Forum RPG futuriste se déroulant dans la ville de Paris.
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Un nid...Deux places ?

Aller en bas 
AuteurMessage
Ethan Burgos
Hybride Aigle tyran ~ Guitariste
avatar

Messages : 24
Date d'inscription : 29/05/2012

Feuille de personnage :
Pouvoirs:
Âge du perso: 25 ans
Relations:

MessageSujet: Un nid...Deux places ?   Mar 29 Mai 2012 - 19:09

Ce qu’il y a de bien dans le métier de « star » de la musique, c’est que l’on possède bien souvent un agent et que l’agent en question c’est un peu le meilleur ami de notre fainéantise. Je revenais d’un voyage de presque un an aux USA pour une série de concert à travers tout le pays, et en revenant en France je n’avais même pas à m’inquiéter du logement. J’avais refusé de prendre l’hôtel, être servis en permanence ça n’est pas réellement le genre de délire que j’apprécie. Alors j’avais demandé à mon agent de me trouver un appart sympathique ou m’installer, le temps qu’on se remette sur les routes. Quelque chose en hauteur, je préfère avoir une belle vue quand je me lève et surtout je voulais mon nouveau nid dans un coin pas trop agité. A cela il avait répondu :

-Aucun soucis Eth’ tu peux considérer que j’ai déjà trouvé.


Mon agent est un type bien, son ton est toujours paternel, mais il n’a jamais tenté de prendre ce rôle. Il ne m’a laissé que deux jours à l’hôtel avant de me rappeler et me dire qu’il avait trouvé quelque chose qui rentré bien dans les critères que j’avais donné. Certes selon lui l’endroit avait besoin d’un petit peu de boulot, mais cela ne me dérangeait guère…Bien au contraire, au moins si j’en refaisais la déco moi-même alors il ferait un meilleur nid pour moi, même temporaire. Je note l’adresse, et faire une recherche internet avec mon ordinateur pour l’emplacement et la manière d’y aller. Finalement je fais appel à notre chauffeur des grandes occasions seulement je lui demande de prendre sa voiture la moins voyante. Pas besoin d’arriver an limousine et attirer toute l’attention sur moi, en toute simplicité donc, s’il voulait se faire passer pour mon père qu’il le fasse donc. Une paire de fois cela avait réussi.

Je fais donc le voyage dans sa magnifique Mercédès, on avait fait bien moins voyant mais ça restait toujours mieux qu’une limousine. Je ne fis pas de remarque, cet homme avait bien le droit de cultiver une passion pour les belles autos. Et rare devait être les célébrités qui lui demandaient de les conduire à droite à gauche dans des voitures bas de gamme. Parfois il m’arrive de détester ce monde d’apparence dans lequel j’ai mis les pieds. Je prends mes deux valises plus mon étui à guitare, Jeff mon agent m’a dit qu’il me ferait parvenir le reste au plus vite. Je ne croise personne dans les couloirs, faut dire qu’à 15h, tout le monde bosse, au moins je pourrai poser mes valises en paix.

Effectivement l’endroit a besoin d’un sérieux coup de pinceau, et d’être remeublé. Ca pourra attendre, un p’tit peu. Je dépose mes valise et fait le tour du proprio, j’aime beaucoup la présence de cette terrace, le matin elle me permettra de réaliser mes exercices et me servira de piste de décollage. Deux chambres, ça peut toujours servir. La cuisine à l’américaine, j’adore le seul souci c’est que j’aurai été retrouver un appartement plus frenchy après ce voyage au Stats. Au final je décide de visiter et de tester la salle de bain en même temps. J’ouvre une valise et prend à peine de quoi me doucher plus un boxer et à la douche. Et comme à mon habitude c’est une fois après avoir bien pris mon temps sous l’eau chaude que je me rend compte que prendre quelques vêtements de plus qu’un boxer n’aurait pas été un luxe. Enfin pas de quoi s’affoler non plus, je sors ma serviette sur les épaules en sifflant pour revenir vers mes valises à l’entrée.

Pourquoi s’affoler, ça n’est pas comme si quelqu’un allait surgir par une quelconque porte de l’appartement et me voir dans cette tenue.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Keira Docker
Hybride Pingouin ~ Juge d'instruction
avatar

Messages : 26
Date d'inscription : 25/05/2012

Feuille de personnage :
Pouvoirs:
Âge du perso: 25 ans
Relations:

MessageSujet: Re: Un nid...Deux places ?   Mar 29 Mai 2012 - 21:32

Cela faisait deux semaines que j’étais revenue à Paris, et il fallait absolument que je trouve un endroit pour me loger. Non pas que squatter une chambre d’hôtel était désagréable, mais ça avait un côté dérangeant. Je préférais avoir mon petit intérieur. Et puis, à la longue, ça allait me revenir plus cher. L’un de mes collègues m’avait donné un journal dans lequel il y avait plusieurs annonces. Mon regard s’était d’abord arrêté sur un appartement près des champs, mais rien qu’un coup d’œil au loyer me fit sauter l’annonce. Il fallait que je reste réaliste tout de même. Je jetai alors mon dévolu sur un trois pièces dans le quartier, et après un coup de fil au propriétaire, j’appris que cet appartement avait déjà trouvé un locataire. Flûte !
Je tournai les pages en vain, jusqu’à ce que je tombe sur l’annonce pour un F4, proposé en colocation. Parfait !

J’appelai, et visitai quelques heures après. A priori c’était assez banal niveau déco, mais c’était bien, grand, et situé pas trop loin du bureau principal. J’avais tout de suite accrochée en vue de la cuisine et de la terrasse. Je signai le contrat et repartis à l’hôtel pour faire mes valises. J’emménagerai le lendemain.


Le lendemain…

J’avais dû faire les cent pas pour trouver un van de déménagement. Finalement, je m’en étais sortie pour une cinquantaine d’euros. Le mec qui m’amena le van me fit même un rabais de cinq euros pour sa grosse demi-heure de retard. J’arrivai finalement sur les coups de 15h30 à mon nouvel appartement. Le propriétaire m’avait annoncé que mon colocataire s’installerait certainement dans la journée lui aussi, mais qu’il ignorait à quelle heure il serait présent.
Soit, j’espérais simplement que je m’entendrai bien avec lui, et que ce ne serait pas un délinquant que je devrais envoyer derrière les barreaux.

Je déchargeai un premier carton ainsi que mon sac à main et pris l’ascenseur pour aller plus vite. Arrivée au troisième et dernier étage, j’ouvris la porte et entrai. Je posai mon carton dans l’entrée, ainsi que mon sac à main, et me préparai à redescendre quand j’entendis du bruit dans la salle de bain. Quelques secondes plus tard, j’avais la main sur mon arme de service, vieux réflex de terrain, mais sans la sortir. Je braquai mes yeux laiteux sur l’homme presque nu qui me faisait face, en prenant soin de ne pas aller au-delà de sous son cou.

Well, vous devez êtwe Mister Burgos, right ? Je souis désolée, je pensais que vuous arriveriez plous tard.

Un sourire légèrement amusé de la situation digne d’un début de scénario de comédie hollywoodienne, je détournai les yeux pour regarder le mur à ma droite.

Je vais redescendwe un instant. Vuous devriez en pwofiter pour enfiler un tee-shirt.

Aussitôt dit, je redescendis pour aller chercher deux valises et remontai pour retrouver le jeune homme complètement vêtu. Je posai mes valises sur le seuil de l’entrée, l’envie de rire encore présente sur mes lèvres.

Je m’appelle Keira Docker. Je souis votwe nouvelle colocataire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ethan Burgos
Hybride Aigle tyran ~ Guitariste
avatar

Messages : 24
Date d'inscription : 29/05/2012

Feuille de personnage :
Pouvoirs:
Âge du perso: 25 ans
Relations:

MessageSujet: Re: Un nid...Deux places ?   Mar 29 Mai 2012 - 23:12

Y'a des jours avec, et y'a des jours sans. Les jours sans sont finalement assez facile à reconnaître, ils commencent toujours de la même manière dès le levé du jour. Un lacet qui casse juste la ou il faut pour qu'on ne puisse plus y faire un nœud, plus une goutte de jus d'orange au frais pour le p'tit déj, de la pluie bien tôt le matin l'obligeant à faire ses exercices en intérieur et surtout l'obligeant à ne pas prendre son bol d'air frais. Tellement de petit détails qui viennent vous prévenir qu'ils sont suivis d'une multitude d'autres. Mais la, ce matin j'ai rien vu venir. Journée sans à retardement ? Est-ce le fait d'avoir oublié mes vêtements dans ma valise qui aurait du me mettre la puce à l'oreille. Néanmoins ca n'était pas le premier problème que j'avais sur le moment.

Non le vrai soucis c'était elle, j'étais entré dans le couloir en sifflotant un air, une force que je n'aurai su nommer me demanda précisément d'ouvrir les yeux au moment même ou ses yeux devaient croiser les miens. Et le temps s’arrêta durant un court instant, au point même que j'en cru que jamais mon cœur ne redémarrerait. Je ne faisais pas le moindre geste, comme si le fait de me tenir totalement immobile allait me faire sortir de son champ de vision. Elle à la courtoisie et la retenu de rester à scruter mon visage, qui malgré la honte qui me ronge littéralement ne porte pas la moindre expression. Cependant moi je ne peux m’empêcher de baisser mon regard sur la main qu'elle avait porté sur le coté de sa ceinture. Elle avait une arme à feu. Immédiatement sans même véritablement y penser j'active mon premier pouvoir, ce pouvoir qui me rend encore plus dur que la brique mais aussi plus lourd. Le parquet se met à grincer un peu, je relève doucement les yeux vers elle. J'ai une forte envie de paniquer de prendre ma forme animale et m'envoler, mais que pourrai-je faire d'assez rapide pour l’empêcher de tirer. J'ai envie de paniquer, mais mon visage reste totalement de marbre, peut être mes yeux me trahiront difficile à dire, je ne peux pas voir mes yeux.


Well, vous devez êtwe Mister Burgos, right ? Je souis désolée, je pensais que vuous arriveriez plous tard.

Un accent étranger anglais...Non plutôt américain. Comment peut elle connaître mon nom, ca n'est pas une fan. Les fans ne réagissent pas du tout ainsi la première fois...  « Je pensais que vous arriveriez plus tard » qu'entendait elle par la, qu'elle aurait du se trouver ici avant moi. Ici c'était chez moi, elle n'avait rien à faire ici, elle avait voulu me surprendre chez moi qui d'autre pouvait savoir ou j'étais. Mille questions se bousculent dans ma tête, je réfléchis si vite que j'ai l'impression que je ne réfléchis plus. Je reste sans rien dire après tout, qu'avais à répondre à ça ? Elle sait qui je suis, et je ne vais pas m'excuser d'être chez moi à l'heure qui me chante.

Je vais redescendwe un instant. Vuous devriez en pwofiter pour enfiler un tee-shirt.

Ca frise véritablement le n'importe quoi la. Si elle était venue ici pour repeindre un pan de mur en rouge qu'est ce que ca pouvait lui foutre que j'sois habillé ou non ? Une détraquée ? A ce qu'il paraît ils aiment beaucoup s'attaquer à des gens connus. Pourquoi ne suis-je pas resté à l'hotel, si j'm'en sors c'est la dernière fois que je ne fais pas comme tout le monde. Elle sort véritablement de la pièce, j'ai à peine vu qu'elle souriait quand à moi je recommence véritablement à respirer. Je m'habille comme elle me l'a demandé, même si ma première avis est de fuir et d'appeler la police. Cependant un détail m'intrigue, elle est venu ici avec un sac à main et un carton. Encore le sac...Mais un carton, je reste un moment sans bouger en me demandant si je dois l'ouvrir pour me rassurer, ou si l'horreur que je vais trouver à l'intérieur n'aura pas raison du peu qu'il me reste de self-control. Elle fini par revenir avec encore des cartons en main, d'accord visiblement il y avait mal entendu. Elle venait s'installer ici, hors personne ne l'avait prévenu que.

Je m’appelle Keira Docker. Je souis votwe nouvelle colocataire.

J'aurai surement donné beaucoup pour qu'elle commence par la, au lieu de me laisser me faire des films plus dramatiques les uns que les autres. Ma nouvelle colocataire, qu'est ce que ca pouvait bien vouloir dire j'avais jamais demandé cela. Puis d'un seul coup la lumière se fit plus nettement que jamais, surement à cause de l'adrénaline, Maxence ! C'était obligatoirement lui qui avait fait en sorte de me mettre en colocation, lui et sa lubie qui consiste à m'ouvrir aux autres. Et bien cette fois il c'était totalement raté et en beauté. Je n'avais véritablement que deux choses à dire à cette femme.

Oui...Je suis bien Mr Burgos...Ethan Burgos. Désolé d'attaquer directement avec une question mais...Vous avez une quelconque autorisation pour l'arme à votre ceinture ?

Et n'allez pas me dire que je fais une fixette la dessus, ca n'est pas un petit détail de savoir qu'on risque de passer pas mal de temps avec quelqu'un armé, qu'on risque de dormir sous le même toit que quelqu'un qui à une arme. Le minimum est au moins de savoir au moins pour quelle raison cette arme est sous m...notre toit.


Dernière édition par Ethan Burgos le Mer 30 Mai 2012 - 15:50, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Keira Docker
Hybride Pingouin ~ Juge d'instruction
avatar

Messages : 26
Date d'inscription : 25/05/2012

Feuille de personnage :
Pouvoirs:
Âge du perso: 25 ans
Relations:

MessageSujet: Re: Un nid...Deux places ?   Mer 30 Mai 2012 - 0:08

Il semble visiblement se remettre de mon entrée pour le moins fracassante. Son visage reste fermé, et pourtant, j’ai l’impression d’y déceler comme une once d’angoisse. Il confirme être celui que je pensais et enchaîne avec une question.

Vous avez une quelconque autorisation pour l’arme à votre ceinture ?

Ahhh, c’était donc ça ! C’est vrai, mon habitude de porter la main à mon arme avait tendance à me sortir de la tête, aussi je n’avais pas songé que ça ait pu l’effrayer ou tout simplement l’intriguer.
Tout en dégainant mon sig sauer de ma ceinture, je réponds :

Plus ou moins.

Le temps de ces trois mots, j’avais guetté sa réaction et démonté le chargeur pour rendre mon flingue inoffensif. Je l’avoue, j’étais volontairement restée évasive quant à la réponse. Je tenais simplement à vérifier s’il était véritablement en train de me prendre pour une criminelle. On aurait pu appeler ça un quiproquo si je n’avais pas été de la police. Heureusement pour lui, c’était tout le contraire de l’illégalité.
Je rangeai le chargeur dans mon sac et remis le reste à ma ceinture, tout en sortant ma carte.

Il fauwt que je véwifie si mon calibre n’est pas au-dessus de la moyenne fwançaise.

J’ajoutai, passant devant lui et lui glissant ma carte, où étaient inscrits mon identité ainsi que mon grade, sous le nez :

Mais j’ai une autowisation, oui.

Je glissai au passage un sourire calculé histoire de le détendre un peu, et avançai un peu plus au niveau du salon. J’observai une nouvelle fois les murs blancs, répercutant mentalement les couleurs qui m’avaient plu, les mains sur les hanches. Je vérifiai au passage l’endroit où le parquet avait semblé craquer quelques minutes avant que je descende. Pas de nouveau bruit.
J’ouvris ensuite la porte d’une des chambres et constatai qu’aucune affaire n’était encore dedans. Même manège pour la seconde, même résultat. Je me tournai alors vers l’intéressé.

Une pwéférence puour la chambre ?

Je n’attendis pas sa réponse, ce fut bien malgré moi. L’alarme du van que j’avais emprunté s’était déclenchée. Je jetai un coup d’œil par la fenêtre donnant sur la rue pour m’apercevoir qu’un ado avait balancé malencontreusement son ballon sur le quatre roues. Je soupirai et pris la direction de sortie.

Une fois en bas, j’engueulais légèrement le fauteur de trouble, en lui demandant de faire attention, de ne pas jouer près des voitures pour ne pas les abîmer, ni sur la route d’ailleurs car ça pouvait être dangereux. Je pris le dernier gros carton et remontai pour le poser dans l’entrée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ethan Burgos
Hybride Aigle tyran ~ Guitariste
avatar

Messages : 24
Date d'inscription : 29/05/2012

Feuille de personnage :
Pouvoirs:
Âge du perso: 25 ans
Relations:

MessageSujet: Re: Un nid...Deux places ?   Mer 30 Mai 2012 - 15:49

Elle dégaine finalement son arme à la fin de ma question, elle ne le braque pas sur moi mais le fait est que son arme est totalement sortie. Ca n'est pas la première fois que j'en vois une d'aussi près, parmi nos gardes du corps Simon m'avait déjà fait tenir la sienne qui me semblait plus grosse que celle la. Le fait est que je connaissais Simon, et que s'il portait cette arme c'était pour me protéger. Quand à elle je n'avais toujours pas la moindre idée de pourquoi elle devait en porter une.

Plus ou moins.

De l'humour ? Elle avait flairé que j'avais peur et avait donc décidé de jouer avec moi ? Un petit jeu malsain pas du tout à mon goût, elle retire le chargeur mais l'arme ne garde-t-elle pas une balle dans la chambre au cas ou ? Ou alors ceci n'est pas une option sur toutes les armes. Décidément notre colocation commençait véritablement mal, je n'étais déjà pas installé que je n'avais plus qu'une envie c'était de partir d'ici et mettre le plus de distance avec cette femme. Elle retire une carte de son sac après y avoir déposé le chargeur, mais avant d'en finir avec cette sale affaire elle ne peut visiblement pas s'empecher de jouer avec mes nerfs une dernière fois.


Il fauwt que je véwifie si mon calibre n’est pas au-dessus de la moyenne fwançaise.

Comme si j'étais capable de la renseigner la dessus, comme si elle voulait me faire croire, qu'en plus d'avoir une arme, elle avait une arme d'un calibre interdit. Mais avec la distance qui nous séparait le calibre n'était pas véritablement le plus grand de mes soucis même avec un flingue deux fois plus petit que celui la, elle m'aurait envoyé retrouvé mes ancêtres d'une simple pression de l'index. J'ai toujours mes yeux sombre braqué sur elle, pas de colère, plus vraiment de peur. J’attends juste qu'elle arrête de déconner. Je vois enfin sa carte, juge d'instruction. Je n'étais pas un expert juridique mais visiblement ce métier l'autorisait à porter une arme en permanence pour se défendre. Je m'attarde le temps qu'il faut sur la carte dans l'espoir de ne rien voir qui aurait pu démentir son authenticité. Mais je n'avais jamais vu une carte de juge d'instruction je ne savais même pas qu'il y en avait en France, alors j'étais bien pour déterminer si elle était fausse ou pas.

Mais j’ai une autowisation, oui.

Elle me sourit, je ne le lui rend pas. Certes je suis moins tendu qu'il y a quelques instants, mais toujours pas rassuré à cent pour cent. Son petit jeu pour me faire peur à plutôt bien marché, et mon intime conviction que chacun d'entre nous à de quoi faire le mal en lui vient de finir le boulot, sans oublier les dizaines de lettres de menaces de mort que reçoit le groupe régulièrement à cause de son hybridisme. Jeff dit tout le temps que tout les stars en reçoivent qu'il ne faut pas s'inquiéter, ça ne m’empêche pas de faire très attention. Elle finit par me passer devant pour observer la pièce, elle doit sûrement s'imaginer comment elle aimerait la voir. Je l'avais fait aussi, mais maintenant je n'en avais plus envie. A vrai dire je n'arrivais même plus à m'imaginer vivre ici pour l'instant. Je vois qu'elle tente d'appuyer la ou j'étais tout à l'heure, mais ça n'est pas avec son petit gabarit qu'elle reproduira le craquement que j'avais infligé au parquet. Elle rentre dans les deux chambres, toutes mes affaires sont encore dans les valises donc elle n'a que l’embarras du choix.

Une pwéférence puour la chambre ?

Je n'avais pas vu les chambres, je n'en connaissais même pas les tailles. Aussi ça ne me posa pas le moindre problème de lui répondre.


Qu'importe pour moi prenait celle qui vous plaira le plus. Je m'installerai dans l'autre.

Maintenant j'en étais sur, Maxence avait voulu me faire une petite « blague » en me mettant en colocation. Ça devait sûrement partir d'un bon sentiment, depuis le temps que je dis qu'il fallait que je le fasse moi même. Il n'avait juste pas prévu qu'au lieu de m'aider, il m'avait collé avec quelqu'un dont j'étais pas prêt d’arrêter de me méfier. J'avais parlé dans le vide, puisqu'au bruit de l'alarme elle était sortie tel un courant d'air vers l'extérieur. C'était sans doute son véhicule qui venait de crier au secours. Bon...Finalement c'était peut être à moi de choisir la chambre qui me convenait alors. J'avais des affaires à déballer, autant commencer. Je pris celle qui avait la plus grande fenêtre ma forme animale ayant de grandes ailes je préférais pouvoir passer sans trop devoir faire d’acrobatie. Je n’eus qu'a traîner le lit juste en face. Durant un moment je crus pour la déco les posters que j'avais accumulé suffiraient...Hors les murs avaient visiblement et très sérieusement besoin d'un coup de peinture. A quoi s'attendaient-ils tous ? A rentrer à l'improviste et à me voir pinceau à la main joyeusement repeindre le mur avec ma colocataire ? Désactiver mon pouvoir me donnait toujours l'impression qu'au moindre pas j'allais m'envoler, comme si la pesanteur de la planète elle même venait de changer. J'allais aussi devoir jouer en silence, je doute que ma musique soit du goût de la demoiselle. Et visiblement elle n'était pas de celle qu'on ennui impunément. Je déballerai sûrement mes affaires plus tard, Jeff risquait à tout moment de faire parvenir le reste. Je pris par contre le temps de mettre dans l'immense frigo les maigres courses que j'avais faites pour l'occasion.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Keira Docker
Hybride Pingouin ~ Juge d'instruction
avatar

Messages : 26
Date d'inscription : 25/05/2012

Feuille de personnage :
Pouvoirs:
Âge du perso: 25 ans
Relations:

MessageSujet: Re: Un nid...Deux places ?   Jeu 31 Mai 2012 - 15:13

J’avais fermé la porte derrière moi et remarqué que mon coloc’ m’avait précédé le pas pour le choix de la chambre. Ca ne me faisait rien. Et puis, c’était la moindre des choses qu’il choisisse après mon entrée fracassante. J’avais l’impression de lui avoir laissé un arrière goût amer. Certes, on ne devient pas les meilleurs amis du monde en quelques minutes, mais j’espérais tout de même qu’on arriverait à s’entendre, que ma présence ne l’empêcherait pas d’être à l’aise. Ce serait un comble de ne pas être à l’aise chez soi. Et cet appartement était à présent aussi bien le mien que le sien.
Je déposai un premier carton dans la chambre qui serait désormais la mienne, et repassai par le salon pour apercevoir qu’il mettait au frais quelques aliments qu’il avait apporté dans le frigo. Pour ma part, je n’avais pas eu le temps d’aller faire les courses, j’avais simplement du café et une bouilloire. Je ne savais pas encore si j’aurais le temps d’aller acheter quelques trucs avant ce soir, il fallait encore que je ramène le van à destination. Le cas échéant, je sortirais me prendre un truc à emporter. Loin de moi l’idée de le déranger plus que ça le premier jour de cohabitation. Il fallait aussi que je finisse de rédiger mon rapport pour l’envoyer par mail.
Comme j’étais partie de façon assez précipitée, je n’avais pas eu le temps de finaliser l’affaire sur laquelle je travaillais. Du moins, j’avais pensé qu’elle serait bouclée pour mon départ, mais de nouveaux éléments étaient apparus au moment même où je prenais l’avion. J’avais chargé mon ancienne équipe d’enquêter de nouveau sur le terrain et de faire le plus de clichés possibles à me transférer. Bien sûr, un nouveau juge avait repris l’affaire, mais comme je la connaissais sur le bout des doigts, j’avais tenu à garder le fil et à lui transmettre le maximum de données possibles. L’audience était dans dix jours, il aurait le temps de se préparer parfaitement si je lui transmettais tout dans la foulée.

J’avais ramené toutes mes affaires dans ma chambre. Il faudrait déballer uniquement le strict nécessaire, à savoir les valises de vêtements. Rien ne servait de tout installer maintenant puisque les murs étaient à refaire. Il faudrait racheter du mobilier aussi. J’avais également sorti la photo de mon père et moi, et pendant un instant, en la regardant, je m’étais demandé si j’avais bien fait de le laisser tout seul à New York. Maintenant que maman n’était plus là… Je laissai un sourire filer sur mes lèvres. Il s’en sortirait. Et puis, je ne partais pas pour toujours, juste pour quelques années… Il viendrait me voir, et inversement. Je secouai un peu la tête pour me sortir de mes pensées et laissai la photo sur mon lit. J’avisai ma montre. 17h.

J’avais pris mon sac et étais retournée dans le salon.

Well… Il faut que je wamène le van que j’ai luoué. A plous tard ?

Je tentais d’esquisser un nouveau sourire à l’attention d’Ethan pour détendre l’atmosphère. Puis je sortis.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ethan Burgos
Hybride Aigle tyran ~ Guitariste
avatar

Messages : 24
Date d'inscription : 29/05/2012

Feuille de personnage :
Pouvoirs:
Âge du perso: 25 ans
Relations:

MessageSujet: Re: Un nid...Deux places ?   Ven 1 Juin 2012 - 0:58

J'aurai peut être du prendre plus de nourriture, enfin je l'aurai sûrement fait si j'avais su que j'allais vivre avec quelqu'un. Au lieu de cela elle me retrouvait en train de remplir à moitié le frigo comme si en plus de choisir ma chambre en premier, j'avais choisi la portion du frigo qui m'était alloué alors que cela ne me faisait ni chaud ni froid de partager avec elle. Certes j'allais avoir du mal à me sortir de la tête qu'elle était dangereuse et qu'elle avait un sens de l'humour douteux pour ne pas dire pourri. Mais mon père est un ivrogne violent, ça ne m’empêche pas pour autant de l'appeler père même avec toutes les branlées qu'il m'a mis. Elle était juge d'instruction, le fait qu'elle possède une arme était pleinement justifié après tout. Elle part dans sa chambre, sûrement pour ranger les affaires qu'elles venaient de monter. Je ne sais pas comment elle avait pris le fait que finalement durant son absence j'en avait profité pour choisir ma chambre. Elle m'avait certes proposé de le faire mais Maxence n’arrête jamais de dire que quand les femmes vous propose de choisir, c'est que par galanterie elles attendent que finalement on leur laisse le choix. Je n'étais pas vraiment doué et je n'avais pas eu de contact véritable avec des filles depuis un bon moment, alors je m'en remettais à lui qui en changeait tout les mois.

Well… Il faut que je wamène le van que j’ai luoué. A plous tard ?

En temps normal je n'aurai pas répondu, cela n'impliquait pas véritablement une réponse. Elle vivait ici, je vivais ici fatalement il y aurait un tout à l'heure. Mais voilà, elle ne me connaissait pas, et ne pouvait donc pas comprendre elle était finalement comme tout ces gens que ma « profession » me faisait rencontrer, et qui pensait que j'avais un caractère véritablement merdique. Alors je fis un petit effort.

A tout à l'heure. Si j'ai le courage, j'irai compléter le frigo...Sinon on devrait pouvoir trouver un chinois ou une pizzeria dans le coin.


Je n'en dis pas plus, on verra bien à son retour. Elle sort, les murs n'étaient certes pas véritablement présentables, mais cela ne devait pas m'empecher de ranger mes vêtements ailleurs que dans ma valise. L'armoire était un peu petite à mon goût, j'allais devoir en changer sous peu. Mon entrain à faire de ce lieu un nouveau nid était un peu retombé devant la masse de travail pour y parvenir. Rien que la poussière sur le sol c'était assez impressionnant. Enfin heureusement j'avais appris très jeune faire les poussière en m'amusant et surtout en m’entraînant. Plus personne ne pouvait me voir, je pris ma forme hybride, j'avais toujours un peu de mal à m'habituer au changement de taille qui s'en suivait. Puis avec un petit effort de concentration je fis naître une micro tornade à mes pieds. Je fis augmenter sa force et sa taille de manière à pouvoir rivaliser avec un aspirateur et me mit au travail. Le travail le plus difficile dans cet entreprise était de conserver une rotation assez forte pour que la poussière reste emprisonnée, diriger la tornade n'était pas bien compliqué. Cet méthode devait bien être deux fois plus longue et cent fois plus fatigante qu'avec un aspirateur, mais elle avait au moins l'avantage de m’entraîner. Ma tornade était chargé au possible je n'avais pas fait la moitié de l'appartement, et je ne pouvais pas la faire plus grande de peur d'aspirer aussi toutes les petites choses qui traînaient ça et la. Finalement une heure plus tard j'avais fini balancé le contenu des tornades par une fenêtre, et tel une vrai loque j'étais tombé sur mon lit même reprendre ma forme humaine fut un effort. Finalement pas question de faire des courses pour compléter le frigo. J'avais plutôt dans la tête de dormis jusque son retour et lui proposer de se faire livrer. C'est d'ailleurs au bruit de la porte qui claque signe du retour de ma coloc que je fis irruption dans le salon afin de lui demander si...


Vous aimez les sushis ? Ou les pizzas ? Ou encore je ne sais quoi d'autre qui puisse se livrer. Car la on va être un peu juste. J'ai déjà les numéros, y'a plus qu'a passer commande.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Keira Docker
Hybride Pingouin ~ Juge d'instruction
avatar

Messages : 26
Date d'inscription : 25/05/2012

Feuille de personnage :
Pouvoirs:
Âge du perso: 25 ans
Relations:

MessageSujet: Re: Un nid...Deux places ?   Ven 1 Juin 2012 - 3:14

J’avais acquiescé et étais partie. Commander quelque chose à manger ne me posait aucun problème. A vrai dire, je fonctionnais tout le temps ainsi lorsque j’étais seule. Il faut dire que sauter d’hôtel en hôtel n’aide pas à l’apprentissage de la cuisine. Et à la maison, c’était toujours papa qui faisait à manger. Tiens, encore une chose qui va me manquer. Sa cuisine. Quant à moi, puisque je n’ai jamais vraiment essayé, je pense pouvoir dire que je suis carrément inapte à me servir même d’un four. Faire réchauffer des plats déjà préparés au micro-onde à la limite, mais le reste… Il faudrait que j’apprenne, au moins pour avoir la décence de ne pas imposer à Ethan de faire tout le temps à manger. Et puis, ce ne doit pas être si compliqué que ça après tout. Je commencerai léger, mais tout vient à point à qui sait attendre, et mieux vaut tard que jamais, comme on dit !

Je m’étais retrouvée dans les bouchons. Quelle idée de prendre le périph’ à l’heure de pointe aussi ? On m’avait prévenue pourtant. Mais par où est-ce que je serais passée dans ce cas ? Circuler en voiture dans Paris n’avait jamais été une mince affaire. Ce n’est pas aujourd’hui que ça allait changer, même en passant par d’autres chemins. J’avais bien mis une bonne heure avant d’arriver à destination. A présent, il fallait que je retrouve mon chemin dans le métro. Je pensais que deux ou trois changements suffiraient, mais forcément, il avait fallu que je prenne la ligne dans le mauvais sens, et qu’au moment de changer de station le train ne marque finalement pas l’arrêt. Je ne me connaissais pas une poisse fréquente. C’était peut-être dû au stress. Il paraît que les mauvaises ondes attirent les ennuis. Allez Kiki, penser po-si-tif !

Je remontai finalement la rue sur les coups de sept heures. Quoi, déjà ? C’est qu’il en fallait du temps pour traverser Paris ! Bon… Avec tout ça, je n’étais même pas allée faire de courses. Puis dans mon infortune, j’avais trouvé ce resto chinois qui faisait l’angle de la rue. Alors je m’y étais arrêtée.

Hum… Mais qu’est-ce que je prends maintenant ?...

Dix minutes plus tard, je repartais avec deux sacs en gros papier couleur café et prenais le chemin du retour. Il était 19h18 quand je passai la porte. Visiblement, mon colocataire n’avait pas pris la fuite.

Vous aimez les sushis ? Ou les pizzas ? Ou encore je ne sais quoi d'autre qui puisse se livrer. Car la on va être un peu juste. J'ai déjà les numéros, y'a plus qu'a passer commande.

Prévenant de sa part. Je lui offris un sourire, posai mes clés sur la petite commode à l’entrée. Je montrai les deux sacs.

Disons que ce sera la récompense pour avoir fait le ménage. D’ailleurs, merci.

En apparence, ça aurait pu passer inaperçu. Mais c’était quand même plein de poussières quand on était arrivés. J’ignorais si je faisais preuve de tact, en même temps, c’était mon côté américain direct qui avais le dessus.

J’ai pris chinois, et ne sachant pas ce que vous aimiez, bah… J’ai pris de tout.

Je le rejoignis dans le salon et posai les sacs sur la petite table basse. J’allai également chercher deux assiettes, ainsi que des couverts. Après ça, je pris sous mon bras mon ordinateur portable ainsi que le dossier que je devais à tout prix finaliser, et m’installai au sol près de la table. Non loin de moi l’idée de ne pas lui faire la conversation. Je pouvais faire les deux, en étant attentive et en pouvant suivre le fil tout en étudiant les nouvelles preuves. Fallait-il encore qu’il ne le prenne pas mal et qu’il ne recule pas en pensant que je ne voulais pas lui parler. Aussi, je laissai le dossier fermé pour l’instant.

Bon appétit !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ethan Burgos
Hybride Aigle tyran ~ Guitariste
avatar

Messages : 24
Date d'inscription : 29/05/2012

Feuille de personnage :
Pouvoirs:
Âge du perso: 25 ans
Relations:

MessageSujet: Re: Un nid...Deux places ?   Sam 2 Juin 2012 - 0:33

Finalement elle était venue avec la nourriture, l'un de mes amis auraient sûrement prononcé ces simples mots qui ne prennent leur sens que dans le ton qui est employé : « Les femmes ». Mais au fond, même si cela pouvait paraître péjoratif il était impossible de ne pas leur être reconnaissant d'être prévenante de cette manière. Enfin dans le cas présent c'était sûrement son petit coté cavalier qui avait la différence. Elle dépose deux énormes paquets sur la table, je ne pouvais juger du contenu, mais je pouvais aisément savoir que même a deux il était fort peu probable qu'on engloutissent tout. Ou alors elle était de celle qui derrière un corps aux courbes parfaites, cachent un appétit d’ogre.

La récompense pour le ménage, ainsi elle avait vu le petit coup de « vent » que j'avais passé dans l'appartement. J'espère que le fait qu'il n'y ait pas d'aspirateur ici ne la déstabilise pas trop, à vrai dire je n'étais même pas sur de pouvoir trouver un balais ici. Tout les gens me connaissant ne seraient pas surpris, mais elle ne me connaissait pas, et pour l'instant et surtout parce qu'on était à Paris je n'avais pas envie de lui en faire part. Donc tant qu'il n'y aurait pas de questions il n'y aurait pas de réponse. Je me contente de lui rendre son sourire, je me connaissais si je prenais l'habitude avec elle d'être comme avec les autres, alors elle risquait d'attendre un moment ce premier sourire.

C'est surement avec le contenu du sac que je saurai si j'ai bien travaillé alors.

Elle annonce la couleur...Chinois. J'adore la cuisine chinoise, c'est d'ailleurs la bas que le groupe avait eu ses meilleurs repas. Les baguettes devaient y être autant que pour la nourriture certes, mais on y jamais manqué de rien. Les chinois ont la terrible habitude de se plier en quatre pour leurs invités.

Chinois...C'est parfait, pour une telle récompense la prochaine fois je passerai la serpillière.


Visiblement c'était une femme très prise par son travail, elle avait même ramener ce dernier à table. Un ordi, un dossier, un travail. Ce qui me manquait parfois le plus sans réellement me faire envie. J'avais parfois l'impression de vivre dans une injustice, une injustice pour les autres. Je ne faisais que gratter des cordes toutes la journée, et je gagnais outrageusement bien ma vie pour ça. Hormis durant les tournées, je ne sais pas ce que se lever tôt signifie comme le fait d'avoir tellement de travail qu'on en ramène à la maison. Les chansons venant véritablement du groupe ne sont pas écrites par moi, et même si en général tout le monde à son mot a dire pour l'écriture de la musique nous nous sommes toujours mis d'accord pour le faire en studio. Je n'allais pas cracher sur ma situation, ni dire que je me refusais à prendre tout ça par manque de mérite. C'est juste que parfois j'avais l'impression de ne pas en foutre une ramé et avoir tout ce qu'il faut et plus encore, alors que d'autres font des études plus que je n'en ferais jamais et n'y arrivent pourtant pas. Je retourne chercher dans ma valise un cadeau de fan que j'emporte souvent avec moi, des baguettes en bois noir dont l'extrémité pour les doigts avaient été taillé pour en faire des têtes d'aigle. On ne peut pas toujours garder tout ce qu'on nous envoie çà fait toujours bien trop, mais parfois il arrive qu'un fan bien avisé mette dans la qualité et l’originalité plutôt que dans la quantité et la grosseur...Comme ces deux baguettes. Je pris place sur le sol assez loin pour permettre à Keira de s'étaler autant qu'il le lui faudrait pour travailler, mais juste assez près pour qu'elle ne pense pas que je voulais me trouver loin d'elle.

Bon appétit.

J'ouvre quelques un des petits paquets dans les paquets, uniquement ce que j'étais sur d'aimer. Et avec une habilité forgée par l’entraînement et le plaisir de manger chinois, je me mis assez rapidement à picorer à droite à gauche. L'ambiance était assez morte, j'avais l'habitude avec les autres de les écouter parler, de rire parfois avec eux, mais surtout de manger en musique...Ou au moins avec la télé. Ici pas de télé, ma chaine hi-fi arriverait demain et à vrai dire j'avais un peu peur de la déranger en lui adressant la parole. Surtout que je ne voyais pas quoi lui raconter. Je n'avais rien fait de ma journée, et je ne savais même pas si elle était habilité à parler à autrui du contenu du dossier.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Keira Docker
Hybride Pingouin ~ Juge d'instruction
avatar

Messages : 26
Date d'inscription : 25/05/2012

Feuille de personnage :
Pouvoirs:
Âge du perso: 25 ans
Relations:

MessageSujet: Re: Un nid...Deux places ?   Lun 25 Juin 2012 - 15:15

[Désolée, c'est nul =__=']

J’avais esquissé un nouveau sourire, mais cette fois-ci amusé, à la remarque qu’Ethan avait faite concernant la serpillère. Je remarquai les baguettes spéciales dont il s’était muni, et ouvris un des paquets pour piocher dedans à mon tour. Je n’étais pas difficile niveau culinaire, du temps que ça se mangeait, ben, je mangeais. J’avançai les baguettes en bois clair jusqu’à mes lèvres et engouffrai le morceau de porc au caramel dans ma bouche avec délectation. J’avais toujours aimé cette sensation de sucrée au-dessus d’un aliment a priori salé. C’était trop bon. Encore une fois, ça ne dérogeait pas à la règle. J’attendais de goûter à d’autres plats pour finaliser mon jugement, mais visiblement, le traiteur de la rue était de qualité appréciable.

J’allumai finalement mon ordinateur en mangeant. Puis j’ouvris les clichés que mon ancienne équipe m’avait envoyés. Mouais. Des trucs insignifiants au premier coup d’œil. Pourquoi l’autre barreau avait-il décidé d’invoquer ces nouvelles preuves ? Je ne comprenais pas. J’étais sûre d’avoir tout vérifié sur place.

Je soupirai finalement et repoussai d’un geste nonchalant mon ordinateur.

D’ordinaire, j’aurais sûrement continué sur-le-champ, même avec une équipe à disposition, mais là, vraiment, ça ne me disait rien, et puis, il y avait mon nouveau colocataire. Je n’étais pas contre le silence, mais là, ça avait un côté quelque peu gênant. J’avais l’impression de le forcer à se taire. Il était aussi vrai qu’en face à face, j’avais tendance à parler comme dans les interrogatoires, et que j’aurais pu enquêter sur lui directement pour en apprendre plus. Mais quelque chose me disait que ça ne lui plairait pas. Et puis, entre nous, ce serait un sérieux manque de tact. Aussi, je décidai donc d’engager la conversation.

Alors… Ethan, la guitare, c’est juste un passe-temps, ou vous avez réussi à en faire votre métier ?

D’un côté, j’avais peu de doute quant à la réponse, mais cette question nous permettrait d’ouvrir la discussion, et de parler, qui sait, de toute et de rien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ethan Burgos
Hybride Aigle tyran ~ Guitariste
avatar

Messages : 24
Date d'inscription : 29/05/2012

Feuille de personnage :
Pouvoirs:
Âge du perso: 25 ans
Relations:

MessageSujet: Re: Un nid...Deux places ?   Lun 25 Juin 2012 - 19:18

J’avais commencé à manger en observant le silence, après tout on n’a pas besoin de parler pour manger et ma nouvelle coloc devait travailler et son travail c’était du sérieux. D’ailleurs cela la rendait d’une certaine manière assez intimidante. La plus part des filles que j’avais jusque-là rencontrées et avec qui j’avais dû faire la conversation étaient soient des fans, soient des femmes travaillant dans l’équipe qui gère les concerts. Dans le premier cas les conversations se limitaient à répondre aux questions, supporter les hurlements hystériques et surtout laisser faire Maxence. Dans l’autre cas, c’était aussi laissait faire Maxence. Et la juste en face de moi, j’avais quelqu’un de mon âge qui a surement dû faire face à autant de criminels et d’enquête que moi de plateaux télé. Deux existences véritablement différentes, l’une de travail l’autre de passion.

Et donc il était logique que je me fasse petit en attendant qu’elle termine son boulot, ou tout simplement qu’elle en m’adresse la parole. Mais visiblement j’allais devoir attendre, ce que lui affichait son ordinateur n’avait pas l’air du tout à son gout. Et avec mon père j’avais appris à ne pas questionner quelqu’un sur le sujet qui le contrarie. Je fis donc la seule chose à faire, recentrer mon attention sur mon riz, enfin jusqu’à ce que.
"Alors… Ethan, la guitare, c’est juste un passe-temps, ou vous avez réussi à en faire votre métier ?"
A cette question il avait toujours la même réponse.


Je préfère dire que je gagne ma vie avec, la musicien j’ai du mal à classifier ça comme métier. Ça reste une passion avant tout le reste. Mais c’est vrai que j’ai la chance d’être parmi les rares à pouvoir bien en vivre.

Pas la peine de mentir je m’étais présenté sous mon vrai nom, il lui suffisait de le taper sur google pour tout savoir de ma vie ou presque. Même si ma page Wiki était plus rempli de fantasmes de fans que de la réalité il y avait quand même pas mal d’informations sur moi. J’aurai aussi préféré lui cacher le nom du groupe en attendant d’en savoir plus sur elle, mais elle avait déjà mon identité et un ordi alors…

Je suis le guitariste du groupe « Hybrid ».

Elle n’était pas obligée d’aimer notre musique, il y avait même plus de chance que des reprises de musiques métal ne lui plaisent pas. Mais avec le tollé médiatique qu’avait l’annonce de l’hybridité de tout le groupe peu de chance qu’elle n’ait pas du tout entendu parler de nous. Je lui fis un petit sourire qui se voulait amical je ne savais pas le point de vu qu’elle avait sur les hybrides et je comprenais parfaitement que des humains puissent avoir peur de nous. J’avais eu peur de mon père bon nombre de fois car il avait l’ascendant sur moi, et un humain pouvait a juste titre se sentir bien peu de chose à coté de quelqu’un capable de tout ce dont sont capables certains.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Keira Docker
Hybride Pingouin ~ Juge d'instruction
avatar

Messages : 26
Date d'inscription : 25/05/2012

Feuille de personnage :
Pouvoirs:
Âge du perso: 25 ans
Relations:

MessageSujet: Re: Un nid...Deux places ?   Mar 26 Juin 2012 - 1:05

J’écoutais sa réponse avec une attention particulière. Je ne m’étais donc pas trompée sur le fond. Quant à la forme, elle était plus modeste et humble à sa façon de la formuler. Je trouvais qu’affirmer que cette façon de gagner sa vie était plus une passion qu’un travail, et avouer malgré tout la chance qu’on a de pouvoir en vivre, était une jolie preuve d’humilité et de reconnaissance envers le destin. Ethan ne se vantait pas. J’aimais ce côté-là chez les gens.

J’enfournai d’un nouveau coup de baguette un des mets quand il ajouta :

Je suis le guitariste du groupe ‹‹ Hybrid ››.

Je restai bloquée les baguettes dans la bouche quand mon regard se braqua sur lui. Tout à coup, tout devenait plus clair. Je comprenais à présent pourquoi celui qui m’avait informé sur Ethan m’avait demandé si j’avais un quelconque problème avec les hybrides. C’était parce qu’il en était un lui-même. Cette révélation provoqua en moi une once d’excitation quant à la race à laquelle il pouvait appartenir, ainsi que l’animal dont il avait hérité les gênes. Mais je n’en laissai rien paraître. Je me contentai de répondre à son sourire après avoir ôté les baguettes de ma bouche, et avalé le ravioli à la crevette que j’avais mâché inconsciemment.

Hum, ça me dit un truc, oui. Je crois même me souvenir que l’info était passée sur CNN, mais je devais être occupée à autre chose à ce moment-là. ^^’

C’était une manière un peu détournée d’avouer que je ne savais rien de plus au sujet du groupe. Je ne savais pas non plus quel genre de musique il jouait, mais à en voir le look de mon coloc, j’aurais parié sur du rock ou un style dérivé.

En tout cas, c’est courageux de vous être dévoilés au grand jour. Certains n’en feraient pas autant.

Pour ma part, j’estimais qu’il valait mieux ne rien dire pour l’instant. Malgré les années qui s’étaient écoulées, j’avais encore une certaine rancœur envers ma forme hybride qui avait poussé ma mère à me haïr. Du coup, j’avais toujours cette angoisse d’être rejetée. Je n’avais pas peur du danger que cela pouvait représenter, car bien souvent j’étais armée et prête à me défendre, mais c’était bien le dégoût qui m’effrayait le plus.
Sans le vouloir, je m’étais rendue compte que mon visage avait dû arborer des traits mélancoliques légèrement crispés. Je détendais aussitôt mon faciès.

Vous avez eu quel genre de réactions quand ça s’est su ?

J’étais curieuse oui. Après tout, il avait l’air de bien le vivre. Alors peut-être que tout le monde n’était pas rebuté à l’idée que les hybrides accèdent à la notoriété.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ethan Burgos
Hybride Aigle tyran ~ Guitariste
avatar

Messages : 24
Date d'inscription : 29/05/2012

Feuille de personnage :
Pouvoirs:
Âge du perso: 25 ans
Relations:

MessageSujet: Re: Un nid...Deux places ?   Mer 27 Juin 2012 - 1:37

Je dois bien avouer que la manière dont elle c’était retournée brusquement vers moi, en me fixant comme si je venais de dire quelque chose choquant me fit peur. J’avais puisé un peu de réconfort dans le fait qu’elle ne connaisse pas la groupe, au moins je n’aurai pas droit à la foule de questions indiscrètes que les fans posent tout le temps. Certes jamais ces mêmes fans ne pensent à mal, ils veulent juste en savoir plus sur ce groupe qu’ils aiment et il est difficile de leur en vouloir. Moi-même en face de mes idoles j’aurai surement beaucoup de questions à poser. Aussi restai-je sans bouger comme si je retenais mon souffle en attendant l’avalanche de questions. Mais finalement pour mon plus grand soulagement rien ne vint et mieux encore elle m’avoua ne rien savoir du groupe. Il faut dire que même si l’information avait fait parler d’elle dans le monde entier mais que c’était surtout en France que cela avait eu le plus gros impact.

"En tout cas, c’est courageux de vous être dévoilés au grand jour. Certains n’en feraient pas autant."

J’eus une expression mi-figue mi-raisin, avait-on dans un premier temps fait cela pour le courage et la reconnaissance de notre véritable nature. Il me semblait que c’était les arguments qu’avait dans un premier temps avancé Maxence, mais la dedans j’avais surtout compris qu’il s’agirait du meilleur coup de pub de tous les temps. Que tous les hybrides du monde allaient se joindre à nous pour nous soutenir, et que pour cela il nous aurait suffi de chanter des textes de soutien aux hybrides pour ça. J’étais resté silencieux admiratif et horrifié par l’ingéniosité et la simplicité de la chose, mais je n’avais rien dit car malgré le coté hypocrite que j’étais sûr de pouvoir déceler chez lui finalement j’avais profité comme les autres de son coup de génie.


A vrai dire ils sont beaucoup à ne l’avoir jamais fait, l’époque ne s’y prêtait pas. Et au final notre leader a eu le flair de voir que finalement ce qui manquait c’était simplement quelqu’un pour faire le premier pas.

Elle se perd dans une pensée visiblement pas très agréable, et qui ne regardait absolument pas. Je n’y étais pas insensible, bien souvent les gens prennent mon manque de curiosité pour de l’indifférence, mais c’est faux. Si je ne demande jamais pourquoi un tel pleur, si je ne demande jamais pourquoi un tel est en colère ça n’est pas par parce que je m’en fous. C’est juste que la plus part du temps il n’est pas possible d’y faire quoi que ce soit et alors savoir la vérité sans pouvoir y faire quoi que ce soit nous met devant notre impuissance. D’autre fois c’est avec une curiosité mal placée qu’on fait plus de mal que de bien. Et pour finir mon père quand il avait fini sa bouteille avait pour habitude de répondre avec ces mains aux questions que je lui posais. Ainsi donc j’allais simplement comme à mon habitude faire celui qui n’avait rien vu. Et répondre à la question suivante.

Et bien, pour commencer il y eu l’effet recherché à savoir une véritable explosion médiatique autour de nous. Chacun voulait savoir ce que le fait d’être hybride allait nous apporter, ce que nous allions ne faire, ce qui nous avait poussé à nous révéler ainsi. Nous vendions déjà dans le monde à cette époque, mais nos ventes s’envolèrent avec notre popularité. Nous devions être partout à la fois. Les hybrides du monde voyaient en nous la possibilité de réussir sans se cacher, là où les hybrides avaient toujours fait profil bas.

Ça c’était la partie chouette de la chose, mais malheureusement la médaille à toujours un revers.

Mais ça ne fut pas tout. Certains humains réagirent de manière négative et assez excessive. Nous fûmes attaqués sur des plateaux de télévision, on nous accusa de tricher avec nos dons surnaturels d’hybrides. Que nous n’avions pas le moindre talent, juste des facilités. Nous avons été confronté à des hooligans durant nos concerts à plusieurs reprisent, nous avons dû annuler plusieurs fois à cause de cela. Plusieurs fois des hybrides furent blessés car malgré tout cela nous n’avons toujours refusé de prôner la supériorité hybride sur la race humaine. Et tous les jours nous recevons autant de mails et de lettres d’amour, que de mails et lettres de menaces.

J’entrevis cette lettre qui nous avez réellement foutu la chair de poule. Un homme posant à côté d’un fusil à lunette, des croix tatouées sur les épaules. Nous n’étions que des musiciens et notre musique n’avait jamais offensé qui que ce soit. Mon visage n’avait rien trahi durant ma réponse, ma voix avait peut-être était moins neutre. Elle c’était faite un peu vibrante. Aujourd’hui encore j’avais peur de sortir seul même déguisé. Ce look si particulier que les fans adoraient faisait aussi de moi une cible facile, pour le premier détraqué passant.

Enfin, rien de plus ou de moins que les grandes stars du milieu je pense. La célébrité a aussi ses points négatifs que beaucoup ne prennent pas en compte à leurs justes valeurs. Mais si c’était à refaire je pense le refaire quand même.

Il y a des regards qui font qu’on est prêt à affronter toute la méchanceté du monde, les étoiles dans les yeux d’un fan qui s’allument quand vous lui touchez la main, ou qu’il attrape votre médiator. Un tout petit bout de plastique juste parce que vous l’avez utilisé devient alors un objet de valeur qui fait le bonheur de quelqu’un. Un pouvoir qui n’a pas de prix et qui vaut bien des sacrifices.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Un nid...Deux places ?   

Revenir en haut Aller en bas
 
Un nid...Deux places ?
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [RP] Au fond du parc, deux nobles, un duel….
» Deux chatons à donner
» blague a deux balles !!
» Besoin d'une escorte de deux personnes !
» [RESOLU] deux vert deux orange

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hybrid Parisiorum - ou quand le mythe devient réalité... :: Le Jeu : Paris :: Habitations :: Appartement de K. Docker et E. Burgos-
Sauter vers: