Forum RPG futuriste se déroulant dans la ville de Paris.
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Sur la route de Madison ;D [Jack]

Aller en bas 
AuteurMessage
Katheleen Hjetland
Hybride phoque - Assistante/Interprète à TF1
avatar

Messages : 258
Date d'inscription : 14/11/2010
Age : 26
Localisation : sûrement en train de me faire exploiter par mon Boss.

Feuille de personnage :
Pouvoirs:
Âge du perso: 25 ans
Relations:

MessageSujet: Sur la route de Madison ;D [Jack]   Lun 27 Fév - 3:11

♣ Thème musical ♣

J’aurais du entendre le bruit des talons aiguille claquant dans le couloir.
J’aurais du reconnaitre le crissement familier du vêtement moulant d’une taille en dessous.
J’aurais du sentir l’odeur de mort de la bouteille de parfum renversée chaque matin sur la peau.
Moi exagérer ? Jamais…

Au lieu de cela, j’avais mis la musique chez Jack. J’en avait marre de faire simplement tapisserie, ça faisait des heures qu’il travaillait et que je bouquinais pas très convaincue. Il était tant de le faire un peu sortir de son monde fait de sordides meurtres.
Première étape : mettre la musique. Deuxième étape : arriver d’un air nonchalant en se dandinant un peu, en rythme d’il vous plais ! Troisième étape : chatonner à son oreille, juste de préférence. Quatrième étape : le faire se lever pour que lui aussi se dandine joyeusement en rythme !
Le tour était joué !

La chanson n’était même pas fini, quand la sonnette de la porte d’entré retenti. Un regard a Derek un peu dubitative, il attendait quelqu’un ?
Jamais quand j’avais été présente quelqu’un était venu, a part je crois une fois un voisin pour se plaindre… a non ça s’était chez moi, la vielle d’a côté qui se plaignait que je laissais sa saleté de chat sur le palier quand elle n’était pas là. Si elle croyait que j’allais le recueillir son greffier acariâtre elle pouvait toujours se gratter.

Jack était allé ouvrir, à peine il avait entrouvert la porte qu’un truc fushia et orange était entré en trombe genre sans gêne, et s’était précipiter sur … moi.


« Kathyyyyyyyyyyyyyyy ! Oh my God, t’a grossi , ç ate vas pas du tout !
Si tu savais comme j’ai eu du mal a te trouver, c’est pas que t’es une hermite, mais presque. »


…J’en croyais pas mes yeux....

« Mais j’ai fini par trouver l’adresse de ton appart… mais t’y étais pas… alors j’ai harceler la vielle carne, tu sais le sac d’os couvert de furoncle qui te sert de voisine et quand une autre de tes voisin en a eu marre de l’entendre il est sorti… »

… J’en coyais pas mes oreilles non plus d’ailleurs…

« … Et il a dis que t’avais dis, que si un jour yavais un problème on pouvait te trouver a cette adresse. Et TADA !
Bon entre temps j’ai un peu fait du gringue a un mec qui habitait ici pour qu’il me laisse entré en bas mais a part ça rien de bien intéressant.
Alors tu dis rien, t’es pas contente de me voir ? »


Il aurait fallu que je puisse placer un mot pour pouvoir dire si j’étais heureuse de la voir… ou en l’occurrence, pas.
Je m’étais contenté de regarde la chose pour voir ce qu’il en était. Des talons verts pomme haut d’une petite douzaine de centimètres, un imper fushia avec boutons et rebord orange, en dessous ça devait être une jupe, taille ceinture, en cuir, avec un pull décolleté pas jusqu’au nombril mais presque, sûrement turquoise. Toujours cette horrible rat sur mon épaule, Nesquik… Je m’étais toujours demander comment il avait fait pour rester en vie celui là, avec Alice qui avait peur de toute ce qui était rongeur il aurait déjà du finir en sandwich entre un mur et un livre.
Ce qui en soit n’aurait pas été une grande perte, vu la fâcheuse tendance de la bête à aller de vautré dans le tiroir de sous-vêtement pour dormir… S’était bien un homme.

Même pas le temps de reprendre une respiration qu’elle avait trouvé un autre sujet de piaillement. Elle avait vu Derek… Les carottes étaient cuites.


« Me dis pas que c’est lui ton jules ?!
Kathy, on le croirait sortit d’une maison de retraite, sans rire il a l’air plus vieux que papa. Je savais que t’avais des tendances bizarre mais je ne pensais pas que ça allait jusque là… Cochonne vas. »


D’un coup, je le sentais mal.
Et j’avais raison elle était allé se coller au propriétaire de l’appartement, ayant ouvert en grand son imper découvrant l’affligeant spectacle que j’avais prédis.


« Mais je dois avouer qu’il a quand même un certain charme pour une centenaire. Et la cicatrice ça fait super virile. En plus la petite chemise...
C’est limite si … »


Il fallait que je l’arrête, c’était une question de vie ou de mort a se stade là.

« Oui, moi aussi je suis très contente de te voir Madi.
Du coup j’avais pas rêver s’était bien toi l’imper couleur Barbie que j’avais vu quand j’étais passer près du bois de Boulogne, j’avais eu un doute, t’étais loin et de dos. Je suis contente que tu te sois enfin trouver un travail en accord avec ton caractère !
Mais dis moi t’aurais pas maigris ? En même temps c’est normale enchaîner les passes et les hommes ça demande pas mal d’énergie !
Mais visiblement tu en a encore a revendre… »


J’avais consciencieusement décroché ma sœur de Derek et essayait de la pousser subtilement vers la sortie. Mais connaissant Madison elle était là pour un moment.
La réaction ne se fit pas attendre, a peine avais-je réussi à la séparé d’un pas du seul membre de la gente masculine présente a peine elle lui avait ressauté dessus lui faisant ses grand yeux de biches.


« Vous avez vu comment ma propre sœur me traite ? »

Bitch …
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Derek Jackowski
Hybride Requin -- Dessinateur de BD et écrivain
avatar

Messages : 181
Date d'inscription : 29/03/2009
Localisation : Là où il ne fait pas bon d’y être

Feuille de personnage :
Pouvoirs:
Âge du perso: Plus d'40 piges avec une gueule qu'en paraît pas loin d'50.
Relations:

MessageSujet: Re: Sur la route de Madison ;D [Jack]   Jeu 1 Mar - 16:12

La solitude a parfois quelques attraits. Cependant la compagnie a aussi ses charmes.
Enfin tout dépends de la nature de cette compagnie.
Cela faisait quelques semaine que Katheleen ne le quittait presque plus. Même lorsqu’elle n’était pas avec lui dans son appartement, il avait le sentiment que sa présence bienveillante l’accompagnait nuit et jour. Des semaines qu’il n’avait pas touché à une goutte d’alcool, et des semaines qu’il n’avait pas commis le moindre petit meurtre. Il n’en avait même pas ressenti l’envie. D’ailleurs, quand en aurait-il pu avoir l’occasion ?
Ses pulsions sanguinaires s’étaient toutes canalisées dans son travail. Pour la première fois depuis un long temps indéterminé, il avait l’impression de goûter au repos. Alors qu'il était pris d'une de ses fièvres créatrices qui lui faisait couvrir des pages de figures nouvelles tout en mettant en forme quelques nouveau scénario de perversité alambiquée, sa rousse égérie l'avait habilement tiré de son labeur pour l'entrainer dans une danse endiablée. Le dessinateur, non mécontent de partager un autre de ces délicieux moment avec sa jeune amie, s'y prêta de bonne grâce. Tout deux s'en donnaient à cœur joie.
Le délectable bonheur d’une douce quiétude les enveloppait, et c’était comme si rien au monde n'avait pu briser ces instants de bienêtre purs.

ou presque rien...


#On sonne? Sûrement la voisine... Nous devons encore faire trop de bruit pour elle. Vieille carne! Je vais lui dire que je suis désolé et que je vais baisser la musique pour avoir la paix...#
Pensa Jack. Et Jack alla ouvrir la porte... Sans se douter qu'il commettait une erreur qu'il n'aurait pas fini de regretter...

Un bruit de crécelle, et un nuage odorant d’une fragrance des plus écœurante investi son antre. Un ouragan de couleurs criardes mal assorties suivit de près. Une sorte d’ OBNI (objet bruyant non identifié) venait de débarquer dans son espace vital comme par effraction. L’intrusion soudaine fut vécue par le taciturne quadragénaire comme une violation de son territoire. Que se soit au niveau auditif, olfactif, ou visuel, la chose était en somme une dégoutation pour tous ses sens. Des semaines sans avoir souffert la moindre gueule de bois, mais voilà que la simple venue de cette intruse lui filait la migraine et la nausée.
Elle déblatérait, elle déblatérait, pire qu’un moulin à paroles on aurait dit un barrage hydraulique colossal qui avait cédé et déversait sans fin un flot de vaines sottises dévastateur.


# Lui arracher la tête… juste une petite décapitation.. allez, juste une.. Ou alors au moins la langue. #

"Sorti d’une maison de retraite" ? Plus vieux que… "papa" ? …Cette pimbêche était donc la sœur de son adorable bienfaitrice? Mais Comment Katheleen faisait-elle pour ne pas tuer sa famille ?
"Plus vieux que papa"? Il n’avait que 46 ans tout de même ! Surtout qu’il l’avait déjà entrevu le père en question.


# Je suis tout de même mieux conservé que cette épave boursouflée et imbibée de scotch. # ne put-il s’empêcher de penser avec une once d’inquiétude. D’accord il s’était bien esquinté la santé mais il n’avait tout de même pas l’air d’un vieux croulant bon pour la caisse à sapins.

# Mais qu’est-ce que ..qu’elle… qu.. hein ? #

Cette hystérique à voix de perceuse qui mettait au supplice ses tympans venait juste de se coller à lui, et le palpait comme une bête de foire. A cette imprévisible agression une pulsion primaire de défense faillit lui échapper. Heureusement il sut se contenir et attendre simplement impassible que cette glu se décolle de lui, ou plutôt que Katheleen viennent la décoller.
Malgré les efforts de sa compagne, l’horreur fuchsia revint à la charge. Les dents serrées dans sourire d’irritation contenue, Jack s’empressa de formuler ces quelques phrases avant que la diarrhétique verbale ne reprenne son impossible locutrice.


«Tout d’abord, chère … sœur de Katheleen… M’est avis que si vous voulez qu’on vous traitre autrement, vous feriez mieux de vous comportez de même… autrement. Voyez, par exemple : Malgré les apparences on ne peut plus trompeuses ; Sachez que je ne suis pas un gigolo pour midinettes en chaleur. Donc cessez de vous frotter à moi de cette manière, c’est on ne peut plus… hum agaçant. »

Alors qu'il la détaillait tout en parlant, le regard inquisiteur de Jackowski se posa un instant sur le répugnant rongeur installé sur son épaule. Cet observation eut pour effet de lui faire froncer un sourcil avant de poursuivre:

« Ensuite... La moindre des choses quand on entre chez quelqu'un qu’on ne connait pas, c’est de se présenter. Tenez, je suis aimable, je vous montre l’exemple : Mon nom est Derek Jackowski. Derek, Jack à la limite, ou Monsieur Jackowski... mais évitez à l'avenir les appellations du genre : "Le centenaire viril en petite chemise".»

Le propriétaire des lieux ne souriait plus. A mesure de son discours, le ton en était devenu froid et cassant. Se tournant vers sa jeune amie, il adressa à cette dernière un regard mi consterné mi inquiet lourd de sens, à interpréter comme suit: "Et à ton avis... on en a encore pour longtemps? Parce que je ne sais pas si je vais tenir moi..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Katheleen Hjetland
Hybride phoque - Assistante/Interprète à TF1
avatar

Messages : 258
Date d'inscription : 14/11/2010
Age : 26
Localisation : sûrement en train de me faire exploiter par mon Boss.

Feuille de personnage :
Pouvoirs:
Âge du perso: 25 ans
Relations:

MessageSujet: Re: Sur la route de Madison ;D [Jack]   Ven 2 Mar - 17:53

Madison était dans la place, et au grand désarroi de Jack, il allait être difficile de l’en faire bouger. Il allait falloir soit le vexé a outrance, soit faire peur d’un ingénieux stratagème pour la viré de là. Dans les deux cas ça allait être compliqué, tout était toujours compliquer avec ma pouffe de sœur.
D’ailleurs elle ne semblait pas plus affectée que ça du ton froid et cassant de Jack. En même temps on avait tous fini un jour ou l’autre à lui parler sur ce ton, elle devait avoir l’habitude.


« Oh oui c’est vraie… La magnifique, merveilleuse Madison Hjetland ! »

Elle se fada d’une courbette à la Madame mime, dans le très vieux dessin animé de Disney merlin l’enchanteur.
Et en plus s’était pas la modestie qui l’étouffait celle là.
Ma sœur n’était pas toujours aussi insupportable, il y avait des moments ou elle se conduisait normalement. Enfin il était vraie qu’elle avait plutôt tendance à vouloir attiré l’attention a outrance et que ça la rendait… insupportable… voir même parfaitement étripable.


« Pour ainsi dire la version améliorée de Kathy ! Plus jeune, plus belle avec plus de potentiel ! »

Ne pas rire, ne pas rire, ne pas rire … trop tard. J’étais limite a me plier en deux, d’un rire entre hilarité pure et rire jaune. Elle me rendait folle celle là avec ses discours grandiloquents. Bon il était vrai qu’au Shetland, j’avais encore plus mauvais caractère qu’elle, mais les conditions n’aidaient pas à me rendre parfaitement agréable. Ça s’était amélioré quand je m’étais éloigné de mon père, et finalement je trouvais que je n’avais pas trop mal rattrapé le coup.

« Bien sur Madi, bien sur… »

Une ombre machiavélique passa sur le visage de ma sœur, elle était pire qu’un parasite, a cet instant, j’étais sur que si on la jetait à la porte, elle allait revenir par la fenêtre.
Puis il y eu cet impression désagréable, une attirance, une incitation a la regarder elle. Le petit cancrelat était en train d’utiliser son pouvoir de charisme accru pour monopoliser un peu plus l’attention… j’avais horreur quand elle faisait ça.


« Alors dites moi Jack… Comment vous avez connu mon irréprochable coincée de sœur ?
Non parce que s’étais pas vraiment le genre a sortir. Sauf pour des trucs barbant.
Elle avait toute une panoplie de surnom très intéressant au Shetland, entre l’ermite, vieille fille, et autre joyeuseté. »


En parlant elle s’était appuyer contre le canapé.
Aventureux Nesquik était descendu le long de la manche de sa propriétaire pour faire quelque pas sur le dossier.
Je n’avais pas l’intention de laisse cette chose se balader n’importe où. J’avais attraper le rat par le peau du cou, il avait commencer à se débattre à couiner.


« Merci Madison…
Au fait, tu laisse encore cette chose autre part que sur ton épaule, j’en fais de la purée, que tu sois lié avec et que sa mort te mette en dépression, ou pas … ça me fait une belle jambe. »


J’avais rendu le rongeur braillant à sa propriétaire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Derek Jackowski
Hybride Requin -- Dessinateur de BD et écrivain
avatar

Messages : 181
Date d'inscription : 29/03/2009
Localisation : Là où il ne fait pas bon d’y être

Feuille de personnage :
Pouvoirs:
Âge du perso: Plus d'40 piges avec une gueule qu'en paraît pas loin d'50.
Relations:

MessageSujet: Re: Sur la route de Madison ;D [Jack]   Mar 6 Mar - 21:40

Madison Hjetland avait tout l'air d'être un sacré numéro."Magnifique"… "magnifique"… ça elle n’était pas vilaine, mais quand elle se présenta comme la " Version améliorée de Katheleen", Jack ne put s'empêcher de penser dans un sourire:

# Pour tout dire, j’ai toujours préféré aux copies les originaux…#

Pourtant, il est vrai qu’elle avait en effet quelque chose cette jeune pimbêche. Un petit quelque chose d'indéfinissable qui lui donnait une certaine... prestance? Mais qu’est-ce qui lui prenait tout à coup ? Il ne pouvait pas s’empêcher de la regarder. S’en devenait même un peu gênant. C’était comme si une force mystérieuse le poussait à la reluquer et ce n'était pas là un effet seul de son décolleté vertigineux!

« Alors dites moi Jack… Comment vous avez connu mon irréprochable coincée de sœur ? Non parce que s’étais pas vraiment le genre a sortir. Sauf pour des trucs barbant. Elle avait toute une panoplie de surnom très intéressant au Shetland, entre l’ermite, vieille fille, et autre joyeuseté. »

Le dessinateur se surprit même à sourire de nouveau à cette nymphomane égocentrique et de répondre au semblant de conversation qu'elle avait abordée. Du moins il s'apprêtait à le faire quand la voix de l'ainée Hjetland se fit entendre:

« Merci Madison…
Au fait, tu laisse encore cette chose autre part que sur ton épaule, j’en fais de la purée, que tu sois lié avec et que sa mort te mette en dépression, ou pas… ça me fait une belle jambe. »


Jackowski détourna alors son attention de la visiteuse surprise pour poser son regard mi-amusé mi-dégoûté sur la bestiole que sa compagne tenait par le col et qui gigotait en poussant des gémissements suraiguës. Jack avait entendu dire que l'espérance de vie des rats domestiques était environs de deux ans, et il présageait que celle de celui-ci serait de beaucoup moins si sa propriétaire s'éternisait trop dans les parages. Il songea également que si d'aventure il prenait l'envie au rongeure de grignoter une de ses propriété ou de se soulager dans un coin de sa demeure, il ne donnerai pas cher de sa peau. Donc mieux valait-il en effet que "cette chose" reste bien sagement sur son perchoir parlant multicolore attitré.
Une fois que le rat eut retrouver sa place initiale, Derek s'adressa au dit-perchoir afin d'assouvir sa curiosité:


« Eh bien… Katheleen et moi nous sommes rencontré une première fois à Belleville, dans un bar pas très reluisant. D’ailleurs, ce soir là je n’étais pas non plus très…reluisant. Il y a même eut un léger accrochage… Et le sort à voulu que nous nous recroisions plus tard, une seconde fois, à l’Hôpital Saint-Louis que nous côtoyons tous les deux; Bien que je le côtoie plus fréquemment qu'elle...
_Il sorti de la poche de son pantalon une petite boîte cartonnée d'où il tira une cigarette qu'il plaça entre ses lèvres minces. Approchant de son visage un briquet, il l'alluma, en tira une bouffée, et après en avoir recraché la fumée il reprit dans un demi-sourire._

Croyez-moi, votre sœur n’est pas aussi irréprochable que vous semblez le présumer. »

Jack avait tout de suite décelé cette apparente rivalité entre sœurs. Qui ne l'aurait pas remarqué? Si être le centre d’intérêt était la seul préoccupation de cette impossible petite prétentieuse narcissique, quoi de mieux pour lui paraitre désobligent au possible, que de focaliser toute la conversation sur Katheleen et ses mérites.

« Par ailleurs, _ ajouta-t-il en s'approchant de sa charmante amie qu'il saisit fougueusement par la taille. _ Kath n’est pas coincée du tout lorsqu’elle est en ma compagnie. Une vraie bête sauvage… elle m’a même mordue une fois. Mais les femmes de son tempérament ne sont pas non plus pour me déplaire. J’ai horreur des femmes faciles.»

Rien de plus insupportable que de tenir la chandelle à un couple modèle affichant sans aucune retenue leur mielleuse complicité à l’eau de rose. Il avait bon espoir que la rouquine comprenne l'idée qu'il avait derrière la tête et se prête à son petit jeu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Katheleen Hjetland
Hybride phoque - Assistante/Interprète à TF1
avatar

Messages : 258
Date d'inscription : 14/11/2010
Age : 26
Localisation : sûrement en train de me faire exploiter par mon Boss.

Feuille de personnage :
Pouvoirs:
Âge du perso: 25 ans
Relations:

MessageSujet: Re: Sur la route de Madison ;D [Jack]   Ven 20 Avr - 3:06

Madison eu un air presque dégoûter en entendant ce que Jack avait à dire sur moi … D’ailleurs il aurait pu trouver quelque chose de plus reluisant que la vérité, surtout pour ce qui était du rad, mais aussi de la morsure, ça aurait dû rester entre nous cette histoire. Avec ma sœur ça allait faire le tour de Paris.

S’était bien Madi toute crachée ça, pouvoir raconté les pires choses qu’elle a pu faire, sans omettre les détails, pourtant dès qu’on parlait de quelqu’un d’autre ça devenais tout de suite quelque chose de répugnant au plus haut point. Vraiment irrécupérable cette pimbêche !


« Je vous aurais bien demandé si elle vous avait mordu sous forme hybride ou sous forme humaine, mais j’aurais peur d’avoir des hauts le cœur. »

Son niveau de spiritualité frisait la pâquerette, mais cela ne changeait pas vraiment de son habitude. Elle avait un air pincé, mais pas son air hautement vexé qui disait « puis-ce que c’est comme ça je m’en vais !!! ». Il fallait qu’elle ai cet air, question de survie mentale pour Derek.
Encore, moi, j’vais l’habitude de ma sœur et ses exubérances, mais le propriétaire de l’appartement lui ne l’étais pas, et ma cher Madison aurait filé des envie de meurtre au plus pacifiste des hommes. Son égocentrisme et était une épreuve en soit.
Il fallait chercher un peu pour qu’elle ai envie de se faire la malle au plus vite.

La main autour de ma taille avait déjà grandement réduit la distance qui me déparait de Derek, pourtant j’avais quand même entrepris de le réduire encore plus en me serrant encore lui passant un bras autour de son coup et regardant ma sœur avec un air évocateur.


« Oh tu sais…
Que tu sache ou pas maintenant, ça ne change rien, tu a l’idée en tête, et ton imagination trop fertile fera bien mieux le travail que nos mots, pour ce qui est de te retourner le cœur. »


Embrasser le coup de Jack juste sur ses cicatrices, juste pour motiver encore un peu plus la susnommée imagination fertile de ma si chère sœurette.
Je la connaissais vraiment trop bien. Je n’avais même pas fini le début de suçon que j’avais entrepris de suçon dans le cou de mon « cher et tendre » que j’entendais un soupire agacé mais pas que.


« Oh my God… So … C’est pas que je t’aime pas ma petit Kathy, ni même que je vous aime pas Monsieur Jack … mais euh… »

Elle regarda sa montre rapidement pour se donner une raison de s’en aller. Il ne fallait pas rater l’occasion d’en rajouter une couche, je profitais pour pincer les fesses de Derek. D’ailleurs ce n’étais pas seulement pour faire enrager Madison.

« J’ai des truc à faire, et oui, contrairement à Kathy j’ai une vie sociale hors de mon boulot et j’ai des loisirs, qui sont autre que faire des heures sup.
On se verra un autre jour, quand j’aurais plus de temps et que vous serez moins … coller.
Bye Bye !!!! »


Pas besoin de le raccompagnée, elle avait trouvé elle-même la sortie.

Madison était en ville… vraiment… fini les moments de tranquillité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Sur la route de Madison ;D [Jack]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Sur la route de Madison ;D [Jack]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hybrid Parisiorum - ou quand le mythe devient réalité... :: Le Jeu : Paris :: Habitations :: Appartement de D.Jackowski-
Sauter vers: