Forum RPG futuriste se déroulant dans la ville de Paris.
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 William Ward [Achevé]

Aller en bas 
AuteurMessage
William Ward
Écrivain -- Journaliste
avatar

Messages : 10
Date d'inscription : 02/04/2012

Feuille de personnage :
Pouvoirs:
Âge du perso: 47 ans
Relations:

MessageSujet: William Ward [Achevé]   Mar 3 Avr 2012 - 22:25

Votre personnage

I . D . E . N . T . I . T . E



    NOM : Ward

    PRÉNOM : William

    SURNOM : Essayez de lui en donner un, pour voir...

    AGE : 47 ans.

    ORIGINE : Des origine anglaises présumées, mais a grandi à Paris.

    RACE : Humain.

    POUVOIRS : Possède un peu plus de jugeote que la normale et peut faire fondre en larme à peu près n'importe qui.

    MÉTIER : Il est principalement écrivain et journaliste, mais il lui arrive aussi de donner des cours de littérature et d'écriture un peu partout en France et, plus récemment il a accepté un travail à la bibliothèque nationale.


A . P . P . A . R . E . N . C . E


    HUMAINE: Autrefois quadragénaire avancé encore séduisant et dans la fleur de l'âge, bien qu'ayant un air de redoutable ours mal léché, William est aujourd'hui encore moins rassurant quand on se retrouve dans la même pièce que lui. S'il vous toise de façon hautaine ou perplexe du haut de son mètre quatre-vingt, avant de partir en courant totalement effrayé, vous remarquerez qu'il est exceptionnellement maigre et qu'il a l'air fatigué à cause de la maladie qui le ronge depuis environ deux mois. Son visage émacié, aidé par des sourcils perpétuellement froncés, arbore toujours une expression renfrognée, ses yeux bleus perçants encadrés par des cernes très marquées lui donnent aussi une allure très fatiguée et les cheveux courts mal coiffés qui caressent son front proéminent orné de quelques rides commencent à tirer d'avantage sur le gris argenté que sur le poivre et sel, au même titre que la barbe de trois jours qui lui mange le menton et les joues. Ce contraste de couleur entre le gris argenté de sa chevelure et de sa barbe ainsi que le bleu profond de ses yeux est mis en relief par la pâleur presque inhumaine de son visage.
    Il s'habille le plus souvent avec des chemises mal repassées, surplombées le plus souvent par une veste, et qui côtoient un jean tout ce qu'il y a de plus simple se terminant par des baskets des plus communes.

    ÉQUIPEMENT PARTICULIER : La maladie l'a tellement affaibli qu'il est obligé depuis quelques temps de se déplacer avec une canne pour l'aider à supporter son propre poids, son corps qui souffre et qu'il traîne comme un boulet dans les rues de Paris tant qu'il peut encore se payer le luxe de marcher.

H . I . S . T . O . I . R . E



    SON HISTOIRE :



    Cinquante ans après sa mort, que reste-t-il de l’œuvre de cet écrivain qui a apporté un nouveau souffle à la littérature française. Alors que les jeunes de notre époque connaissent à peine ce nom, il est presque effacé dans la mémoire de certains de nos plus éminents auteurs. Et pourtant, dans la plupart des livres que nous pouvons maintenant trouver, il n'y en n'a pas un qui ne soit empreint de l’ingéniosité wardienne.
    William Ward a laissé derrière lui, aussi bien en tant qu'écrivain qu'en tant que journaliste, les pages les plus novatrices de son temps où le style des grands classiques se mêlait au contexte de son époque où les êtres surnaturels prenaient ouvertement leur place dans le ville lumière, phénomène que l'auteur désigna, avec la collaboration de sociologues et de scientifiques, sous le nom de l'Hybrid Parisiorum, la ville hybride.Que ce soit dans son recueil de nouvelles de jeunesse, Les feuilles d'Automne, où dans son cycle de romans le plus connu: Hybrid Parisiorum (comportant Le Chainon Manquant , Inquisition, ainsi que La Nuit Porte Déconseil), William Ward n'a cessé de traiter le sujet des Hybrides, des Chasseurs et même des Vampires que ce soit en tant que trame principale ou secondaire.
    D'où vint alors cette fascination pour ce monde fantastique émergent que le commun des mortels devait commencer à apprivoiser ? La réponse est floue, Ward n'est pas l'écrivain qui laissait le plus d'espace possible pour accéder à sa vie privée. Plutôt solitaire de nature, et non disposé à recevoir de la visite (« Je suis allergique à vous », répondait-il souvent à ses collègues, aux journalistes et à sa foule d'admirateur), on a réussi à savoir qu'il avait été trouvé sur le seuil d'un foyer d'enfant le 31 Juillet 1994 avec une lettre d'informations sommaires sur son nom et sa santé fragile. Le nom de famille qui lui fut donné dans la lettre était d'ailleurs purement fictif et ne permit jamais de retrouver les parents biologiques de l'enfant, William Ward passa donc six ans dans cette pension avant d'être recueilli par un couple de trentenaires fortunés incapables de concevoir. L'enfant fut traité de la meilleure façon qu'il soit sans pour autant en faire un petit bourgeois pourri gâter même si l'argent de ses parents adoptifs lui permit de faire rapidement connaissance avec les arts et surtout la littérature. Cependant, malgré toute l'attention qu'on lui porta, Ward grandit dans la solitude et toujours en marge des enfants de son âge et pour cause, il savait pertinemment qu'il était un enfant adopté et cela représentait un handicap pour lui. Il refusera d'ailleurs plus tard de prendre le nom des ses parents adoptifs pour garder le Ward mystérieux de sa naissance.
    Dans un des rares entretiens qu'il laissa de lui, Ward dit un jour : « Quand je suis arrivé au collège, on commençait à voir certains enfants hybrides fréquenter les cours de récréation. On leur interdisait d'étaler leur don, mais pour un enfant attirer l'attention est plus fort que toutes les autres pulsions. Je les voyais faire des choses extraordinaires mais je préférais rester dans mon coin à observer et à me dire que je ne serai jamais aussi intéressant... Je crois que c'est pour ça que toutes mes œuvres sont empreintes de ce que nous appelons l'Hybrid Parisiorum... Sans compter qu'il faut être un minimum taré quand on fait mon métier... Il doit toujours y avoir je-ne-sais-quoi qui ne va pas, c'est dingue ! »
    Manque de confiance en soi ? Besoin de reconnaissance ? On ne sait pas vraiment ce qui motiva William Ward tout au long de sa vie, mais toujours est-il que ses études furent brillantes et qu'il fréquenta le Lycée Fénelon ainsi que l'Ecole Normale Supérieure et l'Ecole Supérieure de Journalisme de Paris pour en arriver à la carrière phénoménale qu'on lui connaît. Et avec toutes ces réussites, on s’étonnait toujours de ne jamais le voir que seul et quand on lui posait la question fatale de ses relations amoureuses (ce qui signait souvent l'avortement rapide de l'entretien), Ward répondait avec un sourire pervers et des anecdotes bancales dont on ne pu jamais vérifier la véracité (Son charisme de beau brun ténébreux à l'école, des relations charnelles avec des groupies dont une certaine Elvira).
    Cet écrivain ne cessa jamais de surprendre. Certes, il disposait d'un talent indéniable pour l'écriture, produisant une œuvre de qualité et d'une profondeur que pourtant on arrivait pas à assimiler à un homme qui détestait autant vivre en société et qui pouvait être odieux à la moindre occasion. Il mourut le 16 Septembre 2041, à 47 ans, seul chez lui des suites d'un cancer généralisé. On le retrouva figé dans une expression paisible, adossé à sa chaise devant un manuscrit fraîchement achevé dont la dernière phrase était : « Je regrette de pas avoir eu de chien ou de chat, on aurait pu me retrouver à moitié dévoré quelques temps après ma mort. » Cette ultime farce de mauvais goût clôtura un ouvrage que les éditeurs préfèrent intituler L'Inachevé, faute d'indication de la part de l'auteur et déduisant qu'un livre sans titre n'était pas vraiment terminé.





    L'homme sortit doucement du bar après avoir payé sa consommation et commença à marcher d'un pas claudicant dans les rues de Paris. Un mauvais vent le forçait à lutter de tout son poids pour ne pas tomber à la renverse. Enfin, il arriva au bord de la Seine et s'accouda à une des barrière qui le séparait du fleuve. Il sortit de sa poche, le bout de papier chiffonné sur lequel il avait écrit et le suspendit au-dessus de l'eau qui cheminait paresseusement. Une bourrasque vint tout à coup arracher la feuille qu'il tenait dans la main et elle s'envola sans que William ne pût voir si ses écrits étaient vraiment tombés dans l'eau.
    Ward haussa les épaules et repartit tranquillement, appuyé sur sa canne. Non, il n'était pas encore mort, mais toutes ses affaires étaient en place, son dernier livre était terminé et il pouvait l'attendre tranquillement. En quelque sorte il avait rédigé son autobiographie, mais personne ne le saurait...

    OBJECTIFS : Mourir seul, tranquillement.

C . A . R . A . C . T . E . R . E



    MENTALITÉ : En quelques mots, William est cynique, misanthrope et donc on ne peut plus asocial. Il a développé une certaine arrogance qui lui permet de mépriser le monde qui l'entoure, notamment les gens faibles. Il n'éprouve de respect pour personne, plus précisément parce que tout le monde lui en a toujours montré de la façon la plus aveugle possible, sans volonté de lui tenir tête. Il pourrait dire n'importe quelle bêtise ou atrocité, qu'on lui montrerait encore qu'on admire ses choix. C'est un intellectuel, il le sait, il a beaucoup de culture et donc peu de gens qui le surplombent hiérarchiquement, lui permettant ainsi de n'avoir aucune limite dans la méchanceté ou la provocation. Et pourtant, lui-même se l'avoue parfois, il est peut-être plus humain que ce qu'il veut faire croire par peur d'exhiber ses faiblesses car la plupart des livres qu'il a écrit ne comportent rien qui puisse refléter son comportement réel.

    CE QU’IL AIME : Il a un goût très prononcé pour les livres bien sûr, mais il est aussi un grand mélomane et un pianiste plutôt doué. Il a écrit plusieurs recueil de poésie destinés à être mis en musique dont un qui fut adapté en cycle de mélodies par Guillaume Gardien : Les Métamorphoses. Il affectionne beaucoup sa solitude qu'il a fini par associer à la tranquillité ce qui ne l'empêche pas d'apprécier les jolies filles quand il en voit.

    CE QU’IL N’AIME PAS : La liste pourrait être très longue, allant du fanatisme religieux du Père Xander (il représente un étroitesse d'esprit que même un écrivain misanthrope ne peut supporter en tant qu'artiste) aux gens qui tout simplement l'excèdent (C'est à dire, par le simple fait d'exister, de respirer, de parler, de le faire attendre ou de lui lécher les bottes.)

Vous

    Votre pseudo habituel : William Ward Very Happy

    Voulez vous avoir un parrain ou une marraine sur le forum ? Non merci!

    Votre date de naissance : 3 Mai 1993

    Comment avez-vous connu ce forum : J'y ai des connaissances et un personnage.

    Que pensez-vous du forum, en quelques mots : Ça manque de jacuzzi et de masseuses thaïlandaises.

    Pourquoi avoir choisi ces pouvoirs : ok par le berger Gabriel (J'ai l'impression d'être un mouton là)


Dernière édition par William Ward le Mer 4 Avr 2012 - 21:21, édité 9 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gabriel
Admin
avatar

Messages : 867
Date d'inscription : 04/10/2008
Age : 30

Feuille de personnage :
Pouvoirs:
Âge du perso: 24
Relations:

MessageSujet: Re: William Ward [Achevé]   Mer 4 Avr 2012 - 0:38

Tiens tiens, une tête et un nom connu !
Ça fait plaisir de te revoir dans le coin ^^

_________________
J'ai tous les pouvoirs sur vous ! Mais je n'aspire qu'à vous servir...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://parisiorum.forumactif.org
William Ward
Écrivain -- Journaliste
avatar

Messages : 10
Date d'inscription : 02/04/2012

Feuille de personnage :
Pouvoirs:
Âge du perso: 47 ans
Relations:

MessageSujet: Re: William Ward [Achevé]   Mer 4 Avr 2012 - 1:24

Merci bien! Smile
En fait j'aurai du attendre un petit peu avant de poster ma fiche vu que finalement j'ai eu le courage de la finir ce soir! xD
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gabriel
Admin
avatar

Messages : 867
Date d'inscription : 04/10/2008
Age : 30

Feuille de personnage :
Pouvoirs:
Âge du perso: 24
Relations:

MessageSujet: Re: William Ward [Achevé]   Mer 4 Avr 2012 - 2:07

Bon, et bien on en a discuté un peu, et tout me paraît bon. ^^
D'ici quelques instants, tu arboreras une belle couleur violette !

_________________
J'ai tous les pouvoirs sur vous ! Mais je n'aspire qu'à vous servir...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://parisiorum.forumactif.org
Maximus
Ancien aquatique - Hybride Orque

avatar

Messages : 518
Date d'inscription : 06/10/2010
Age : 27

Feuille de personnage :
Pouvoirs:
Âge du perso: 111
Relations:

MessageSujet: Re: William Ward [Achevé]   Mer 4 Avr 2012 - 21:25

HA non ... Pas toi !!!! xD
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
William Ward
Écrivain -- Journaliste
avatar

Messages : 10
Date d'inscription : 02/04/2012

Feuille de personnage :
Pouvoirs:
Âge du perso: 47 ans
Relations:

MessageSujet: Re: William Ward [Achevé]   Mer 4 Avr 2012 - 21:58

Genre! Tu ne peux pas te passer de moi! Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: William Ward [Achevé]   

Revenir en haut Aller en bas
 
William Ward [Achevé]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Vidéo] Hero Factory 7167 William Furno
» William Cavendish
» [RP] Une visite pour l'Achevêque...
» La conduite de la Guerre de William Langewiesche
» SE7EN - David Mills & William Somerset

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hybrid Parisiorum - ou quand le mythe devient réalité... :: Présentations :: Répartition :: Fiches validées :: Humains-
Sauter vers: