ! C'est pas cool ça. Pas cool du tout. *

Et ses pouvoirs qui s'obstinaient à ne plus lui repondre !
Leurs mains. Leurs sales mains baladeuses l'aggripaient ! La touchaien, la trippotaient ! Leurs quatres voix ne formèrent bientôt plus qu'une ; Caveneuse, grave et gutturale... Bon sang que sa tête tournait ! Et elle se savait pitoyable, à vouloir leur resister si titubante qu'elle était.
Ils jouaient avec elle. Se là poussé de l'un à l'autre.
L'un d'eux aggripa son haut. Le tissu céda. Le soutient grogre bas prix ne resista pas plus, laissant appraitre la peau albâtre de son sein droit, et le rosé timide de son mamelon.

*Ils vont tous me passer dessus ! *

Un grondement monta dans sa gorge.
"C'est qu'elle grogne la poulette !"

Elle releva la tête : ses pupilles étaient fendus et ses crocs blancs brillant dans la nuit. Sa voix furieuse vibra dans la nuit :

-NE ME TOUCHEZ PAS ! JE VAIS TOUS VOUS BUTTER !!!

Elle n'avait jamais été ivre. Mais sûrement, songea-t-elle, que cela ne devait pas être très loin de ce qu'elle ressentait là : le corps anésthésié, la vision brouillée, l'impression que plus rien ne peut être perdu.

La louva était victime de la rage.

Une rage sanglante. Sans pitié. Ses griffes arrachaient de largue lanbeau de peau à ses ennemis. Elle ruait comme une diablesse. Ignorant les cris de ses ennemis. Ne cherchant pas à savoir où elle frappait ni comment. Une seule chose brillait dans son esprit : se libérer. Ne plus jamais tolérer qu'on fasse d'elle un objet. Il fallait que cela cesse... Il ne fallait plus qu'on l'utilise.
Des larmes ruisselaient sur ses joues, alors que ses mains se couvraient de sang ...

Bientôt ses forces lui manqueraient ... Elle s'évanouirait.

*Si seulement je pouvais mourir pour de bon ...*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexandre Lepreux
Voleur professionnel
avatar

Messages : 172
Date d'inscription : 08/09/2010
Age : 28

Feuille de personnage :
Pouvoirs:
Âge du perso: 20...Depuis 30 ans. En gros 50 ans
Relations:

MessageSujet: Re: La louve, la rage et le nuage. [Lexou]    Sam 18 Aoû 2012 - 22:22

Qui l'eut cru, moi le grand White Mist mettant autant de temps sur une simple commande. Enfin une simple commande...Une commande aux antipodes de ce que j'avais l'habitude de faire je ne suis pas fait pour chercher, juste pour rapporter. C'est vrai c'était comme demander à un pompier de soigner un cancer. Et moi je suis un voleur pas un informateur. Enfin...Vivant reclus et presque en déni avec son époque il était évident qu'il n'était pas au courant de ce que je faisais de ma vie. D'ailleurs en parlant de ce que je faisais de ma vie, de plus en plus j'avais l'impression de ne plus la reconnaître. Rencontrer des femmes, de jours, les draguer et leur poser des questions assez ciblées une fois le degrés d'alcool trop haut. Tout ce qui me faisait horreur. Je n'ai peut être jamais été le petit ami idéal, et j'ai surement eu plus de conquêtes que d'années aux compteur. Seulement je n'avais jamais utilisé de femmes pour régler mes soucis, comme des objets...

Et maintenant me voilà dans la rue, habillé de manière assez sobre il faisait assez noir pour que la couleur de mes yeux ne soit pas trop visible, et de toute manière j'avais la tête penchée vers le bas absorbé par mes pensées, si bien qu'avant même de m'en rendre compte je m'étais enfoncé dans les petites ruelles. Ces mêmes petites ruelles qu'on aurait pu croire sorti d'un roman policier assez noir. Et la nuit les rendaient encore plus glauque que jamais, la nuit et les cris. Il me fallut un petit temps avant d'en revenir à moi, j’arrête de marcher et lève la tête dans le sens des cris. Une femme, plusieurs mecs, des cris de douleur et de rage mais des deux cotés. Visiblement le spectacle se voulait intéressant, mais je n'ai jamais pris part à ce genre de chose. Je suis un voleur et pas un héros. Néanmoins j'avais la conscience en train de se réveiller, c'était peut être le moment pour moi de me faire pardonner pour toutes les femmes à qui j'avais menti.

J'enfile mes lunettes je ne les avais plus porté depuis ma seconde rencontre avec Raphaël. L'effet fut puissant et immédiat, comme si une autre personnalité venait de prendre le dessus sur Alexandre Lepreux. Quelqu'un de plus confiant, de plus rusé...De plus mauvais aussi. Le grand retour de White Mist après plusieurs mois d'absence. Les cris de la femme perdent en puissance il est temps d'agir, je sens mes lèvres s'étirer en un large sourire, la lumière de la lune se reflète dans mes verres. Voleur, informateur et avant la fin de la nuit peut être héros. Je me change en fumée pour pouvoir gagner les toits et pouvoir attaquer d'en haut avec l'effet de surprise. Quatre bonhommes, et pas des demi-portions, quand à la fille il semble qu'elle ait bien souffert ses vêtements étaient déchirés. Je sens quelque chose de mauvais monter en moi, de la colère ? Je savoure un petit instant la sensation et ses effets sur mon corps.

Je redescend sous ma forme de brume pour cette fois attaquer par derrière le plus négligeant je n'avais plus envie de faire dans la discrétion. Ces quatre connards ont voulu écraser cette femme, et maintenant j'allais les écraser à moi seul. Je me faufile doucement ce salaud glousse allègrement alors que ces amis étaient en train de terminer d'épuiser la demoiselle. Je sors l'une de mes petites bombes de peintures blanche et tapote l'épaule du premier gaillard devant moi.


-Hey les gars j'peux vous aider ?

Le type se retourne heureusement pour lui il porte des lunettes car d'un geste vif je lui asperge le visage d'un trait de peinture. Il porte ses mains à son visage en criant, mais plus rapidement que lui encore je frappe du poing pile dans l'un des verres de ses lunettes qui éclate, cette fois le type se plie en gémissant. Malheureusement pour lui cette fois je n'en ai pas fini avec lui, quatre fois de suite avec la vitesse d'un marteau pilon mon genou vient terminer son nez. Le type s'écroule le nez éclaté son sang se répandant très rapidement autour de lui. N'en reste que trois...Ou plutot deux finalement les assauts répétés à coup de griffe de la demoiselle en avait terminé un.

-Voyez vous ça...A quatre contre une nana droguée...Et vous êtes tellement nul que l'un de vous gis à terre. Enfin deux maintenant. Et bientôt quatre si vous ne vous tirez...

Un rapide coup d'oeil à la jeune fille m'apprend que je l'ai déjà vu quelque part...La petite louve, celle qui m'avait volé mes lunettes. Le monde est vraiment petit...La donne change encore.

-En fait nan les choses ont changé vous avez attaqué la mauvaise fille. Je vais vous massacrer ici et maintenant.


Un couteau, deux couteaux je suis tellement déçu. J'avais bien cru qu'on allait au moins m'opposer une arme à feu. Je fais signe aux deux de venir me voir d'un petit geste du doigt. Ils se mettent à sourire, il est vrai qu'ils n'ont pas vu à quelle vitesse j'avais dessouder le premier. Ils se jettent sur moi tout couteaux dehors, leurs mouvements sont amples et ils se gênent plus qu'ils ne s'aident. Et telle une ombre, un fantome, une masse d'air j'esquive leurs attaques. Toujours avec le haut du corps mes jambes ne bougent que très rarement, je me penche en arrière, en avant et même sur les cotés avec la vitesse et l'agilité d'un serpent. Le plus drôle restant de voir le visage de mes agresseurs se transformer au fur et a mesure, passant d'un regard franc et assuré à une expression de panique. Je leur mettais la pression, et comme tout les hommes sous pression l'un d'eux finirait par faire une erreur, une erreur fatale. Comme un mouvement passant bien trop près du bras du collègue, un mouvement que je n'avais eu qu'a appuyer d'un coup du revers de ma main pour que le couteau s'enfonce profondément dans le bras du malheureux. Je profite de la confusion et de la panique générée pour reculer d'un bond puis courir vers un mur, sauter, réaliser deux pas dessus pour terminer ma course en réalisant un coup de pied sauté sur le dernier encore debout.

-Ramassez vos deux amis et cassez vous...Sinon vos mamans pleureront devant le JT de demain soir.

Cette fois ils saisissent l'occasion et fuient en prenant soin d'emmener leurs amis. C'était la première fois que j'usais de mes pouvoirs dans le seul but de dérouiller quelqu'un, aussi restai-je un petit moment sans bouger conscient que j'avais aimé cela. Conscient que j'en voulais toujours. Mais le temps n'y était plus, maintenant je devais m'occuper d'elle, elle qui gisait maintenant a terre aussi consciente qu'endormie. Mais presque nue. Jamais la vision du corps d'une femme ne m'avait autant gêné. Et pourtant j'en ai vu, plus que raisonnable j'aurai dit. Mais la c'était un spectacle de désolation et j'avais l'impression de cautionner en la regardant. Je défis mon manteau qui dieu merci était assez long, puis le lui posait sur les épaules pour la couvrir entièrement. Son regard était un peu vitreux je n'aurai su dire si elle était oui ou non avec moi.

-Hey...

Je me rend compte que je ne connais pas son nom...C'est bien la seule à qui d'ailleurs je ne l'ai jamais demandé.


-Draculina tu m'entends ? C'est moi White Mist ! T'es avec moi ?

Je lui donne une petite tape sur la joue, près à bondir en arrière si jamais en reprenant ses esprits elle se décide a finir sur moi ce qu'elle avait commencé sur ses agresseurs.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nelïya Fox

avatar

Messages : 788
Date d'inscription : 08/03/2009
Age : 27
Localisation : Dans tes rêves beau gosse ...

Feuille de personnage :
Pouvoirs:
Âge du perso: 18 ans physiquement
Relations:

MessageSujet: Re: La louve, la rage et le nuage. [Lexou]    Jeu 23 Aoû 2012 - 22:10

L’évanouissement avait refermé ses mains vaporeuses sur le corps de Nelïya. Ses jambes qui se dérobent, son cœur qui ralentit, ses protestations qui meurent, elle n’avait rien sentit venir… Son corps s’effondra sans grâce, aucune contre la froideur du bitume. Ses prunelle vitreuses fixent le ciel sans sillaient.
Mais au dehors, le combat reprenait, car un nouvel arrivant fit son apparition… Des cheveux d’un noir de jais, aux lunettes reconnaissables entre mille : White mist. Son idole qui venait s’offrir le luxe de devenir en prime son sauveur.

Même les sons ne l’atteignaient plus. A vrai dire elle n’avait jamais était aussi calme, aussi paisible qu’à cet instant.
Elle rêvait… Que tout était finit. Enfin, plus de soucis à se faire … Son corps se reposait, son esprit s’endormait. C’était bon. Elle s’y laissa prendre.

La pause fut de courte durée. On l’arracha à son sommeil. Ce fut quelque chose de pénible, car tout son être n’aspirait qu’à succomber à l’effet de l’anesthésiant… Mais ses yeux se remirent a enregistrer les informations qui l’entouraient… Bien que sa tête tournait dangereusement, et que tout lui semblait enveloppait d’un brouillard épais, elle battit des paupières pour stabiliser sa vision.

Elle avait quelque chose de ferreux dans la bouche … Du sang. Et elle était bien incapable de dire s’il lui appartenait ou non.

C’est alors qu’elle le vit. Elle fronça les sourcils interloquée… Perdue … C’était … c’était lui ? Vraiment lui ?

Ses émotions contradictoires la submergèrent. Impossible de les identifier. De les arrêter … Elle avait eut si peur … Et voilà. Voilà que tout était finit, et qu’il se trouvait là.

-Beau-regard ? C’est toi … ?

Demanda-t-elle d’une voix pâteuse. Par delà les verres opaques, elle ne distingue rien de l’expression de ses yeux. Il y a aussi cette coupe sombre … Mais ces lunettes. Ces lunettes ça ne peut être que lui ! Elle respire, cherchant son souffle. Son parfum envahi ses narines… Ses jours passé sous forme d’une louve l’avait rendu plus sensible à l’importance des parfums… Celui là, elle le reconnaitrait entre mille !
C’est lui. Elle en est sûr. Et brusquement, tout lui échappe. Elle se jette à son cou, aussi sanglotant que vacillante, elle s’accroche de toute ses forces à son sauveur. Pour le retenir. Qu’il ne la laisse pas, comme la fois dernière.
Son visage s’enfouit au creux de son cou, étouffant timidement un sanglot déboussolé.

-Oui c’est toi. C’est bien toi ! Tu ne m’as pas abandonné…

Ses paroles n’étaient plus qu’un murmure enfantin.

-Ne les laisse plus me faire de mal … S’il te plais.

Sa poigne redouble. Elle sent que l’évanouissement va la reprendre, mais elle ne veux pas … Si elle ferme les yeux, il va disparaître !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexandre Lepreux
Voleur professionnel
avatar

Messages : 172
Date d'inscription : 08/09/2010
Age : 28

Feuille de personnage :
Pouvoirs:
Âge du perso: 20...Depuis 30 ans. En gros 50 ans
Relations:

MessageSujet: Re: La louve, la rage et le nuage. [Lexou]    Jeu 23 Aoû 2012 - 23:20

Elle ouvre les yeux et en prime me reconnaît. Une onde de soulagement me traverse. J'aurai été véritablement dépité que mon premier sauvetage se conclu par un échec. J’essaie de la soutenir du mieux que je peux la regarder me donne envie de partir retrouver ces types pour les finir comme il se doit. Néanmoins elle a plus besoin de moi que moi besoin de rendre justice. Je lui adresse mon petit sourire de coin, celui qui se veut à la fois rassurant, provoquant, sur de lui et charmeur. Oui oui je sais difficile d'imaginer un tel sourire mais croyez moi, j'avais passé assez de temps devant le miroir pour un tel résultat. Après tout je ne pouvais pas compter sur mon regard de braise.

-Ouai c'est bel et bien mo...


Je n'ai pas le temps de finir elle se jette sur moi réduisant à néant le faible espace entre nous. Elle m'agrippe avec une force étonnante pour quelqu'un dans son état. Sûrement la force du désespoirs. Je suis déstabilise un moment la draculina avec qui j'avais joué une paire de fois sur les toits, celle qui m'avait une fois anesthésié durant un baiser, je la voyais se briser sur moi. J'eus peine à croire que cela venait juste de cette agression...Ou peut être était ce la première fois qu'elle se retrouver aussi proche de se faire massacrer. Et même si le souvenir de ma première fois était lointain je pouvais quand même m'en rappeler. Je raffermis un poil ma prise sur elle pour la rassurer. Une bouffée de colère recommence à monter, contre ces types peut être aussi contre moi car présentement je me sentais un peu coupable d'inutilité.Elle pleure contre moi, et mon sauvetage se met à prendre l'eau car en dépit de toutes mes fanfaronnades je n'avais jamais eu affaire a ce genre de situations. Que devais-je faire, que lui dire qui ne soit pas trop niais ou trop...Impersonnel. Tu ne m'as pas abandonné, cette phrase fini de m'achever, que répondre à cela. Abandonner des femmes c'était presque l'histoire de ma vie, j'avais toujours eu mes raisons pour cela d'ailleurs. Que devais-je lui dire ? Qu'on avait failli me tuer que j'avais fais par la suite profil bas en travaillant pour Raphaël ? Que je ne l'avais pas revu pour ne pas lui faire tout ce que je faisais aux filles avec lesquelles j'ai eu des histoires ?

-Et non...Faut croire que tu es ma petite préférée.

Pas toute la vérité, mais néanmoins pas véritablement de mensonge non plus. Finalement elle m'avait fait tellement bonne impression la première fois ainsi que la seconde, qu’inconsciemment j'avais du la garder loin de moi pour ne pas la blesser. Qu'elle continue de m'admirer surement.

-Ne t'inquiètes pas, ils se sont barrés et avec ce que je leur ai mis ils risquent pas de recommencer. Personne ne te fera de mal tant que tu seras avec moi. Allez fermes un peu les yeux...Tu l'as mérité, laisses moi t'emmener dans un endroit sur.

Je sors mon téléphone, un téléphone d'un modèle qu'on était pas près de voir sur le marché. J'active une petite application toute dernière génération propriété de l'armée que j'avais détourné. Le GPS du téléphone allait se relier a celui de la voiture, et à cet instant un autre truc que j'avais volé à l'armée allait ramener la voiture ici en lui faisant emprunter les chemins avec le moins de trafique. Et en attendant le petit bolide noir je berçais ma petite vampire jusqu'à ce qu'elle finisse par abandonner la lutte contre l'anesthésiant. La prendre dans mes bras me fit réaliser qu'elle me paraissait bien légère. Mes mâchoires se serrèrent, par quelle justice c'était il retrouvé si riche en volant alors qu'elle vampire également voleuse également, se retrouvait dans une pareille merde. Quelle chance j'avais eu qui lui avait manqué...Je l'apporte à la voiture loin des regards indiscrets et la ramène dans l'un de mes nombreux chez moi pas loin d'ici. Un petit appartement loin d'être des plus luxueux, sans être non plus un taudis. Sûrement ce que j'avais de plus « normal ». La chance était de mon coté nous ne croisâmes personne en entrant ni en montant. Et une fois à l'intérieur je la mis au lit et pris une chaise pour me poser à coté d'elle. Elle allait sûrement finir sa nuit d'une traite mais je voulais être sur que rien n'arrive durant la nuit, genre une blessure sous estimée. Je mis en route la cafetière, être une vampire ne dispense pas de dormir malgré ce que pense les adolescentes. La nuit allait être longue.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nelïya Fox

avatar

Messages : 788
Date d'inscription : 08/03/2009
Age : 27
Localisation : Dans tes rêves beau gosse ...

Feuille de personnage :
Pouvoirs:
Âge du perso: 18 ans physiquement
Relations:

MessageSujet: Re: La louve, la rage et le nuage. [Lexou]    Lun 27 Aoû 2012 - 1:42

Se battre. Encore et toujours. Contre tout. Contre les mauvais coups, contre les mauvais gens, pour des bonnes choses. Se battre pour vivre. Se battre pour exister.
C’était l’histoire de sa vie.

Sortir les crocs. Lutter contre les ténèbres pour ne jamais se laisser engloutir. Ne pas se plaindre, juste se battre… Parce qu’à force de se battre on finissait bien un jour par gagner… Parce que à force de lui montrer, à cette saleté de vie, elle finira bien par comprendre que on veut être heureux, à tout prit et que on ne laissera pas tomber.
Ca devait être comme ça … Ca ne pouvait être que comme ça qu’on s’en sortait ; en se battant, en crachant au visage de la tristesse, en ne lâchant jamais l’affaire…

Il fallait bien sourire, rire, s’amuser. Montrer au bonheur qu’on est apte à le recevoir… Qu’on sait faire… Il fallait lui prouver qu’on l’avait mérité. Qu’il pouvait venir. Qu’on saurait lui faire honneur…On saurait connaître sa chance.

C’était ce à quoi Nelïya avait toujours crue. Ce pourquoi elle se levait chaque jour. Ce pourquoi elle vivait, buvait, et retenait ses larmes.

Alors pourquoi Nelïya n’était pas heureuse ? Elle avait tout supporté. Dès son plus jeune âge, elle s’était débattue. Elle avait décidé qu’elle ne finirait pas comme sa mère ; triste et si seule.

Elle n’avait pas toujours fait les choses bien… Mais elle avait essayé de protéger les gens qu’elle aimait. Elle n’avait tué personne. Ne s’était pas montré égoïste ou méchante…
Et pourtant, le bonheur n’était jamais vraiment venu.
Il n’y avait pas de belles cicatrices qu’elle pouvait regardait en se disant « c’est du passé ». Non, il n’y avait que des écorchures. Par millier, qui se superposaient les une sure les autres, au plus profond de son âme, et qui n’avaient jamais guérie…

Alors aujourd’hui, alors qu’elle se retrouvait à moitié nue, à deux doigts d’avoir perdu sa fierté, sa dignité, et son statut de femme, Nelïya était fatiguée… Epuisée. Las de vivre cette vie qui lui en imposait trop.

« Personne ne te fera de mal tant que tu seras avec moi. Allez fermes un peu les yeux...Tu l'as mérité, laisses moi t'emmener dans un endroit sur. »
C’était faux… elle le savait. Il n’y avait aucun endroit au monde ou elle pourrait être protégé de ce que sa vie était devenue, de ce que sa vie lui réservait encore.

Mais elle murmura quand même :
-D’accord … je vais dormir un peu.

Même si elle savait que tout ça était faux. Qu’il faudrait se réveiller de nouveau, et attendre qu’autre chose de pire lui tombe dessus. Quelque chose de pire que ce qui lui était déjà tombé dessus. Parce que ça s’était toujours passé comme ça … Toujours.

Elle sombra. Au sens propre du terme… Cette fois elle ne lutta pas contre son corps, et se laissa glisser dans le noir. Si la mort venait, ça ne serait que mieux… Si les choses venaient à mal tourner, alors qu’il en soit ainsi ; qu’elle soit briser une bonne fois pour toute. Que tout cela finisse enfin…

Elle n’avait pas méritait ça. Mais elle ne pouvait rien contre… Alors, elle céda au découragement et laissa Son corps prendre soin d’elle, survivre par lui même… Elle dormit un jour et demi durant. Un jour et demi de noir… Et pourtant lorsque ses paupières battirent de nouveau… Qu’elle revint au monde… Rien n’avait changé. Rien n'avait été oublié …

Ni ce qu’elle avait vécu. Ni ce qu’elle avait ressentit.

Alors, elle soupira … D’être encore là. Vivante, et toujours capable de souffrir. Elle avala sa salive et elle se frotta les yeux.

Elle avait envie de pleurer. D’hurler. De frapper. Mais cela n’aurait rien changé … Absolument rien. Alors elle fit ce qu’elle avait toujours fait : elle essaya de se redresser.

Il y avait quelqu’un dans la pièce. Elle tourna son regard morne vers lui… Et murmura :

-Salut …

Comme si la vie pouvait continuer comme si de rien n'était …
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexandre Lepreux
Voleur professionnel
avatar

Messages : 172
Date d'inscription : 08/09/2010
Age : 28

Feuille de personnage :
Pouvoirs:
Âge du perso: 20...Depuis 30 ans. En gros 50 ans
Relations:

MessageSujet: Re: La louve, la rage et le nuage. [Lexou]    Mar 28 Aoû 2012 - 1:03

La rue est cruelle et sans merci, moi aussi je l'avais expérimenté au tout début. Une fois que ma mère n'était plus état de travailler j'avais du me débrouiller pour nous faire vivre tout les deux...Puis elle était partie dans cet asile et je perdis la maison. Je suis passé par la suite de squatte en squatte jusqu'à ce que je me décide à employer mes pouvoirs dans un but lucratif. J'avais eu des rêves, comme tout les enfants nourris a coup de BD ou encore de dessins animés, j'ai cru que mes pouvoirs devaient servir une juste cause. Mais il n'y eu jamais d'obligation je n'étais obligé à rien, personne n'allait venir me voir en me demandant de sauver des enfants. Les mondes de super héros on besoin de leur héros, ce monde si n'avait pas besoin d'un héros. Il me fallait grandir et faire la même chose que tout les adultes, mettre à profit mes talents pour vivre. Et finalement les rêves d'enfants finissent progressivement par mourir, on revoit ses ambitions, on revoit la considération que l'on attendait des autres.

J'avais ensuite eu la chance d'être sauvé, la chance que la vie mette quelqu'un sur ma route quelqu'un qui savait comment mettre mes talents à contribution. Il n'avait jamais eu de cesse que répéter que mes pouvoirs étaient un don du ciel, ce à quoi je n'avais eu de cesse de lui répondre qu'il venait de plus bas. Il m'apprit tout ce qu'il fallait savoir, et comment me renseigner une fois qu'il ne serait plus la pour m'apprendre. En plus de m'apprendre à voler, il m'apprit à vendre ce que j'avais acquis et plus important encore quand j'étais seul il m'avait offert un toit, et une présence. Et en la regardant aujourd'hui, en repensant à la ruelle un frisson me glaçait le sang. Ça aurait très bien pu être moi, elle était une réalité que j'avais depuis trop longtemps mis dans un coin de ma tête. Tout le talent du monde n'est pas toujours suffisant des fois la chance fait beaucoup.

-Salut...

Sa petite voix ensommeillée me tire de ma rêverie, avais-je dormi ? Je n'en étais pas bien sur j'avais la tête embrumé comme quelqu'un tiré de son sommeil en plein rêve. L'expression de son visage était difficile à percer j'y voyais trop de chose qu'on cherche à retenir. Je cherche à mon tour comment composer mon visage, je ne pouvais pas lui l'irradier par ma joie et je ne voulais pas non plus l'accabler par une visage trop fermé. Je n'avais aucun masque pour l'occasion, alors autant faire ca simplement.

-Salut. Tu as mal quelque part ?

La question est brutale mais pas besoin de lui demander comment elle va. Je savais qu'elle allait mal, et je ne me sentais pas non plus de lui poser la question. Je me connais je sais très bien que je n'aurai pas su faire preuve du doigté nécessaire pour le faire sans lui faire de mal

-Je sais pas ce que tu prends habituellement à ton petit déjeuné...Alors j'ai tout préparé.

Je pose a coté d'elle un plateau avec des croissants, des pains aux chocolat, des tartines grillées, de la confiture de fraise, d'abricots. J'avais aussi préparer un bol de céréales avec une petite bouteille de lait, ainsi qu'une tasse de café et un jus d'orange.

-Bien sur t'es pas obligée de tout manger mais mange autant que tu le souhaites. Si tu veux ensuite la douche est la bas. Si tu as besoin de parler, et bien je suis la aussi, et si tu veux pas parler...Je vais servir a rien et...Ah au fait, j'ai pas de vêtement féminin...Mais tu devrais sûrement trouver de quoi te vêtir dans mes affaires dans l'armoire de la chambre. Mmmmmh si t'as des questions je t'en pris.

Je me lève histoire de pouvoir sortir de la chambre si jamais elle a besoin d'intimité pour enfiler des vêtements plus convenables, pour prendre une douche ou encore hurler. Je passe une main sous mes lunettes pour me frotter les yeux j'étais maintenant très fatigué.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nelïya Fox

avatar

Messages : 788
Date d'inscription : 08/03/2009
Age : 27
Localisation : Dans tes rêves beau gosse ...

Feuille de personnage :
Pouvoirs:
Âge du perso: 18 ans physiquement
Relations:

MessageSujet: Re: La louve, la rage et le nuage. [Lexou]    Mar 28 Aoû 2012 - 22:49

Cette fois il n’y avait plus de brume, de tête qui tourne et de douleur lancinante. Elle pouvait le regarder, l’observer plus clairement…. Il avait changé. Oublié la couleur blanche et les mèches longues, il avait opté pour une coupe noir et courte, conventionnelle… Passe partout.
Cherchait-il à pouvoir se fondre dans la masse plus facilement ? Pourquoi ?
Il avait véritablement décidé d’arrêter tout ce qui touchait de près ou de loin à white mist ? le voleur s’était bel et bien envolé ?

Ces questions tournèrent dans son esprit. Lui offrant du répit ; en pensant à lui, elle ne pensait pas à elle, et à ce qui lui était arrivé.

Mais la réalité, revient toujours à celui qui veut l’ignorer …


« Salut, Tu as mal quelque part ? »

Tient … Le traditionnel, « comment tu te sens », n’était pas de sortit … Et pour cause, il l’avait vu se briser dans ses bras, comme une vague contre la pierre tranchante d’une côte inébranlable. Il l’avait vu rependre sa fierté en larmes rondes et en gémissements enfantins …
Il savait … Mieux que quiconque que ça ne pouvait pas aller… Par moralement. Alors il s’attardait sur le physiquement. Sur la seule chose sur laquelle il avait une emprise … Qu’il pouvait réparer, soigner.
Bien qu’il la surpris en ajoutant « Si tu as besoin de parler, et bien je suis la aussi, et si tu veux pas parler...Je vais servir a rien et... »

Elle reste silencieuse un moment. Avance une main vers un croissant, le caresse sans le prendre. Puis lentement, ses prunelles brumeuses se retournent vers lui. Elle ouvre la bouche :


-Et bien … Tu as sortit le grand jeu … Sauvetage … Petit dej … Tout ça, tout ça …

Dans sa voix flotte comme une absence de reconnaissance … Comme un soupçon narquois.

-Tu fais ça à toutes les filles que tu ramènes ? Le petit numéro du mec attentionné ? Epargne moi ce cinéma veux-tu … Tu t’es foutu de ma gueule la dernière fois, je te rappelle… Avec ton baiser de puceau. Alors je vais avoir du mal à te prendre pour le gentil. Je pourrais même penser que tout ça c’est qu’une mise en scène. Tu aurais très bien pu les payer pour t’offrir le beau rôle dans tout ça …

L’accusation est lancée à vide. Pour le provoquer. Elle n’y pense pas vraiment… Ou plutôt, elle ne veut pas y penser. Car elle ne sait rien de lui, mise à part que longtemps il a vécu sans le moindre scrupule, en dérober aux plus riches la perle de leur recherche pour le plus offrant.

Elle marque une pause. Sur son visage un sourire sans joie se dessine.


-Alors tu veux que je me mette à te parler ? Bha voyons, c’est ça alors ? Tu as laissé tomber le vole pour la psychologie des femmes traumatisés ? Quelle surprenante reconversion !

Elle éclate d’un rire sans joie.

-Va te faire foutre avec ta pitié à deux balles ! Si tu crois que tu vas réussir à me faire gober que tu es du genre à écouter les pleurnichements de ton prochain, tu me prends vraiment pour la dernière des connes !

Lance-t-elle avec véhémence. Elle sait que c’est injuste … Qu’elle devrait lui en être reconnaissante … Mais elle ne peut pas. Il l’a vu !

*Il croit que je suis une pauvre petite fan brisée … Que je vais avoir besoin de lui, le beau, le grand … Mais je ne vais pas le laisser jouer avec moi comme ça. Je ne dois plus me laisser faire. *

Elle voudrait se lever, mais craint que ses jambes ne la portent pas… Si elle s’effondre devant lui, sa crédibilité s’effondrera avec elle.

Elle finit donc par attraper le croissant et par mordre rageusement dedans.


-Et ta nouvelle coupe de cheveux est nul à chier. On dirait que tu t'es fait attaquer par une tondeuse aveugle. Tu me fais penser à mon ancien prof de sport, celui avec son gros ventre à bière.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexandre Lepreux
Voleur professionnel
avatar

Messages : 172
Date d'inscription : 08/09/2010
Age : 28

Feuille de personnage :
Pouvoirs:
Âge du perso: 20...Depuis 30 ans. En gros 50 ans
Relations:

MessageSujet: Re: La louve, la rage et le nuage. [Lexou]    Mar 28 Aoû 2012 - 23:36

Il est vrai que durant un bon moment j'avais cru qu'elle allait se sentir reconnaissant. J'avais eu peur qu'elle se sente reconnaissante et obligée. Je n'aime pas avoir de dettes, je n'aime pas non plus qu'on en ait à mon égard. Personne n'aime avoir de dette, et j'avais peur de la voir me suivre, peur que l’admiration pour celui que j'avais été ne devienne autre chose...Autre chose que je ne pourrai pas lui donner. J'étais prêt à lui donner un toit, et de quoi vivre le temps qu'elle le voudrait...Qui sait plus si elle le demandait bien après tout j'avais été heureux qu'on le fasse pour moi. Mais visiblement je m'étais mis le doigt dans l’œil.

-Tu fais ça à toutes les filles que tu ramènes ? Le petit numéro du mec attentionné ? Epargne moi ce cinéma veux-tu … Tu t’es foutu de ma gueule la dernière fois, je te rappelle… Avec ton baiser de puceau. Alors je vais avoir du mal à te prendre pour le gentil. Je pourrais même penser que tout ça c’est qu’une mise en scène. Tu aurais très bien pu les payer pour t’offrir le beau rôle dans tout ça …

Tellement n'importe quoi que je ne peux m’empêcher de sourire en baissant la tête. On m'avait accusé de beaucoup de chose, mais la c'était beaucoup. Jusqu'à aujourd'hui je m'en étais toujours sorti seul et bien avec les femmes. Je ne me rappel pas vraiment ou est ce que j'aurai pu me moquer d'elle la dernière fois, mais qu'importe j'ai l'habitude, elle n'était pas la première à penser que parce que je me suis déplacé pour elle une fois je vais le faire toutes les semaines. Je ne suis pas quelqu'un de bien je ne m'en suis jamais caché, ce que je fais est illégal j'ai sauvé autant de vie que j'en ai gâché. La vie est pleine de requins qui détruisent sans aucun scrupule leurs semblables, et moi j'étais juste le requin qui vie sur le dos des autres requins.

Je prend stoïquement ses insultes, encore une fois j'ai l'habitude dans ma tête chaque je t'aime et accompagné d'un connard. A vrai dire je m'étais senti toujours plus coupable pour celles qui ne m'avaient pas insulté par la suite, que pour celles qui c'étaient immédiatement redressées pour me piétiner. C'était un bon réflexe tant qu'elle avait la force de mordre, même la main qui l'avait aidé alors c'est qu'elle n'était pas totalement détruite, qui lui restait encore des forces. Enfin c'était ainsi que je voyais les choses. J’arrête de sourire l'entendre me parler ainsi me rappel comme à chaque fois des visages, les visages de celles qui avaient tenu le même discours. J'en avais roulé certaines, et j'en avais réellement aimé d'autres mais je les avais toutes abandonnées, abandonnées à leur mortalité.

Je me tourne à nouveau devant elle, que cherche-t-elle véritablement ? Que je la foute dehors ? Pour la moitié moins de ce qu'elle venait de dire j'aurai pu le faire. Que je lui claque dans les dents qu'elle était la première que je sauvais, mais pas la première que je voyais dans cette situation ? Mais je ne peux pas lui dire ça, de toute manière elle n'y aurait pas cru. Elle veut peut être m'entendre crier pour avoir une bonne raison de partir, mais dans son état elle ne ferait pas dix mètres.


-Va te faire foutre avec ta pitié à deux balles ! Si tu crois que tu vas réussir à me faire gober que tu es du genre à écouter les pleurnichements de ton prochain, tu me prends vraiment pour la dernière des connes !

La bougresse n'avait pas tord, ça n'était pas vraiment mon genre...Mais il fallait bien dire aussi que je ne noues jamais de liens assez solides pour en arriver la. Mais des fois parler fait du bien, que la personne en face écoute ou non, les mots sont parfois un bon défouloir. Si elle voulait tout garder pour elle, je n'allais pas non plus la forcer. J'avais déjà assez mouillé ma personne en lui sauvant ses petites fesses, je n'allais pas non plus me battre avec elle.

Une dernière attaque sur ma coupe de cheveux. A nouveau je réagis sans parler, juste en portant une main sur mes cheveux. Il est bien vrai que la coupe à changé, fini le coté exubérant. Si seulement elle savait que si j'en étais arrivé la c'est parce que moi aussi j'avais failli me faire démolir, et pas par quatre petits brigands de ruelle. Mais ça aussi ça ne la regarde pas, d'ailleurs à y réfléchir y'a pas grand chose qui la regarde finalement.


-Il est vrai que j'ai été plus inspiré pour les cheveux. Et pour le reste, si t'as pas envie de parler et bien ne parlons pas. Hier j'ai fais le choix de sauver l'intégrité physique d'une fille, sa fierté, si ce n'est même sa vie. Et si c'était pour sa reconnaissance que j'avais fais ça, si j'étais le genre d'homme a travailler pour des « Merci mon héros », alors au lieu d'être voleur j'aurai été super héros. Vois mon geste comme tu le veux, penses de moi ce que tu veux. Je suis en paix avec moi même.

J'avais longuement hésité alors que je parlais à retirer mes lunettes pour la regarder droit dans les yeux, qu'elle voit à quel point j'étais sincère. Mais après le cinéma qu'elle m'avait fait plus question de lui livrer ceci.


-Je vais te laisser seule, rien n'a changé pour la douche et les vêtements. Tu peux rester ici tant que tu le veux pour reprendre des forces. Et si la présence d'un salaud sans cœur ni conscience te gène à ce point, tu es libre de partir quand tu le veux.

L'appartement serait rapidement vendu, j'avais beaucoup d'ennemis mortels et je ne voulais pas laisser dans la nature quelqu'un dont je n'étais pas sur des intentions sachant ou me trouver. Je me tourne et entame d'un pas régulier l'espace qui me sépare de la porte de la chambre.


*Cht...On m'y reprendra à jouer les héros dans la rue !*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nelïya Fox

avatar

Messages : 788
Date d'inscription : 08/03/2009
Age : 27
Localisation : Dans tes rêves beau gosse ...

Feuille de personnage :
Pouvoirs:
Âge du perso: 18 ans physiquement
Relations:

MessageSujet: Re: La louve, la rage et le nuage. [Lexou]    Jeu 30 Aoû 2012 - 23:53

Il s'était à peine énervé. C'était frustrant. Ou non ... Peut être pas. Peut être que ça n'était pas son absence de réaction qui indisposait Nelïya, mais plutôt son absence de remord... Le fait qu'il accepte, et assume de ne pas être un homme "attentionné". D'être un "salaud sans coeur".

Mais au fond elle le savait. C'était peut être même ce qu'elle attendait de lui. C'était le voleur prétentieux qu'elle adulait ? Non ?

Pourquoi attendre qu'il en soit autrement ? Pourquoi attendre qu'il démente ?

*Parce qu'il a dit que j'étais sa petite préférée ...*

Mais c'était sûrement du flan.

*Il ne sait rien de moi. Il doit dire ça à toute. Peut être qu'il essaye juste de me serrer. Et puis je m'en fiche ... Moi aussi je le connais pas. C'est mieux comme ça. Pas de sentiment. *

Et pourtant elle était quand même furieuse. Contre elle-même. Contre lui. Peut être même contre le monde entier. Lorsqu'elle enfin elle fut seule dans la pièce, elle se leva et s'en alla dans la douche. Elle claqua la porte, ouvrit le premier robinet, et après avoir retiré rageusement ses vêtements elle s'y jeta.
L'eau était gelée. Elle poussa un cri de surprise rageuse.

*Fucking douche de ..... ! *

Et brusquement ce fut trop ... Se roulant en boule, sous le flux glaciale, elle fondit en larme. Elle ne savait même pas pourquoi. Jusque ça lui faisait du bien...
Elle avait peur qu'il soit dernière la porte, qu'il écoute ... Alors, elle enfonça son poing dans sa bouche et mordit, alors que ses larmes se mêlaient à l'eau ruisselante sur son corps tremblant.

*Je sais même pas ce que je veux. Même pas ce que je fais ... *

Lorsque tout fut sortit, ou du moins la majorité, elle parvint à se redresser. Elle se lava et sortie. Comme il lui avait proposé, elle lui prit une chemise ... Réalisant que son haut avait été déchiré, laissant sa poitrine au regard de qui le voulait ... Elle réprima un frisson de dégoût, alors qu'elle songeait à ce qu'elle avait faillit enduré. Redoublant de vitesse, et termina de boutonner la chemise.

*Bon ... Va bien falloir que je l'affronte ... *

Elle respira un grand coup, et franchit la porte. Elle le trouva dans le salon . Ce bougre là mangeait des céréales en regardant un dessin animé !
Il avait même l'air très absorbé ... Elle disparut dans la cuisine, fouilla un ou deux tiroirs, trouva ce qu'elle cherchait et retourna au salon.

Là sans un mot, elle s'installa à côté de lui sur le canapé. Sans lui demandé sa permission, elle vint nicher sa tête contre son épaule, puis, avec la cuillère qu'elle avait prit la liberté d'aller chercher piocha dans son bol, le regard rivé sur l'écran.

Elle macha deux fois et demanda (tout en avançant sa cuillère pour deuxième bouchée ) d'un ton désinvolte, comme si une demi heure plus tôt elle ne lui avait pas crié dessus :

-Pourquoi tu as arrêter le vole beau-regard ?




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexandre Lepreux
Voleur professionnel
avatar

Messages : 172
Date d'inscription : 08/09/2010
Age : 28

Feuille de personnage :
Pouvoirs:
Âge du perso: 20...Depuis 30 ans. En gros 50 ans
Relations:

MessageSujet: Re: La louve, la rage et le nuage. [Lexou]    Ven 31 Aoû 2012 - 1:00

Finalement ça c’était bien passé. J’étais toujours impressionné de voir à quel point les gens se calment vite quand ils comprennent qu’ils n’ont pas l’auditoire nécessaire à une explosion de colère. J’avais tourné les talons, j’étais parti et tout c’était terminé…Comme à chaque fois. SI je l’avais su j’aurai pu noter son nom sur la longue liste de celle à qui j’avais fait le tour. Finalement elle avait eu raison, peut-être n’avais-je jamais eu l’intention de l’écouter. C’était une très mauvaise habitude que j’avais pris la, à savoir celle d’utiliser les gens pour obtenir satisfaction et les laisser ensuite.

Il faut croire qu’à force d’essayer de cacher aux autres que j’étais un monstre j’avais oublié de ne pas en devenir un. Ça en était presque drôle, j’ai toujours eu peur de mal évoluer avec l’immortalité que plus tout ceci avançait et plus le vampire gagnerait du terrain. Mais finalement il avait déjà tout pris, je ne me nourrissais certes pas de sang mais c’était tout comme. Qu’est-ce que je peux haïr ses petits moments de solitude ou l’on a rien de mieux à faire que de penser à soi, et au sens de sa vie. Néanmoins contre ça j’avais mes moyens de défense, quelques céréales, un peu de lait et un dessin tellement idiot que pour éviter les dommages irréversibles il me faudrait mettre mon cerveau de côté pour le regarder. J’avais besoin de ça, besoin d’oublier que j’avais cinquante ans, besoin d’oublier que j’en aurai peut-être mille en un clin d’œil et que quoi que je fasse je serai toujours un « connard sans cœur »…Ou quelque chose du style de Raphael. Ce qui soit dit en passant est encore plus flippant.

Ainsi donc j’étais en train de m’éloigner de ma vie d’immortel solitaire quand elle fit son irruption. Bien évidemment mes yeux c’étaient tournés vers elle sans qu’elle ne le sache, la logique aurait voulu que comme toutes les femmes jusqu’à maintenant après avoir repris des forces elle en remette une couche. Je la voyais déjà se remettre à vociférer comme si c’était bien moi qui avais failli la violer cette nuit. Ce que j’aurai sans doute fait l’effort d’ignorer jusqu’à ce qu’elle coupe la télé, me demande de la regarder dans les yeux ou tout du moins d’essayer ne serait de faire semblant de l’écouter. Mais il ne se passa rien, ce qui ne manqua pas de m’inquiéter. Se méfier de l’eau qui dort, c’est aussi vital que de regarder à droite et à gauche avant de s’engager. Se préparait-elle pour le dernier round, celui ou je devais finir KO ?

Elle fait comme chez elle, après tout je l’y ai invité alors autant qu’elle en profite. Elle vient se poser tout près de moi, et en profite même pour nicher sa tête sur le territoire déjà conquis de mon épaule. Finalement peut être pas de deuxième round. Je fais celui qui n’est pas dérangé, a vrai dire je bouge à peine, si ce n’est pour lui rendre les choses plus agréables.

-Pourquoi tu as arrêté le vol beau-regard ?

J’ai bien cru que jamais elle ne poserait la question, ou tout simplement qu’elle ne c’était pas tenu au courant de l’actualité de son idole. J’avais tellement de choix de réponses, plus ou moins vraies totalement affabulatrices mais aussi la vérité sans aucun artifice.


-Parce que les dernières personnes à m’avoir engagé étaient des chasseurs…Qu’ils m’ont tabassé gaiment, poignardé avec un crucifix devant un mur du midnight pour passer un message à Raphael. Alors j’fais profil bas pour que ça ne recommence pas, car tu vois ça fait fichtrement mal. Et au passage je remplis une petite mission pour Raphael histoire de ne pas avoir de dette envers lui.

J’avais lâché ça sans quitter la télé des yeux d’un ton égal comme si cela faisait partie de ma vie quotidienne. Ce qui d’ailleurs n’était pas tout à fait faux, si ce n’est que d’habitude je m’en sors mieux.

-Ces derniers temps il fait pas bon être voleur à Paris.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nelïya Fox

avatar

Messages : 788
Date d'inscription : 08/03/2009
Age : 27
Localisation : Dans tes rêves beau gosse ...

Feuille de personnage :
Pouvoirs:
Âge du perso: 18 ans physiquement
Relations:

MessageSujet: Re: La louve, la rage et le nuage. [Lexou]    Ven 31 Aoû 2012 - 1:29


Elle s’était attendue à tout sauf à ça : au fait qu’il se soit fait prendre à son propre jeu. Qu’il soit devenu comme Icare se brûlant les ailes au soleil. Qu’il ait tiré sur la corde une fois de trop pour qu’elle lâche et lui revienne en pleine tête.

Non sérieusement, elle s’était attendue à une explication sur le fait qu’il en avait assez, qu’il avait fait ça trop longtemps, qu’il voulait passer à autre chose de plus excitant… Une connerie du genre, qui lui aurait permit de lui en vouloir. De le taper avec sa petite cuillère en lui sommant de reprendre le costume parce que seul white mist avait une importance à ses yeux.
Elle avait tout prévu, mais tout mal vu. Sa cuillère se suspendit en l’air alors qu’elle se dégageait pour l’observer septique.

Elle n’avait qu’une envie. Lui demandait si il se foutait de sa gueule … Mais voilà Si ça avait été le cas, il aurait inventé autre chose… Tout sauf expliqué qu’il s’était fait roulé en beauté, comme un bleu et qu’il avait faillit y laisser sa peau.

Elle cligna deux fois des yeux, sans pouvoir juger son regard à travers ses lunettes sombre. Elle ne savait même pas s’il la regardait …

Puis doucement, elle reprit sa place contre son épaule et murmura :

-Merde alors …

Puisqu’il n’avait pas protesté sur le fait qu’elle partage son bol de céréale, elle en prit une nouvelle bouchée qu’elle mâcha lentement. Elle essayait d’éviter de montrer qu’elle était sous le choc. Touchée, blésée à sa place …Pourtant intérieurement, elle fulminait. Ces fumiers avaient touché à SON White mist ! Ils méritaient tous de mourir ! Etouffé dans leur vomis tiens !

-Ca a pas dût être beau à voir …

Glissa-t-elle d’un ton distrait, absorbée par son imagination qui dessinait trop bien le crucifix s’enfonçait dans la peau qui de calcinait doucement sous sa pression. Elle aussi elle connaissait cette douleur … Elle en avait un souvenir un peu trop « vif ». Et comme lui … Elle avait fait profil bas. Elle avait quitté Paris. Et après … Il y avait eut Vicky… Et elle avait retrouvé sa confiance en elle. Jusqu’à aujourd’hui. Finalement … lui et elle n’était peut être pas si différent.

-Raphaël … Murmura-t-elle pensive. Elle le connaissait de nom. Lorenzo lui en avait parlé… Il avait même proposé de lui exposer le problème « James » pour que Raphaël lui règles son compte… Mais en définitive, le personnage ne lui inspirait pas grand-chose de positif … c’était un vampire. Un vieux vampire. Sûrement avec des vielles idées.

-Il est pas un peu flippant ce gars ? Il t'a demandé quoi ? Questionna-t-elle, alors qu’à l’écran, un éponge s’était mise à gonflée à cause d’un verre d’eau… Scène particulièrement stupide vu que ladite éponge vivait sous l’eau … Mais bon c’était vrai que c’était distrayant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexandre Lepreux
Voleur professionnel
avatar

Messages : 172
Date d'inscription : 08/09/2010
Age : 28

Feuille de personnage :
Pouvoirs:
Âge du perso: 20...Depuis 30 ans. En gros 50 ans
Relations:

MessageSujet: Re: La louve, la rage et le nuage. [Lexou]    Ven 31 Aoû 2012 - 21:29

J'aurai voulu avoir la volonté nécessaire de rester les yeux rivés sur la télé après avoir tout dit, mais finalement l'expression de son visage surpris était trop magnifique. Et oui même les plus grands peuvent chuter en ratant une marche, et ne pas changer une recette qui gagne n'est pas toujours une bonne idée. Le pire ennemi d'un criminel ce sont ses habitudes. Et j'avais été totalement anticipé, après avoir compris ma façon de fonctionner il n'y avait plus qu'a tendre le piège.

-Merde alors …

-Tu l'as dit ! Ils se sont même pas présentés, même pas un p'tit mot gentil.

Non juste un passage à tabac dans les règles, le bruit d'un os qui casse est difficilement oubliable surtout quand l'os en question vous appartient. La cagoule, le coffre de la voiture, et enfin le pieu ou le crucifix peut importe. L'horrible sensation du métal froid qui s'infiltre avant d'être remplacé par la brûlure qui vient qui vient de l'intérieur. Sans oublier la peur et la panique, tout ce passe si vite et pourtant j'étais un rapide. La tranquillité, la confiance en soi tout s'envole en quelques secondes. Les sens nous font défaut, on aimerait pouvoir crier mais la douleur est telle qu'on se demande si on le peut encore. Et c'est la qu'on vous apprend qu'une douleur encore plus violente peut vous délier les cordes vocales.

-Ca a pas dût être beau à voir …

-Un vrai travail de cochon, y'avait du sang partout et ensuite une pile de cadavres quand Raphaël est venu reprendre le contrôle de la situation.

-Il est pas un peu flippant ce gars ? Il t'a demandé quoi ?

Je me remet à sourire, toutes les histoires qui circulent sur lui ont fait du personnage quelque chose de réellement effrayant. Avais-je eu peur, j'en doute mais il est vrai qu'on ne se sent pas « bien » avec lui. Il se dégage quelque chose de malsain du personnage, on ne peut s’empêcher de craindre pour sa vie à coté de lui. Sûrement tout les super-pouvoirs et le coté fermé du personnage. Vraiment quelqu'un qu'on à pas envie de se mettre à dos.

-A coté de lui t'as comme l'impression d'être à coté d'un ours. Même s'il est calme tu te demandes si pour un rien tu pourrais pas finir dans un sale état. Surtout avec tout ce qu'on raconte sur ses pouvoirs qui sont biiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiien plus nombreux que les notres.


Ce qu'il m'avait demandé, devais-je lui en faire part. Après tout je ne savais pas dans quoi je m'embarquais avec Raphaël. Peut être trouver le QG n'était que la première étape, si jamais les vampires devaient entrer en guerre avec les hybrides elle méritait au moins d'avoir le choix d'y prendre part. Et si jamais on apprenait qu'elle l'avait aidé alors ce droit à prendre part lui serait sûrement retiré, elle allait devenir une cible pour m'atteindre.

-Je dois trouver quelque chose pour lui, après il jugera si j'suis assez bon pour travailler un p'tit temps pour lui...Tch, me faire passer un test d'admission on voit qu'il a pas internet le fossile sinon il serait venu me chercher.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nelïya Fox

avatar

Messages : 788
Date d'inscription : 08/03/2009
Age : 27
Localisation : Dans tes rêves beau gosse ...

Feuille de personnage :
Pouvoirs:
Âge du perso: 18 ans physiquement
Relations:

MessageSujet: Re: La louve, la rage et le nuage. [Lexou]    Ven 31 Aoû 2012 - 22:34

"Un vrai travail de cochon, y'avait du sang partout..."

Il ne lésinait pas sur les détails. Etait-ce pure fanfaronnade ou ... Ou cherchait-il à lui rendre la monnaie de sa pièce ? A lui faire comprendre qu'elle n'avait pas été la seule à traverser quelque chose de douloureux ... De traumatisant ?

Il pinça les lèvres, réprimant la supplication qu'il lui épargne les détails. Elle ne méritait pas qu'il la ménage. Elle lui avait dit, pas de pitié. Et de surplus, l'avait considérait comme si il ignorait l'étendu de sa blessure...
Alors qu'en définitive, elle devinait dernière ses remarques légères les tourments que ces souvenirs avaient laissé dans sa mémoire. Peut être même qu'il n’oubliait jamais.

Heureusement, la conversation dévia sur Raphaël. Le sujet n'était pas celui qui mettait Nelïya le plus à l'aise, mais cela était toujours mieux que de parlait de sang et de passage à tabac. A vrai dire, elle se découvrait une curiosité enfantine à écouter les dire de Beau regard. Raphaël était pour elle une sorte de légende ... Le yeti des vampires en quelque sorte. Elle avait croisé ses traces, sans jamais le voir.

"Je dois trouver quelque chose pour lui, après il jugera si j'suis assez bon pour travailler un p'tit temps pour lui..."

Alors beau regard comptait vraiment se mettre à travailler pour lui ? Se sentait-il redevable à ce point ? Attendait-il qu'elle en fasse de même avec lui ?
Ses questions se bousculèrent dans son esprit alors qu'il poursuivait:

" Tch, me faire passer un test d'admission on voit qu'il a pas internet le fossile sinon il serait venu me chercher."

Pour le coup, elle éclata de rire. Le "fossile"... Il avait vraiment osé ? Surement n'aurait-il pas eut cette audace devant ledit fossile ! Lorsqu'elle eut reprit son calme et laissa passer un silence puis alors que l'idée se faisait douceument dans sa tête elle exposa sa pensée :

-Alors ... Tu vas arrêter de voler ? Tu va te mettre à travailler pour Raphaël ? Faire ce qu'il dit ?

Le reste était implicite... Elle se demandait, puisqu'il avait était si longtemps voleur pouvait-il s'enfoncer plus loin dans le degrés de criminalité. Et si Raphaël voulait faire de lui ... Un tueur ?

Cette perspective la glaça... Et même le dessin animé ne suffisait pas à distraire ses craintes.

-Et ... On volera plus jamais ensemble.

Conclu-t-elle. Cette réalité venait de s'imposer à elle avec aigreur... Elle se souvenait de cette soirée passé à deux. Ce petit moment de liberté qu'elle s'était octroyé et qui lui avait tellement de bien ... Elle se souvenait avoir laisser la fenêtre à demi ouverte pour attendre qu'il revienne...
Elle s'était mise à imaginer qu'ils pourraient faire une sorte de... Duo. Lui serait Batman, et elle Robin. Oui le duo de l'ombre ...

Mais aujourd'hui, tout cela n'avait plus la moindre valeur. Ce rêve se disloquait doucement... Elle même, n'avait plus le moindre accessoire de vole. Elle même avait reposé le masque. Quand à White Mist, il était par certain côté mort dans l'agression subit par les chasseurs.

Les temps avaient changé... Si rapidement. Si impitoyablement ...

Quel était cet homme contre lequel, elle avait la tête niché ? Elle l'ignorait. Parce qu'elle n'avait toujours voulu voir que White mist. Mais il ne serait plus à présent ...
Alors elle demanda, mélancolique :

-Tu peux me dire comment tu t'appelle maintenant.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexandre Lepreux
Voleur professionnel
avatar

Messages : 172
Date d'inscription : 08/09/2010
Age : 28

Feuille de personnage :
Pouvoirs:
Âge du perso: 20...Depuis 30 ans. En gros 50 ans
Relations:

MessageSujet: Re: La louve, la rage et le nuage. [Lexou]    Sam 1 Sep 2012 - 0:48

Elle pouvait toujours rire c'était déjà ça, évidemment j'avais vanné sur le grand manitou mais bien loin de la porté de ses oreilles. J'ai certes avec White Mist crée un personnage arrogant et assez irrespectueux, suicidaire ne fait néanmoins pas parti de la longue liste de défaut caractériel du personnage. Un silence s'installe, il faut sûrement qu'elle digère le fait que son idole ait décidé d’arrêter son activité, c'est toujours assez incroyable j'en étais si flatté, j'en avais le cœur si serré.

-Alors ... Tu vas arrêter de voler ? Tu va te mettre à travailler pour Raphaël ? Faire ce qu'il dit ?

-Une question à la fois...Oui pour l'instant je vais arrêter de voler, j'ai beaucoup de défaut mais je suis quelqu'un d'honneur et je paies toujours mes dettes.

Allez savoir pourquoi le titre d'un livre me vient à l'esprit alors que je m'écoute parler. Enfin bref.

-Ouai, j'vais mettre mes immenses talents au service de Dracula, faire ce qu'il dit, tout ce qu'il dit je sais pas...Mais si j'ai bien saisi si j'accepte de faire une chose pour lui alors j'dois accepter de faire tout ce qu'il me demandera par la suite.

Pour la première tache le vieux vampire avait été soft, mais la prochaine demande pourrait être accompagnée de la photo d'une personne à faire disparaître. Le meurtre, jusque la je m'étais toujours interdis de tuer car tuer c'est mal, et surtout c'est tellement moins classe que de réaliser ses voles sans dommages. N'allais-je pas non plus vendre une autre partie de mon humanité si jamais je commençais à prendre des vies à droite à gauche juste parce qu’on me le demande.

-J'espère quand même qu'il va rester dans mon domaine d'expertise...Sinon j'vais perdre pas mal de fan.

-Et ... On volera plus jamais ensemble.

La raison pour laquelle j'avais toujours fais en sorte de me tenir éloigné de mes fans, surtout de ceux qui passent à l'acte. Que pouvais-je répondre à cela ? Elle n'était pas l'une de ces filles que je rencontrais en boite de nuit, tout juste bonne à glousser à être draguée et ainsi va la vie. Elle, elle était si proche de moi à la différence qu'elle n'avait pas été entraîné par professionnel, une ancienne légende.

-J'ai dis que je fermais boutique...J'ai pas dis non plus que j’arrêtais les conneries et entamé une vie rangée du bon coté à travailler pour payer ses impôts. C'est juste que je vais arrêter de louer, moyennant des sommes astronomiques de louer mes services.

Qui je suis...La question est assez bonne, moi même j'ai encore beaucoup de mal à y répondre. Alexandre Lepreux est un garçon ordinaire, un humain sans histoire et surtout sans avenir, n'avais-je cessé d'être cette personne le jour ou j'avais endossé l'identité secrète de White Mist...Mais White Mist est juste un pseudonyme. Superman est il Superman avant d'être Clark Kent, ou Clark Kent devient il Superman. Ou est le costume ?


-Tu sais que tu pourrais vivre plusieurs vie humaine à l'abri du besoin avec cette information ? Et qu'il y a aussi dehors des gens prêt à tout en bien comme en mal pour soutirer cette info.

Je sais c'est méchant de la tester de cette manière. Mais j'ai beaucoup d'ennemis, je voulais juste voir dans ces yeux comment elle allait accueillir cette information. Et si elle avait les épaules pour la supporter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nelïya Fox

avatar

Messages : 788
Date d'inscription : 08/03/2009
Age : 27
Localisation : Dans tes rêves beau gosse ...

Feuille de personnage :
Pouvoirs:
Âge du perso: 18 ans physiquement
Relations:

MessageSujet: Re: La louve, la rage et le nuage. [Lexou]    Lun 3 Sep 2012 - 22:29

Elle aurait dû être touchée qu’il se montre si optimiste sur leur projet de vole … Qu’il sous entende qu’avec elle, la perspective de flâner sur les toits semblaient tout à fait réalisable. Mais il n’en fut rien. Son cœur meurtrit, brusquement celé dans un pragmatisme implacable la fit affirmer :

-Non. Ca ne sera pas pareil. Ce ne sera jamais plus pareil.

Et malgré la boule qui lui remontait le long de la gorge, elle fixa son esprit sur cette idée. Elle dénoua ses rêves pour les laisser s’envoler au loin. Elle ne pouvait plus vivre dans leurs chaudes promesses… Elle n’était plus une enfant. Il lui fallait accepter les changements, et cesser de se raccrocher à ses souvenirs poussiéreux de sa vie illustre. Ce soir là, elle avait commis la faute de le laisser s’en voler, de penser que tout pourrait continuer, et elle s’était trompé. Très bien… Il faudrait faire avec.

Elle crispa les mâchoires, résolus, alors que la conversation poursuivait. Il lui expliqua alors que son identité n’avait pas été jusque là dissimulée pour des motifs de fantaisie. Il y avait des risques… Des véritables risques pour lui comme pour elle. Il la mettait à l’épreuve, pouvait-elle l’assumer ? Pouvait-il lui faire confiance ?
Un silence s’en suivit, puis elle déclara.

-Alors garde-le pour toi. J’ai bien assez de soucis et d’ennemi pour y ajouter les tiens… Et trop sur la paille pour ne pas te trahir.

Autant être claire tout de suite. Il n’était pas tout blanc. Elle non plus. La fin justifie-t-elle les moyens ? Elle n’en savait rien. Juste que par expérience, lorsqu’elle avait donné toute sa confiance à ses hommes, ils avaient finit par lui arraché… Qu’il fallait ne pas compter sur les autres. Ne pas prendre les soucis des autres pour les siens.

*Ne t’attache pas.*

Se répétait-elle, comme pour s’en convaincre.

*Mist est mort. Et lui c’est rien pour toi.*

-Merci quand même de m’avoir aidé…

Elle se décolla de lui, se leva et s’étira. Il lui fallait remettre de la distance physique… Un soupir lui échappa…

-J’aime pas ton dessin animé. Tes goûts sont vraiment douteux.

Dévia-t-elle, en lançant un regard morne au poste de télé

-Je vais peut être retourner me reposer …
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La louve, la rage et le nuage. [Lexou]    

Revenir en haut Aller en bas
 
La louve, la rage et le nuage. [Lexou]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Kenny - Arkna La rage du peuple
» [Rp] Une louve aux allures d'un ange...
» O rage O désespoir...
» Louve
» [CAP] Release Celebration La rage du guerrier le 6/06/09

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hybrid Parisiorum - ou quand le mythe devient réalité... :: Le Jeu : Paris :: Paris Est-
Sauter vers: