Forum RPG futuriste se déroulant dans la ville de Paris.
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Un nouveau défi à relever

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Roxane de Mylessie
Serveuse
avatar

Messages : 82
Date d'inscription : 20/03/2012
Age : 21
Localisation : Dans mes rêves

Feuille de personnage :
Pouvoirs:
Âge du perso: 22 Ans
Relations:

MessageSujet: Un nouveau défi à relever   Lun 30 Avr - 18:59

    « Il y a un temps pour tout. Tu le sais aussi bien que moi. Tu as fait ton temps. Il fut trop court et trop douloureux mais le leur viendra bientôt. Je les anéantirais tous jusqu’au dernier et alors plus personne ne connaîtra ce que tu as connu : la sensation d’être une proie traquée. Se sont eux qui vont être traqué comme du gibier et sur qui on laissera les chiens s’amuser. Mais pour ça, je sais que les moyens que j’utilise t’auraient déplus. Arnaquer les hommes est si simple mais il n’y a que toi que j’aime et que j’aimerai jusqu’à que nous nous retrouvions. J’espère que tu me pardonneras quand nous nous rejoindrons … Je ne pu t’oublier … »
    Roxane de Mylessie.

    Je fermais mon journal … Du moins s’ils ont pu appeler ainsi un livre dédié à une personne morte. Juste morte d’ailleurs car elle doutait qu’on lui enterré. Alex n’avait eu ni famille et comme amis des gens de la rue qui disparaissent au gré des chemins. Certes il y avait moi mais je n’ai pas eu le courage de lui faire mes adieux ni le temps de préparer son enterrement. Les choses s’étaient trop précipitées. Mon regard resta un moment dans le vague, pensif avant de tomber sur l’horloge. Je lâchais un profond soupir. Déjà si tard … S’était l’heure de mon service et il fallait dire que je n’étais pas en avance. Déjà que mon patron ne m’appréciait pas beaucoup si en plus j’arrivais en retard, ça n’allait pas améliorer nos relations. J’attrapais mon sac et prit le temps de faire un tour dans la salle de bain histoire de voir que tout était okay. Mon reflet m’arracha un nouveau soupir de consternation. Un coup de brosse rapide pour remettre de l’ordre dans mes cheveux et leur redonner de l’élasticité. Je donnais un nouveau coup d’œil sur ma montre. Bon, tant pis pour le reste. Je pris mes clés, enfilait mon manteau et sortit précipitamment.

    La nuit commençait à tomber et une brise rendait la soirée fraîche. Déjà les lumières des lampadaires s’allumaient. Je me mis en marche, tête haute, regardant droit devant moi d’un pas souple et rapide. Les passants étaient toutes aussi, voir même plus presser que moi mais eux avançaient en regardant leurs pieds. Pourtant quelque chose les faisaient relever leurs petits yeux vicieux à mon passage et les faisaient ralentir puis finalement ils secouaient la tête comme si la vie leur avait joué un vilain tour avant de continuer le chemin. De plus, j’avais érigé une sorte de rempart entre moi et le monde, un bouclier qui faisait qu’on s’écartait à mon passage et pas le contraire. Vous savez, c’est comme un regard brûlant qui vous fait baisser les yeux. C’est le même principe. Les personnalités fortes et charismatiques écrasent les autres qui préfèrent rester dans leur soumission. J’avançais rapidement, préférant marcher plutôt que prendre un taxi sachant que je n’avais pas encore trouvé les moyens de m’acheter une voiture, l’argent que je gagnais passait directement pour le payer le loyer de mon appartement mais cela ne me dérangeait pas plus. Les rues défilaient autour de moi tout comme les visages inconnus auxquels je ne portais pas attention. Eux ne pouvaient voir de moi qu’un visage totalement fermé et neutre.

    Quelques rues plus tard, et me voilà arrivé devant le grand hôtel. Un nouveau coup d’œil à ma montre m’apprit que j’étais juste à l’heure. Tant mieux. J’entrais alors et me dirigeais directement vers l’arrière sale pour mettre mon tablier et déposer mes affaires. Les autres étaient déjà là, certainement bien en avance. Depuis le temps qu’ils travaillaient avec moi, ils avaient appris que cela ne servait à rien d’essayer d’engager la conversation ou juste me saluer. Ne pas crée de liens étaient ma priorité. Je ne voulais plus m’attacher à rien n’y à personne. S’était simple, soit on vous abandonnait pour X raison, soit s’était pour profité de vous ou par jeu. En fait, il y avait même pleins d’autres cas. Tout ça pour dire que s’attacher aux autres signifiaient en souffrir tôt ou tard et se prendre la tête pour rien. J’étais très bien dans ma solitude et je ne cherchais pas à m’en sortir. Pourtant, il y en avait eu pour tous les goûts à essayer de m’en sortir.

    - Roxane ! La table 2 attends sa commande depuis cinq minutes je te signale.

    Cette voix impatiente me fit répondre du tac au tac :

    - Ils ont attendu cinq minutes, ils peuvent bien attendre trente secondes de plus.

    Je finis d’attacher le tablier réglementaire et plaqua un faux sourire sur son visage avant de se seriner avec « le client est roi, le client est roi et comme toutes bonnes femmes, il faut le séduire pour mieux le manipuler » et j’entrai en scène pour une nouvelle soirée arasant.

    L’afflux de client finit par se tarir. Je ne savais pas quelle heure il était, pas tôt certainement mais s'était leur des solitaires. J'allais enfin pouvoir souffler un peu. J'avisai alors un homme assis seul devant une table. La pause n'était pas pour tout de suite. Quoi que ... A première vu ce n'était pas un habitué, et à bien réfléchir, s'était même la première fois que je le voyais ici. Ah, ça s'était un travail pour l'espionne. Aurais-je une bonne surprise ce soir ou allais-je tout simplement pourrir ma soirée ? Bref. Je m'avançais vers la table, un doux et engageant sourire flottait sur mes flottes alors que des gestes, je rabattis ma longue chevelure dans mon dos. Alors qu'elle était son style de femme à celui là ? Timide, effarouché, fille modèle, enfant gâtée, innocente ou alors tout le contraire ? Humm ... elle finirait bien par trouver. Je sortie mon bloc note de ma poche, me penchant légèrement pour lui laisser une vue prononcée sur mon décolleté avant de lui tendre la carte et lui demander avec une voix suave :

    - Monsieur prendra-t-il quelque chose ?

    Hrp : Désolé pour ce premier post très nul mais il faut que je me fasse à mon nouveau personnage, nouveau contexte et puis j’ai jamais été très forte pour commencer un sujet .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.la-foret-de-laube.com/
Robin Mauniet
Bubo Bubo | Half-Blood
avatar

Messages : 445
Date d'inscription : 14/10/2010
Age : 23

Feuille de personnage :
Pouvoirs:
Âge du perso: 25 ans
Relations:

MessageSujet: Re: Un nouveau défi à relever   Ven 4 Mai - 15:37

C’est une singulière sensation que de se sentir hors du temps et de l’espace, quand le monde se meut sous vos yeux alors que vous restez là, simple observateur. Ici, une mère de famille demandant à son fils de se dépêcher alors que le ciel gris commence à pleurer, là, un simple employé, avec sa mallette à la main et son téléphone à l’oreille, se hâtant pour ne pas trop mouiller son costume tout neuf, et aucun des deux ne voyait le blondinet qui les observait au sec depuis la baie vitrée d’un hôtel.
Bons ou mauvais, Septembre était souvent assimilé à du changement, ou du renouveau, notamment chez les jeunes. Nouvelle classe, peut-être nouvel établissement. C’était aussi la fin des vacances, le retour à la vie de tous les jours, avec les joies et les peines que ça impliquait. Cette vague de changement touchait aussi Robin, différemment, mais toujours avec son lot de joies et de peines.
Il avait changé, c’était indéniable. Il ne passait plus de temps le matin devant sa glace. Il ne coiffait plus ses cheveux, les laissait en bataille. Ça lui donnait un genre, bien qu’involontaire, que ses quelques restes de coquetterie appréciaient. Il avait délaissé son piercing à l’oreille, se jugeant trop adulte pour continuer à défier une personne avec qui il n’avait à présent plus aucun rapport.
Au-delà des changements physiques, il avait aussi changé dans son mode de vie. Il avait appris à accorder une relative confiance à quelqu’un, devenait un peu plus sérieux quant à son statut de PDG, essayait de se débarrasser de ses habitudes de marginal – son passage dans le restaurant de cet hôtel en était une preuve. Il tentait de se donner les moyens de s’améliorer, de s’ouvrir, d’oublier. Robin Mauniet devait changer. C’était primordial. Il ne pouvait pas continuer sur ce sentier qu’il s’était tracé presque dix ans plus tôt. Il avait fait son bout de chemin dessus, et devait prendre un tournant. Comme le soleil après la pluie, comme le dégel après un long hiver glacial. Il se le devait, et le devait à ses proches.

« Monsieur prendra-t-il quelque chose ? »

Cette voix le sortit de sa rêverie, et de sa contemplation du ciel gris. Il en avait presque oublié où il était, et pourquoi il y était. Tournant la tête, il ne manqua pas de constater la vue que la serveuse laissait sur son décolleté. En tant qu’homme, il y jeta un coup d’œil « pour ne pas la vexer », puis leva les yeux vers son visage. Ce n’était somme toute pas une femme qui pourrait se plaindre du don de la nature à son égard, bien que son sourire donnât une légère impression de faux. Cela dit, il ne l’en blâma pas, la plupart des serveuses ne se donnant même pas cette peine.
Les yeux du hibou glissèrent rapidement le long de la carte qu’elle lui tendait, et il fit tout aussi rapidement son choix.

« Un faro, s’il-vous-plait. »

Et avec un sourire au moins aussi convainquant que le sien, Robin rendit la carte à la serveuse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Roxane de Mylessie
Serveuse
avatar

Messages : 82
Date d'inscription : 20/03/2012
Age : 21
Localisation : Dans mes rêves

Feuille de personnage :
Pouvoirs:
Âge du perso: 22 Ans
Relations:

MessageSujet: Re: Un nouveau défi à relever   Ven 11 Mai - 22:34

    Ça ne changeait pas. Ça ne changera certainement jamais. Toujours les hommes étaient poussés vers la boisson. Pourquoi me diriez-vous ? Pourquoi cette envie présente de boire cette liqueur brûlant qui vous donnera une sale gueule de bois le lendemain ? La réponse est pourtant évidente : Oublier. Boire pour oublier ça sonne bien ne trouvez-vous pas ? Boire pour s’évader, pour ne pas penser au retour à la maison où vous attends une femme aigrie par les années avec des enfants bruyants et pleurnichard sans parler du patron infecte et des collègues de bureaux que vous allez devoir supporter le lendemain. L’alcool est une alternative au suicide. Dans le même genre vous avez également les prostituées. Un bon coup d’un soir, ça fait toujours du bien. Du moins tant que votre femme ou petite amie ne l’apprend pas. Pauvre de vous. La vie est dure n’est ce pas ? Et j’ai bien envie de dire que ce n’est pas encore finit. Enfin, pour en revenir à nous moutons – ou mes pigeons- c’est comme vous préférez, l’homme n’échappait pas à la règle. Pensif, le regard dans le vide, immobile, perdu dans les méandres de sa conscience à chercher des réponses auxquelles il ne trouvait pas de réponse et à se poser des questions qui n’avaient pas lieu d’être.

    *Alors pauvre homme … Pourquoi fais-tu cette triste tête ? Problèmes conjugales ? D’argent ? Autre chose dans le genre … Ou serait que quelque chose te pèse sur le cœur comme … Le meurtre par exemple ? Serait le visage torturé d’une de tes victimes qui te revient en mémoire et te tourmente inlassablement ? Dit moi tout, j’allégerai tes souffrances plus que le fera l’alcool … Je peux te donner la paix éternelle si tu le souhaites. Allez, laisse toi tenter … Tu ne sentiras rien, se sera doux, se sera vif, se sera fini. *

    Je plongeais un instant dans l’océan de ses yeux, cherchant à démasquer la personne qui se cachait au fond. Celui ne marqua qu’une courte pause au niveau de son décolleté. Pas intéressé ? Ou plus intelligent que la moyenne ? Enfin, en espérant que ce ne soit pas un de ces types qui fuient les femmes comme la peste ou ces abominations qui aiment des personnes de même sexe … De voir ce genre de personne lui faisait froid dans le dos … Bon d’accord les mecs étaient stupides et les femmes trop capricieuses mais ça restait quand même contre nature à son goût. En tout cas, il n’était pas question d’abandonner maintenant. Pas tant que le masque ne serait pas tombé et le sien, de préférence. Et puis si Monsieur n’était pas attiré par les formes, il pouvait très bien l’être par le fond, n’est ce pas ? S’il opposait une trop grande résistance et bien il restait la bonne vieille méthode de l’alcool car ce n’est point une légende que de dire qu’avec cette boisson, les langues se délient. Il se décida enfin à répondre avec un sourire au même arrière goût :


    - « Un faro, s’il-vous-plait. »

    Évidemment, je ne m’attendais pas à ce qu’il demande un verre d’eau ou un jus de pomme. Ah les hommes. Après mettre légèrement incliné avec un sourire aussi frais et vivant que le printemps faisait éclore sur le visage des jeunes filles, je répondis aimablement tout en reprenant la carte :


    - « Très bien. Je vous pris d’attendre quelques minutes. »


    Après avoir écrit sur le bloc note ce qu’il désirait, je tournai talons et m’éloignai rapidement vers le bar avant d’attendre que les commandes soit prêtes. Puis je me retrouvai à slalomer entre les tables, indifférente aux sourires dragueurs, au clin d’œil coquin et surtout en évitant tous les objets-non-identifiés qui avaient une fâcheuse tendance à essayer de me toucher. Au moins, ce soir, la soirée était calme. Du moins pour le moment car s’était à parier qu’après deux ou trois verres encore, il faudrait recourir à la violence ou remettre en place les hommes devenant trop entreprenant ou violent. Se fut finalement le tour de « ma proie ». M’approchant un doux sourire aux lèvres, je déposai la bière devant lui, en annonçant gentiment au cas où il serait à nouveau dans son monde de doutes et d’inquiétudes :


    - « Voici votre commande. »

    Puis marquai un temps d’hésitation avant de demander presque timidement.


    « Puis-je m’asseoir à votre table ? … A priori personne n’a besoin de mes services et … Enfin vous me semblez bien solitaire et pensif …. »


    Je baissai humblement les yeux, s’était limite si je ne rougissais pas comme si j’étais embarrassée et honteuse de ma demande. Sans paraître vouloir me vanter j’aurais fait une très bonne actrice. Tout ça était dit et fait avec un tel naturel, sans sembler me forcer où quoi que se soit que la frontière en ce que j’étais réellement et ce que je montrais devenait floue voir inexistant. Et si j’étais toutes ces facettes à la fois ? Après tout pourquoi pas ? En attendant, il fallait être vraiment douer pour ne pas s’y laisser prendre …



    - hrp - Quel est la couleur que tu utilises pour ton dialogue ? Moi c'est chocolate - hrp -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.la-foret-de-laube.com/
Robin Mauniet
Bubo Bubo | Half-Blood
avatar

Messages : 445
Date d'inscription : 14/10/2010
Age : 23

Feuille de personnage :
Pouvoirs:
Âge du perso: 25 ans
Relations:

MessageSujet: Re: Un nouveau défi à relever   Jeu 17 Mai - 14:12

    Il y avait quelque chose de spécial chez cette femme. Ce petit quelque chose en plus dans son attitude, son être, tellement dur à définir, et pourtant tellement évident. C’était agréable, et en même temps… trop ?

    « Très bien. Je vous pris d’attendre quelques minutes. »

    Robin répondit à la demande de la serveuse d’un hochement de tête approbatif, et la suivit du regard lorsqu’elle retournait jusqu’au bar. Elle était intrigante, et le hibou avait comme l’impression qu’elle essayait volontairement de l’être. Et Robin avait décidé de se laisser prendre au jeu, si jeu il y avait.
    Et selon toute évidence, il n’était pas le seul à vouloir jouer. Nombreux étaient les jeunes et moins jeunes hommes assis aux différentes tables qui voulaient s’immiscer dans la partie, voire s’en accorder une sans avoir à partager. Et la serveuse les esquivait tous avec aisance, sans leur porter la moindre attention. À croire que ce n’était pas la première fois qu’elle devait le faire. Étonnant. Alors, dans son coin, à l’écart du reste de la salle, alors que d’un pas agile, presque sensuel, la jeune brune aux reflets roux lui apportait sa commande, il se sentit presque privilégié.

    « Voici votre commande.
    - Merci. »

    Il fut lui-même étonné du sourire avec lequel il répondit à la serveuse, sourire qu’il fit disparaître aussitôt en versant la bière belge dans le verre apporté avec la bouteille, veillant à ne pas avoir trop de mousse, tout en en ayant un minimum. Cette manie lui venait des souvenirs d’un lointain conflit, ou plutôt d’une chamaillerie, entre son père et le meilleur ami de celui-ci, Jean-Pierre. Jean-Pierre préférait sa bière sans mousse, comparant la mousse d’une bière au lait d’une tablette de chocolat au lait. Robin ne comprit d’ailleurs cette comparaison que lorsqu’il apprit par son père que Jean-Pierre n’aimait que le chocolat noir. Son père, quant à lui, préférait la bière avec de la mousse, clamant qu’une bière sans mousse était comparable à du chocolat sans cacao. Le jeune Robin aimant le chocolat au lait, avec juste assez de cacao pour donner un petit goût, il avait décidé partant de ce postulat de toujours avoir un peu de mousse dans sa bière.

    « Puis-je m’asseoir à votre table ? … A priori personne n’a besoin de mes services et … Enfin vous me semblez bien solitaire et pensif …. »

    Cette demande le tira de ses rêveries mousseuses, et le fit relever les yeux vers la serveuse qui n’avait pas bougé de là. Les souvenirs du temps passé l’avaient fait oublier jusqu’à sa présence à côté de lui, et il lui fallut le temps de renouer avec la réalité pour réellement comprendre sa question. Sa déconnexion temporaire de la réalité l’avait fait oublier momentanément sa réflexion sur l’attitude presque suspecte de la serveuse, et il se laissa convaincre par son apparente fragilité.

    « Si vous voulez. »

    Il ponctua cette phrase d’un petit sourire, et but une gorgée de faro pour se remettre les idées en place alors qu’elle s’installait. Puis, ayant posé son verre et plongeant son regard de glace dans celui de miel, demanda simplement :

    « Mon air solitaire est donc si criant qu’une charmante serveuse se sent obligée de venir me tenir compagnie ? Ou alors vous voulez simplement que je m’attire les foudres de l’ensemble de la gent masculine présente dans cette salle ? »

    Il avait prononcé ces mots avec un petit sourire en coin presque provocateur, et reprit une gorgée de faro.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Roxane de Mylessie
Serveuse
avatar

Messages : 82
Date d'inscription : 20/03/2012
Age : 21
Localisation : Dans mes rêves

Feuille de personnage :
Pouvoirs:
Âge du perso: 22 Ans
Relations:

MessageSujet: Re: Un nouveau défi à relever   Mer 23 Mai - 22:16


    - Merci. »

    Un mot tout à fait banal qui ne sert strictement à rien. Enfin bon, on peut pas en vouloir au grand de ce monde d’avoir voulu faire de pauvres moutons des êtres un peu plus élever. Ce mot fut même accompagné d’un sourire qui sembla surprendre son créateur. J’entendais par là que lui-même n’avait pas ordonné à ses lèvres de s’étirer pourtant, elles le firent quasiment automatique, de leur propre volonté. Monsieur serait-il entrain de succomber ? En attendant, s’était satisfaisant car ça prouvait qu’il n’était pas totalement indifférent et qui dit pas totalement indifférent dit également une chance de réussir à le percer à jour. Mais cette grimace ne dura qu’une fraction seconde car il semblerait que Monsieur n’aime pas faire apparaître autre chose qu’un visage impassible. Je ne m’en offusquais pas, cela n’était que le début.

    *Crétin. Alors comme ça tu as envie de jouer toi aussi ? Ô mais nous allons bien nous amuser croit moi. *


    Et monsieur était un habitué des bières à ce qu’elle pouvait voir dans son geste qui respirait la monotonie. Ce simple mouvement paru le ramener à d’autres temps anciens. S’était toujours impressionnant cette manière qu’ont les gens de se déconnecter de la réalité … Du moins, ce qui n’ont rien à craindre pour leur vie. Du moins en temps normal. J’hésitais tout de même à lui rappeler ma présence, qu’on m’ignore ainsi n’était pas vraiment ce que j’appréciais le plus mais le problème c’est que si je montrais mon irritation, mon masque tomberait à l’eau. Qu’est ce que la comédie pouvait être contraignante parfois. La comédie … quand avais-je appris à être une aussi bonne actrice ? Tous ses visages, oui, s’était de leur faute ou grâce à eux. Qu’est ce l’homme peut être perfide quand il veut quelque chose. J’affichais une mine soucieuse. Après tout, il semblait nostalgique, autant jouer le jeu jusqu’au bout.


    « Si vous voulez. »

    Je retiens de peu un sourire sarcastique, plein de mépris en pensant que s’était un crétin comme les autres. Je m’installais face à lui, jeta un regard par la fenêtre mais tout était calme au dehors alors elle reposa son regard d’ambre dans le sien :


    « Mon air solitaire est donc si criant qu’une charmante serveuse se sent obligée de venir me tenir compagnie ? Ou alors vous voulez simplement que je m’attire les foudres de l’ensemble de la gent masculine présente dans cette salle ? »

    *Finalement pas si crétin que ça, il faut que je me méfie …*

    En tout cas, ça lui plaisait bien cette attitude, ça montrait qu’il avait un peu de plomb dans la cervelle … Enfin, façon de parler n’est ce pas ? Je souris, amusée, tout en gardant le silence un moment, englobant d’un simple regard les hommes présents dans la salle qui effectivement pour la plupart, semblait jalouser le privilégier. Elle laissa échapper un petit rire et se penchant un peu par-dessus la table en disant sur le ton de la confidence :

    « Pour tout vous dire, vous me semblez plus intéressante que toutes les personnes ici réunies. Vous avez … Quelque chose de particulier … Je ne serai l’expliquer … Et ça aurait effectivement pu être le cas, je le conçois, mais ça ne l’est pas, je vous rassure sur ce point car je n’ai point envie de bagarre futile ici. »

    C’est fou comme le mensonge sans mentir était facile à formuler. D’ailleurs pouvait-on appeler ça un mensonge ? Après tout, de son point de vu, s’était la stricte de vérité mais … une vérité facilement interprétable. Je me remis sachant à ma place, gardant un doux et timide sourire sur le visage en le détaillant l’air de rien. Un court silence s’installa mais je l’interrompis rapidement pour demander curieusement :

    « Voudriez-vous me faire partager les raisons de votre solitude ? »

    J’arrivai même à me faire rougir et baissai les yeux, laissant ma longue chevelure cachée mon visage et bafouilla légèrement :

    « Je … Je suis désolée … Je suis trop curieuse … Je ne voulais pas vous incommoder. »

    Au moins, si mon apparente timidité ne le faisait pas plier à mes désirs, mon toute aussi apparente faiblesse fera en sorte d’endormir ses soupçons. Celui là, en tout cas, semblait un peu plus coriace que la moyenne même si elle avait bien remarqué que son regard froid ne l’avait pas lâché alors qu’elle s’affairait de table en table. Si ça se trouve, il allait peut être lui-même engagé un dialogue plus amène à une relation plus poussé … Que je pousserai évidemment vers un terrain glissant. J’avais de l’espoir, n’est ce pas ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.la-foret-de-laube.com/
Robin Mauniet
Bubo Bubo | Half-Blood
avatar

Messages : 445
Date d'inscription : 14/10/2010
Age : 23

Feuille de personnage :
Pouvoirs:
Âge du perso: 25 ans
Relations:

MessageSujet: Re: Un nouveau défi à relever   Dim 27 Mai - 20:24

    Il sembla que les mots de Robin eurent l’effet escompté. La jeune femme eut d’abord un sourire, puis se mit à rire, alors que le hibou la regardait tranquillement en buvant de nouvelles gorgées de la boisson alcoolisée que la serveuse lui avait apportée.

    « Pour tout vous dire, vous me semblez plus intéressante que toutes les personnes ici réunies. Vous avez … Quelque chose de particulier … Je ne serai l’expliquer … Et ça aurait effectivement pu être le cas, je le conçois, mais ça ne l’est pas, je vous rassure sur ce point car je n’ai point envie de bagarre futile ici. »

    Un léger sourire se forma sur les lèvres du blondinet. Contrairement à ce qu’il pouvait y paraître, il n’était pas complètement insensible aux compliments, même si cela n’en était qu’à moitié un. Quoique, bien qu’à son sens l’idée d’être « plus intéressant que quelqu’un d’autre » n’était pas un compliment pour soi, mais par rapport aux autres, se dire avoir « quelque chose de particulier » était souvent agréable à entendre, le tout était que ce quelque chose ne soit pas négatif.
    Et au fond, il avait bien quelque chose de plus que certains, bien que beaucoup de fussent pas au courant.
    Robin songea un instant à la remercier, que ce soit oralement ou bien par un signe de tête, mais il décida finalement que son léger sourire suffisait.
    D’ailleurs, recevoir de sa part un sourire était en quelque sorte presque un privilège, celui-ci ne les distribuant habituellement pas souvent. Mais le hibou avait décidé de faire en sorte de se sociabiliser, de s’ouvrir un peu aux autres, et de s’accorder un renouveau. Jean-Pierre avait raison : bien que ses sentiments aient fini par s’estomper, il s’était trop longtemps refusé d’avancer à cause de Nelïya, ou d’Anna avant elle. Il n’était plus un enfant pour jouer les rebelles, se marginaliser à tout prix. Il était temps qu’il se reprenne.

    « Voudriez-vous me faire partager les raisons de votre solitude ? »

    Une fois de plus, la douce voix le tira de ses rêveries. Il dévisagea un instant la serveuse, le temps de reprendre contact avec la réalité, juste assez longtemps pour qu’elle tente de se reprendre.

    « Je … Je suis désolée … Je suis trop curieuse … Je ne voulais pas vous incommoder. »

    Robin inclina très légèrement la tête vers la gauche en scrutant les parcelles de son visage encore visibles derrière sa longue chevelure, partiellement teintée de la couleur rosée d’une certaine timidité. C’était un fait étrange de constater à quelle vitesse elle pouvait passer d’une mentalité de femme mature à une attitude d’enfant fragile. Peut-être fut-ce cela qui tira un nouveau sourire au jeune homme, qui se serait presque imaginé lui caresser la joue pour la réconforter.

    « Vous pensez vraiment qu’on a forcément besoin de raison pour se sentir seul ? »

    Robin n’avait jamais vraiment apprécié qu’on réponde à une de ses questions par une autre question, bien que cela fût une des intarissables manies de son père. À croire qu’il devenait de plus en plus comme feu François Mauniet.
    La vérité, c’était que lui-même ne pouvait pas vraiment définir les raisons de sa solitude, ni même attester que ce fut vraiment de la solitude. Pendant des années, il avait toujours été comme ça. Ses moments de réflexion solitaires faisaient partie de son mode de vie. Comment justifier une habitude ?

    « Plutôt que de m’interroger sur des sujets aussi peu intéressants, je vous propose de vous offrir un verre en échange de votre nom. Cela ferait disparaître à la fois ma gêne d’être servi alors que la personne à ma table ne l’est pas, et celle de ne pas connaître l’identité de cette personne. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Roxane de Mylessie
Serveuse
avatar

Messages : 82
Date d'inscription : 20/03/2012
Age : 21
Localisation : Dans mes rêves

Feuille de personnage :
Pouvoirs:
Âge du perso: 22 Ans
Relations:

MessageSujet: Re: Un nouveau défi à relever   Ven 29 Juin - 16:52

  • « Vous pensez vraiment qu’on a forcément besoin de raison pour se sentir seul ? »

    Oui. Je le pensais étant donner que je ne me sentais nullement seul et pourtant, plus marginale, il fallait chercher. Ce n’était même pas peur ou autre, juste le sentiment de ne pas avoir besoin des autres. S’il n’y a pas de raisons pour aller vers les autres, il n’y en a pas non plus pour se sentir seul.

    « Plutôt que de m’interroger sur des sujets aussi peu intéressants, je vous propose de vous offrir un verre en échange de votre nom. Cela ferait disparaître à la fois ma gêne d’être servi alors que la personne à ma table ne l’est pas, et celle de ne pas connaître l’identité de cette personne. »

    Monsieur est un fin et direct joueur. Enfin pourquoi pas, s’offrir un petit verre ne lui était pas à proprement interdit. Et puis, qui ne dit rien est consentant n’est ce pas. Donc pour le moment, je m’octroyais ce petit plaisir qui ne pouvait pas me faire de mal. Je le relevai timidement ma tête vers lui, plongeant mon regard dans le sien l’espace de quelques secondes avant de baisser à nouveau mes yeux sur une miette abandonnée sur la table. Il y eut un nouveau silence presque gêné avant que je me décide à répondre tout en jouant discrètement avec mes mains comme le ferait n’importe quelle personne mal à l’aise :


    « Euh et bien … je ne sais pas si mon patron me le permettrait mais bon, il n’est pas là donc … Je pense accepter cette invitation … Et quand à mon nom, vous n’aviez pas besoin d’échanger quelque contre, il suffisait de me demander … »

    Je lui lançais un charmant sourire avant de me présenter avec un ton amusé comme si, enfin, je me détendais :


    « Je me nomme Roxane. Roxane de Mylessie pour vous servir. Aurais-je quand même le droit de connaître votre nom en retour ? »

    Dit sur le ton le plus désintéressé qui soit et le plus innocemment du monde. A partir d’ici, rien qu’avec un nom, elle pouvait retracer le parcours d’une vie et se faire une idée de quel sorte de personne il était puis ensuite voir si cela valait la peine de vraiment « s’intéresser » à lui de plus près.
    Bon, en attendant, il avait quand même dévié sa question par une autre. Si, à chaque fois que je poserais une question, il y répondrait pas une autre, ça n’allait pas beaucoup l’avancer.


    *Un peu comme un chat qui cherche à attraper sa queue. Enfin bon, gardons un aimable sourire engageant car on n’attire pas des mouches avec du vinaigre.*


    En attendant une réponse, je regardais par la fenêtre d’un air pensif. Pourquoi fallait-il que cette personne me revienne en mémoire à chaque fois que j’abordais un nouvel homme ? Etait ce pour bien me montrer que je ne le retrouverais jamais, qu’il ne me reste qu’à me contenter d’un fantôme invisible dont la présence ne rappelle que les jours heureux disparus et que jamais plus, je ne revivrai.

    Enfin, il me fallait passer à autre chose … Du moins essayer même si je savais cela impossible pour moi.

    Trouvez-vous l’âme sœur et vous comprendrez la douleur que c’est quand celle-ci vous est arrachée. C’est comme vous arranger une aile ou briser en deux votre cœur. Il y a cette chose au fond de vous qui vous manque. Un grand vide qui ne peut être comblé par qui que se soit. Alors je me vengerai, pour lui, pour tous ceux ayant vécu ça par leur faute et pour apaiser un peu ma propre douleur. Finalement, mon sourire avait presque disparu et mes yeux s’étaient de nouveau posés sur l’homme, cherchant à sonder son regard. Seras-tu le prochain sur ma liste ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.la-foret-de-laube.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Un nouveau défi à relever   

Revenir en haut Aller en bas
 
Un nouveau défi à relever
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Nouveau Boss, nouveau Dofus !
» Nouveau LA hommes-lézards:Quelles nouveautés voudriez-vous?
» Petit nouveau
» Un nouveau pour noel ?
» du nouveau chez ubisoft

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hybrid Parisiorum - ou quand le mythe devient réalité... :: Le Jeu : Paris :: Paris Nord-
Sauter vers: